Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : SIGNES ET PROMESSES
  •               SIGNES ET PROMESSES
  • : Ce Blog a pour but au travers de son contenu, d'édifier l'église de Jésus-Christ, de faire connaître à nos contemporains l'amour de Dieu manifesté en Jésus son fils bien aimé.Les messages qui seront diffusés veulent être en bénédictions à tous les milieux, en rappelant qu'aujourd'hui, Dieu veut encore faire éclater parmi ceux qui ont soif, les signes de sa Puissance, et accomplir ses Glorieuses Promesses. Aquilas
  • Contact

VERSET BIBLIQUE

Je suis le chemin, la vérité, et la vie. Nul ne vient au Père que par moi. ( Jean 14 : 6) 

Recherche

Liste D'articles

  • Chine: des chrétiens poussés à la...
    Chine: des chrétiens poussés à la clandestinité https://t.co/LdEwxT7h9p Patrick Gassend (@Ichtus1) December 02, 2021 Difficultés économiques, surveillance extrême: dans l'Ouest de la Chine, le quotidien des chrétiens d'origine musulmane est une lutte...
  • L'AVÉNEMENT DE CHRIST
  • JE SUIS
    Tous les noms de Dieu dans le psaume 23www.iltaime.com
  • LE NOUVEL ÉVANGILE DU DOMINIONISME
    Dominionisme : doctrine qui appelle les chrétiens à entrer en gouvernance du Monde, en intégrant l'ensemble des rouages décisionnels de la société, afin de la diriger (d'en prendre le leaders...
  • Pleurez pour vos bergers ! (Partie 2/2)
    Un jour de jugement va tomber sur les faux bergers ! Les prophètes ont prédit un jour de jugement soudain sur les bergers et les ministères qui ont trompé le peuple de Dieu. On arrive à un temps où Dieu ne peut plus supporter la cupidité, l’égocentrisme,...
  • Bilan de l'année 2020 : Qu'ont vécu les chrétiens persécutés ?
    Psaumes 37:40 L'Éternel les secourt et les délivre; Il les délivre des méchants et les sauve, Parce qu'ils cherchent en lui leur refuge. Source: https://bible.knowing-jesus.com
  • Frappez.....
    Matthieu 7:7 « Demandez, et l'on vous donnera; cherchez, et vous trouverez; frappez, et l'on vous ouvrira ». Nous arrivons aujourd'hui au terme de la réflexion concernant cet enseignement de Jésus-Christ pour nos vies. Avant d'aller plus loin et de voir...
  • Cherchez.......
    Matthieu 7:7 : « Demandez, et l'on vous donnera; cherchez, et vous trouverez; frappez, et l'on vous ouvrira ». Hier je me suis arrêté sur la première partie de ce verset cité plus haut. Aujourd'hui, prenons du temps avec la seconde portion de celui-ci:...
  • Demandez.....
    Matthieu 6:7 Demandez, et l'on vous donnera; cherchez, et vous trouverez; frappez, et l'on vous ouvrira. Aujourd'hui, j'aimerai m'arrêter sur la première partie de ce verset : ' 'Demandez, et l'on vous donnera.'' Dans ce passage Jésus revient sur le sentiment...

VISITES

 Que Dieu vous bénisse !

 

Parcours interactif :

                                           https://connaitredieu.com/

   

 


 
 

SOUTIEN

                                                                             Suivez  le lien :Contact  

 

  

Calendrier La Bonne Semence

                

">

 

19 octobre 2013 6 19 /10 /octobre /2013 16:43

tp://www.bvoltaire.fr/                                                                                                      

Christine
Boutin
Femme politique
Fondatrice du PCD, ancienne députée, ancien ministre.
   
           

liliths

Entretien réalisé par Jeanne Coral.

Vous vous êtes fait enlacer vendredi dernier en Belgique par quatre femmes seins nus alors que vous interveniez au sein d’une rencontre européenne des jeunes actifs catholiques. Vous êtes restée très calme, apparemment… Pourtant, ça doit être surprenant ?

Effectivement, je ne m’y attendais pas du tout. Je n’avais pas jugé nécessaire que les organisateurs mettent en place des mesures de sécurité particulières. Des femmes et des hommes, une vingtaine de personnes au total, sont entrés dans la salle en criant notamment « caca boutin », ce qui relève d’un niveau intellectuel proche de la maternelle.

J’ai bien entendu été surprise – puis j’ai maintenant de l’expérience, j’ai souvent été agressée et, en général, j’arrive à me contrôler –, mais cette fois, chose incroyable, j’ai eu la sensation d’avoir été inondée d’une véritable douche de paix, une paix très profonde qui explique mon calme.

Juste à côté de vous, l’archevêque de Malines-Bruxelles André-Joseph Léonard a, lui, été la cible de l’entarteur Noël Godin. Ce dernier a affirmé que « cette action, qui a été un succès, visait les anti-homosexuels, anti-avortements et était dirigée contre l’intégrisme catholique ». Vous vous sentez visée ?

C’est le qualificatif qu’a utilisé ce monsieur. Mais je crois que ce qui s’est passé – d’une extrême violence — est révélateur d’un véritable bouleversement de notre société. Nous sommes aujourd’hui entrés dans un combat qui n’est pas d’ordre politique mais d’ordre spirituel. Désormais, la vraie question qui est posée aux Français, c’est celle de la construction, ou non, d’une société sans Dieu. Madame Taubira nous a bien dit qu’elle souhaitait un changement de civilisation. Ce changement de civilisation est en réalité la proposition qui est faite aux Français par le gouvernement actuel, qui est la construction d’une telle société.

Ces femmes nues, qui s’appelaient autrefois « Femen », ont changé de nom. Elles s’appellent désormais les « Liliths ». « Lilith » est une référence diabolique, tout simplement. Ce changement n’est pas neutre. J’affirme aujourd’hui avec force que nous sommes face à un combat spirituel qui va se traduire politiquement. Le positionnement qui nous est demandé n’est plus un positionnement droite/gauche. Il s’agit de savoir si nous voulons une société avec une transcendance ou sans transcendance.

Pourquoi, selon vous, votre message est-il si mal interprété ?

Je ne sais pas s’il est mal interprété. Les « Liliths » et tout le courant de pensée que représentent ces femmes ont parfaitement compris ce que je représente. Je refuse la construction d’une société sans Dieu.

On oppose toujours les actions, un peu spectaculaires, des Femen à l’action plus « pacifique » des Veilleurs. N’auriez-vous pas intérêt à changer de registre et à faire davantage parler de vous ?

Je ne cherche pas à faire parler de moi. J’essaie simplement de vivre ma foi en vérité. En revanche, les idées que je porte et les questions que je pose sont beaucoup plus importantes. Et il se trouve que mon engagement politique me permet d’avoir une parole et de dire les choses. Être catholique, c’est être profondément libre. Mais pour être libre, encore faut-il avoir la connaissance des enjeux. Or, en tant que femme politique, j’ai un regard depuis trente ans sur ce qu’il se passe dans notre pays, et je sais qu’aujourd’hui, la question qui est posée est bien celle de la transcendance de notre société.

 

> EN SAVOIR PLUS SUR "LILITH"

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
19 octobre 2013 6 19 /10 /octobre /2013 16:22

Voix de la Russie        

Partager cet article

Repost0
10 octobre 2013 4 10 /10 /octobre /2013 17:08

  Rue89     Hélène Crié-Wiesner                                                                            

 

On a beau être farouchement athée, tenir la religion pour naïve voire dangereuse, il y a des situations qui obligent à tempérer les jugements à l’emporte-pièce.

En Louisiane, la prison de haute sécurité d’Angola accueille 6 300 détenus, dont les trois-quarts purgent des condamnations à perpétuité, ou du moins si longues que cela revient au même (genre 45 ou 75 ans). Le pénitencier possède un quartier spécial pour ses vieillards.

Jusque dans les années 90, l’établissement était l’un des plus violents et dangereux des Etats-Unis, tant pour le personnel que pour les prisonniers. Depuis qu’en 1995 y a été introduit un cycle universitaire d’études théologiques, suivi par plusieurs centaines de détenus, l’ambiance générale a changé du tout au tout.

Un détenu prêche la joie à des meurtriers et des violeurs

Je vais entrer plus loin dans les détails stupéfiants de cette expérience décidément très américaine. Ils figurent dans un reportage récent du New York Times, qui s’ouvre sur la figure de Daryl Walters, 45 ans, condamné pour meurtre il y a vingt ans, aujourd’hui pasteur assistant dans sa prison :

« Ce soir, Daryl prêche le Gospel à 200 codétenus dans une des églises de son pénitencier, il parle de salut et de joie à des meurtriers, des violeurs et des voleurs, qui balancent leurs bras face au chœur chrétien de musique sacrée constitué de prisonniers. »

J’explique d’abord pourquoi j’ai choisi ce sujet susceptible de faire ricaner plus d’un lecteur :

  • cet article du NYT fait écho au témoignage du curé des Baumettes publié il y a quelques jours sur Rue89, qui racontait son action dans une prison française ;
  • avant d’être journaliste, j’étais éducatrice dans l’administration pénitentiaire (maintenant on dit « conseiller d’insertion »). Dans les prisons où j’ai travaillé, j’ai eu affaire aussi bien à des nonnes épouvantables qu’à des aumôniers fantastiques et, toujours, la religion m’est apparue comme un aspect significatif de la vie carcérale ;
  • pour Libération, en 2009 et 2010, je suis allée plusieurs fois dans le couloir de la mort du Texas discuter avec un prisonnier que la foi empêche de devenir fou et avec des militants abolitionnistes portés par un inébranlable credo chrétien ;
  • plus généralement, l’Amérique est tellement imbibée de religion – au moins autant que le Moyen-Orient – qu’on ne peut pas se contenter de mépriser, ou même poser un regard amusé, sur des initiatives comme celle-là, qui ont un impact indéniable sur la vie de milliers de personnes.

Le cinéma raconte bien la violence des prisons américaines

Revenons-en au pénitencier d’Angola, en Louisiane, dont la capacité d’accueil est à comparer à celle du centre pénitentiaire de Fleury-Mérogis (Essonne), pourtant le plus grand d’Europe avec une capacité de 2 800 places, mais 3 900 détenus incarcérés. Je rappelle qu’ils sont 6 300 à Angola.

Angola n’est pas la plus grande prison des Etats-Unis, loin de là. Les complexes de Rikers Island, à New York, et Huntsville, au Texas, tournent entre 12 000 et 17 000 prisonniers. Inutile de s’étendre sur la violence qui peut régner dans de pareilles cités closes, le cinéma et les séries télé racontent tout ça très bien.

                             
                         

 

Voici quelques extraits de l’article du NYT, dans une traduction que j’espère correcte :

« Daryl Walters est diplômé d’un programme d’enseignement des plus intrigants : le collège Southern Baptist Bible, situé à l’intérieur de l’immense établissement pénitentiaire, offre un cursus rigoureux en quatre ans comportant notamment des cours de grec et d’hébreu, ainsi que des techniques pastorales “parallèles” pouvant être utilisées dans les dortoirs et les réfectoires.

Le programme a généré jusqu’à présent 241 diplômés, presque tous des condamnés à perpétuité qui vivent et travaillent parmi leurs codétenus. Des douzaines de ces diplômés ont été transférés dans d’autres prisons du pays pour y servir comme prêcheurs et conseillers.

La religion pour éviter la rage et le désespoir

Burl Cain, qui dirige la prison depuis 1995, assure que l’impact du programme va bien au delà du simple prosélytisme religieux auprès des détenus. La prison est devenue plus calme. [...]

M. Cain a utilisé la religion et le conseil de détenu à détenu – méthode adossée à une discipline stricte – pour promouvoir ce qu’il appelle “la réhabilitation morale” des individus, et un sens de la communauté parmi des hommes qui pourraient facilement se laisser consumer par la rage et le désespoir.

“Le plus grand ennemi ici est le manque d’espoir”, dit M. Cain, qui a tenté, sans succès, d’arracher à l’Etat davantage de libérations conditionnelles. “Mais si vous croyez en un être suprême, vous réalisez qu’à votre mort, vous serez libre.” »

Trouver la paix quand on est encore vivant

Mouais ! Après tout, si ce genre d’espoir peut apporter la paix du vivant des enfermés, pourquoi pas ? Le fait est que la méthode fonctionne pour certains, je l’ai constaté avec Roger McGowen qui moisissait depuis 23 ans dans les 6 m2 de son couloir de la mort texan.

L’enseignement biblique a démarré à Angola en 1995 à l’initiative du directeur Cain, lorsque celui-ci est arrivé dans un contexte de sévères coupes budgétaires dans les programmes scolaires de la prison. L’église baptiste de la Nouvelle-Orléans a proposé de prendre en charge ce programme, lequel, à la longue, a profondément modifié la vie de toute la prison.

« Parmi les diplômés, il y a eu quinze musulmans qui ont suivi les mêmes cours basés sur la bible, et qui font office d’aumôniers auprès des 250 prisonniers de leur religion.

Quelques 2 500 détenus au total fréquentent avec assiduité les différents offices religieux offerts dans la prison, la plupart protestants ou catholiques, mais aussi musulmans, juifs et mormons. La population carcérale est noire à 75%, avec un petit nombre de Latinos. »

Conforme à la constitution américaine ?

Le succès d’Angola est si probant que le Texas vient de lancer une expérience analogue avec le Southern Baptist Seminary auprès de détenus condamnés à au moins dix ans. Et d’autres collèges bibliques carcéraux sont en préparation dans plusieurs autres Etats.

Le NYT signale que l’Union américaine pour les libertés civiques s’est penchée sur le cas d’Angola, se demandant si l’Etat ou l’église n’enfreignaient pas la constitution en utilisant de l’argent public ou la coercition pour promouvoir une religion particulière.

Apparemment non : tout est légal dans la mesure où ce sont des fonds privés qui financent le programme, lequel fonctionne sur la base du volontariat, et accepte les non-chrétiens.

Et si les détenus avaient de quoi s’occuper autrement ?

Le NYT a posé à des spécialistes une question qui me semblait évidente depuis le début : est-ce vraiment la religion qui pacifie les prisons ? J’ai été soulagée de lire la réponse d’une professeure d’étude religieuse :

« Pas forcément. Les prisons aiment la religion parce qu’elle occupe les gens. Quand en plus le programme d’enseignement est financé par le privé, c’est très attractif. »

Toujours est-il que la violence a spectaculairement chuté à Angola en deux décennies. En 1990, la prison avait recensé 280 attaques de détenus envers le personnel, et 1 107 entre eux. En 2012, les chiffres étaient tombés à 55 et 316.

Si les détenus bénéficiaient à la place d’une solide formation intellectuelle ou professionnelle, avaient la possibilité de s’occuper à des activités utiles et passionnantes, le niveau de violence dans la prison chuterait-il dans les mêmes proportions ?

Des tas d’expériences depuis les années 70

Peut-être. Bien des expériences novatrices ont été menées en milieu carcéral depuis les années 70. C’est d’ailleurs pour participer à ce mouvement que j’avais choisi autrefois de travailler en prison, avant de me décourager face à l’absence de moyens et de volonté politique.

Mais peut-être pas. Quelle activité autre que la pratique religieuse peut envahir l’esprit en continu et induire des comportements collectifs ou individuels durables ?

Dans un espace aussi clos et confiné qu’une prison, quand il s’agit pour les détenus de supporter au mieux un enfermement à perpétuité, et pour l’administration de faire baisser les tensions, la religion n’est peut-être pas une mauvaise solution.

 

Aller plus loin

 

                                         ______________________
"la religion n’est peut-être pas une mauvaise solution."
Réponse : Dieu sauve encore aujourd'hui, et merci pour ce qu'il fait dans les prisons.
La vraie religion n'est ni à base de règles, ni à base de rituels. La vraie religion consiste en une relation personnelle avec Dieu. Deux choses que toutes les religions tiennent pour vraies sont le fait que l’humanité est séparée de Dieu d'une façon ou d’une autre, et doit être réconciliée avec Lui. La fausse religion cherche à résoudre ce problème en observant des règles et des rituels. La vraie religion résout le problème en reconnaissant que Dieu seul pouvait rectifier la séparation et c'est ce qu'Il a fait aussi. La vraie religion reconnaît la chose suivante :

• Nous avons tous péché et sommes donc séparés de Dieu (Romains 3:23).

• Si non rectifiée, la juste peine qu'exige  péché est la mort et la séparation éternelle d’avec Dieu après la mort (Romains 6:23).

• Dieu est venu dans la Personne de Jésus-Christ et est mort à notre place, prenant la punition que nous méritions. Il est aussi ressuscité pour démontrer que Sa mort était un sacrifice suffisant (Romains 5:8; 1 Corinthiens 15:3-4; 2 Corinthiens 5:21).

• Si nous recevons Jésus comme Sauveur, ayant confiance en Sa mort comme le plein paiement pour nos péchés, nous sommes pardonnés, sauvés, rachetés, réconciliés et justifiés devant Dieu (Jean 3:16; Romains 10:9-10; Éphésiens 2:8-9).

La vraie religion a réellement des règles et des rituels, mais il y a une différence cruciale. Dans la vraie religion, les règles et les rituels sont observés en raison de notre gratitude pour Dieu, pour le salut qu'Il nous a acquis - PAS dans un effort en vue d'obtenir le salut. La vraie religion, qui est le christianisme biblique, a des règles à suivre (ne pas commettre de meurtre, ne pas commettre d'adultère, ne pas mentir, etc.) et des rituels à observer (le Baptême d'eau par immersion et le Repas du Seigneur ou la Communion). L'observation de ces règles et rituels n'est pas ce qui fait une personne juste devant Dieu. Ces règles et rituels sont plutôt le RÉSULTAT d'être en relation avec Dieu, par sa grâce et par la foi en Jésus-Christ seul comme Sauveur. La fausse religion fait des œuvres, a des règles et des rituels) pour tenter de gagner la faveur de Dieu. La vraie religion reçoit Jésus-Christ comme Sauveur et a ainsi un rapport juste avec Dieu –
et fait ensuite des œuvres (des règles et des rituels) en raison de l'amour pour Dieu et du désir de croître en s'approchant toujours plus près de Lui. 
 Le blogueur
                                                      _________________________
                                                  
 
    
 
         

Partager cet article

Repost0
10 octobre 2013 4 10 /10 /octobre /2013 16:20
Actu-Chretienne.Net
Un excès de poids ? Arrêtez les diètes, un ministère évangélique vous propose d’être «libre et mince» par «la Parole de Dieu»…
 
Non, ne souriez pas, ce n’est pas une blague, le «Programme 777» existe bel et bien. Pour 100€ ou 100$ (Il est plus avantageux de payer en dollars)… vous pourrez suivre le séminaire organisé par le couple pastoral Allen et Martine Wilkie. Ancienne obèse qui se sentait mal dans sa peau, la pasteure Martine Wilkie est aujourd’hui une femme filiforme, depuis que Dieu «l’a délivré miraculeusement sans régimes et sans diètes». Sa solution miracle : «la confession de la parole de Dieu !».
Auteure du livre «Sois libre, Sois Mince, par la Parole de Dieu : 7 clés pour une victoire absolue sur la nourriture et votre corps» (295 pages), Martine Wilkie vous invite à «voir votre corps se transformer par la vérité de la parole de Dieu» et vous pose cette question : «voulez-vous refléter la gloire de Dieu à travers votre vie et votre corps ?». Allen et Martine en sont persuadés, avec le Seigneur, il est possible de «retrouver surnaturellement la minceur».
Que des chrétiens puissent souffrir d’un excès de poids, voire même d’obésité, et cherchent par conséquent une «solution miracle» après avoir essuyé moult échecs, je le conçois sans mal. Mais transformer l’Evangile en un régime miracle pour perdre du poids, c’est fort de café. Certes, le marché de l’obésité est juteux et il était inévitable que des «ministères» s’y engouffrent au nom de Dieu, mais si on pouvait éviter de décrédibiliser à ce point l’Evangile, ce serait un moindre mal.
Faut-il être mince pour être libre ?
Allen et Martine Wilkie fondent leur action sur un verset bien connu de l’Evangile : Jean 8 v 36 : «Si donc le Fils vous affranchit, vous serez réellement libres».
Cette notion de «liberté» est très intéressante, parce qu’en réalité, cette quête de la minceur est un véritable diktat, un esclavage des temps modernes. Même les observateurs non chrétiens en ont pleinement conscience. Sur le site Psychologies.Com, une toute autre Martine (Marcowith) écrit à raison que «nous ne sommes plus seuls à nous vouloir minces : la vox populi l’exige et clame l’indignité de ceux qui sont incapables de se conformer à ses idéaux. La fracture pondérale est d’autant plus douloureuse que le monde entier, désormais, nous assourdit des mêmes canons». Autrement dit, sous couvert de liberté, il s’agit bien de devenir l’esclave d’un diktat moderne et de sombrer dans une forme d’idolâtrie, celle du «culte du corps». En regardant la couverture du livre de Martine Wilkie, on peut d’ailleurs sérieusement s’interroger. Se présente-t-elle comme un «modèle physique répondant aux normes de la mode actuelle» ou comme un «modèle de foi répondant aux normes bibliques» ?
Si la minceur s’obtient par la «confession de la Parole de Dieu» et s’il faut être mince pour «refléter la gloire de Dieu à travers votre vie et votre corps», cela signifie donc que Dieu nous appelle tous à la minceur et que la minceur est l’un des objectifs spirituels à atteindre dans nos vies. De qui se moque-t-on ! Dieu serait-il à ce point superficiel ? Non seulement le message du véritable Evangile est tout autre, mais en outre, il ne faudrait pas oublier que cette quête effrénée de la minceur est une obsession relativement récente au regard de l’Histoire de l’humanité.
Auteur du livre «les métamorphoses du gras : histoire de l’obésité du Moyen-Âge au XXème siècle», Georges Vigarello tient à nous rappeler que «des formes luxuriantes des Vénus de Titien aux mannequins exsangues du XXIème siècle, de la valorisation des chairs à l’apologie de la maigreur», l’Histoire est loin d’être uniforme. Les goûts et les idéaux changent. «A l’origine symbole d’opulence, de puissance et de prestige, l’embonpoint est ensuite perçu comme un signe de relâchement autant physique que moral, et la société condamne aujourd’hui ce qui apparaît comme un échec inacceptable de la volonté», écrit Georges Vigarello, précisant encore que «la dictature de l’apparence ne semble pas devoir un jour cesser».
Depuis quand la dictature de l’apparence est un message évangélique que Dieu nous convie à prêcher ? Quand on pense avoir tout vu, tout lu ou tout entendu…
 
Paul OHLOTT
AFFICHE PUBLICITAIRE DU PROGRAMME 777
REGARDER UN SHOW DE MARTINE WILKIE
(dans une église à Champigny-sur-Marne)
 
 
Vraiment n'importe quoi !!!! La parole de Dieu nous appelle à disparaître afin que Christ seul paraisse, mais là c'est le "moi" qui paraît et Jésus qui disparaît !
C'est un faux évangile ou l"on voit l'utilisation de la méthode Coué manifestée à satiété ; rien à voir avec la foi biblique, et d'ailleurs la vrai liberté en Christ est celle qui nous affranchit du péché.le blogueur

Partager cet article

Repost0
8 octobre 2013 2 08 /10 /octobre /2013 11:09

Actu-Chretienne.Net

Charles-Henri JAMIN, Président du Parti Chrétien-Démocrate s’insurge contre le projet d’organisation de GayGames en 2018 à Paris. Dans un communiqué, il déclare :

«Dans une tradition multiséculaire, les jeux olympiques sont porteurs de valeurs universelles liées au goût de l’effort et à la fraternité.

Aucune déclinaison communautariste ne peut se justifier autrement que par une manipulation de l’esprit du sport et des Jeux Olympiques au profit de revendications qui n’ont rien à voir.

Indéniablement, l’organisation des GayGames constitue une promotion de lobbies gays et lesbiens qui utilisent à des fins militantes la beauté et la notoriété d’un rendez-vous sportif qui appartient au patrimoine mondial.

Le Parti Chrétien-Démocrate appelle les Français et plus spécialement les Parisiens, qui financeraient sur leurs impôts cette manifestation en 2018,  à résister là aussi à une dérive inacceptable».

Partager cet article

Repost0
8 octobre 2013 2 08 /10 /octobre /2013 10:59

http://www.metronews.fr/

SPORT - La capitale a remporté hier soir à Cleveland l'organisation de la compétition sportive des Gay Games en 2018. 15 000 sportifs, amateurs ou professionnels vont débarquer dans la capitale pour faire du sport, mais aussi pour faire la fête.  

Drapeau Gay

Les Gay Games vont accueillir pas moins de 10 000 sportifs dans la capitale en 2018. Photo :  PATRIK STOLLARZ / AFP

Une jolie revanche sur Londres ? Cette nuit, à Cleveland, le comité organisateur des Gay Games a désigné Paris comme ville organisatrice de l'édition 2018. Une jolie victoire pour l'équipe qui porte ce projet depuis maintenant un an.

La compétition, qui existe depuis 1982, rassemble à chaque édition plus de 15 000 sportifs, amateurs ou professionnels. À l'époque, pour défendre le dossier, la coprésidente de l'association Paris 2018, Chris Fanuel expliquait simplement "Les Gay Games, c'est le plus grand événement sportif et culturel au monde, ouvert à tous et à toutes !" Pour cet événement sportif, pas question de discrimination, tout le monde peut participer, "quel que soit son niveau, sa sexualité ou son état de santé", détaille Chris Fanuel.

Et Paris en 2024 ?

Une compétition qui se déroule aussi en dehors des terrains, avec, pendant une dizaine de jours, des tournois, mais aussi des concerts, des activités culturelles et des conférences. Car bien que l'événement se veuille totalement ouvert à tous, il comporte aussi une dimension militante. "L'homosexualité dans le sport est encore un énorme tabou, détaille Chris Fanuel. Dans certains pays, des fédérations interdisent même à leurs sportifs de participer aux Gay Games !"

Une actualité qui pourrait en entraîner une autre. C'est en effet l'année prochaine, en 2015, que la France doit se décider sur la candidature de Paris pour les Jeux Olympiques de 2024.

Partager cet article

Repost0
6 octobre 2013 7 06 /10 /octobre /2013 19:05

                                                                                                                                      

Au Nigéria, les églises attirent les foules, surtout celle des Pentecôtistes qui compte 3O millions de fidèles.

Chaque dimanche, à Lagos, ils sont des milliers à venir écouter leur pasteur prêcher la théologie de la prospérité, dans d'immenses hangars à prière. "La réussite financière est une bénédiction divine".

A Lagos, le "Tabernacle de la foi" : chaque dimanche, 50.000 fidèles viennent écouter le pasteur David Oyedepo. © Géo - Pascal MAITRE

Le Nigéria, avec 170 millions d'habitants, est le pays le plus peuplé d'Afrique, "un pays où la religion est devenue le plus gros business après le pétrole", écrit Jean-Christophe Servant, dans le magazine Géo, "où les hangars à prière des Pentecôtistes font face aux mosquées des musulmans".

A Lagos, les églises débordent, certaines sont devenues de véritables multinationales et se sont étendues à tos à tous les continents. Dans la capitale économique, on compte 500 paroisses, 4OOO autres dans le pays et des centaines à travers le monde.

Le pasteur Kumuyi , selon le Foreign Policy, est l'un des 5OO hommes les plus influents du monde. En 2O25, d'après le site Vatican Insider", on comptera près de 8OO millions d'adeptes; des adeptes attirés par la théorie de la prospérité importée des Etats-Unis, qui lie la réussite religieuse à la réussite matérielle.

Au Nigéria, les principales églises ont investi dans l'enseignement supérieur et ont construit leur propre université privée; mais seule une minorité peut y accéder, l'inscription coûtant cher, 3OOO euros pour l'année. Autant dire, une fortune dans ce pays où "1OO millions de personnes vivent avec moins d'un euro par jour". 

                                                                   Sandrine Marcy 

Partager cet article

Repost0
6 octobre 2013 7 06 /10 /octobre /2013 18:54

       L'Égypte et la Syrie ont attaqué simultanément Israël le 6 octobre 1973. © ABBAS/SIPA

Le 6 octobre 1973, l'Égypte et la Syrie attaquaient Israël, causant un vrai traumatisme dans le pays. Quarante ans après, la guerre du Kippour pèse encore sur les relations israélo-arabes.

Guerre du Kippour pour les Israéliens. Guerre du Ramadan dans les pays arabes. Le 6 octobre 1973, l'Égypte et la Syrie déclenchaient une opération militaire contre Israël. Pris par surprise, le pays mit trois semaines avant de repousser l'attaque. Alors quarante ans après, le souvenir est encore fort dans les deux camps.

Les deux pays avaient attaqué le jour de Yom Kippour, le jour le plus saint du judaïsme, le jour du Grand Pardon pendant lequel les synagogues sont pleines. C'est à 14h précises ce jour-là que l'Égypte et la Syrie ont lancé conjointement leur attaque. Les troupes égyptiennes pénétrèrent dans la péninsule du Sinaï au Sud tandis que la Syrie attaquait sur le plateau du Golan, au Nord.

 

Un traumatisme pour Israël

Surprises, les autorités israéliennes avaient mis 24h à 48h avant d'arrêter la progression des forces arabes et une semaine avant de pouvoir lancer une contre-offensive. Conséquences : de lourdes pertes pour les militaires israéliens, plus de 2.500 morts, et la fin du mythe d'invincibilité d'Israël. La Guerre des Six-Jours, à peine six ans auparavant, s'était conclue par une victoire écrasante d'Israël.

La Guerre de Kippour, souvenir d'un revers donc pour Israël qui reste méfiant dans les relations internationales. "Le monde ne doit pas se laisser abuser par le subterfuge de l'Iran en allégeant les sanctions" a déclaré le Premier ministre Benjamin Netanyahu vendredi.

La Guerre du Ramadan, souvenir d'une réussite militaire pour l'Égypte. Alors pour ce 40e anniversaire, et les partisans, et les opposants du président déchu Mohamed Morsi ont appelé à des rassemblements en marge des célébrations.

Quarante ans après, la Guerre du Kippour est encore dans tous les esprits.

La Guerre du Kippour est encore un traumatisme - Reportage à Jérusalem de Sébastien Laugénie  

Lecture
 

Par Valérie Xandry

 

Partager cet article

Repost0
6 octobre 2013 7 06 /10 /octobre /2013 18:08

http://www.lefigaro.fr/

Israël a condamné une résolution définissant la circoncision des garçons pour motifs religieux, pratiquée dans le judaïsme et l'islam, comme une «violation de l'intégrité physique».

Correspondant à Jérusalem

Le gouvernement israélien n'a pas mâché ses mots pour condamner, vendredi, la résolution adoptée trois jours plus tôt par l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe (APCE). Ce texte, qui établit un parallèle entre la circoncision et les mutilations génitales féminines, recommande aux États «de sensibiliser davantage leurs populations aux risques potentiels que peuvent présenter certaines de ces pratiques pour la santé physique et mentale des enfants». Une démarche qui, aux yeux du porte-parole du ministère israélien des Affaires étrangères, constitue «une tache morale» et «encourage la haine et les tendances racistes de l'Europe».

« Toute comparaison de la circoncision à la pratique condamnable et barbare des mutilations génitales féminines est au mieux le signe d'une ignorance consternante.»

Le porte-parole du ministère israélien des Affaires étrangères, Yigal Palmor

Cette controverse intervient un an environ après celle suscitée, en Allemagne, par la décision d'un tribunal de Cologne qui avait mis la circoncision hors la loi, suscitant une levée de boucliers parmi les rabbins orthodoxes ainsi qu'au sein de la classe politique. Le rabbi Goldschmidt avait à l'époque dénoncé «l'une des plus sévères atteintes à la vie juive en Europe depuis l'Holocauste», tandis qu'Angela Merkel avait déclaré: «Je ne veux pas que l'Allemagne soit le seul pays au monde dans lequel les juifs ne peuvent pas pratiquer leurs rites».

Israël demande le retrait immédiat du texte

La résolution de l'APCE, basée sur un rapport rédigé par la députée allemande (sociale-démocrate) Marlene Rupprecht, préconise l'ouverture d'un débat public sur les «opérations et interventions sans justification médicale» pratiquées sur des enfants. Elle demande en outre aux États «d'adopter des dispositions juridiques spécifiques pour que certaines interventions et pratiques ne soient pas réalisées avant qu'un enfant soit en âge d'être consulté».

À l'appui de la résolution, la députée Marlene Rupprecht cite l'avis de plusieurs spécialistes qui attestent des «risques potentiels» de la circoncision «pour la santé physique et mentale des enfants». Le gouvernement israélien, au contraire, se réfère à une étude de l' American Academy of Pediatrics démontrant, selon lui, «les bienfaits de la circoncision néonatale».

Jugeant le texte «intolérable», le gouvernement israélien en a réclamé vendredi le retrait immédiat. «Toute comparaison de la circoncision à la pratique condamnable et barbare des mutilations génitales féminines est au mieux le signe d'une ignorance consternante, s'insurge le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Yigal Palmor. Au pire, c'est de la diffamation et de la haine antireligieuse».

Partager cet article

Repost0
6 octobre 2013 7 06 /10 /octobre /2013 16:55
http://www.latrompette.net
Article du Pasteur Curry Blake.
Nous pensons trop souvent que nous ne sommes pas encore prêts pour répondre à l'appel de Dieu !

Source  http://www.curtaintorn.com/jglm/articles/awordfromcurry.htm

Beaucoup de Chrétiens attendent passivement que Dieu les appelle, alors que c'est Dieu qui attend qu'ils répondent à l'appel qu'Il nous a déjà lancé dans Sa Parole. Si cet article parvient à toucher ton cœur, c'est que tu es prêt à répondre à cet appel !

Quand je suis devenu Chrétien, à l'âge de 17 ans, j'ai aussitôt compris quelle était la volonté de Dieu pour ma vie. J'ai su que je devais immédiatement aller prêcher l'Evangile partout, à tous les hommes ! Depuis ce moment-là, Dieu m'a aussi poussé à appeler tous ceux qui voulaient se lancer dans un ministère semblable.

A mesure que les générations plus âgées commencent à ralentir leurs activités ou à s'enfoncer dans les traditions, c'est le devoir des générations plus jeunes de reprendre le flambeau et d'aller de l'avant. Tant que vous resterez fidèles à l'Ecriture, vous ne vous égarerez pas.

Il va sans dire que beaucoup de ceux qui liront cet article ne répondront pas à mon appel, pensant qu'il est trop radical. Mais que ceux qui ont des oreilles pour entendre entendent ce que l'Esprit dit aux Eglises !

Voici quelques textes fondamentaux :

"Efforcez-vous d'entrer par la porte étroite. Car, je vous le dis, beaucoup chercheront à entrer, et ne le pourront pas" (Lic 13 : 24).

"Mais étroite est la porte, resserré le chemin qui mènent à la vie, et il y en a peu qui les trouvent" (Matthieu 7 : 14).

"Veillez donc et priez en tout temps, afin que vous ayez la force d'échapper à toutes ces choses qui arriveront, et de paraître debout devant le Fils de l'homme" (Luc 21 : 36).

Ces versets de l'Ecriture nous montrent que la vie de Chrétien n'est pas toujours une marche joyeuse sur un tapis de fleurs ! "Efforcez-vous," "… afin que vous ayez la force…" Les seuls efforts que doivent faire la plupart des Chrétiens modernes consistent à supporter les sermons ennuyeux prêchés par un pasteur impuissant, dans son mausolée de plusieurs millions de dollars.

Pouvons-nous affirmer que nous nous efforçons réellement de servir Dieu fidèlement ?

Si je regarde la vie entièrement consacrée des premiers Chrétiens, je me demande réellement si Jésus trouvera encore la vraie foi sur la terre, quand Il reviendra ! Non seulement nous nous contentons d'une grâce bon marché, mais nous enseignons aux nouveaux Chrétiens à considérer celle-ci comme la norme spirituelle.

L'apôtre Paul a souffert. Il a connu la lapidation, les flagellations, la morsure de serpents venimeux, les naufrages, la faim et les persécutions partout où il allait. Il savait ce qui l'attendait. Il se rendit à Rome en sachant qu'il allait y subir le martyre.

Pourtant, nous avons peur de quitter notre ville si les pneus de notre voiture ne sont pas flambant neufs, ou si nous n'avons pas 1.000 dollars dans notre portefeuille pour couvrir nos besoins. Dieu n'est-Il plus là pour soutenir ceux qu'Il envoie ?

Vous pourriez me dire : "Mais que faire si je ne suis pas encore prêt, et si je n'ai pas encore achevé ma croissance spirituelle ?"

Tout d'abord, combien de temps doit durer cette période de croissance spirituelle ? Ensuite, quand saurez-vous que vous êtes prêt ? Attendez-vous qu'une colombe descende du Ciel pour vous dire, d'une voix audible : "Pars, tu es prêt !" ?

Quand un oiseau adulte pousse son petit hors du nid, l'oisillon n'est certainement pas persuadé qu'il est prêt à voler ! Sinon, il ne résisterait pas !

Admettons que vous n'êtes pas prêt. Savez-vous ce que cela signifie ? Cela signifie que vous n'avez qu'à dépendre de Dieu un tout petit peu plus ! Paul a dit que la puissance de Dieu s'accomplissait dans sa faiblesse, c'est-à-dire dans les domaines où il ne se sentait pas encore pleinement prêt.

Aimeriez-vous connaître un secret ? Les miracles se produisent quand quelqu'un n'est pas prêt à affronter une certaine situation, et qu'il doit alors crier à Dieu pour recevoir l'aide dont il a besoin !

Voici un autre secret : Vous ne serez jamais prêt ! Vous ne serez jamais capable de guérir un homme à la main sèche, de ressusciter quelqu'un d'entre les morts, de fendre une mer en deux, ou de briser les chaînes qui enserrent le cœur d'un pécheur. Seul Dieu peut faire tout cela ! Avec Dieu, c'est tout ou rien ! Si nous n'avons pas toute Sa puissance, nous n'avons aucune puissance ! Dieu manifeste Sa puissance au travers d'hommes comme Moïse, qui a dit : "Pas moi, Seigneur, je ne suis pas prêt à faire ce que Tu me demandes !"

Peut-être avons-nous une fausse conception de la puissance de Dieu. Dieu ne vous donne pas Sa puissance simplement pour faire de vous quelqu'un de puissant. Dieu vous donne Sa puissance, ou, plus exactement, Il manifeste sa puissance au travers de vous, pour que vous puissiez aider les autres. Vous n'êtes rien d'autre qu'un canal !

Dieu cherche surtout des hommes et des femmes qui acceptent d'être des "temples mobiles" de Son Saint-Esprit ! Des hommes et des femmes qui iront avec Dieu au cœur de la bataille pour proclamer à l'humanité : "Voici le salut de Dieu !" Et qui diront ensuite à Dieu : "D'accord, Père, sois glorifié !"

Quand vous serez prêt, cela ne vous fera pas resplendir ni flotter dans l'air ! Vous serez nerveux et craintifs, et vous aurez une sensation bizarre au creux de l'estomac, jusqu'à ce que vous vous lanciez, pour faire ce que vous sentirez que vous devez faire !

Au cours des dix dernières années, nous avons sans doute reçu, de la part d'hommes de Dieu, plus d'enseignements que jamais auparavant dans l'histoire de l'Eglise. Nous pouvons discuter de toutes sortes de doctrines vagues, jusque dans les moindres détails, mais en oubliant pourquoi nous avons reçu les Ecritures, et pourquoi nous avons des ministères.

"Toute Ecriture est inspirée de Dieu, et utile pour enseigner, pour convaincre, pour corriger, pour instruire dans la justice" (2 Timothée 3 : 16).

Pourquoi ? "Afin que l'homme de Dieu soit accompli et propre à toute bonne œuvre" (verset 17).

"Je t'en conjure devant Dieu et devant Jésus-Christ, qui doit juger les vivants et les morts, et au nom de son apparition et de son royaume, prêche la parole, insiste en toute occasion, favorable ou non, reprends, censure, exhorte, avec toute douceur et en instruisant" (2 Timothée 4 : 1-2).

Peut-être dites-vous que vous êtes en train de vous préparer en étudiant la Parole, et en écoutant des enseignants qui vous enseignent la Parole. Il y a un temps pour étudier, mais vous étudiez PENDANT que vous travaillez pour le Seigneur ! La volonté de Dieu pour nous, c'est : PRIER + ETUDIER + AGIR.

Quand Jésus a appelé Ses disciples, Il leur a demandé de s'engager immédiatement à Le suivre et à L'accompagner. Ils ont dû tout quitter et ont appris de Lui pendant la marche avec Lui. Ils n'ont pas dû apprendre AVANT de partir avec Lui.

Dans cet article, je ne m'adresse pas à des nouveaux convertis. Pourtant, ce sont probablement eux qui répondront à mon appel. Je veux parler à ces Chrétiens auxquels s'adresse Hébreux 5 : 12-14 :

"Vous, en effet, qui depuis longtemps devriez être des maîtres, vous avez encore besoin qu'on vous enseigne les premiers rudiments des oracles de Dieu, vous en êtes venus à avoir besoin de lait et non d'une nourriture solide. Or, quiconque en est au lait n'a pas l'expérience de la parole de justice ; car il est un enfant. Mais la nourriture solide est pour les hommes faits, pour ceux dont le jugement est exercé par l'usage à discerner ce qui est bien et ce qui est mal."

Par la plume de l'auteur de l'épître aux Hébreux, c'est le Saint-Esprit qui affirme que si vous ne savez pas encore utiliser efficacement la Parole de Dieu, c'est que vous êtes encore un bébé. Mais si vous avez appris, par l'usage, à discerner ce qui est bien et ce qui est mal, alors vous avez atteint la maturité, et vous êtes prêt à travailler dans le Royaume de Dieu.

Au chapitre 6 de l'épître aux Hébreux, aux versets 1 et 2, l'auteur parle de notre progression vers la perfection et la pleine maturité. Il nous dit que si nous avons acquis une bonne compréhension des doctrines fondamentales, nous sommes prêts à tendre à ce qui est parfait.

Qu'est-ce que la perfection ?

Regardons ce que Jésus a dit.

Matthieu 19 : 16 nous décrit l'histoire du jeune homme riche, qui s'est adressé à Jésus en ces termes : "Maître, que dois-je faire de bon pour avoir la vie éternelle ?" Notez ici que sa question concerne la vie éternelle, et non pas les conditions pour devenir apôtre. Jésus lui dit d'observer les commandements. Le jeune homme Lui répondit qu'il avait observé tout cela. Mais il lui manquait encore quelque chose dans sa vie spirituelle. Jésus lui dit : "Si tu veux être parfait, va, vends ce que tu possèdes, donne-le aux pauvres, et tu auras un trésor dans le ciel. Puis viens, et suis-moi" (verset 21).

Voyez-vous, quand vous pouvez utiliser la Parole de Dieu dans votre vie quotidienne, quand vous savez ce qu'elle dit et que vous pouvez utiliser la Parole comme une épée, pour vaincre toute opposition, alors il est temps pour vous de vous lancer, pour tendre à la perfection et croître dans cette stature parfaite. Voici ce que Jésus voulait dire à ce jeune homme : "Tu connais tous les principes de la Parole de Dieu. A présent, lance-toi, apprends à les appliquer dans ta vie, et apprends aux autres à le faire." En vendant toutes ses richesses, cet homme n'allait pas atteindre immédiatement la perfection, mais il aurait un trésor dans le Ciel. Pour être parfait, il lui fallait atteindre le point où il accepterait d'abandonner toute sécurité humaine, pour apprendre à se confier en Dieu seul. C'est cela la perfection.

Ce que nous devons remarquer ici, c'est que ce jeune homme riche, en fait, était appelé à être apôtre. Son nom devait probablement être très connu dans cette région. Mais il a regardé en arrière, après avoir mis la main à la charrue. Il a refusé l'appel de Dieu pour sa vie. A cause de cela, nous ne connaissons même pas son nom, alors que les noms de ceux qu'il a refusé de rejoindre sont parmi les plus connus dans le monde entier !

L'Ecriture dit qu'il s'en est allé tout triste, car il avait de grands biens. Est-ce votre cas ? Est-ce que vous vous en allez tout triste, parce que vous avez de grands biens ? Ou bien êtes-vous retenu par votre entreprise, votre travail, vos sécurités ? Il faut absolument que vous sachiez à quelles sources vous vous abreuvez, car il y va de votre destinée éternelle. Vous ne pouvez pas servir deux maîtres. J'ose dire que vous n'avez pas autant de choses à abandonner que ce jeune homme riche.

Le jeune homme riche a abandonné Jésus à cause de ses "grands biens." Judas L'a trahi pour trente pièces d'argent. Qu'est-ce qui vous empêche de répondre à l'appel du Seigneur ? Votre salaire mensuel ? Votre travail, vos sécurités, vos amis ?

Je ne dis pas que tous les Chrétiens devraient tout quitter pour aller sur les routes, voyager et prêcher de ville en ville. Mais je ne dis pas non plus qu'ils ne devraient pas le faire ! Je peux lancer cet appel, parce que je sais que ceux qui sont appelés par Dieu à faire cela ne seront pas plus nombreux à Lui répondre que tous ceux qu'Il appelle au salut. Mais si je peux inciter une ou deux personnes de plus à s'engager de la sorte, ce sont toujours une ou deux personnes qui vont faire ce qu'elles n'auraient pas fait autrement, si elles n'avaient pas entendu mon appel. Cela valait donc la peine de le faire !

Qu'obtenez-vous réellement en échange de la vie que vous passez chaque jour dans votre entreprise ou sur votre lieu de travail ?

Est-ce que ce que vous obtenez en vaut réellement la peine ?

Tant que nous sommes sur ce thème, permettez-moi de vous poser cette question : "Les responsabilités que vous exercez sont-elles si uniques, si grandes et si particulières, que des multitudes n'attendent que votre départ pour se précipiter à votre place tant convoitée ?" Si vous abandonnez votre position, pensez-vous qu'elle soit tellement bonne que vous n'aurez jamais plus l'occasion d'en retrouver une autre semblable ? Quelles sont vos excuses ? Auront-elles du poids le Jour du Jugement ?

Pour revenir aux conditions à remplir pour être prêt, beaucoup de gens continuent à invoquer l'excuse qu'ils doivent rester se chauffer dans les "serres spirituelles" de Dieu, parce qu'ils sont dans une période de croissance. . Mais, tout en disant cela, ils restent assis à ne rien faire, si ce n'est pour prendre soin d'eux-mêmes. Rappelez-vous que le cœur du Christianisme, c'est la mort à soi-même pour bénir les autres. Rien ne pousse spontanément.

Pour croître, il nous faut du travail ou de l'exercice. Si vous mangez une nourriture saine, mais sans jamais faire d'exercice, vous ne vous fortifierez pas, vous allez simplement vous engraisser. Sur le plan spirituel, il en est de même. Vous pouvez étudier tant que vous le voudrez, mais si vous ne sortez pas pour mettre en pratique ce que vous avez étudié, vous ne grandirez pas. Ceux qui apprennent sans jamais mettre en pratique ne sont que des théoriciens. En d'autres termes, ils connaissent bien la théorie, mais pas la réalité.

Nous disons en général qu'il s'agit d'une connaissance qui est dans la tête, et pas dans le cœur. Quand vous accumulez des connaissances dans votre tête, vous apprenez beaucoup de choses, mais ce ne sont pas ces choses qui gouvernent vos actions. La connaissance qui vient du cœur, c'est celle-là qui gouverne vos actions. La théorie et la connaissance intellectuelle ne deviennent réalités et ne passent dans notre cœur que lorsque nous les mettons en pratique.

La Bible parle de ceux qui écoutent, mais qui ne mettent pas en pratique. Selon Jacques 1 : 22, ceux qui écoutent et ne mettent pas en pratique se séduisent eux-mêmes. Comment peuvent-ils se séduire eux-mêmes ? Parce qu'ils restent au niveau de la théorie. Quand vous restez au niveau de la théorie, il vous est facile de changer ces théories pour vous arranger. Mais quand vous passez à la pratique, vous ne tardez pas à voir quelles sont les théories qui marchent, et quelles sont celles qui ne marchent pas !

Jésus a dit que ceux qui écoutent Ses paroles et qui les mettent en pratique (sans se contenter d'en parler), sont semblables à ceux qui ont bâti leur maison sur de solides fondations : rien ne peut les détruire. Mais ceux qui écoutent Ses paroles et qui ne les mettent pas en pratique, même s'ils en parlent, n'auront jamais la victoire.

Nous devons marcher à la lumière des connaissances que nous avons. Dans Matthieu 7 : 24-27, Jésus parle de ces personnes dont nous venons de parler :

"C'est pourquoi, quiconque entend ces paroles que je dis et les met en pratique, sera semblable à un homme prudent qui a bâti sa maison sur le roc. La pluie est tombée, les torrents sont venus, les vents ont soufflé et se sont jetés contre cette maison : elle n'est point tombée, parce qu'elle était fondée sur le roc. Mais quiconque entend ces paroles que je dis, et ne les met pas en pratique, sera semblable à un homme insensé qui a bâti sa maison sur le sable. La pluie est tombée, les torrents sont venus, les vents ont soufflé et ont battu cette maison : elle est tombée, et sa ruine a été grande."

Jésus dit encore, dans Matthieu 5 : 29 : " Car on donnera à celui qui a, et il sera dans l'abondance, mais à celui qui n'a pas on ôtera même ce qu'il a."

C'est donc simple : nous devons utiliser ce que nous avons reçu, sinon nous allons tout perdre. D'après toutes les apparences, David n'était pas "prêt" à affronter ce guerrier géant en combat singulier. Mais, en réalité, il était prêt, parce qu'il savait qu'il était revêtu de l'onction divine, et qu'il avait compris quel était le besoin. Il dit à Saül : "Que personne ne se décourage à cause de ce Philistin ! Ton serviteur ira se battre avec lui" (1 Samuel 17 : 32). Dieu n'envoya pas un guerrier comme Saül, revêtu de toute son armure, mais Il choisit un jeune garçon vêtu d'un pagne.

Quand un grand guerrier terrasse un autre grand guerrier, c'est un grand guerrier qui en retire la gloire. Mais si un jeune garçon terrasse un grand guerrier, c'est Dieu qui en retire la gloire !

Voici la clef pour être prêt : avoir l'Esprit de Dieu qui demeure en vous dans votre faiblesse, et qui Se sert de votre faiblesse pour défaire les géants de votre ennemi, Satan. C'est Dieu qui en retirera alors la gloire, et pas vous !

Certaines manifestations particulièrement fortes de la puissance de Dieu se sont produites dans la vie d'hommes tels que Smith Wigglesworth, qui a dit : "Un homme rempli de l'Esprit de Dieu ne devrait jamais dire : "Je ne peux pas !"" Il a aussi dit : "Je veux vous aider à décider que, par la puissance de Dieu, vous ne serez jamais un homme ordinaire !" Et encore ceci : "Si vous priez Dieu qu'Il vous donne Sa puissance, après avoir reçu Saint-Esprit, c'est faire de Dieu un menteur !"

John G. Lake, un autre grand homme de Dieu, a dit : "La puissance de Dieu est comme l'électricité. Elle peut passer par n'importe quel objet. Mais c'est la foi qui est importante, car c'est la foi qui dirige la puissance de Dieu."

Aujourd'hui, les gens écoutent des cassettes, lisent des livres et étudient pendant des heures. Ils se disent : "Je commence à comprendre comment la foi agit !" Ils peuvent citer les Ecritures, donner les références des passages bibliques et des livres, apprendre par cœur les numéros des chapitres et des versets où se trouvent ces passages. Mais quand il s'agit de faire quelque chose avec toute la foi qu'ils pensent avoir, c'est une autre histoire !

Nous sommes souvent plus intéressés à prouver une doctrine, plutôt que d'aider ceux qui ont besoin d'aide. Nous parlons facilement de la foi, mais dès qu'il s'agit de marcher par la foi, nous commençons brusquement à reculer, en disant : "Dieu m'a simplement appelé à prier !" En général, ceux qui disent cela ne prient même pas, ils invoquent cela pour excuser le fait qu'ils ne font rien. Mais la Bible dit que Jésus est notre exemple. Il est écrit dans Actes 1 : 1 : "Théophile, j'ai parlé, dans mon premier livre, de tout ce que Jésus a commencé de faire et d'enseigner dès le commencement…" Jésus a fait et enseigné. Nous aussi, faisons de même !

Nous sommes prêts à pousser des nouveaux convertis à témoigner sans tarder. Nous entendons par là "parler aux autres de Jésus, et leur expliquer pourquoi et comment ils peuvent être sauvés." "Témoigner" est un terme technique, qui signifie : "produire des preuves irréfutables concernant une personne ou un événement." Pourtant, nous n'imaginerions pas pousser des nouveaux convertis à prêcher ou à guérir des malades.

Les apôtres n'avaient passé avec Jésus qu'un ou deux ans, avant qu'Il commence à les envoyer seuls, c'est-à-dire sans Sa présence personnelle. Quand Il les a envoyés, Il leur a demandé, non seulement de prêcher la bonne nouvelle du Royaume de Dieu, mais aussi de guérir les malades, de purifier les lépreux, de ressusciter les morts, et de chasser les démons. Notez bien qu'Il ne leur a pas demandé de "prier pour les malades," mais de "guérir les malades" !

Quand les douze ont été envoyés pour prêcher l'Evangile, bientôt suivis par soixante-dix autres, ils ont rencontré un succès complet. Mais ils ont fini par rencontrer un homme qui chassait les démons au Nom de Jésus, et ils lui ont demandé d'arrêter. Non pas parce qu'il faisait des erreurs, ni parce que Jésus ne l'avait pas envoyé, mais uniquement "parce qu'il ne nous suit pas" (Luc 9 : 49). Déjà, à cette époque, la tête hideuse de l'esprit de dénomination commençait à se lever. Mais la réponse de Jésus fut sans doute la chose la plus remarquable de ce récit. Notez que Jésus n'a pas dit : "Quel est son nom ? Est-ce que je le connais ? Est-ce que je lui ai demandé de faire cela ?" Dans sa réponse, Jésus a repris l'apôtre Jean, et lui a dit : "Ne l'en empêchez pas, car qui n'est pas contre vous est pour vous" (verset 50).

Remarquez aussi que cet homme, apparemment, a décidé lui-même de se lancer dans ce ministère, car Jésus, autant que nous pouvons le savoir, ne connaissait rien de lui. Si cela est vrai, c'est la preuve biblique que nous n'avons pas besoin de recevoir un appel spécifique pour commencer à exercer un ministère. Il y a de nombreux passages de l'Ecriture où Jésus demande à Ses disciples d'aller, mais il n'y en a qu'un où Il leur demande d'attendre. Même dans ce cas, les disciples n'ont pas eu à attendre longtemps pour recevoir la puissance requise par Dieu pour être Ses véritables témoins.

Aucun passage de l'Ecriture ne nous demande, ni même ne nous suggère, de rester chez nous, juste pour étudier et nous nourrir nous-mêmes, sans jamais rien partager avec les autres. Même si vous pouviez être sauvé dès l'âge d'un an, être rempli de l'Esprit à deux ans, et être envoyé à l'âge de trois ans pour prêcher l'Evangile, et même si vous viviez jusqu'à soixante-dix ans, vous n'auriez jamais le temps de prêcher l'Evangile à toute créature vivant dans le monde ! Vous mourriez sans avoir accompli l'ordre donné par Jésus dans Matthieu 28 : 18-20. Jésus ne vous demande pas de faire plus que vous ne pouvez faire, mais Il attend, et exige, que vous fassiez tout ce que vous pouvez faire. Avec Lui, vous pouvez tout faire ! (Philippiens 4 : 13). Jacques 4 : 17 nous dit que "celui donc qui sait faire ce qui est bien, et qui ne le fait pas, commet un péché."

Dans Marc 5 : 1-20, nous voyons que Jésus, descendant d'une barque, rencontra un homme possédé qui courut vers Lui, et qui fut délivré. Dès que cet homme fut délivré, il supplia Jésus de lui permettre de L'accompagner. (Aujourd'hui, pour la plupart des Chrétiens, c'est Jésus qui devrait les supplier de L'accompagner !). Mais Jésus répondit à cet homme : "Va dans ta maison, vers les tiens, et raconte-leur tout ce que le Seigneur t'a fait, et comment il a eu pitié de toi" (verset 19). Au verset 20, nous voyons que cet homme, qui, peu de temps auparavant, était complètement possédé, s'en alla prêcher partout dans une région de dix villes, appelée Décapole. Cet homme fut immédiatement envoyé pour témoigner. Il n'était passé par aucune école biblique et n'avait reçu aucune formation. Il dut instantanément exercer son ministère, armé simplement du "témoignage" de ce que Dieu avait fait pour lui. C'est le plus grand message que vous puissiez apporter !

En somme, ce qui lui était demandé, c'était de commencer un groupe de maison, tout en témoignant dans toute cette région de dix villes, proches de son lieu de résidence. Il ne s'est pas contenté de rester chez lui pour y organiser une petite réunion de témoignage de deux minutes.

Vous êtes peut-être converti depuis cinq ans, rempli du Saint-Esprit depuis trois ans, et vous étudiez constamment la Bible, mais vous n'êtes pas encore prêt ! Si cela est vrai, vous ressemblez à ceux que Paul décrit dans 2 Timothée 3 : 7 : "apprenant toujours et ne pouvant jamais arriver à la connaissance de la vérité." Vous me direz que cela ne vous concerne pas, parce que les versets précédents parlent de choses que vous ne pratiqueriez jamais. Mais je continue à penser que vous êtes concerné par les versets 2 et 4 :

"Car les hommes seront égoïstes, amis de l'argent, fanfarons, hautains" (verset 2). Vous êtes égoïste et vous aimez votre confort, et c'est pour cela que vous aimez l'argent. Vous cherchez vos aises et un bon statut social, et vous voulez avoir ce que les autres possèdent. Vous êtes un fanfaron (pour ce qui concerne votre connaissance des Ecritures) et un hautain (ou un orgueilleux, parce que vous pensez que vous n'êtes pas comme ceux qui ne croient pas en toute la Bible).

"Aimant le plaisir plus que Dieu" (verset 4). Vous aimez votre plaisir, votre confort et vos aises plus que Dieu. C'est tellement évident que cela ne mérite aucun commentaire.

Nous ressemblons souvent à ceux que décrit Keith Green dans l'une de ses chansons : "Jésus S'est relevé d'entre les morts, mais nous ne pouvons même pas nous lever de notre lit !"

Aujourd'hui, dans l'Eglise moderne, nous faisons souvent une distinction entre "ceux qui sont dans le ministère" et les "laïcs," ou entre "les pasteurs ou ceux qui sont à plein temps" et "les Chrétiens ordinaires." Mais relisons Ephésiens 4 : 11-13 :

"Et il a donné les uns comme apôtres, les autres comme prophètes, les autres comme évangélistes, les autres comme pasteurs et docteurs, pour le perfectionnement des saints en vue de l'œuvre du ministère et de l'édification du corps de Christ, jusqu'à ce que nous soyons tous parvenus à l'unité de la foi et de la connaissance du Fils de Dieu, à l'état d'homme fait, à la mesure de la stature parfaite de Christ."

Ce passage montre clairement que l'objectif principal de ceux qui exercent un "ministère" est de former d'autres ministères capables d'annoncer l'Evangile, et non de se donner en spectacle devant des auditeurs passifs !

Si l'on en croit les louanges adressées aujourd'hui à certains "ministères" (louanges qu'ils s'adressent en général à eux-mêmes), on pourrait penser que ces ministères produisent des géants spirituels. En réalité, ils ne produisent que des nains spirituels, qui ont de grosses têtes, mais de petits cœurs. Ils correspondent à ceux qui sont décrits dans Apocalypse 3 : 17 : "Parce que tu dis : Je suis riche, je me suis enrichi, et je n'ai besoin de rien, et parce que tu ne sais pas que tu es malheureux, misérable, pauvre, aveugle et nu…"

Le Corps de Christ a besoin de voir en face les problèmes, les déficiences et l'hypocrisie qui existent en son sein. Il doit faire quelque chose pour changer tout cela, et pas se contenter de l'ignorer, en espérant que cela s'arrangera tout seul.

Je le répète, être prêt signifie que nous avons purifié nos actions. Si nous ne pouvons pas le faire par nos propres forces, nous devons nous mettre devant Dieu et être déterminé à ne pas bouger de là tant que notre problème ne sera pas résolu. Si nous n'offrons pas des solutions réelles au monde qui nous entoure, ce sont les sectes qui lui offriront leurs mensonges, en les faisant passer pour la vérité.

Dieu nous a donné le ministère de la réconciliation ! Certains peuvent être appelés à exercer ce ministère en Afrique ou en Asie, et d'autres peuvent même être appelés à l'exercer envers leurs proches voisins !

Partager cet article

Repost0