Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : SIGNES ET PROMESSES
  •               SIGNES ET PROMESSES
  • : Ce Blog a pour but au travers de son contenu, d'édifier l'église de Jésus-Christ, de faire connaître à nos contemporains l'amour de Dieu manifesté en Jésus son fils bien aimé.Les messages qui seront diffusés veulent être en bénédictions à tous les milieux, en rappelant qu'aujourd'hui, Dieu veut encore faire éclater parmi ceux qui ont soif, les signes de sa Puissance, et accomplir ses Glorieuses Promesses. Aquilas
  • Contact

VERSET BIBLIQUE

Je suis le chemin, la vérité, et la vie. Nul ne vient au Père que par moi. ( Jean 14 : 6) 

Recherche

Liste D'articles

  • L'AVÉNEMENT DE CHRIST
  • JE SUIS
    Tous les noms de Dieu dans le psaume 23www.iltaime.com
  • LE NOUVEL ÉVANGILE DU DOMINIONISME
    Dominionisme : doctrine qui appelle les chrétiens à entrer en gouvernance du Monde, en intégrant l'ensemble des rouages décisionnels de la société, afin de la diriger (d'en prendre le leaders...
  • Dictature sanitaire : Une israélienne lance un S.O.S !
    Lien de la vidéo sur la plateforme Rumble : https://rumble.com/vexa19-dictature-sanitaire-une-isralienne-lance-un-s.o.s-.htmlLien de la vidéo sur la platefor...
  • Pleurez pour vos bergers ! (Partie 2/2)
    Un jour de jugement va tomber sur les faux bergers ! Les prophètes ont prédit un jour de jugement soudain sur les bergers et les ministères qui ont trompé le peuple de Dieu. On arrive à un temps où Dieu ne peut plus supporter la cupidité, l’égocentrisme,...
  • Bilan de l'année 2020 : Qu'ont vécu les chrétiens persécutés ?
    Psaumes 37:40 L'Éternel les secourt et les délivre; Il les délivre des méchants et les sauve, Parce qu'ils cherchent en lui leur refuge. Source: https://bible.knowing-jesus.com
  • Frappez.....
    « Demandez, et l'on vous donnera; cherchez, et vous trouverez; frappez, et l'on vous ouvrira ». Nous arrivons aujourd'hui au terme de la réflexion concernant cet enseignement de Jésus-Christ pour nos vies. Avant d'aller plus loin et de voir avec vous...
  • Cherchez.......
    Matthieu ch.7 v 7 : « Demandez, et l'on vous donnera; cherchez, et vous trouverez; frappez, et l'on vous ouvrira ». Hier je me suis arrêté sur la première partie de ce verset cité plus haut. Aujourd'hui, prenons du temps avec la seconde portion de celui-ci:...
  • Demandez.....
    Matthieu ch.7 v 7 : Demandez, et l'on vous donnera; cherchez, et vous trouverez; frappez, et l'on vous ouvrira. Aujourd'hui, j'aimerai m'arrêter sur la première partie de ce verset : ' 'Demandez, et l'on vous donnera.'' Dans ce passage Jésus revient sur...
  • Pleurez pour vos bergers ! (Partie 1/2)
    Par David Wilkerson Il est temps de pleurer et de nous lamenter pour les bergers qui gardent les brebis du Seigneur. Pleurez pour les pasteurs, les évangélistes, les prophètes et les docteurs, car Dieu est sur le point d’envoyer de terribles jugements...

VISITES

 Que Dieu vous bénisse !

 

Parcours interactif :

                                           https://connaitredieu.com/

   

 


 
 

SOUTIEN

                                                                             Suivez  le lien :Contact  

 

  

Calendrier La Bonne Semence

                

">

 

4 juillet 2016 1 04 /07 /juillet /2016 17:19

Les faux morts du Hamas : A Gaza, le Hamas exhibe les corps de pseudos « victimes » des ripostes israéliennes devant un parterre de journalistes internationaux. En attendant la séance de photos, les morts bougent sous leur linceul…

Partager cet article

Repost0
4 juillet 2016 1 04 /07 /juillet /2016 16:35

Les mois d’été seront chargés à l’aéroport Ben Gourion ; 2 millions d’Israéliens en partance croiseront environ 700.000 étrangers aux arrivées. Les vacances scolaires débutent aujourd’hui pour 1,5 million de petits Israéliens des classes primaires et secondaires ainsi que pour 170.000 enseignants...

À la veille des vacances d’été, les autorités aéroportuaires d’Israël sont sur « le pied de guerre » : pas moins de 2 millions d’Israéliens partiront à l’étranger durant les mois de juillet, août et septembre prochains.


UN ISRAÉLIEN SUR QUATRE


La tendance est connue et elle se confirme chaque année : les Israéliens sont nombreux à partir en vacances à l’étranger. En 2016, 25% des Israéliens passeront des vacances à l’étranger, soit 1 Israélien sur 4.
En cumulant les départs et les arrivées, ce sont 4 millions de passagers israéliens qui vont transiter au cours des trois prochains mois par l’aéroport Ben Gourion de Tel Aviv.
En sens inverse, Israël attend cet été la visite de 700.000 de touristes étrangers, soit 10% de plus que l’an dernier.


OÙ PARTIRONT CET ÉTÉ LES ISRAÉLIENS ?


Comme l’an passé, la destination de vacances préférée des Israéliens en 2016 restera la Grèce et ses iles : Rhodes, Crêtes, Corfou, Karpathos, etc.
Viennent ensuite la Turquie (parfois seulement en transit), les Etats-Unis, l’Italie, la France, l’Allemagne, l’Espagne, etc.
Cet été, les tour-opérateurs israéliens ont introduit de nouvelles destinations dans leurs catalogues de vacances 2016 comme la Corse, le Monténégro, la Roumanie, la Géorgie, etc.
Pour les Israéliens qui ont le goût de l’aventure, des destinations plus exotiques leur sont offertes, comme le Zanzibar (archipel de l’océan Indien) ou la Tanzanie (pour un safari).


Jacques Bendelac (Jérusalem)

Partager cet article

Repost0
18 juin 2016 6 18 /06 /juin /2016 19:00

                                                       " L'huile "

                                

Exode 30 : 22 à 38 ;  Livre du Lévitique 14 : 1 à 32 ; Marc 6 : 6 à 13 ; Epître de Jacques 5 : 15.

L'huile est peut-être le symbole le plus familier et le plus commun de l'Esprit. Toutes les fois que l'huile était rituellement employée dans l'ancien testament, elle parlait d'utilité, de fertilité, de beauté, de vie et de transformation.

              

Elle était ordinairement employée commme nourriture, comme lumière, comme corps gras, comme médicament et adoucissant de la peau.

         

                                                 

De même, dans l'ordre spirituel, l'Esprit fortifie, libère, guérit et adoucit l'âme.

 D'autres articles sur le Saint-Esprit > http://www.signes-et-promesses.com/tag/etudes/

 Sources personnelles

Partager cet article

Repost0
18 juin 2016 6 18 /06 /juin /2016 18:00

                                                   " Un Sceau"

                           Ephésiens 1 : 13 ;  2 Timothée 2 : 19 

                                                     

Ce mot évoque les idées suivantes : 

1)  Un droit de propriété. L'impression d'un sceau implique une relation avec le propriétaire du sceau ; C'est une marque certaine mise sur quelque chose qui lui appartient. Les croyants sont la propriété de Dieu, et connue comme tels, par l'Esprit demeurant en eux. La coutume suivante était observée à Ephèse, à l'époque de Paul. Un négociant se rendait au port, choisissait du bois de charpente et le marquait de son sceau. Un signe convenu de propriété. Plus tard, il envoyait son serviteur chercher le bois portant l'empreinte correspondante. ( Lire 2 Timothée 2 : 19 ).

2) L'idée de sécurité est aussi comprise. ( Ephésiens 1 : 13) ; comparez Apocalypse 7 : 3. L'Esprit inspire le sentiment de sécurité et d'assurance dans le coeur du chrétien. ( Romains 8 : 16 ). C'est un gage, ou un avant-goût, de notre héritage céleste, une assurance de la gloire à venir. Les chrétiens ont été scellés, mais doivent prendre soin de ne rien faire pour briser le sceau. ( Ephésiens 4 : 30 ).  

                                                                           

 D'autres articles sur le Saint-Esprit > http://www.signes-et-promesses.com/tag/etudes/

 Sources personnelles

Partager cet article

Repost0
5 juin 2016 7 05 /06 /juin /2016 17:37

   Source : http://www.causeur.fr/

   

    

Myriam B. est une jeune musulmane comme on aimerait en voir plus souvent : originaire des quartiers nord de Marseille, elle a su en sortir, elle est apparemment libérée, mène la vie qu’elle entend, et réussit de brillantes études — elle est présentement en master de droit. Vêtue plus ordinairement de mini-jupes et de jeans moulants que de voiles — en fait, elle n’a jamais porté de voile. Maquillée assez pour avoir l’air d’une seconde Nefertiti — une Egyptienne d’avant l’islam. Ajoutons qu’elle est issue d’une double souche algéro-marocaine, preuve que les frères ennemis peuvent, s’ils le veulent, faire l’amour et pas la guerre. En elle, il y a les traits fins d’une Berbère, et la culture d’une fille formée à l’école de la République — ou plutôt, elle a fait l’effort de sortir de l’enseignement de l’ignorance pour se cultiver réellement.Je lui ai communiqué mon analyse du livre de Fethi Benslama dont je parlais la semaine dernière, et elle a bien voulu me faire partager ses réactions de lecture. Qu’elle en soit remerciée.

Myriam B. : Un jour, ma mère m’a surprise en mini-jupe et m’a lancé : « Myriam, tes os sont voués à l’enfer ! » — une malédiction dont l’écho résonne encore en moi. Parce qu’à l’inverse du chrétien, il n’y a pas pour le musulman de rédemption intermédiaire. Pas de pardon des offenses — pas ici-bas en tout cas.

Jean-Paul Brighelli : Qu’entendez-vous par « pas de rédemption intermédiaire » ?
Ce qu’il faut savoir, c’est que la culpabilité musulmane est une culpabilité religieuse spécifique — ce n’est pas la culpabilité religieuse que l’on connaît. Lorsqu’un catholique se confesse auprès d’un prêtre, le repentir est une démarche qui implique autrui, elle est hors de soi, autrui (le prêtre) est acteur dans la confession. En islam, il en est autrement. L’équivalent du prêtre est l’imam, qui n’est présent que comme conseil. Si un musulman avoue ses fautes auprès d’un imam, ce dernier ne pourra que le conseiller de bien agir afin que Dieu lui offre sa miséricorde ; mais il ne pourra pas lui garantir le pardon. Le repentir est une démarche absolument solitaire, elle est en soi, elle n’implique personne d’autre que soi, impactant l’image que l’on a de soi. Dieu n’est pas acteur, il reçoit la demande de pardon mais reste silencieux. Alors que le prêtre garantit le pardon, l’imam conseille de s’en remettre à Dieu, un Dieu infiniment silencieux. Deus tacitus !

On reste donc coupable à vie ?
C’est justement cela la nuance : on est dans un doute perpétuel, la certitude d’être coupable en libérerait plus d’un, mais l’on ne sait jamais, on se sent juste coupable parce qu’on ne se sent pas pardonné. La culpabilité chez le musulman est très ancrée et très pesante. Une faute n’est jamais explicitement expiée, puisque c’est après la mort que l’on sait si elle a été pardonnée, et non pendant la vie.
J’ai d’ailleurs noté, tout au long de mon éducation religieuse, que les péchés sont explicitement définis et sanctionnés. Par exemple si l’on a manqué à son devoir de prière, dans la tombe le musulman sera châtié par l’ange de la mort, qui à l’aide d’une barre de fer le frappera afin qu’il traverse sept couches de terre pour remonter ensuite et subir cela jusqu’au jour du jugement. Le mal est défini comme le « chirk » (association), ou encore « zina » (adultère), mais quand il s’agit du bien on parle le plus souvent de « bonnes œuvres »sans plus de détails, et la récompense est abstraite. Le paradis, et je reprends le sens que donne le Coran, est un endroit « inimaginable ». La sanction entre dans une logique humaine, la récompense elle, reste inintelligible… La sanction vient à l’esprit bien plus concrètement que la récompense.
Partant de là, un musulman ne se sentira jamais assez bon (Benslama dit bien qu’il rencontre des musulmans qui ont honte et ne se sentent pas assez musulmans) et être le meilleur des musulmans est une quête vouée à l’échec. D’ailleurs, nombre de musulmans qualifient leur religion de très difficile, allez savoir pourquoi… Ainsi, lorsque l’on n’a pas la réponse chez Dieu, on va la chercher soi-même, et donc chez autrui.
Autrui me dira que je suis un bon musulman, et s’il le fait, c’est que Dieu le pense aussi. Mais pour qu’autrui sache que je suis un bon musulman, il me faudra cacher mes fautes sous le voile d’une burqa (interrogez-les femmes portant la burqa et voyez si elles ne se sentent pas fautives de leurs actes passés), sous le nombre de mes prières à la mosquée, et finalement sous ce que je pense d’autrui.
Si je dis qu’autrui est mauvais musulman, c’est que je suis bon musulman. Si je me bats contre les non-musulmans, c’est que je suis bon musulman. Et, in fine, si je meurs en tuant les non-musulmans, c’est que Dieu lui-même saura que je suis bon musulman. Dieu ! Vois comme je suis bon musulman, je meurs pour toi !
Sans compter que se balader en burqa, c’est dire aux autres filles qu’on est supérieure — c’est un sentiment de supériorité bon marché ! Plus facile de se voiler en jugeant les autres que de réussir des concours et décrocher un job intéressant !

Mince ! Pas moyen de s’en sortir ici et maintenant !
Si ! Il existe en islam une immunité totale et le pardon absolu de Dieu — si une femme enceinte meurt pendant un crash d’avion, si on meurt en allant à la Mecque, ou encore si on meurt en martyr — et plus généralement, toutes les morts vraiment violentes, à condition bien sûr de faire partie de la communauté musulmane, l’oumma.
Camus a célébré dans l’islam l’intelligence du musulman à donner un sens à la vie. Mais ce n’est pas seulement le désespoir de la vie qui mène à la mort, c’est aussi ce qui se passe durant la période sombre : c’est dans le désespoir que les jeunes fautent, volent, se droguent, et finissent par se sentir coupables. Les laveurs de cervelles instrumentaliseront cela.
Un ami musulman libéré lui aussi, Wilem B., banquier d’affaires, a voulu me mettre face à une contradiction : « Et ceux qui n’ont pas été éduqués dans la culpabilité ? Ceux qui se sont récemment convertis et qui pourtant font la majorité des terroristes ? » Eh bien, c’est encore une preuve que la culpabilité est le noyau de tout ! D’abord, rien ne prouve que le ou la jeune converti(e) n’a pas été élevé(e) dans la culpabilité — l’islam n’en a pas le monopole, même si chez lui, c’est un principe. Et puis ce que l’on ne sait pas forcément, c’est que tout fidèle d’une autre religion qui se convertit à l’islam est bien mieux accueilli par Dieu que n’importe quel musulman. Les musulmans ont tous un immense respect envers les néo-convertis, comme des jésuites assistant à l’émanation d’une grâce divine. Par exemple un chrétien à qui l’on dit que jusque-là il a été dans le faux, dans le mauvais chemin, que s’il se convertit il pourra nettoyer son mauvais sang, celui-là n’est-il pas rééduqué à ce même sentiment de culpabilité ? On lui dit « Tu as été coupable mais tu ne le seras plus, et en mourant pour Dieu, tu te laveras de tous tes péchés », car cette religion, ou ce qu’on en fait, trouve son moteur dans la culpabilité.
La mort du djihadiste n’est pas qu’héroïque : c’est une manière de se punir consciemment ou inconsciemment en mourant pour Dieu. Je me sens coupable, si coupable que pour que Dieu me tende un paradis, il n’y a que la mort.

On n’en sort donc pas ?
L’islam est aussi une religion qui oblige à la vie familiale, afin de perpétuer la communauté musulmane. On dit que 50% de nos bonnes œuvres doivent être réalisées dans le cadre de la famille. Les jeunes qui se lancent dans le djihad passent tous par l’étape mariage. Il est amusant de noter en particulier dans les cités que les jeunes qui ne se lancent pas dans le djihad choisissent de se marier, c’est un phénomène extrêmement récent, qu’on ne remarque pas, et qui a tout de suite suivi le nouveau terrorisme. Il y a de plus en plus de mariages de jeunes délinquants : par exemple, mes voisins ont respectivement 18 et 19 ans, ils sont mariés avec un enfant, et ils sont délinquants. Ce n’est pas qu’une mode, c’est aussi la culpabilité, la honte de ne pas être parmi les élus, les meilleurs, ceux qui partent en guerre sainte. Explicite ou enfouie, et sous toutes ses formes, la culpabilité reste là. C’est « le vrai rongeur, le ver irréfutable », comme dit le poète.

Bravo pour Valéry !
Alors vous comprendrez qu’une religion qui entretient le sentiment de culpabilité pour n’importe quelle faute commise, n’offrant dans son sens littéral que certaines morts spectaculaires pour expier ses fautes avec certitude, n’est pas une religion comme les autres. C’est une religion dont l’exégèse doit se faire avec grande prudence, car elle peut dériver très facilement. Un jeune qui va se péter la cervelle en plein Bataclan est un jeune chez qui on a cultivé cette culpabilité, c’est l’irrationalité de ce sentiment qui rationalise la mort elle-même.
Parce que la culpabilité musulmane est le centre de tout, c’est une culpabilité qui poursuit n’importe quel musulman, jusqu’à sa mort. L’extrémisme ou plutôt les jeunes que l’on pousse aux actes extrêmes ont le sentiment autosuggéré d’être les meilleurs des musulmans — des surmusulmans, comme dit Benslama. Ils annihilent leur culpabilité en s’annihilant eux-mêmes.
Voilà ce que je pense vraiment de l’islamisme, et voilà pourquoi l’Education nationale qui veut lutter contre la radicalisation n’a vraiment rien compris : il faut aider les jeunes à se débarrasser de ce sentiment de culpabilité, ou empêcher qu’elle puisse s’ancrer.

Concrètement, comment s’exprime ce sentiment de culpabilité ?
Les jeunes se sentent coupables car ils ont baigné dans une éducation à la culpabilité sur le long terme ou sur le court terme — and so do I ! Et cette culpabilité induite a entraîné en moi certains comportements que je ne peux réfréner. Et toute agnostique que je sois, ou à peu près, je reste dans cette idéologie de la faute — et de la punition. Il m’arrive de me dire que je suis vouée à l’enfer parce que je ne prie pas, que je ne porte pas le voile, chaque faute est considérée comme grave. Et si j’avais été faible et ignorante, j’aurais voulu me péter la cervelle au Bataclan pour me faire pardonner de ce qui soi-disant est une terrible faute, j’aurais pensé que ma vie entière est une terrible faute, j’aurais voulu me racheter en payant le seul prix possible.
Etudier le djihadisme implique l’analyse de la pratique religieuse en détail. Par exemple, il n’y a pas que les sentiments de désespoir, d’ennui, de volonté héroïque ou de culpabilité, qui sont à revoir, mais aussi la compétition qui vous lie intrinsèquement à tous les autres, parce que l’islam pousse à la compétition. Vous entendrez volontiers une femme dire à une autre :« Tu as de la chance, tu es partie à la Mecque, alors que moi non ». C’est poussé à un point tel, que toujours dans cette logique de parade compétitive, le ramadan lui-même est exploité. Ce doit être un mois de jeûne, prônant l’humilité, la modestie et la générosité. Mais ce n’est pas le cas : tous les hommes sortiront leur robe de prière pour marcher dans les rues, en groupe la plupart du temps. Et le soir venu, c’est à celui qui aura prié le plus souvent, le« taraouih » à la mosquée jusqu’à minuit passé : vois comme je lutte contre le sommeil et la fatigue physique d’une journée de jeûne !
Je suis sûre que presque personne ne ferait le « taraouih », s’il fallait le faire seul, dans son salon, mais c’est une prière communautaire… Par volonté de se crédibiliser auprès de tous et par là de Dieu, on crée des degrés à la religiosité du ramadan lui-même.
Il existe d’ailleurs, toujours dans le thème de la compétition, une hiérarchie dans les paradis, il n’y a pas le paradis mais les paradis, le plus haut niveau est dédié aux prophètes les plus rapprochés de Dieu, et aux martyrs, le plus bas niveau est attribué aux simples musulmans. Voilà pourquoi la notion de « meilleur des musulmans » ou de « surmusulman » est exploitée par Benslama : il y a une véritable compétitivité dans cette religion. Etre avec les prophètes au septième niveau, c’est finalement être comme les prophètes : imaginez ce que cela représente pour un musulman honteux de chacune de ses irrémédiables fautes, à quel prix y accéder ?
Je suis alors guerrier, j’ai plusieurs femmes et je vis au Moyen-Orient : je suis djihadiste, et si je ne suis pas un prophète, je suis dans tous les cas un martyr. C’est con, hein ?

Partager cet article

Repost0
5 juin 2016 7 05 /06 /juin /2016 17:23

Assassinat d’un pasteur, promotion du dirigeant Kim Jung Un, les nouvelles de Corée du Nord peuvent être déprimantes… Mais Dieu agit dans les coeurs. Il l’a fait pour Yung Yohan.

Coree-du-nordUn pasteur sino-coréen tué par des espions nord-coréens

Le 30 avril, Han Choong Yeol a quitté sa maison juste avant midi et devait revenir avant dix-sept heures. Quand il n’est pas revenu, des recherches ont été lancées. Son corps a été retrouvé vers 20h00, portant des traces de coups de poignard et de hache. Les personnes qui travaillaient avec le pasteur l’ont décrit comme quelqu’un « d’extrêmement impliqué auprès des Nord-Coréens ».

En novembre 2014, un membre de son église avait déjà été kidnappé et avait disparu. Han Choong Yeol savait qu’il était lui aussi en danger, mais a persévéré dans son ministère. Vivant en Chine, tout près de la frontière avec la Corée du Nord, il aidait les réfugiés nord-coréens en leur donnant de la nourriture, des vêtements et d’autres produits dont ils avaient besoin pour survivre en Corée du Nord.

Han avait 49 ans et a laissé une femme, un fils et une fille, ainsi qu’une église locale de 600 membres.

  • Prions pour la famille et l’église de ce pasteur et pour toutes les personnes impliquées dans ce ministère.

Kim Jong-Un promu président du Parti

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un s’est vu décerner un nouveau titre début mai, lors du congrès du parti unique au pouvoir, celui de président du Parti des Travailleurs de Corée (PTC). Âgé de 33 ans Kim Jong-Un a accédé au pouvoir il y a quatre ans après la mort de son père, Kim Jong-Il. Il avait jusqu’alors le titre de premier secrétaire du PTC. Ce nouveau titre renforcera encore son autorité.

  • Prions pour Kim Jong-Un afin que Dieu change son cœur

« Grand-père, pourquoi tu pries ? »

Yung Yohan en est convaincu : si aujourd’hui, il est chrétien, c’est en partie grâce aux prières ferventes de son Grand Père. Découvrez en vidéo comment Dieu a honoré les prières ferventes d’un grand-père à travers l’histoire d’un violoniste nord-coréen talentueux.

Partager cet article

Repost0
21 mai 2016 6 21 /05 /mai /2016 20:01

Partager cet article

Repost0
20 mai 2016 5 20 /05 /mai /2016 20:15

Partager cet article

Repost0
20 mai 2016 5 20 /05 /mai /2016 20:04

http://www.ledauphine.com/

Plusieurs incendies ont touché l’église évangélique de Manosque, mercredi soir. Selon le pasteur Alain Denizou, qui s’est rendu sur place, sept départs de feu ont été découverts à l’intérieur du bâtiment. « Un groupe musical est arrivé vers 18h30, pour répéter, raconte Alain Denizou. Ce sont eux qui ont alerté les pompiers. Des livres de catéchisme et des bibles avaient été regroupés et incendiés. »

Si le bâtiment est encore debout, il sera toutefois impossible d’y pratiquer le culte, dimanche. La communauté évangélique est donc à la recherche d’un lieu de remplacement.

Vol avec vandalisme ou actes anti-religieux ?

Toujours selon le pasteur rattaché à l’église de Manosque, « la porte d’entrée a été défoncée et des pianos, ainsi que des enceintes, ont été volés ».

L’enquête devra déterminer si ces incendies sont la conséquence d’un vol avec vandalisme ou s’il s’agit d’actes anti-religieux.

Dans un communiqué, le Conseil national des évangéliques de France “s’émeut et juge extrêmement regrettable que des lieux de culte deviennent ainsi la cible d’actes criminels” et apporte son soutien à la communauté évangélique de Manosque.

Partager cet article

Repost0
20 mai 2016 5 20 /05 /mai /2016 20:00

Partager cet article

Repost0