Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : SIGNES ET PROMESSES
  •               SIGNES ET PROMESSES
  • : Ce Blog a pour but au travers de son contenu, d'édifier l'église de Jésus-Christ, de faire connaître à nos contemporains l'amour de Dieu manifesté en Jésus son fils bien aimé.Les messages qui seront diffusés veulent être en bénédictions à tous les milieux, en rappelant qu'aujourd'hui, Dieu veut encore faire éclater parmi ceux qui ont soif, les signes de sa Puissance, et accomplir ses Glorieuses Promesses. Aquilas
  • Contact

VERSET BIBLIQUE

Je suis le chemin, la vérité, et la vie. Nul ne vient au Père que par moi. ( Jean 14 : 6) 

Recherche

Liste D'articles

  • L'AVÉNEMENT DE CHRIST
  • JE SUIS
    Tous les noms de Dieu dans le psaume 23www.iltaime.com
  • LE NOUVEL ÉVANGILE DU DOMINIONISME
    Dominionisme : doctrine qui appelle les chrétiens à entrer en gouvernance du Monde, en intégrant l'ensemble des rouages décisionnels de la société, afin de la diriger (d'en prendre le leaders...
  • Dictature sanitaire : Une israélienne lance un S.O.S !
    Lien de la vidéo sur la plateforme Rumble : https://rumble.com/vexa19-dictature-sanitaire-une-isralienne-lance-un-s.o.s-.htmlLien de la vidéo sur la platefor...
  • Pleurez pour vos bergers ! (Partie 2/2)
    Un jour de jugement va tomber sur les faux bergers ! Les prophètes ont prédit un jour de jugement soudain sur les bergers et les ministères qui ont trompé le peuple de Dieu. On arrive à un temps où Dieu ne peut plus supporter la cupidité, l’égocentrisme,...
  • Bilan de l'année 2020 : Qu'ont vécu les chrétiens persécutés ?
    Psaumes 37:40 L'Éternel les secourt et les délivre; Il les délivre des méchants et les sauve, Parce qu'ils cherchent en lui leur refuge. Source: https://bible.knowing-jesus.com
  • Frappez.....
    « Demandez, et l'on vous donnera; cherchez, et vous trouverez; frappez, et l'on vous ouvrira ». Nous arrivons aujourd'hui au terme de la réflexion concernant cet enseignement de Jésus-Christ pour nos vies. Avant d'aller plus loin et de voir avec vous...
  • Cherchez.......
    Matthieu ch.7 v 7 : « Demandez, et l'on vous donnera; cherchez, et vous trouverez; frappez, et l'on vous ouvrira ». Hier je me suis arrêté sur la première partie de ce verset cité plus haut. Aujourd'hui, prenons du temps avec la seconde portion de celui-ci:...
  • Demandez.....
    Matthieu ch.7 v 7 : Demandez, et l'on vous donnera; cherchez, et vous trouverez; frappez, et l'on vous ouvrira. Aujourd'hui, j'aimerai m'arrêter sur la première partie de ce verset : ' 'Demandez, et l'on vous donnera.'' Dans ce passage Jésus revient sur...
  • Pleurez pour vos bergers ! (Partie 1/2)
    Par David Wilkerson Il est temps de pleurer et de nous lamenter pour les bergers qui gardent les brebis du Seigneur. Pleurez pour les pasteurs, les évangélistes, les prophètes et les docteurs, car Dieu est sur le point d’envoyer de terribles jugements...

VISITES

 Que Dieu vous bénisse !

 

Parcours interactif :

                                           https://connaitredieu.com/

   

 


 
 

SOUTIEN

                                                                             Suivez  le lien :Contact  

 

  

Calendrier La Bonne Semence

                

">

 

21 octobre 2016 5 21 /10 /octobre /2016 12:11
Lors d’un entretien avec John Fuller pour le site Focus on the Family, Rosaria Champagne Butterfield, professeur d’Université, partage son puissant témoignage de conversion à Jésus-Christ, après avoir vécu en tant que lesbienne fermement opposée au christianisme et à la Bible.

Lors d’un entretien avec John Fuller pour le site Focus on the Family, Rosaria Champagne Butterfield, professeur d’Université, partage son puissant témoignage de conversion à Jésus-Christ, après avoir vécu en tant que lesbienne fermement opposée au christianisme et à la Bible.

Lors d’un entretien avec John Fuller pour le site Focus on the Family, Rosaria Champagne Butterfield, professeur d’Université, partage son puissant témoignage de conversion à Jésus-Christ, après avoir vécu en tant que lesbienne fermement opposée au christianisme et à la Bible.

Elevée dans une famille catholique, Rosaria est une adolescente hétérosexuelle, qui aime avoir des petits amis attentionnés qui la « sorte de sa maison ». Mais rapidement, dès l’âge de 20 ans, elle découvre que ce sont les relations avec d’autres femmes qui sont les plus profondes pour elle. Cette particularité a grandi dans sa vie et à 28 ans Rosaria commence à entretenir des relations lesbiennes. Il ne s’agissait pas d’une révolution pour elle, mais d’une suite normale aux sentiments qu’elle éprouvait pour les femmes.

Après ses brillantes études Rosaria est devenue professeur de littérature anglaise et de sociologie des femmes à l’Université de Syracuse. Disciple de Freud, Marx et Darwin, elle est doucement devenue ce qu’elle décrit elle-même comme un prof d’Université homo-sexuelle de gauche, activiste, fermement opposée à la foi chrétienne, et aux enseignements chrétiens associés à la politique prônée par les Républicains.

Dans ses enseignements, Rosaria s’attache fermement à « interpréter le monde à travers de la lunette du féminisme ».

« Je ne croyais en aucune sorte d’autorité surnaturelle. Je pensais que c’était absurde et anti-intellectuel. Et le nom de Jésus, que j’avais prié dans mon enfance, qui était sur mon dos à l’Université, me rendait vraiment en colère quand je suis devenue professeur d’Université. »

Ce qui la mettait le plus en colère était l’influence de la foi chrétienne sur la vie des gens.

« Pourquoi les règles chrétiennes devraient peser sur ma vie et me rendre anathème ? Ça ne faisait pas sens pour moi. »

Dans son engagement en faveur de la communauté gay et lesbienne, Rosaria rencontre beaucoup d’hostilité de la part des chrétiens, qui la déclare, entre autres qualificatifs, de « pècheresse qui ira en enfer ».

« Je n’aimais pas les gens qui parlaient d’un lifestyle gay. Je n’avais pas un lifestyle. J’avais une vie. Je n’avais pas un agenda gay. »

Durant la fin des années 90, alors que le groupe chrétien, Promise Keepers, fermement opposé à l’homo-sexualité, se rendait en ville, Rosaria décida d’écrire un article exprimant ses positions vis-à-vis de la foi chrétienne, et dénonçant ses résonances négatives dans la vie des incroyants. L’article a connu un tel impact qu’il a été l’objet de nombreuses réponses par courrier. Rosaria les classa en 2 catégories, les messages de soutien d’un côté et les messages de haine de l’autre.

Parmi tous les messages, l’un deux ne pouvait être classé, il ne rentrait dans aucune des catégories. Le courrier venait du Pasteur Ken Smith, pasteur de l’église presbytérienne réformée de Syracuse.

« Sa lettre était intéressante. Il voulait m’aider. Il voulait m’aider à comprendre la foi chrétienne. »

Ne lisant ni l’hébreu, ni le grec, la proposition de ce pasteur devenait une formidable opportunité. Elle considérait le pasteur comme un sujet d’étude disponible pour apporter des arguments à sa lutte contre le christianisme, et à la rédaction de son prochain livre.

Le pasteur et son épouse l’invitèrent chez eux et l’accueillirent avec bienveillance, acceptant d’aborder avec elle tous les sujets désirés, de la politique à la sexualité.

« Je pensais que je dirigeais les échanges. Je ne réalisais pas qu’il y avait un Dieu saint, qui avant la fondation du monde, savait dans sa providence ce qu’il se passerait entre Ken et moi. »

Ken et Floy continuèrent d’accompagner Rosaria dans sa quête qui la conduisit à lire la Bible entièrement plusieurs fois.

« Ils ne m’ont jamais tourné le dos et ont continué à me supporter, et je pouvais voir le fruit de cela dans ma vie. »

Rosaria était toutefois très active dans la communauté LGBT, et toute sa vie s’organisait autour d’elle. Tout le monde savait qu’elle étudiait la Bible pour l’utiliser comme argument pour son livre pro-LGBT. Une amie transgenre lui déclara dans un des diners auquel elle participait :

« J’ai besoin de te dire quelque chose. Le fait que tu lises la Bible t’a changée. Qu’est-ce qu’il se passe ? »

Elle répondit :

« Et si c’était vrai ? Et si Jésus était vraiment ressuscité ? Et si nous nous trompions ? »

Son amie transgenre emplie d’émotion lui dit alors :

« J’ai été pasteur pendant 15 ans. J’ai prié le Seigneur pour qu’il me change, mais il ne l’a pas fait. Si tu veux, je prierai pour toi. »

Rosaria, bouleversée, continua ses recherches et découvrit que l’homo-sexualité n’était pas une identité dans la Bible, mais une pratique.

« La définition de la Bible de l’identité était si convaincante et si attrayante pour moi, même en tant que lesbienne. Elle était profonde riche et aimante. »

Rosaria commença alors un processus de conversion qui fit qu’elle n’était plus en mesure d’alimenter son livre, destiné initialement à ébranler la place de la foi chrétienne dans la société. Elle commençait à changer. Elle trouvait son identité en Christ.

« Les gens ne réalisent pas que quand un pécheur vient à Christ, il est une épave de train. »

Elle lutta intérieurement, mais finit par se rendre à l’église de Ken et Floy, où l’assemblée qui priait pour elle depuis plusieurs années, l’accueillit favorablement. Elle commença un chemin de restauration.

« Jésus l’a emporté… Ma vie était un champ de ruine… Ma conversion impossible. Je ne voulais pas perdre tout ce que j’aimais. Mais Dieu m’a apporté tout son amour. Il a vaincu la mort et m’a permis de me reconstruire. J’ai reçu sa paix et j’ai trouvé une famille spirituelle.

Les premiers temps Rosaria était effrayée à l’idée de vivre une autre sexualité, mais après quelques temps, elle eut le désir de vivre une sexualité « biblique ». Après un échec, elle rencontra son mari Kent avec qui elle s’est mariée à l’âge de 39 ans. Ils servent le Seigneur ensemble depuis plus de 10 ans.

Rosaria a retranscrit l’intégralité de son témoignage dans un ouvrage disponible en français, Les pensées secrètes d’une convertie insolite, De l’homosexualité à la découverte de la foi.

La rédaction

Source : Focus on the Family Part 1 et Part 2

© Info Chrétienne - Courte reproduction partielle autorisée suivie d'un lien "Lire la suite" vers cette page.

Partager cet article

Repost0
13 octobre 2016 4 13 /10 /octobre /2016 17:20
Cette femme syrienne fait le même rêve 6 nuits de suite. Le septième jour, des chrétiens frappent à sa porte

Alors que les conflits s’intensifient en Syrie, plusieurs musulmans se sont tournés vers Jésus dans des circonstances exceptionnelles.

Mark Ellis rapporte au God Reports par le biais du directeur de Christian Aid Mission, de quelle manière Dieu a utilisé les rêves d’une syrienne pendant 6 jours pour la préparer à la venue d’une équipe d’humanitaires chrétiens dans sa maison.

« Cette femme a rêvé à plusieurs reprises d’un homme qui lui annonçait la venue de trois autres hommes pour lui apporter de bonnes nouvelles. »

Raconte le responsable de Christian Aid Mission.

Durant 6 nuits, cette femme a fait le même rêve, sans en comprendre la signification. Le septième jour, trois hommes de l’équipe de CAM se sont approchés de sa porte. Quand elle les a vus arriver, elle s’est empressé de leur ouvrir la porte.

« Quand ils ont ouvert la bible, elle est tombée immédiatement à genoux. »

Ne contenant son émotion et sa joie, la femme a ensuite partagé cette surprise avec sa famille.

« Ce sont les gens que l’homme dans mon rêve m’a dit de rencontrer ! »

Les missionnaires ont pu partager le message de l’Evangile à l’ensemble de la famille.

« Ils ont tous mis leur foi en lui ! »

Selon l’organisation, il y a beaucoup de croyants en Syrie et il est crucial de soutenir l’église locale. Depuis le début de l’année, ils ont baptisé 230 personnes, dont 53 personnes en une seule journée de joie et de témoignage.

Réaliser des baptêmes représente un défi pour la sécurité dans un pays où les groupes islamistes se battent pour l’hégémonie. Les baptêmes ne sont jamais annoncés, de peur d’être dénoncés et de subir des représailles.

« Il n’y a pas longtemps, nous avions préparé un service de baptême mais quelques-uns des nouveaux croyants ne se sont pas présentés. Quand nous sommes allés les chercher dans leurs maisons, nous avons découvert qu’ils avaient été tués. Voilà pourquoi il est préférable de ne pas annoncer les baptêmes. »

En Syrie, l’ampleur des besoins et les terribles conditions, défient la foi et l’endurance des travailleurs chrétiens, dont le seul espoir est de maintenir leur attention sur Jésus.

« Il y a tant à faire. Nos missionnaires locaux en Syrie ont désespérément besoin d’aide. Ils sont complètement épuisés et en permanence proche du burn-out de tout ce qui se passe autour d’eux dans leur pays déchiré par la guerre. »

« Crois au Seigneur Jésus, et tu seras sauvé, toi et ta famille. »
Actes 16: 30-31

https://www.infochretienne.com/

Source : GodReports

Photo : Flickr CC

Partager cet article

Repost0
13 octobre 2016 4 13 /10 /octobre /2016 16:04
Rachel Joy Scott est la première étudiante a avoir été tuée lors du massacre de Columbine High School en 1999.

Rachel Joy Scott est la première étudiante a avoir été tuée lors du massacre de Columbine High School en 1999.

Rachel Joy Scott est la première étudiante a avoir été tuée lors du massacre de Columbine High School en 1999. Cette jeune adolescente, connue pour son témoignage de foi dans tout l’établissement du Colorado, déjeunait sur la pelouse lorsque Eric Harris, 18 ans, et Dylan Klebold, 17 ans, se sont approchés d’elle et ont tiré à trois reprises. Réalisant que Rachel vivait toujours, les agresseurs lui avaient demandé si « elle croyait toujours en Dieu ». Elle avait alors répondu, « Tu sais que oui ». Ils l’achevèrent alors d’une balle dans la tête, déclarant : « Alors, rejoins-le ».

Beth Nimmo, la maman de Rachel, a récemment accordé une interview exclusive au Gospel Herald. Elle y dévoile de quelle manière sa foi chrétienne lui a permis de pardonner les assassins de sa fille, et d’utiliser son histoire pour inspirer les autres.

Mais la route vers le pardon n’a pas été facile et c’est finalement le parcours de vie et le témoignage de sa fille décédée, qui lui a permis de trouver le chemin de la paix et de la réconciliation.

«Le Seigneur nous commande de pardonner, et je sais que Rachel aurait pardonné ses assassins. »

« Pour Rachel, ce jour a été celui de sa condamnation à mort, mais pour que ce ne soit pas également le mien, je dois pardonner et dire au Seigneur : ‘Ce n’était pas juste mais je veux que tu libères mon coeur et mon âme de cette douleur indicible’. »

Beth Nimmo parcourt désormais les Etats-Unis dans le cadre de conférences où elle encourage les jeunes. Elle souligne qu’il est fondamental de comprendre que pardonner ne signifie pas nier le préjudice ou la souffrance.

« Beaucoup de gens ont peur de pardonner, parce qu’ils pensent que cela signifie qu’ils acceptent ce qu’il s’est passé… Mais le pardon ne signifie pas cela… Le pardon n’est pas pour le coupable, il est pour la victime. »

Près de 17 ans après sa mort, l’histoire de Rachel sera prochainement racontée dans un film. I’m not ashamed, Je ne suis pas honteuse, révèle le courage, la foi profonde et le témoignage public de cette jeune fille au cours de sa vie.

Le film, qui sortira en salles le 21 octobre 2016, se base sur le journal intime de Rachel dans lequel elle parle de sa foi et exprime même de manière prophétique que sa vie serait écourtée.

Découvrez la bouleversante bande-annonce de « I’m not ashamed », en version originale

https://www.infochretienne.com/

Source : Gospel Herald

Partager cet article

Repost0
8 octobre 2016 6 08 /10 /octobre /2016 17:06

Une tempête de sable massive a protégé un groupe de chrétiens nouvellement baptisés alors que des militants islamistes les poursuivaient, selon l’organisation Bibles for Mideast.

Environ 50 chrétiens du Moyen-Orient, revenant d’un service de baptême, auraient été témoins de la protection divine du Seigneur Jésus-Christ alors qu’une tempête de sable s’est levée, les protégeant d’un groupe d’islamistes extrémistes qui les pourchassaient en leur tirant dessus.

« Environ 50 personnes, y compris les candidats au baptême [NDLR : 24 anciens islamistes] assistaient au service. Après le service de baptême et de prières, nous avons tous pris le même bus pour revenir à notre église de maison, afin de participer au culte et à la Sainte-Cène du Seigneur. Le bus avançait quand tout à coup, trois voitures -ou plus- de militants sont arrivées derrière nous et ils ont commencé à nous tirer dessus avec des fusils », témoigne Rizwan, un nouveau baptisé.

Alors que le service de baptême avait été tenu secret, les bénévoles deBibles for Mideast ne s’expliquent pas comment les militants islamistes ont eu connaissance de celui-ci.

Un témoin continue le récit de leur aventure : « Vraiment, nous ne savions pas quoi faire, alors nous avons commencé à prier le Seigneur pour sa protection divine. Le jeune chauffeur conduisait le bus de plus en plus vite et les militants nous suivaient à la même vitesse. Certains pensaient que nous allions tous y rester. Tout à coup, nous avons vu une tempête de sable géante se former derrière notre bus. Au début, nous avions tous peur en la voyant […] Mais, que le Seigneur soit loué […] Nous avons tous senti que le Seigneur Jésus-Christ était dans la tempête […] Jésus nous a sauvés. Lui-même bloqué la route des militants sous la forme d’une tempête de sable. Nous avons à nouveau entendu des coups de feu mais nous n’avons plus revu les véhicules qui nous poursuivaient […] Encore une fois, nous louons et remercions notre Seigneur Jésus-Christ d’avoir montré son amour et sa sollicitude envers ses enfants. Merci et louange au Seigneur ».

Remercions le Seigneur pour sa protection divine sur nous ses enfants, où que nous soyons dans le monde et quelles que soient les difficultés dans lesquelles nous passons. Dieu est vivant il veille sur nous, c’est une vérité ! Dans la difficulté, il nous écoute et vient à notre secours si nous lui demandons la délivrance. La Bible est pleine de promesses allant dans ce sens.

Ésaïe 41 : 10

« Ne crains rien, car je suis avec toi ; Ne promène pas des regards inquiets, car je suis ton Dieu ; Je te fortifie, je viens à ton secours, Je te soutiens de ma droite triomphante. »

Philippiens 4:6

« Ne vous inquiétez de rien ; mais en toute chose faites connaitre vos besoins à Dieu par des prières et des supplications, avec des actions de grâces. »

Hébreux 13:5

« Car Dieu lui-même a dit : Je ne te délaisserai point, et je ne t’abandonnerai point. »

Psaumes 121.1-8

« Je lève mes yeux vers les montagnes : d’où me viendra le secours ?
Le secours me vient de l’Éternel, qui a fait le ciel et la terre.
Qu’il ne permette pas à ton pied de trébucher, qu’il ne somnole pas, celui qui te garde !
Non, il ne somnole pas, il ne dort pas, celui qui garde Israël.
L’Éternel est celui qui te garde, l’Éternel est ton ombre protectrice, il se tient à ta droite.
Pendant le jour le soleil ne te fera pas de mal, ni la lune pendant la nuit.
L’Éternel te gardera de tout mal, il gardera ta vie.
L’Éternel gardera ton départ et ton arrivée dès maintenant et pour toujours. »

Source : L'Observateur Chrétien

 

Partager cet article

Repost0
8 octobre 2016 6 08 /10 /octobre /2016 16:31

Cette histoire nous est rapportée par le journaliste chrétien Steve Rees, pour le siteassistnews.net.

Depuis deux jours, le corps de Sabina se trouvait à la morgue. Déclarée cliniquement morte par les médecins, sa famille se préparait à l’inhumer. Mais, entourée de cadavres et recouverte d’un drap de lin, Sabina expérimenta une vision. Alors qu’elle était étendue, elle se vit coincée dans un puits profond. Un arbre se mit à pousser au sommet du puits. De son tronc, une branche se déplaça jusqu’à elle, alors qu’elle était allongée sur la civière. La branche se changea en chair et Sabina entendit :

« Si tu prends ma main, je te ramènerai à la vie. »

Lorsqu’elle saisit la branche avec sa main, Sabina se réveilla, allongée sur la civière métallique et recouverte d’un drap dans la morgue.

Témoin de cet évènement, les médecins prirent la fuite avant de revenir dans la pièce :

« Je suis vivante. Ne vous inquiétez pas. »

Le personnel médical déconcerté refuse depuis de communiquer sur l’histoire de Sabrina, les 2 jours de coma et les 2 jours passés à la morgue.

Transportée dans un hôpital universitaire de Moscou et finalement rapatriée chez elle en Asie Centrale, Sabina a retrouvé sa famille. Dès le premier dimanche, elle a surpris toute le monde en se rendant à l’église.

« Il y a un endroit où je dois aller. »

Une famille entière gagnée à Jésus

Une église pentecôtiste au sein d’une région majoritairement musulmane était la destination de Sabina. Ce jour là, Sabina reconnut Jésus comme son sauveur et laissa derrière elle la foi musulmane. Depuis ce jour, les 6 filles et le fils de Sabina sont devenus chrétiens. Tous ont fait des études bibliques et certains sont dans le ministère à temps plein.

Jamal, le gendre de Sabina, raconte avoir reçu une vision en 2000 pour « prêcher l’Evangile sur les marches d’une mosquée ».

Une oeuvre d’évangélisation auprès des musulmans

Quand la fille de Sabina, Aisha a rencontré Jamal en 2006, leurs deux histoires ont convergé et ils se sont unis par le mariage avec le vibrant désir d’être témoin de l’Evangile, auprès de la communauté musulmane. Pour Jamal et Aisha, l’histoire de Sabina est « une magnifique porte ouverte pour témoigner de Jésus auprès des musulmans ». L’été 2016, Jamel et Aisha ont implanté 7 églises. Ils sont également très engagés avec 2 soeurs d’Aisha dans l’accompagnement des réfugiés syriens. Un million de réfugiés ont afflué dans leur pays.

« L’an dernier, nous avons parrainé un camp de réfugiés tout entier avant l’hiver, en raison de la présence de nombreux bébés et jeunes enfants qui mouraient de froid. Nous avons collecté assez d’argent pour assurer l’isolation thermique de leurs tentes. »

Les membres de cette famille ont accepté de partager leur témoignage à condition que les noms soient changés et que leur localité exacte en Asie Centrale ne soit pas mentionnée, afin de préserver l’exercice de leur ministère dans une région opposée à la foi chrétienne.

La rédaction

Source : Steve Rees pour AssistNews

© Info Chrétienne - Courte reproduction partielle autorisée suivie d'un lien "Lire la suite" vers cette page.

Partager cet article

Repost0
28 septembre 2016 3 28 /09 /septembre /2016 18:14

Kirsten Haglund a vaincu l’anorexie avant de devenir miss États-Unis. Son coach ? La Bible !

« Quand tu souffres de problème d’alimentation, ton esprit ne fonctionne pas normalement, tu te vois toi-même comme repoussante », se souvient la gagnante de l’élection de miss America 2008. Elle a parcouru un long chemin avant de retrouver l’appétit, en même temps que goût à la vie.

La compétition déclenche le processus

Passionnée de danse, Kirsten Haglund poussait son corps à la limite de ses possibilités et dès douze ans, elle était persuadée que pour être belle, il fallait qu’elle soit maigre. Elle voyait dans tous les magazines « perdez trois kilos, sentez-vous mieux », et a progressivement suivi le mouvement. Certaines de ses amies du cours de danse jetaient discrètement leurs assiettes, elle fit de même. « Je mangeais approximativement 900 calories par jour »,se souvient-elle. Elle devient maigre, et se réjouissait quand quelqu’un le lui faisait remarquer : à ses yeux, elle ne serait jamais trop maigre !

Une obsession et un esclavage

L’anorexie devient « plus qu’une drogue », pour reprendre les mots qu’elle emploie dans une vidéo qui retrace son parcours. Alors qu’un drogué repenti peut mettre à distance les substances dont il est dépendant, le boulimique ou l’anorexique sont confrontés, au moins trois fois par jour, à la nourriture ! Et c’est une dépendance qui va au-delà d’un problème physique. L’anorexique a une impression de puissance, il a le sentiment que, contrairement aux autres, il contrôle son corps. Rétrospectivement, Kirsten Haglund a le sentiment que l’anorexie était devenu une entité qui la poussait vers le gouffre.

Tentation de toute puissance

Elle se souvient : « L’anorexie me dit reste avec moi et tu auras tout ce que tu veux ». Elle ne le voyait pas, mais à 15 ans elle était devenue une coquille vide, et sa mère l’emmena voir un docteur, ce qu’elle vit comme une trahison : « Je croyais que je faisais ce qu’il fallait pour devenir une danseuse professionnelle », se souvient-elle. Persuadée que le corps médical et sa famille se trompe, elle fait mine de suivre leurs indications, mais ne change rien au régime fou qu’elle s’est fixé.

« Je pouvais tromper ma mère ou le docteur, pas Dieu »

Elle est rattrapée par la nature, lors d’une séance d’entrainement sur un tapis roulant, elle tombe inconsciente. Au cours de sa convalescence, elle ressent brusquement le désir de manger à nouveau… de s’amuser, d’aimer d’être une vraie personne ! Elle découvre qu’elle a vécu comme coupée du monde. Elle délaisse les magazines qui lui enjoignaient de perdre du poids et leur préfère un exemplaire de la Bible, laissé par un ami, et s’attarde en particulier sur les Psaumes « Je trouvais les mots de David si riches… si réels, que j’en ai pleuré. J’ai réalisé que j’étais une enfant de Dieu, que son amour était un don gratuit, que je ne pouvais pas le gagner ou le mériter ».

Le choix du témoignage

Alors que la plupart des jeunes filles qui sortent d’anorexie préfèrent ne pas en parler, Kirsten Haglund témoigne publiquement de son expérience. Elle constate que beaucoup de jeunes filles se retrouvent dans ses paroles. L’anorexie est à ses yeux le symptôme d’une société qui a un rapport malsain au corps, et en particulier à celui de la femme.

Source : http://fr.aleteia.org/

Partager cet article

Repost0
1 avril 2016 5 01 /04 /avril /2016 09:23

     Johnny Cash : Rédemption de l’’homme en noir  

                    

                               http://www.paroles.fm/episode/johnny-cash/

Partager cet article

Repost0
9 août 2015 7 09 /08 /août /2015 11:39
  • Erino Dapozzo est Italien, originaire de Gênes. Il est né en 1905, marié à une Suissesse et ils ont eu 5 enfants.

    Son père est venu en Suisse comme bien d’autres Italiens parce qu’il n’y avait pas de travail en Italie. Ils se sont installés à Moutier et ont travaillé au tunnel « Moutier et Granges ». Les gens qui construisaient ce tunnel étaient presque tous des étrangers comme les Dapozzo, c’était un travail dangereux. M. Dapozzo père s’est marié à une Suissesse, une fille de Moutier. Elle s’est convertie dans l’église de Moutier et cela a engendré des tensions dans la famille, le père Dapozzo était d’origine catholique… Ce serait trop long à raconter comment, lui aussi, s’est converti. C’était une belle famille de chrétiens.

    Mais il y a eu la crise dans les années 1920 : plus de travail, surtout pas pour des Italiens. Ils auraient pu bénéficier de la caisse de chômage, mais leur fierté de travailleurs et leur orgueil d’Italiens les ont amenés à refuser : « Nous, on veut travailler ! »

    Alors, ils sont partis en France, là où il y avait tous ces villages détruits par la Première Guerre Mondiale qu’il fallait reconstruire. Après la journée de travail, le soir, avec un petit sac, le père et les enfants allaient distribuer des traités et évangélisaient. Erino avait 16 ans.

    Ils ont ensuite déménagé dans la banlieue parisienne et se sont construits une petite maison, puis ont réussi à monter une entreprise de construction. Et à côté de cela, ils évangélisaient. Ils avaient même fait une salle de réunions dans leur maison. Il y a eu là une assemblée qui existe encore aujourd’hui, une belle assemblée qui était une grande bénédiction.

    Puis est venue la Deuxième Guerre Mondiale, l’occupation allemande. Erino parlait allemand, parce qu’il avait fait des séjours en Suisse allemande chez des paysans. Alors les Allemands lui ont demandé de faire des traductions entre le maire de Palaiseau, les autorités et ceux de l’Occupation. Il a eu accès à certains documents. Il voyait que certaines personnes étaient dénoncées par d’autres; ils se dénonçaient d’une famille à l’autre et puis ils dénonçaient les Juifs, etc… Et lui, par derrière, il allait les avertir: «Attention, vous avez été dénoncés, demain matin les Allemands vont venir vous prendre et puis, ils vont vous déporter, alors si vous voulez, vous avez juste le temps de fuir». En même temps il leur parlait de sa foi.

    Jusqu’à ce qu’il soit tombé sur une famille française dont il avait sauvé le père. Le fils était jaloux de son père. Il a su ce que Dapozzo avait fait, et il l’a dénoncé. Il a été arrêté et condamné à mort et c’est seulement parce qu’il avait quatre enfants (Marguerite, sa femme, était enceinte du 4ème) qu’il a été déporté au lieu d’être exécuté. Il raconte toute cette histoire dans le livre : «Hambourg».

    Dans le camp, en Allemagne, on lui a cassé trois fois le bras à coups de matraque. Et puisque ceux qui ne pouvaient plus travailler étaient tués, il a demandé à un camarade de lui attacher la pelle au bras, à trois endroits, pour qu’il puisse quand même travailler dans la mine et échapper à la mort… Sans soins, sans aucun médicament, cela était terrible. Et là il dit que le Seigneur a guéri son bras. Pour lui, c’était un miracle.»

    Erino est Italien, mais il est né à Moutier, il a grandi en Suisse et sur les bancs d’école, chanté les chants patriotiques suisses; il était plus Suisse que beaucoup de Suisses… Sa femme était Suissesse; lui est né en Suisse, cinq enfants Suisses et pourtant il était considéré comme un indésirable, un étranger, à cause de sa foi…

    Madame Dapozzo l’a aidé. A l’époque, les Italiens étaient considérés un peu comme des gens du sud, des gens primitifs, des gens « de 2ème classe ». Quand le Seigneur a uni ces deux vies et que dans sa famille, dans l’assemblée, dans la région, on a appris cela, elle a été prise à partie… Il est venu en Suisse la chercher, pour l’épouser, et puis elle a accepté d’aller avec lui en France, malgré toutes les oppositions.

    Je vous l’assure, elle a eu du courage, c’était vraiment parce qu’elle l’aimait et qu’elle voulait partager sa vie au service de Dieu. Elle a accepté bien des renoncements, c’était une vie de combats, de luttes, mais aussi de bénédictions. Ils ont eu une vie très dure. Quand ils se sont mariés, la veille de sa venue en Suisse, c’est à dire un ou deux jours avant le mariage, le rendez vous était pris pour l’état civil et pour le mariage religieux. Ils n’avaient pas l’argent pour le voyage, ils n’avaient pas de meubles, ils n’avaient rien, même après avoir travaillé si dur pendant tant d’années. Pour finir quelqu’un leur a avancé l’argent du billet. Mais Erino n’avait pas d’habits de cérémonie! C’est elle qui, ayant travaillé, a pu lui fournir ce qu’il fallait. Il en a souffert dans sa légitime fierté d’homme.

    Comme les gens savaient qu’ils étaient chrétiens, ils ne payaient pas leurs factures! La famille Dapozzo ne recevait donc qu’une partie de ce qui lui était dû, ils arrivaient juste à vivre, à vivoter.

    Notons aussi le dur combat que mena madame Dapozzo durant la Deuxième Guerre Mondiale, où séparée de son mari déporté en Allemagne, elle resta seule avec ses quatre enfants, d’abord en France; puis en Suisse en 1944 où elle fut rejointe par son mari l’année suivante grâce à une permission providentielle, tout à fait exceptionnelle, accordée par Himmler lui même !

    Le frère Dapozzo a travaillé à plein temps dans le ministère seulement après la guerre ; avant c’était toujours en plus du travail professionnel ! Il a fait des réunions clandestines d’abord, puisqu’on lui avait interdit de parler. Les gens l’invitaient et il allait clandestinement dans les maisons pour tenir des réunions.

    C’était un homme joyeux avant tout, très épanoui ! Ce qui l’attristait, par contre, c’était de voir la cadette de la famille ne pas vouloir marcher dans les voies du Seigneur. Cela a été toujours un grand fardeau pour lui.

    Il a aussi connu le mépris, l’incompréhension, beaucoup d’incompréhension… Mais une autre source de grande souffrance c’était aussi, bien sûr, ce qui se passait, ce qui se passe encore aujourd’hui, dans les églises: la mondanité, la superficialité, l’amour de l’argent, le matérialisme… Cela le faisait beaucoup souffrir.

    Il y a eu aussi ses combats en Italie, contre le clergé, qui lui en a fait voir de toutes les couleurs… Mais ça, c’était peu. Il souffrait beaucoup plus de tous les problèmes qui agitaient les églises. Il était tout à fait désintéressé et très sérieux. Il contrôlait avec soin les dépenses; ainsi, il a pu acheter et donner 27 tentes dont une quinzaine aux églises pentecôtistes d’Italie. Ce ne sont pas des petites tentes de camping, ce sont de grandes tentes d’évangélisation de 200, 800 ou 1000 places. Il travaillait du Nord au Sud de l’Italie avec les évangélistes, à tel point qu’il aurait pu faire une mission sous tente «Dapozzo», mais il n’a jamais voulu faire ainsi.

    Il repérait sur place, en Italie, un chrétien authentique, qui voulait faire quelque chose, un missionnaire, un pasteur qui n’avait pas d’outil, pas de moyens, juste de quoi vivre. Alors il lui donnait une tente, quelle que soit sa dénomination : « C’est à vous », disait-il ! Ils lui répondaient: « On t’écrira ! » « Non, non, faites rapport au Seigneur. Vous êtes responsables devant Dieu. Non, pas de rapport à m’envoyer, cela vous appartient ». Il travaillait librement avec une grande bénédiction. Voilà le genre d’homme que c’était, tout à fait désintéressé. C’était l’affaire du Seigneur, pas son affaire.

    Après sa maladie, il a remonté la pente, il s’en est remis, même si ce n’était pas à 100%. Il était complètement paralysé, mais il a réappris à marcher. Ils habitaient là haut, chez des amis, parce qu’il avait quand même besoin de soins et sa femme ne pouvait pas le soigner toute seule. Et là, il se remettait, il récupérait bien des forces, et voilà que tout d’un coup, un jour, il a eu des maux de ventre terribles. Ils ont tout de suite avisé le médecin qui est venu et qui a dit : « C’est très très grave ! Il faut tout de suite l’hospitaliser ». Ils ont fait des analyses. Et ils ont dit : « C’est une question d’heures. On ne sait pas exactement ce qu’il y a, mais dans l’état de faiblesse où il est, il y a de grands risques, il faudrait tout de suite l’opérer pour voir ce qu’il y a, mais on ne peut pas vous garantir qu’il supporte cette opération ». Alors tout de suite, ils ont fait venir toute la famille, pour décider : Qu’est ce qu’on va faire ? Est ce qu’on prend le risque de l’opérer, ou bien… ?» Certains disaient : « Mais c’est sûr qu’il faut tenter… » Et d’autres disaient : Il faut demander à Erino. C’est lui qui doit décider, puisqu’il est lucide, tout à fait lucide. Erino, c’est toi qui dois dire ! On va prier, mais c’est toi qui diras ce qui doit se faire. »

    Alors on a prié ensemble. Et puis, il a dit: «Chers enfants, chère famille, je ne veux pas qu’on m’opère. J’ai travaillé pour le Seigneur, toute ma vie lui a été consacrée, je suis dans sa main ; le Seigneur peut faire un miracle comme il en a fait souvent dans ma vie, il peut le faire instantanément, et puis sinon, si c’est l’heure qu’il me rappelle, et bien, moi, je me réjouis d’arriver dans sa présence ». Alors, ils ont dit au médecin : « C’est tout clair. Nous nous soumettons à sa décision. C’est lui qui l’a décidé comme ça, alors on renonce. » Et puis, trois quart d’heure après, il partait, c’était en 1974, il avait 67 ans.

    Télécharger la biographie

    « Erino Dapozzo par Fredy Gilgen », biographie trouvée sur www.lirelabible.com

  •  
  •  

Partager cet article

Repost0
1 septembre 2014 1 01 /09 /septembre /2014 17:43

Il s’appelle Mohammed. D’origine ghanéenne, ce maçon musulman ne s’attendait sûrement pas à vivre la soirée qui bouleversa à jamais sa vie.

Circonstance inespérée. Venant de la ville de Tema, située à l’est de la capitale, Mohammed s’en allait prendre son train pour rejoindre Panisie. L’ayant loupé de peu, l’idée impromptue lui vint alors de se rendre à l’Independence Square, où se déroulait, à sa grande surprise, un rassemblement évangélique.

Jésus est le Fils de Dieu. Assis parmi la foule, cet homme atteint de surdité depuis 2 ans, se mit miraculeusement à entendre. Sans prière, sans action de sa part, il fut guéri.

D’une ouïe à présent parfaite, au micro, tout tremblotant, Mohammed témoigne. Emu et sous le choc, celui dont la vie ne se résumait qu’au Coran, reconnaît devant la foule présente la nature divine de Jésus-Christ.
Ne s’arrêtant pas là, il lance un appel en direct à sa femme.

« Ma femme n’est pas en train de suivre cet événement. Mais je demande à quiconque voit mon visage et me reconnaît – mon nom est Mohammed – de dire à mon épouse que Jésus est le Fils de Dieu et qu’il m’a guéri. Je suis guéri. Je peux entendre, je peux entendre ! »

Emerveillée comme toujours devant les prodiges du Christ, la foule, debout, acclama et des cris de joie retentirent au sein de l’Independence Square.

« C’est pourquoi aussi Dieu l’a souverainement élevé et lui a donné le nom qui est au-dessus de tout nom, afin qu’au nom de Jésus tout genou fléchisse dans les cieux, sur la terre et sous la terre, et que toute langue confesse que Jésus-Christ est Seigneur, à la gloire de Dieu le Père. » {Philippiens 2 : 9}

Aujourd’hui, un musulman a confessé que Jésus-Christ est Seigneur ! Alléluia !

{Artistes Press}

Regardez la vidéo facebook
 
 

Partager cet article

Repost0
22 juin 2014 7 22 /06 /juin /2014 19:02

 

Du latin Testimonium, le témoin a vu, entendu ou vécu quelque chose et peut le certifier, le rapporter à d’autres. Assurant être exempt de toute fourberie, il est pris comme référence pour faire apprécier les effets d'un traitement, d'un fait ou d'une action.

« Vous recevrez une puissance, le Saint Esprit survenant sur vous et vous serez mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée , dans la Samarie et jusqu'aux extrémités de la terre » {Actes 1 v 8}.

Assurément un bon témoin se jauge sur la qualité et la véracité de son témoignage rendu. Nous pourrions de la même sorte, être amené à tenir ce rôle dans notre vie de tous les jours auprès des croyants et incroyants pour attester du message du Christ.
Tout simplement par notre attitude, nos manières, nos habitudes, notre accoutrement, notre langage et plus encore au travers de ce que nous traversons ou avons traversé.
« Nous faisons donc les fonctions d'ambassadeurs pour Christ, comme si Dieu exhortait par nous; nous vous en supplions au nom de Christ: Soyez réconciliés avec Dieu! » {2 Corinthiens 5 v 20}

L'homme du Jour

Né sans pieds et sans mains, Nick aurait pu avoir des raisons irréfutables selon le commun des mortels de renier Dieu, de se rebeller à tout jamais s'estimant lésé mais il refusa de rester prisonnier de sa morbide détresse.
Epris d’un courage miraculeux, il entreprit de livrer publiquement son histoire, sa foi en Dieu, ses espoirs jusqu'aux extrémités du globe, à tous les peuples de la terre, au travers de rencontres variées et diverses.

Ce matin-là du 4 décembre 1982, à Melbourne, une ville d’Australie, une famille de pasteurs découvre avec stupéfaction que leur premier enfant, leur fils est né sans membres. Ni inférieurs, ni supérieurs, juste le torse et la tête. Imaginez une seconde l’effroi. Celui des parents, des amis, de l’église, les médecins n'ayant à les soulager d'aucune raison médicale. Pourquoi ? Allait-il survivre ?
Souvenirs pénibles, selon ses propres dires : « ma mère au début ne voulait pas me tenir dans ses bras, elle ne voulait pas même m'allaiter ».
En grandissant, Nick ne pouvait aucunement faire confiance à Dieu ni se faire confiance à lui-même à la vue des autres enfants qui n'étaient guère semblables à lui.
Il raconte qu'à l'âge de huit ans, période où bon nombre d'entre eux vivent encore l'insouciance, lui essaya de se donner la mort par noyade puis abandonna l’idée en pensant à la douleur des siens.
Ce fut bien la dernière fois qu'il tenta ce funeste dessein puisqu’un jour sa mère lui montra un article paru sur un homme sévèrement handicapé et lui annonça : « Nick, Dieu va t'utiliser , je ne sais où ni comment mais il va le faire ». Et de nouvelles graines commencèrent à germer dans son cœur.

La belle leçon de vie et d’humilité

Sa bouleversante histoire, Nick la transmet, sincèrement, presque le sourire aux lèvres comme pour nous dire gardez votre joie et votre foi en Dieu et témoignez comme moi de ses hauts faits .
« J’ai compris que ça ne servait à rien d'être coupé de l'extérieur lorsqu'on était brisé de l'intérieur. J'ai découvert que Dieu pouvait guérir sans changer les circonstances et j'ai donné ma vie à Jésus à 15 ans en lisant Jean 9 ».
En effet, dans ce passage, il est question d'un homme aveugle de naissance que Jésus rencontre ; les gens lui posant la question de la raison de ce handicap , il répondit que c'est afin que les œuvres de Dieu soient manifestées en lui.
« Je crois que c'est Dieu qui m'a insufflé la vie et la foi, cette foi est venue sur moi, cette paix est venue sur moi, j'ai trouvé la vérité en Jésus- Christ, la réponse à mes questions ».
Reconnaissant la valeur intrinsèque dans l'amour de Jésus seul, Nick y puisa sa force et fit ce que tout le monde pensait impossible pour lui.

« Car il a été crucifié à cause de sa faiblesse, Mais il vit par la puissance de Dieu; nous aussi, nous sommes faibles en lui, mais nous vivrons avec lui par la puissance de Dieu... » {2 Corinthiens 13 v 4}.

Aujourd'hui, à l’instar de ses parents qui servent toujours ardemment le Seigneur, Nick Vujicic né Nicholas James Vujicic est un prédicateur, un motivateur et directeur d’un organisme à but non lucratif : « Life Without Limbs » littéralement «Vie sans membres », dédié aux personnes handicapées. Côté vie privée, l’homme est l'époux d'une ravissante femme du nom de Kanae et l'extraordinaire papa d'un joyeux garçonnet.

« [...] Mais le Seigneur m'a dit : ma grâce te suffit, car ma puissance manifeste sa force dans l'infirmité. Je me glorifierai donc très volontiers plutôt dans mes infirmités; afin que la puissance du Christ repose sur moi et à cause de cela je prends plaisir dans les infirmités, dans les injures, dans les nécessités, dans les persécutions, et dans les angoisses pour Christ; car, quand je suis faible, c'est alors que je suis fort. » {2 Corinthiens 12}

Artistes Press

 

 
 
 
 

Partager cet article

Repost0