Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : SIGNES ET PROMESSES
  •               SIGNES ET PROMESSES
  • : Ce Blog a pour but au travers de son contenu, d'édifier l'église de Jésus-Christ, de faire connaître à nos contemporains l'amour de Dieu manifesté en Jésus son fils bien aimé.Les messages qui seront diffusés veulent être en bénédictions à tous les milieux, en rappelant qu'aujourd'hui, Dieu veut encore faire éclater parmi ceux qui ont soif, les signes de sa Puissance, et accomplir ses Glorieuses Promesses. Aquilas
  • Contact

VERSET BIBLIQUE

Je suis le chemin, la vérité, et la vie. Nul ne vient au Père que par moi. ( Jean 14 : 6) 

Recherche

Liste D'articles

  • L'AVÉNEMENT DE CHRIST
  • JE SUIS
    Tous les noms de Dieu dans le psaume 23www.iltaime.com
  • LE NOUVEL ÉVANGILE DU DOMINIONISME
    Dominionisme : doctrine qui appelle les chrétiens à entrer en gouvernance du Monde, en intégrant l'ensemble des rouages décisionnels de la société, afin de la diriger (d'en prendre le leaders...
  • Dictature sanitaire : Une israélienne lance un S.O.S !
    Lien de la vidéo sur la plateforme Rumble : https://rumble.com/vexa19-dictature-sanitaire-une-isralienne-lance-un-s.o.s-.htmlLien de la vidéo sur la platefor...
  • Pleurez pour vos bergers ! (Partie 2/2)
    Un jour de jugement va tomber sur les faux bergers ! Les prophètes ont prédit un jour de jugement soudain sur les bergers et les ministères qui ont trompé le peuple de Dieu. On arrive à un temps où Dieu ne peut plus supporter la cupidité, l’égocentrisme,...
  • Bilan de l'année 2020 : Qu'ont vécu les chrétiens persécutés ?
    Psaumes 37:40 L'Éternel les secourt et les délivre; Il les délivre des méchants et les sauve, Parce qu'ils cherchent en lui leur refuge. Source: https://bible.knowing-jesus.com
  • Frappez.....
    « Demandez, et l'on vous donnera; cherchez, et vous trouverez; frappez, et l'on vous ouvrira ». Nous arrivons aujourd'hui au terme de la réflexion concernant cet enseignement de Jésus-Christ pour nos vies. Avant d'aller plus loin et de voir avec vous...
  • Cherchez.......
    Matthieu ch.7 v 7 : « Demandez, et l'on vous donnera; cherchez, et vous trouverez; frappez, et l'on vous ouvrira ». Hier je me suis arrêté sur la première partie de ce verset cité plus haut. Aujourd'hui, prenons du temps avec la seconde portion de celui-ci:...
  • Demandez.....
    Matthieu ch.7 v 7 : Demandez, et l'on vous donnera; cherchez, et vous trouverez; frappez, et l'on vous ouvrira. Aujourd'hui, j'aimerai m'arrêter sur la première partie de ce verset : ' 'Demandez, et l'on vous donnera.'' Dans ce passage Jésus revient sur...
  • Pleurez pour vos bergers ! (Partie 1/2)
    Par David Wilkerson Il est temps de pleurer et de nous lamenter pour les bergers qui gardent les brebis du Seigneur. Pleurez pour les pasteurs, les évangélistes, les prophètes et les docteurs, car Dieu est sur le point d’envoyer de terribles jugements...

VISITES

 Que Dieu vous bénisse !

 

Parcours interactif :

                                           https://connaitredieu.com/

   

 


 
 

SOUTIEN

                                                                             Suivez  le lien :Contact  

 

  

Calendrier La Bonne Semence

                

">

 

8 octobre 2016 6 08 /10 /octobre /2016 16:31

Cette histoire nous est rapportée par le journaliste chrétien Steve Rees, pour le siteassistnews.net.

Depuis deux jours, le corps de Sabina se trouvait à la morgue. Déclarée cliniquement morte par les médecins, sa famille se préparait à l’inhumer. Mais, entourée de cadavres et recouverte d’un drap de lin, Sabina expérimenta une vision. Alors qu’elle était étendue, elle se vit coincée dans un puits profond. Un arbre se mit à pousser au sommet du puits. De son tronc, une branche se déplaça jusqu’à elle, alors qu’elle était allongée sur la civière. La branche se changea en chair et Sabina entendit :

« Si tu prends ma main, je te ramènerai à la vie. »

Lorsqu’elle saisit la branche avec sa main, Sabina se réveilla, allongée sur la civière métallique et recouverte d’un drap dans la morgue.

Témoin de cet évènement, les médecins prirent la fuite avant de revenir dans la pièce :

« Je suis vivante. Ne vous inquiétez pas. »

Le personnel médical déconcerté refuse depuis de communiquer sur l’histoire de Sabrina, les 2 jours de coma et les 2 jours passés à la morgue.

Transportée dans un hôpital universitaire de Moscou et finalement rapatriée chez elle en Asie Centrale, Sabina a retrouvé sa famille. Dès le premier dimanche, elle a surpris toute le monde en se rendant à l’église.

« Il y a un endroit où je dois aller. »

Une famille entière gagnée à Jésus

Une église pentecôtiste au sein d’une région majoritairement musulmane était la destination de Sabina. Ce jour là, Sabina reconnut Jésus comme son sauveur et laissa derrière elle la foi musulmane. Depuis ce jour, les 6 filles et le fils de Sabina sont devenus chrétiens. Tous ont fait des études bibliques et certains sont dans le ministère à temps plein.

Jamal, le gendre de Sabina, raconte avoir reçu une vision en 2000 pour « prêcher l’Evangile sur les marches d’une mosquée ».

Une oeuvre d’évangélisation auprès des musulmans

Quand la fille de Sabina, Aisha a rencontré Jamal en 2006, leurs deux histoires ont convergé et ils se sont unis par le mariage avec le vibrant désir d’être témoin de l’Evangile, auprès de la communauté musulmane. Pour Jamal et Aisha, l’histoire de Sabina est « une magnifique porte ouverte pour témoigner de Jésus auprès des musulmans ». L’été 2016, Jamel et Aisha ont implanté 7 églises. Ils sont également très engagés avec 2 soeurs d’Aisha dans l’accompagnement des réfugiés syriens. Un million de réfugiés ont afflué dans leur pays.

« L’an dernier, nous avons parrainé un camp de réfugiés tout entier avant l’hiver, en raison de la présence de nombreux bébés et jeunes enfants qui mouraient de froid. Nous avons collecté assez d’argent pour assurer l’isolation thermique de leurs tentes. »

Les membres de cette famille ont accepté de partager leur témoignage à condition que les noms soient changés et que leur localité exacte en Asie Centrale ne soit pas mentionnée, afin de préserver l’exercice de leur ministère dans une région opposée à la foi chrétienne.

La rédaction

Source : Steve Rees pour AssistNews

© Info Chrétienne - Courte reproduction partielle autorisée suivie d'un lien "Lire la suite" vers cette page.

Partager cet article

Repost0
7 octobre 2016 5 07 /10 /octobre /2016 18:23

- Juillet 2016

L’Église presbytérienne, États-Unis, soulève les sourcils après la levée des prières à Allah, à sa réunion de l’Assemblée générale la semaine dernière.

« Allah nous bénisse et bénisse nos familles et bénisse notre Seigneur. Conduis-nous sur la voie-la ligne droite chemin de tous les prophètes: Abraham, Ismaël, Isaac, Moïse, Jésus et Mahomet ».

Ce sont les mots qui sonnaient sur l’assemblée à l’Assemblée générale de l’Église presbytérienne, réunion USA à Portland, Oregon. Wajidi Said, co-fondateur de l’Education Trust musulman, a conduit les participants à la prière à la divinité-un mouvement islamique organisé par le personnel du ministère œcuménique et interreligieux à l’assemblée.

La prière faisait partie du « premier ordre du jour » lors de la session d’ouverture de la réunion, un temps consacré à la prière pour ceux qui sont touchés par le tir d’Orlando qui a eu lieu quelques semaines avant.

« Au nom d’Allah, le bienfaisant, le miséricordieux, nous louons le Seigneur … Que la paix soit sur eux et la paix soit sur Allah », a déclaré prier. Il a également prié la paix sur les «bigots» et «islamophobes ».

Plus tard, à l’issue de la session, le révérend Gradye Parsons a présenté des excuses à toute personne qui a été offensé par la prière. Il a assuré l’assemblée que les erreurs peuvent être faites, mais la prière était pas intentionnel.

« Il n’a jamais été l’intention d’offenser quiconque, et nous offrons des excuses à ceux qui ont été offensés, » a déclaré le pasteur Parsons.

Mais l’église presbytérienne affirme toujours qu’il plaidera pour « une relations positives avec des personnes d’autres traditions religieuses » et est engagée à lutter contre «la montée de l’islamophobie. »

Source : Charisma News  

PLEINSFEUX.ORG

 

Partager cet article

Repost0
7 octobre 2016 5 07 /10 /octobre /2016 10:57

Avant de les quitter, le Seigneur Jésus a averti ses disciples de ce qui caractériserait la fin des temps: la séduction des chrétiens, l’apostasie et surtout les nombreuses dérives spirituelles dont certains faux prophètes seraient à l’origine. La Bible nous met en garde contre les fausses doctrines qui égarent aujourd’hui un grand nombre de brebis. En voici une liste non exhaustive.

1)L’évangile de prospérité (Luc 12.15)

Cette doctrine très en vogue aux Etats-Unis est axée principalement sur les bénédictions, les richesses et les possessions matérielles. Grossièrement, les églises et serviteurs prônant l’évangile de prospérité axent leurs sermons sur les finances et n’hésitent pas à monnayer dons, prières et bénédictions afin d’enrichir leur ministère. Donnez-leur 100€ et vous observerez un miracle financier sur votre compte avant la fin du mois. Donnez-leur 5000€, et là vous toucherez le jackpot: Dieu effacera toutes vos dettes !

2) La pensée positive (Philippiens 4:8)

Tout droit venue du New Age, elle consiste à attribuer à nos pensées, la capacité de créer tout ce que notre imaginaire peut souhaiter. Avant même de croire en Dieu, vous devez croire vous et en vos compétences, car vous avez le pouvoir de tout accomplir. Il suffit de chercher cette force en vous et de la déclencher ! Elle s’appuie notamment sur l’épisode biblique où Abraham a dû  »voir » la terre promise avant de l’obtenir.

3) Le  »Kingdom now » (Jean 18:36)

Cet évangile prône que le royaume est déjà là (sur la terre) et que nous devons d’ors et déjà régner ici bas, ce qui est contraire aux paroles de Christ qui a déclaré que son royaume n’était pas de ce monde.

4)L’évangile de la déité de l’homme (2 Corinthiens 4:7)

Ce faux évangile affirme que l’homme est un dieu. Cette doctrine s’appuie sur le passage du Psaumes 82:6:  »J’avais dit: vous êtes des dieux ». Selon cette doctrine, l’homme ne peut pas être sujet à la maladie ou à la faiblesse. Si l’homme est un Dieu, alors il n’a plus besoin de dépendre de son Créateur.

5)La négation de la déité de Jésus-Christ (Hébreux 1:13)

… Et du fait qu’Il soit le Fils de Dieu. Jésus serait un prophète ou un simple chef des anges (chez les témoins de Jéhovah par exemple).

6)La bénédiction de Toronto (2 Corinthiens 11:4)

La bénédiction de Toronto a beaucoup fait parlé d’elle et est encore aujourd’hui, source de nombreux débats. Ce mouvement est né d’un faux réveil avec des manifestations fortement étranges (faux miracles, faux Saint-Esprit, des gens qui tombent à la renverse, qui font des cris d’animaux ou se comportent de manière indécente dans l’église). La Bible affirme clairement que beaucoup d’esprits démoniaques sont capables de se faire passer pour le « Saint-Esprit ».

7)La dernière vague (Mathieu 24:24)

C’est un évangile axé sur une fausse gloire de Dieu, avec l’apparition de dents en or dans la bouche de certaines personnes, d’huile sur les murs, ou de paillettes d’or dans l’assemblée.

8)Servir avec les anges (2 Corinthiens 11:4)

Selon cette doctrine, nous serions appelés à exercer avec les anges, à entrer en contact avec eux afin qu’ils puissent nous aider dans le ministère. Or, la Bible affirme de façon claire que les anges sont au service exclusif de Dieu et ne se soumettent qu’à Lui. Autrement dit, ils ne peuvent pas communiquer avec nous sans que Dieu ne l’ait ordonné. Les anges ne sont pas des hommes; Ils ont des missions bien spécifiques qui se distinguent de nos ministères.

9) Le fait de sortir en esprit (Zacharie 12:1)

Le voyage astral (dédoublement) est le mot qui désigne la sortie du corps physique pour explorer d’autres dimensions. Certains ministères enseignent ainsi aux chrétiens qu’il est possible de sortir en esprit pour être à égalité avec le Diable. Pourtant, 1 Thessaloniciens 5:23 déclare: « que le Dieu de paix vous sanctifie lui-même tout entiers, et que tout votre être, l’esprit, l’âme et le corps, soit conservé irrépréhensible, lors de l’avènement de notre Seigneur Jésus Christ ! ».Sortir en Esprit de soi-même n’est en rien biblique.

10)Des Bibles revisitées (Apocalypse 22:18)

Des ministères influents n’hésitent pas à réécrire leur propre Bible selon leur pensée et leur propre interprétation. La raison: Dieu leur en aurait donné l’ordre. Pourtant, Dieu ne peut pas contredire sa Parole dans laquelle Il affirme clairement que nous ne pouvons ni ajouter ni retrancher quoi que ce soit à la Bible.

11) L’impossibilité de réels miracles (Marc16.17)

Certains affirment que le Saint-Esprit et les miracles étaient pour le temps des apôtres et que par conséquent, tous les acte miraculeux ayant lieu aujourd’hui ne seraient pas de Dieu. Or Jésus a affirmé en Marc16.17  »voici les signes et les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru » en parlant des croyants de tous les temps.

12) La négation du ministère de la délivrance (Luc10.19)

Jésus Christ a guéri les malades et chassé des démons , y compris de personnes dans les synagogues, l’équivalant de nos églises actuelles. La délivrance n’est pas obsolète. Un chrétien peut être lié par des esprits impurs et il peut en être délivré au nom de Jésus.

D'autres articles dans  Apostasie et fausses doctrines 

Partager cet article

Repost0
6 octobre 2016 4 06 /10 /octobre /2016 18:43

Ce récit nous est relaté par l’organisation Jesus Film Project, très engagé dans l’évangélisation dans le monde entier, et tout particulièrement au Moyen-Orient. Erick Schenkel, directeur exécutif de Jesus Film Project, raconte l’histoire de ce pèlerin musulman découragé, qui rencontra Jésus et reçut l’Esprit-Saint dans des conditions extraordinaires, alors qu’il s’apprêtait à rentrer chez lui.

Quand Omar évoqua son état dépressif avec un de ses amis, ce dernier lui proposa de faire le pèlerinage à la Mecque, le Haji, pour retrouver l’espoir. Le Haji est l’un des cinq piliers de l’islam. Tous les musulmans adultes en mesure d’entreprendre le voyage doivent y participer au moins une fois dans leur vie.

Rien ne fonctionnait dans la vie d’Omar. A la recherche d’espoir et de paix, il écouta son ami, se rendit à la Mecque et réalisa l’ensemble des rituels sacrés. Mais une fois les rites achevés, il se sentait toujours désespérément vide. Il confia son mal-être à un autre pèlerin :

« On m’a dit que je trouverais des solutions et de l’espoir ici. Je suis toujours aussi fatigué et je ne sais que faire. »

Découragé, Omar se dirigea vers la station de bus pour rentrer chez lui. Elle était été anormalement déserte. Un seul bus attendait. Il monta à bord et le chauffeur s’adressa à lui :

« Il n’y a pas assez de passagers pour partir, mais je vois que tu as un problème. Va t’asseoir sur le rocher là-bas et parle à Issa. » (Jésus en Arabe)

Confronté à la surprise d’Omar, le chauffeur insista. Omar fut interpellé quand le chauffeur lui dit qu’il avait tout essayé. Comment pouvait-il savoir ? Il se rendit sur le rocher.

Quand il prononça le nom de Jésus, Issa, il commença à trembler et sentit quelque chose de puissant remplir son corps et son esprit.

« Je suis resté là deux heures, sans être conscient du temps qui passe. »

A déclaré Omar aux équipes de Jesus Film Project.

Le vent souffle où il veut, et tu en entends le bruit; mais tu ne sais d’où il vient, ni où il va. Il en est ainsi de tout homme qui est né de l’Esprit.
Jean 3:8

A la suite de cette visitation, Omar retourna parler au chauffeur qui n’était plus là. Il rentra chez lui et chercha à comprendre son expérience, jusqu’au jour où un homme lui proposa de regarder le DVD de Jésus. Au moment du film où Jésus est baptisé, Omar est submergé. Les traits de l’acteur étaient semblables au chauffeur qui l’avait encouragé à parler avec Issa sur le rocher. Il fut bouleversé.

Omar est désormais un fidèle disciple de Jésus dans son pays.

A Dieu, seul sage, soit la gloire aux siècles des siècles, par Jésus-Christ ! Amen !
Romains 16:27

La rédaction Source : Gateways © Info Chrétienne

D'autres articles à découvrir dans la catégorie Islam  

Partager cet article

Repost0
6 octobre 2016 4 06 /10 /octobre /2016 17:21

Eric Dufour

Basés au Colorado, Eric et Rachel ont créé un ministère avec deux branches, une francophone “Ministère Coeur de Berger” et une anglophone “Serving Alongside Ministry”. Notre ministère apporte de l’aide aux serviteurs de Dieu, pour voir rétablis des couples et des familles dans leur santé spirituelle et affective.
 

l y a quelques temps, un ami utilisa cette expression percutante, pour parler des conséquences parfois tragiques pour certains ministères, de la difficulté d’obtenir du soutien qualifié en cas de besoin. Outre qu’elle parodie le titre d’un roman célèbre devenu feuilleton télévisé, cette phrase a pour mérite de synthétiser une douloureuse réalité vécue par certains : Un pasteur, ou tout autre serviteur de Dieu à plein temps, peut-il demander et recevoir une aide adaptée ? A qui s’adresser ? Dans quel cadre peut-il faire une “pause” ?

Toutes les formes de crises, des plus courantes aux plus extrêmes, se retrouvent au sein des ministères.Découragement, sentiment d’échec, épuisement, vraie dépression, abandon définitif du ministère, chute morale, voire même suicide… Toutes les formes de crises, des plus courantes aux plus extrêmes, se retrouvent au sein des ministères. Mais, compte tenu de la position de ceux-ci dans l’Eglise, le “tabou” est encore grand qui entoure ces sujets : Peu nombreuses sont les études qui osent les aborder. Encore moindre sont les solutions offertes. Pourtant, après avoir vécu quelques années de vie d’église, nous avons tous vu ou entendu parler de tels cas.

J’ai connu un prédicateur qui, poussé par le besoin de confesser à un “ami” ses tentations et son combat spirituel, se retrouva dénoncé, et rejeté de la dénomination à laquelle il appartenait, sans avoir eu l’occasion de recevoir ni écoute, ni aide d’aucune sorte. Certes, le cas fut écarté et le mouvement épargné d’un “risque” potentiel, mais est-ce ainsi que nous sommes appelés à prendre soin les uns des autres ? N’avons-nous pas un devoir d’accompagnement demandé par Jésus lui-même et les apôtres ? (Matthieu 18:15-20; Jacques 5: 20).

Nos attitudes de négation du besoin d’écoute et d’aide aux ministères, ne contribuent-elles pas à renforcer hypocrisie, méfiance et isolement, poussant beaucoup à prétendre que “tout va bien” quant au fond d’eux-mêmes le combat fait rage ?

Tout travailleur dans la relation d’aide, se doit d’avoir un référent auquel il puisse faire appel en cas de besoin pour se “décharger” des tensions dues à son service. Mais vers qui le serviteur de Dieu quand il a lui-même besoin d’aide, peut-il se tourner en toute confiance ?

J’ai souvent entendu la remarque suivante : “Prie Dieu et cela ira”. Je crois en l’efficacité et la puissance de la prière, mais est-ce toujours suffisant ? Voire la meilleure solution dans certains cas ? Quid de la communion fraternelle ?

« Vous êtes des exemples, vous n’avez pas le droit d’être en souffrance, ni d’avoir des problèmes »Un couple de missionnaires nous rendit ce témoignage : Alors qu’ils souffraient d’épuisement et demandaient un temps de repos spirituel après des années difficiles sur leur champ de travail, ils se virent répondre par leurs dirigeants : “Vous êtes des exemples, vous n’avez pas le droit d’être en souffrance, ni d’avoir des problèmes”. Ils décidèrent de quitter cette organisation qui n’avait rien prévu pour prendre soin de leur personnel blessé au service, ils n’en valaient pas la peine !

Pourquoi de telles attitudes de la part du monde chrétien alors même que nous offrons de l’aide à toute personne en besoin, au travers des services de l’église ?

Aurions-nous tendance à privilégier les réalisations au détriment des individus, le faire à l’être, le paraitre à la réalité ? Serions-nous une armée qui combat sans hôpital de campagne pour ses propres soldats ? Croyons-nous que nier l’existence de ces souffrances les font disparaître ?

Pensons au coût humain que cela représente par année, aux familles en souffrance, et pas seulement celles de serviteurs, mais aussi des membres des assemblées qui en vivent les effets collatéraux ! Car comment imaginer qu’un ministère en crise, n’en fasse pas ressentir les effets, même involontairement, sur les brebis dont il a la charge ?

Je connais l’exemple, d’un pasteur qui, se sentant aux limites de ce qu’il pouvait donner à l’église dont il avait eu la charge pendant plusieurs années, décida d’utiliser la possibilité qui lui était offerte de prendre une année sabbatique. Il reprit un travail, mena la vie de tout croyant lambda, avec ses pressions et ses frustrations, rendit témoignage de sa foi chaque fois qu’il en avait l’occasion. Il prit soin de son couple et de ses enfants, et continua à se rendre incognito dans une assemblée pour s’asseoir dans les rangs et écouter la Parole de Dieu. Après une année de ressourcement, le Seigneur lui ouvrit une porte pour prendre en charge une petite assemblée d’une autre ville. Après avoir prié pour cette opportunité, il accepta et entra dans une nouvelle période extrêmement bénie de son service pendant laquelle il eut la joie de voir cette église quintupler en quelques années !

Souvenons-nous que nous sommes gestionnaires de l’appel Divin dans l’esprit de 2 Jean 8: “Prenez garde à vous-mêmes, afin que vous ne perdiez pas le fruit de votre travail, mais que vous receviez une pleine récompense”.

Alors, que faire pour ne pas gâcher, ni risquer de perdre ces ministères ? Quelles solutions ? Préparation aux ministères, prévention, accompagnement, résolutions de crise, année sabbatique, formation continue… Le débat est ouvert !

Eric Dufour 
www.ericracheldufour.com

© Info Chrétienne - Courte reproduction partielle autorisée suivie d'un lien "Lire la suite" vers cette page.

Partager cet article

Repost0
28 septembre 2016 3 28 /09 /septembre /2016 18:30

Source :  

Ils sont Américains, ils sont jeunes, principalement entre 19 et 29 ans et se détachent de plus en plus de la “religion”. Allant même à évoquer un divorce. France Inter, qui a décidé d’étudier l’Amérique d’aujourd’hui, en vue des prochaines élections, nous parle un peu plus de ce phénomène. En ouvrant le bal par les “nones”.

Certes, la “religion” demeure encore omniprésente aux Etats-Unis, jusque dans la Constitution, les lieux parlementaires ou même sur les billets et pièces de monnaie avec le célèbre slogan patriotique “In God we trust” (en Dieu nous croyons). Cependant son attrait semble dégringoler, depuis 2014. France Inter nous rapporte les chiffres. 34% des jeunes adultes se disent sans religion. Ils se disent soit athées, soit agnostiques, soit attachés à Dieu mais sans s’identifier à une religion et de manière générale affirment ne plus être attachés à la religion de leurs parents, ou de leur religion.

Et pour cause, ceci s’expliquerait en grande partie par le chemin qu’emprunte la société actuelle. Se positionnant pour l’avortement, contre la chasteté jusqu’au mariage ou bien, plus récemment en faveur du mariage homosexuel. 
Face à l’immigration de masse, les traditionnels “Protestants mainstream”, aujourd’hui recensés à 36 millions d’adeptes, c’est-à-dire les anglicans, presbytériens, etc.; soit les pères fondateurs venus d’Europe, ont nettement chuté en popularité pour laisser la place d’honneur aux Protestants évangéliques, 62 millions à l’heure actuelle, suivis de près par les catholiques et enfin les “sans religion”. Quant aux musulmans, au coeur de polémiques, alimentant même la campagne de Donald Trump, ils ne représenteraient qu’un peu moins d’1% de la population américaine.

En parlant de Donald Trump, parlons présidentielle. La question de la “religion“ n’y est, même là, au coeur de tous débats, voire quasi absente. Bien que croyants, les deux candidats, Clinton, méthodiste et Trump, presbytérien, n’en font point le fil conducteur de leur campagne, ni de leur vie, semble-t-il. Sans doute, suivent-ils la tendance.
Une dangereuse tendance qui va même toucher le sud des Etats-Unis, plus précisément la ville de Nashville, réputée pour sa population, jadis, ultra croyante. On y trouve encore, malgré tout, une église à tous les coins de rue. Mais la belle Nashville, surnommée le Vatican protestant est à présent une victime de plus de la diversité religieuse et politique. 
Ceci étant, pour rester en corrélation avec les présidentielles, précisons tout de même, que ce déclin ne semble pas inquiéter plus que ça, le candidat républicain, qui, curieusement, peut compter sur l’appui de la communauté… évangélique. Au Tennessee, par exemple, considéré comme le fief chrétien conservateur qui compte 73% de “très” croyants, Trump s’annonce vainqueur. Marié trois fois, puis souvent en désaccord avec la communauté, Donald Trump est pourtant, selon un sondage, soutenu par 39% des évangéliques Américains.

Les Etat-Unis se sont toujours distingués par leur diversité. Et en matière de religion, ils ne dérogent point à la règle. Pour autant qu’ils prônent fermement la laïcité, séparant l’Eglise de l’Etat, il est pourtant commun d’y afficher en toute liberté son appartenance religieuse, à l’école comme au travail, tant que cela relève de chaque individu. Dès lors, de bâtiments, biens publics, aucun signe religieux ne doit y apparaitre.
En somme, l’Amérique tend-elle fâcheusement vers un athéisme européen ? Soit…

Vie chrétienne vs religion

Mais, sachons, chers lecteurs, que croire et vivre en Christ, appliquer sa parole, ne s’apparentent en rien à une religion., Par ce sujet, il y a ici lieu de corriger le terme et apporter une signification plus exacte de la vie chrétienne.
Aux origines, le mot “religion” provient du latin “religare” qui signifie “lier, relier, attacher”. Or Christ-Jésus est venu nous délivrer des liens, nous affranchir pour vivre en lui une vie en abondance et non être encore liés à des coutumes, des rites. En Dieu, nous ne devons appliquer une religion, nous délimitant à des sacrements mais vivre une relation avec le Père.
Soyons clairs, nous parlons là de l’Evangile. La véritable vie chrétienne, suivre le Chemin de la Vérité et de la Vie, ne peut donc être considérée ni nommée “religion”. Or qu’est-ce suivre ce Chemin si ce n’est être de véritables disciples du Christ. N’est-ce pas d’ailleurs que le terme “chrétien” signifie “comme Christ”.

La Rédaction

Partager cet article

Repost0
28 septembre 2016 3 28 /09 /septembre /2016 18:14

Kirsten Haglund a vaincu l’anorexie avant de devenir miss États-Unis. Son coach ? La Bible !

« Quand tu souffres de problème d’alimentation, ton esprit ne fonctionne pas normalement, tu te vois toi-même comme repoussante », se souvient la gagnante de l’élection de miss America 2008. Elle a parcouru un long chemin avant de retrouver l’appétit, en même temps que goût à la vie.

La compétition déclenche le processus

Passionnée de danse, Kirsten Haglund poussait son corps à la limite de ses possibilités et dès douze ans, elle était persuadée que pour être belle, il fallait qu’elle soit maigre. Elle voyait dans tous les magazines « perdez trois kilos, sentez-vous mieux », et a progressivement suivi le mouvement. Certaines de ses amies du cours de danse jetaient discrètement leurs assiettes, elle fit de même. « Je mangeais approximativement 900 calories par jour »,se souvient-elle. Elle devient maigre, et se réjouissait quand quelqu’un le lui faisait remarquer : à ses yeux, elle ne serait jamais trop maigre !

Une obsession et un esclavage

L’anorexie devient « plus qu’une drogue », pour reprendre les mots qu’elle emploie dans une vidéo qui retrace son parcours. Alors qu’un drogué repenti peut mettre à distance les substances dont il est dépendant, le boulimique ou l’anorexique sont confrontés, au moins trois fois par jour, à la nourriture ! Et c’est une dépendance qui va au-delà d’un problème physique. L’anorexique a une impression de puissance, il a le sentiment que, contrairement aux autres, il contrôle son corps. Rétrospectivement, Kirsten Haglund a le sentiment que l’anorexie était devenu une entité qui la poussait vers le gouffre.

Tentation de toute puissance

Elle se souvient : « L’anorexie me dit reste avec moi et tu auras tout ce que tu veux ». Elle ne le voyait pas, mais à 15 ans elle était devenue une coquille vide, et sa mère l’emmena voir un docteur, ce qu’elle vit comme une trahison : « Je croyais que je faisais ce qu’il fallait pour devenir une danseuse professionnelle », se souvient-elle. Persuadée que le corps médical et sa famille se trompe, elle fait mine de suivre leurs indications, mais ne change rien au régime fou qu’elle s’est fixé.

« Je pouvais tromper ma mère ou le docteur, pas Dieu »

Elle est rattrapée par la nature, lors d’une séance d’entrainement sur un tapis roulant, elle tombe inconsciente. Au cours de sa convalescence, elle ressent brusquement le désir de manger à nouveau… de s’amuser, d’aimer d’être une vraie personne ! Elle découvre qu’elle a vécu comme coupée du monde. Elle délaisse les magazines qui lui enjoignaient de perdre du poids et leur préfère un exemplaire de la Bible, laissé par un ami, et s’attarde en particulier sur les Psaumes « Je trouvais les mots de David si riches… si réels, que j’en ai pleuré. J’ai réalisé que j’étais une enfant de Dieu, que son amour était un don gratuit, que je ne pouvais pas le gagner ou le mériter ».

Le choix du témoignage

Alors que la plupart des jeunes filles qui sortent d’anorexie préfèrent ne pas en parler, Kirsten Haglund témoigne publiquement de son expérience. Elle constate que beaucoup de jeunes filles se retrouvent dans ses paroles. L’anorexie est à ses yeux le symptôme d’une société qui a un rapport malsain au corps, et en particulier à celui de la femme.

Source : http://fr.aleteia.org/

Partager cet article

Repost0
28 septembre 2016 3 28 /09 /septembre /2016 16:54

C’est un décret pris le 10 septembre par le Guide suprême de la Révolution qui provoque la colère des femmes d’Iran désireuses d’autonomie. Ali Khameini a édicté une fatwa interdisant aux femmes de faire de la bicyclette, ce afin de préserver leur chasteté. Le bassidj, la milice islamique du régime, est appelée à faire régner l’ordre en la matière.

« Faire du vélo attire l’attention des hommes et expose la société à la corruption, et surtout cela contrevient à la chasteté des femmes, il faut l’abandonner. » Une fatwa et des motifs raillés sur sa page Facebook par une association de femmes iraniennes militant pour le droit de s’habiller à leur guise, My Stealthy Freedom (ma liberté furtive). Le mouvement a été fondé en 2014 par une journaliste iranienne vivant à Londres, Masih Alinejad. Des femmes se filment ou se font photographier sur leurs vélos et diffusent les images en signe de défi à cette règle religieuse. Sur le réseau social où s’agrègent les critiques contre la fatwa, on peut par exemple lire « Je suis un être humain et je suis capable de prendre mes propres décisions. Personne ne peux me dicter ce que je dois faire. » Et c’est même en public, dans la ville, que des femmes s’affichent maniant la petite reine.

Cette dernière interdiction s’ajoute à celle concernant les « manteaux inappropriés » auxquels les autorités font la chasse depuis un mois et demi. Environ 3 000 magasins vendant des vêtements avec des inscriptions en anglais, par exemple « Keep calm. I am the Queen » (Reste tranquille. Je suis la Reine) ont reçu un avertissement, et 800 d’entre eux ont été fermés. Et des affiches publicitaires avertissent les Iraniennes : « Ma sœur, ces vêtements ne sont pas appropriés pour les femmes musulmanes. » Ces manteaux interdits pour cause de langue anglaise (tout comme les « Nutella Bar »  qui agacent l’Académie de la langue persane) ne sont pas les seuls derniers vêtements dans le collimateur des autorités, les manteaux aux manches courtes ou sans boutons agacent également le régime. Fin 2014, les parlementaires avaient voté une proposition de loi pour renforcer les contrôles policiers concernant la tenue vestimentaire des femmes qui s’était relâchée : au lieu de porter des vêtements amples et un hijab recouvrant les cheveux et le cou, de plus en plus de femmes s’étaient mises à arborer un voile léger, même des vêtements moulants ou encore des tuniques arrivant à mi-cuisse. Le texte nommé « Soutien à ceux qui font la promotion de la vertu et combattent le vice » avait été rejeté par le Conseil des gardiens, les défenseurs de la charia, qui tenaient à l’amender plutôt que de le laisser tel quel. Le Président Hassan Rohani avait critiqué la proposition : « Nous ne devrions pas nous focaliser sur un seul sujet (comme la façon de porter du voile), pour prévenir le vice. »

Depuis la Révolution, en 1979, les femmes sont tenues de se revêtir d’un long manteau ou du tchador. La contestation gagne du terrain, aussi bien chez les militantes laïques que chez les féministes musulmanes.

Le vélo, un nouvel interdit dans un va-et-vient du droit des femmes

Les femmes qui ont soutenu la Révolution et l’avènement du régime des mollahs en 1979 se sentent trahies. Sous le Shah, les femmes bénéficiaient de certains droits, particulièrement obtenus sous le règne de Mohammad Reza Pahlavi, le dernier empereur d’Iran. C’est au nom de l’islam que le monarque reconnaît aux femmes le droit d’entreprendre des études universitaires, d’être éligibles et électrices, d’accéder à des emplois qui leur étaient jusque là interdits, par exemple celui de juriste. Les droits du mari en matière de mariage sont réduits, il ne peut plus répudier sa femme et a besoin de son consentement s’il veut prendre une épouse en plus. En 1978, 30% des étudiants sont des femmes, il y a 22 femmes députés et deux sénatrices, contre 13 au total aujourd’hui alors que jusqu’en 1978 la présence des femmes dans l’espace politique s’accroissait. En 1968, une femme fut même nommée ministre de l’Éducation, Farokhrou Parsa, exécutée par un tribunal islamique en 1979.

Cependant, en dépit de ces avancées, la société iranienne restait encore sous la prédominance masculine. Et surtout, le pouvoir du Shah était jugé corrompu en plus d’être lié aux États-Unis. Lorsque l’Ayatollah Rouhollah Khomeyni appelle les femmes à rejoindre les hommes dans la rue et à défier le pouvoir malgré le couvre-feu, celles-ci voient en lui un espoir d’amélioration pour elles. Le Shah renversé, Khomeyni devenu Guide de la Révolution de la République islamique d’Iran, les femmes réalisèrent combien on les avait instrumentalisées. Les vêtements féminins furent strictement codifiés au bénéfice du hidjab, et Khomeiny déclara même : « Chaque fois que dans un autobus un corps féminin frôle un corps masculin, une secousse fait vaciller l’édifice de notre révolution. » Les hommes retrouvent leurs privilèges concernant les affaires du mariage, avec des droits supplémentaires. Ainsi, depuis une loi du 2 octobre 2013,un père peut épouser sa fille adoptive d’au moins 13 ans, si le tribunal compétent le lui accorde. Cette loi susceptible de favoriser des adoptions douteuses est officiellement contestée par le Président Rohani qui a demandé, pour l’instant en vain, à son gouvernement de trouver une solution pour annuler l’article litigieux.

Depuis la Révolution, les femmes s’estiment trahies, et les féministes, aussi bien laïques que musulmanes, s’opposent à la restriction de leurs droits et s’associent pour cela. Au grand dam non seulement des islamistes, mais également de certains modernistes. Elles avaient porté les religieux au pouvoir afin d’obtenir la justice sociale, et la classe moyenne conservatrice désormais au pouvoir imposait son idéologie. Victimes de ségrégations dans les bus où elles devaient s’asseoir à l’arrière tandis que les hommes se tenaient devant, interdites d’accès aux hautes fonctions publiques, et voyant l’âge nubile passer de 18 ans à 9 ans pour les filles, les femmes défièrent les oulémas. Puisque, comme les hommes, les femmes musulmanes soutenaient la Révolution, pourquoi étaient-elles négativement discriminées ? Les femmes laïques, elles, publièrent des hebdomadaires et des mensuels très acerbes envers l’islam qu’elles accusaient de ne pas rendre justice aux femmes ; les musulmanes y répondirent en citant des textes bienveillants envers leur gent. Le pouvoir céda quelque peu pour éviter le discrédit sur la religion, et, sous les présidences modérées, les femmes retrouvèrent certains de leurs droits acquis sous le règne du Shah : les femmes juges furent par exemple réintégrées dans les tribunaux de la famille.

Ce mouvement de flux et reflux des libertés des femmes est constant, et l’alliance entre féministes laïques et musulmanes croît en vigueur, ce qui explique que des femmes osent à ce point défier la fatwa leur interdisant de faire du vélo. Elles se sentent de plus en plus reconnues de l’extérieur, que ce soit par l’octroi du prix Nobel de la paix à l’avocate féministe des droits de l’homme, Shirin Ebadi, en 2003, à qui le régime a confisqué sa récompense, selon la Norvège – ce que nie l’Iran ; ou par l’attribution, l’an passé, du « Women’s Rights Award », une récompense pour les droits des femmes, au mouvement My Stealthy Freedom qui aujourd’hui dénonce le décret sur l’interdiction du vélo au femmes. Une interdiction qui échouera peut-être comme n’avait pas eu de succès le projet iranien de vélo islamique pour les femmes, qui devait dissimuler leurs formes au moyen d’une cabine recouvrant la moitié de leur corps.

Hans-Søren Dag

Photo : « Femme iranienne défiant la fatwa », reproduction avec l’aimable autorisation de My Stealthy Freedom

 Info Chrétienne 

Partager cet article

Repost0
28 septembre 2016 3 28 /09 /septembre /2016 16:48

Selon l’Index Mondial de persécution des chrétiens, la Corée du Nord est le pays où les chrétiens sont le plus exposés à la persécution. Dans cet état totalitaire, le seul culte autorisé est le culte au leader de la nation, Kim Jong-Un. Les bibles sont interdites dans le pays. En posséder une conduit à l’emprisonnement, la torture et la mort. Cette peine peut être infligée aux membres de la famille de la personne jugée coupable, sur 3 générations.

Un nouveau rapport de la Christian Solidarity Worldwide (CSW), daté du 23 septembre 2016, dresse un état des lieux catastrophiques concernant le sort réservé aux chrétiens en Corée du Nord. Ils seraient réduits en esclavage, violés, torturés et tués. Le rapport intitulé : « Déni total : Violation de la liberté religieuse et de conviction en Corée du Nord », dénonce l’absence quasi-totale de liberté religieuse dans la « République populaire ».

« Les croyances religieuses sont considérées comme une menace pour la loyauté exigée par le guide suprême. C’est pour cela que toute personne démasquée dans ses pratiques religieuses est sévèrement persécutée. »

On sait depuis longtemps qu’en Corée du Nord, les chrétiens pratiquent leur foi en secret et risquent, au minimum, l’envoi dans des camps de travaux forcés si ils sont découverts.

«Les chrétiens souffrent énormément en raison des étiquettes anti-révolutionnaires et impérialistes qui leur sont rattachées par les dirigeants du pays. »

Le nouveau rapport de CSW détaille davantage les sévices réservés aux chrétiens. Ils seraient «accrochés sur une croix en feu, écrasés sous un rouleau compresseur, piétinés… »

Par ailleurs, le gouvernement pratique « une politique de culpabilité ». Les parents des chrétiens démasqués subissent le même sort que leurs enfants, même s’ils ne partagent pas leur foi.

Les responsables nord-coréens estiment officiellement le nombre de chrétiens présents dans le pays à 13 000. Mais certaines organisations comme Cornerstone Ministries International estiment leur nombre à 200 000 à 300 000.

Notre Dieu, aie pitié de ton peuple en Corée du Nord. Les chrétiens y meurent pour ton nom, eux « dont le monde n’est pas digne ».

« D’autres subirent les moqueries et le fouet, les chaînes et la prison; ils furent lapidés, sciés, torturés, ils moururent tués par l’épée, ils allèrent çà et là vêtus de peaux de brebis et de peaux de chèvres, dénués de tout, persécutés, maltraités, eux dont le monde n’était pas digne, errants dans les déserts et les montagnes, dans les cavernes et les antres de la terre. »
Hébreux 11 : 36 et 37

D’après l’ONG Portes Ouvertes, sur les 300 000 chrétiens nord-coréens, 60 000 seraient derrière les barreaux ou en camp de travail en raison de leur foi. Selon les statistiques de Pyongyang, 3 000 catholiques « pratiquent librement leur foi », sous la tutelle de l’Association catholique coréenne, entièrement contrôlée par le régime, et en l’absence de tout clergé. Pour les Nations Unies, ils ne seraient que 800. En 1945, 13,5 % de la population de Pyongyang était chrétienne.

H.L.

Source : Christian Headlines

Crédit photo : FlickR Creative Commons

© Info Chrétienne - Courte reproduction partielle autorisée suivie d'un lien "Lire la suite" vers cette page.

Partager cet article

Repost0
16 septembre 2016 5 16 /09 /septembre /2016 08:32

Partager cet article

Repost0