Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : SIGNES ET PROMESSES
  •               SIGNES ET PROMESSES
  • : Ce Blog a pour but au travers de son contenu, d'édifier l'église de Jésus-Christ, de faire connaître à nos contemporains l'amour de Dieu manifesté en Jésus son fils bien aimé.Les messages qui seront diffusés veulent être en bénédictions à tous les milieux, en rappelant qu'aujourd'hui, Dieu veut encore faire éclater parmi ceux qui ont soif, les signes de sa Puissance, et accomplir ses Glorieuses Promesses. Aquilas
  • Contact

VERSET BIBLIQUE

Je suis le chemin, la vérité, et la vie. Nul ne vient au Père que par moi. ( Jean 14 : 6) 

Recherche

Liste D'articles

  • Chine: des chrétiens poussés à la...
    Chine: des chrétiens poussés à la clandestinité https://t.co/LdEwxT7h9p Patrick Gassend (@Ichtus1) December 02, 2021 Difficultés économiques, surveillance extrême: dans l'Ouest de la Chine, le quotidien des chrétiens d'origine musulmane est une lutte...
  • L'AVÉNEMENT DE CHRIST
  • JE SUIS
    Tous les noms de Dieu dans le psaume 23www.iltaime.com
  • LE NOUVEL ÉVANGILE DU DOMINIONISME
    Dominionisme : doctrine qui appelle les chrétiens à entrer en gouvernance du Monde, en intégrant l'ensemble des rouages décisionnels de la société, afin de la diriger (d'en prendre le leaders...
  • Pleurez pour vos bergers ! (Partie 2/2)
    Un jour de jugement va tomber sur les faux bergers ! Les prophètes ont prédit un jour de jugement soudain sur les bergers et les ministères qui ont trompé le peuple de Dieu. On arrive à un temps où Dieu ne peut plus supporter la cupidité, l’égocentrisme,...
  • Bilan de l'année 2020 : Qu'ont vécu les chrétiens persécutés ?
    Psaumes 37:40 L'Éternel les secourt et les délivre; Il les délivre des méchants et les sauve, Parce qu'ils cherchent en lui leur refuge. Source: https://bible.knowing-jesus.com
  • Frappez.....
    Matthieu 7:7 « Demandez, et l'on vous donnera; cherchez, et vous trouverez; frappez, et l'on vous ouvrira ». Nous arrivons aujourd'hui au terme de la réflexion concernant cet enseignement de Jésus-Christ pour nos vies. Avant d'aller plus loin et de voir...
  • Cherchez.......
    Matthieu 7:7 : « Demandez, et l'on vous donnera; cherchez, et vous trouverez; frappez, et l'on vous ouvrira ». Hier je me suis arrêté sur la première partie de ce verset cité plus haut. Aujourd'hui, prenons du temps avec la seconde portion de celui-ci:...
  • Demandez.....
    Matthieu 6:7 Demandez, et l'on vous donnera; cherchez, et vous trouverez; frappez, et l'on vous ouvrira. Aujourd'hui, j'aimerai m'arrêter sur la première partie de ce verset : ' 'Demandez, et l'on vous donnera.'' Dans ce passage Jésus revient sur le sentiment...

VISITES

 Que Dieu vous bénisse !

 

Parcours interactif :

                                           https://connaitredieu.com/

   

 


 
 

SOUTIEN

                                                                             Suivez  le lien :Contact  

 

  

Calendrier La Bonne Semence

                

">

 

6 septembre 2017 3 06 /09 /septembre /2017 17:54
POURQUOI ROB BELL A-T-IL UNE POSITION  AUSSI ERRONÉE SUR L'ENFER ?

De nos jours, de  plus en plus de chrétiens se laissent happer par de fausses doctrines, anciennes ou nouvelles, qui ont un impact séducteur et destructeur sur leur vie SPIRITUELLE présente et à venir. Ils préfèrent lire ou écouter de faux docteurs et se laisser entraîner à leur suite. Que ne lis -t-on pas sur les réseaux sociaux comme inepties et mensonges! Mais pourquoi cela arrive t-il ? Il y a parmi ceux qui suivent ces doctrines mensongères, certainement des gens sincères, mais nous pouvons dire également, et sans nous tromper, que certains aiment à chercher ce qui leur plaît, et c'est la Bible qui le dit, Ce Livre inspiré, soufflé par Dieu, qui entre les mains de ces faux docteurs est mise à mal, mais plus encore c'est Dieu lui-même qui est trahi ! Soyons vigilants!

Prêche la parole, insiste en toute occasion, favorable ou non, reprends, censure, exhorte, avec toute douceur et en instruisant. 3Car il viendra un temps où les hommes ne supporteront pas la saine doctrine; mais, ayant la démangeaison d'entendre des choses agréables, ils se donneront une foule de docteurs selon leurs propres désirs, 4détourneront l'oreille de la vérité, et se tourneront vers les fables.( 2 Timothée 4: 2-4).

Lisons donc le sermon qui suit, certes il n'est pas récent, mais oh combien actuel !

Le Blogueur                                        

                                                      Sermon

par le Dr. R. L. Hymers, Jr.

Sermon prêché au Baptist Tabernacle de Los Angeles,
le Jour du Seigneur, dimanche 8 mai 2011

« Et ceux-ci iront aux châtiments sans fin... »
(Matthieu 25:46).

Cela semble un texte de sermon étrange pour célébrer le jour de la Fête des Mères. Mais ce sermon n'est pas au sujet de l'Enfer. Le sujet de ce sermon est plutôt l'enseignement erroné d'un jeune pasteur nommé Robert Bell Jr, responsable d'une « église émergente. » Le point principal de ce sermon est que beaucoup de jeunes évangéliques, tels que Bell, n'ont jamais été convertis.

Il est déraisonnable, voire imprudent pour des mères chrétiennes d'encourager leurs enfants à réciter une « prière rapide » puis recevoir le baptême sans qu'ils expérimentent une véritable conversion. « Le salut par une prière » a conduit des millions d'enfants évangéliques vers de fausses conversions. C'est pour cela que 88% d'entre eux quittent l'église avant leur vingt cinquième année, et les 12% restant se tournent souvent vers les erreurs du mouvement appelé « Motivé par l'essentiel [Purpose-Driven Life] » – ou les hérésies de l'« église émergente. » Les mères évangéliques ont l'obligation de s'assurer, autant qu'il est humainement possible, que leurs enfants expérimentent une véritable conversion. Je presse chaque mère à le faire.

Continuant ses attaques annuelles de Pâques contre le christianisme biblique, le magazine Time a mis en couverture le titre de son éditorial « Et s'il n'y avait pas d'Enfer ? » (25 avril 2011). Le sujet de l'article rapporte la position de Rob Bell sur l'Enfer. Pour donner au diable ce qui lui revient, je dois faire remarquer que le titre de l'article du Time ne décrit pas exactement la position de Rob Bell. Il est fallacieux pour le Time de laisser entendre que Rob Bell ne croit pas à l'Enfer. Il y croit : mais (et c'est là qu'il se trompe) il ne croit pas qu'il est « sans fin. » Robert Bell, Jr. est le prédicateur d'une « église émergente » qui préoccupe profondément beaucoup de pasteurs par son enseignement non scripturaires sur l'Enfer. Des leaders chrétiens bien connus, comme le Dr. John Piper, et le Dr. Albert Mohler, président de l'Institut de théologie de la Convention baptiste du Sud à Louisville [Southern Baptist Theological Seminary], au Kentucky, ont ouvertement reniés les faux enseignements de Bell.

Jésus a dit, « Et ceux-ci iront aux châtiments sans fin » (Matthieu 25:46). Bell ne le croit pas. Il dit, « l'Enfer n'est pas éternel et l'amour, à la fin, gagne, et tous seront réconciliés avec Dieu. » (Rob Bell, L'amour gagne, Love Wins, HarperOne, 2011, p. 109).

Jésus a dit, « Et ceux-ci iront aux châtiments sans fin » (Matthieu 25:46). Le terme grec traduit par « sans fin » signifie « perpétuel, éternel » (James Strong, Un dictionnaire grec du Nouveau Testament) A Greek Dictionary of the New Testament) – « sans fin, qui dure toujours » (George Ricker Berry, Un lexique grec-anglais, A Greek-English Lexicon, numéro 166, codé à Strong). Bell tord ce mot pour lui permettre de faire référence à « une période de temps avec un commencement et une fin » (L'amour gagne, Love Wins, p. 32). Mais James Strong et George Ricker Berry connaissaient le grec bien plus que Rob Bell ne le connaitra jamais. Et ils disent que le terme grec signifie « perpétuel éternel. » Jésus a dit, « Et ceux-ci iront aux châtiments sans fin » (Matthieu 25:46) Rob Bell a appelé ce que Jésus a dit, « malavisé et toxique » (L'amour gagne, Love Wins, p. viii). Mon associé, le Dr. C. L. Cagan, dit, « Il est clair que Bell hait et résiste le christianisme biblique historique, particulièrement la vision de Christ au sujet du jugement après la mort. » Le Dr. John Gill (1697-1771), qui possédait une grande connaissance des langues de la Bible écrit, dans un commentaire sur Mathieu 25:46,

Ils devront endurer un châtiment éternel... et ceci dans leur âme et dans leur corps ; comme la juste rétribution du péché, commis à l'encontre d'un Dieu infini, qui ne peut être satisfait par une créature limitée, et qui doit donc en porter le châtiment, parce que la pollution et la culpabilité demeurent pour toujours (John Gill, D.D., Un exposé du Nouveau Testament, An Exposition of the New Testament, The Baptist Standard Bearer, réimprimé en 1989, volume I, p. 318; note sur Matthieu 25:46).

Oui, le Seigneur Jésus Christ a bien dit,

« Et ceux-ci iront aux châtiments sans fin » (Matthieu 25:46)

L'objectif de mon sermon d'aujourd'hui n'est pas de défendre la doctrine du « châtiment éternel. » Je suppose que la plupart d'entre vous, sinon tous, croit en cette doctrine, puisque Christ en a parlé clairement et fréquemment dans les quatre évangiles. Ainsi, je ne vais pas défendre la doctrine du châtiment sans fin dans ce sermon. Plutôt, le but de ce sermon est d'essayer d'expliquer pourquoi Rob Bell rejette la nature éternelle de l'Enfer. Et il me semble qu'il y a deux raisons basiques pour lesquelles il rejette ces paroles du Seigneur Jésus Christ « ...Et ceux-ci iront aux châtiments sans fin. »

I. Premièrement, Rob Bell rejette les « châtiments sans fin » parce qu'il est dans une confusion causée par le libéralisme.

Rob Bell est diplômé de l'Institut théologique Fuller à Pasadena [Fuller Theological Seminary], Californie. C'est là qu'il est tombé dans la confusion en ce qui concerne l'autorité de la Bible.

La première déclaration de foi de l'Institut de théologie Fuller dit, « Les livres qui forment le canon de l'Ancien et du Nouveau Testament, tels que donnés originellement, sont absolus et libres de toute erreur, dans leur totalité comme dans leurs parties. Ces livres constituent la Parole écrite de Dieu, qui seule fait loi en matière de foi et de pratique » (cité dans Harold Lindsell, Ph.D., La bataille pour la Bible, The Battle for the Bible, Zondervan Publishing House, édition de 1978, p. 107). Il en découle que la déclaration originale de l'Institut de théologie Fuller enseignait l'infaillibilité de la Bible, que les Écritures sont « libres de toute erreur, dans leur totalité comme dans leurs parties » et que la Bible est « la Parole écrite de Dieu, qui seule fait loi en matière de foi et de pratique. » Bien que leur première déclaration de foi le dise, cela fut changé plus tard. Mais, au commencement, l'Institut de théologie Fuller enseignait ce que la Bible dit d'elle-même :

« Toute écriture est donnée par l’inspiration de Dieu, et est utile pour la doctrine, pour convaincre, pour corriger, pour instruire dans la droiture » (II Timothée 3:16).

Je vais revenir sur ce fait et vous expliquer comment l'Institut de théologie Fuller a changé et comment, quand cet établissement est devenu une institution libérale, cela a semé la confusion chez Rob Bell. Mais d'abord, je voudrais vous lire une déclaration du Dr. W. A. Criswell (1909-2002) concernant l'infaillibilité des Écritures.

Le Dr. Criswell, qui a longtemps été pasteur de la Première Église Baptiste de Dallas, [First Baptist Church of Dallas] au Texas, dans son livre phare, Pourquoi je prêche que la Bible est littéralement vraie, Why I Preach that the Bible is Literally True,dit ceci au sujet de II Timothée 3:16 :

« Toute écriture est donnée par l’inspiration de Dieu. » Dans ce texte, deux mots présentent la vision apostolique concernant l'inspiration des Saintes Écritures. L'un deux est graphe¸ qui signifie « écrire » et l'autre est theopneustos, qui signifie « le souffle de Dieu. » C'est « l'écriture », ou les Écritures, qui est le « souffle de Dieu » qui est inspiré. Dans le parchemin original, chaque phrase, mot, ligne, marque, point, tiré de la plume, signe et titre y sont par inspiration de Dieu. Il ne peut y être question d'autre chose, il ne peut en être autrement... Beaucoup renient cette déclaration et disent que les Écritures sont inspirées à certains endroits, certains paragraphes, certains morceaux ou sections. Cependant, on ne retrouve aucune doctrine de ce genre dans la Bible. Les livres historiques, les livres de jurisprudence de Moïse, les livres poétiques, les prophètes, les Évangiles, les Épîtres, l'Apocalypse, sont tous inspirés dans le moindre détail. L'inspiration comprend la forme autant que la substance, le mot autant que la pensée. C'est ce qu'on appelle la théorie verbale de l'inspiration, véhément décriée par les théologiens modernes... Mais j'insiste sur, et je ne présente aucune autre théorie, que celle qui se trouve dans la Bible (W. A. Criswell, Ph.D., Pourquoi je prêche que la Bible est littéralement vraie, Why I Preach that the Bible is Literally True, Broadman Press, édition de 1969, pp. 33-34).

Rob Bell ne croit pas ce que déclare le Dr. W. A. Criswell. Il ne croit pas dans l'inspiration de toutes les paroles de l'Écriture (inspiration verbale absolue). pourquoi ? Parce qu'il a reçu son diplôme de l'Institut théologique Fuller. Cette institution a changé sa déclaration doctrinale au début des années 1970, bien avant que Bell n'y étudie. Fuller enseigne à présent que la Bible est pleine d'erreurs. Pour une explication plus détaillée de la manière dont ceci est survenu, veuillez vous reporter au livre du Dr. Harold Lindsell, La bataille pour la Bible, The Battle for the Bible, chapitre six, intitulé, « L'étrange cas de l'Institut de théologie Fuller [The Strange Case of the Fuller Theological Seminary] (Zondervan Publishing House, édition de 1978, pp. 106-121). L'Institut de théologie Fuller ne croit plus aujourd'hui à l'inspiration, mot pour mot, de la Bible (inspiration verbale absolue).

Rob Bell a reçut son diplôme de cet établissement. C'est là qu'il a appris à ne pas faire confiance à la Bible. C'est là qu'il a appris à dévier des Écritures. C'est pour cette raison que le Dr. Richard Mouw, actuel président de l'Institut de théologie Fuller, a défendu le livre de Rob Bell qui attaque le châtiment éternel de l'Enfer. Dr. Mouw, président de l'Institut de théologie Fuller, a dit, « C'est très dur de venir à Fuller et d'en repartir avec un esprit fermé qui trace des démarcations catégoriques au sujet de la théologie. » (Hebdomadaire Time, Time, ibid., p. 43).

Quant à moi, j'ai reçu mon diplôme de deux facultés de théologie aussi libérales que Fuller, et j'en suis reparti avec « un esprit fermé » que la Bible est vraie « dans sa totalité comme dans ses parties. » J'ai étudié le critique rédactionnelle et la critique de la forme, ainsi que Barth, Brunner, Tillich, Rudolf Bultmann, et les autres libéraux que Rob Bell a étudié. Pourtant, je n'ai jamais cessé de croire en l'inspiration mot pour mot de la Bible en hébreu et en grec. Et comme je crois dans les mots de la Bible, je n'ai aucun mal à tracer des démarcations catégoriques au sujet de la théologie. » Le Seigneur Jésus Christ a dit,

« Et ceux-ci iront aux châtiments sans fin » (Matthieu 25:46)

Je peux ne pas aimer cette déclaration. Elle peut ne pas s'accorder avec ma chair. Mais Christ l'a dite. Je le crois. Et cela me suffit ! Il n'y a pas d'autre « marge de manœuvre. » Comme le disait Luther, « Ma conscience est captive de la Parole de Dieu. »

« Et ceux-ci iront aux châtiments sans fin » (Matthieu 25:46)

Mais je suis convaincu qu'il y a une autre raison pour laquelle Rob Bell rejette ces paroles du Seigneur Jésus Christ.

II. Deuxièmement, Rob Bell rejette « le châtiment éternel » parce qu'il a été trompé par le décisionisme.

Le libéralisme de l'Institut de théologie Fuller a pu saper la foi de Bell en la Bible parce que, à en juger par ses propres paroles, il avait pris une « décision » plutôt que d'expérimenter une véritable conversion. Rob Bell est presque assez jeune pour être mon petit fils. Si il lit ce sermon sur Internet, et arrive à ce passage, j'espère - et je prie - qu'il repensera à sa propre « conversion. » Je serais vraiment heureux s'il expérimentait une véritable conversion. La Bible dit,

« Examinez-vous vous-mêmes, pour voir si vous êtes dans la foi; éprouvez-vous vous-mêmes » (II Corinthiens 13:5).

J'ai connu deux hommes, qui ont étudié avec moi dans une faculté de théologie libérale, et qui ont plus tard expérimenté une véritable conversion. Je prie que cela arrive également à Rob Bell.

Il me semble que Rob Bell a prié la « prière du pécheur », sans être né de nouveau et converti. Dans son livre, Bell dit,

      Un soir, alors que j'étais en classe primaire, je me suis agenouillé près de mon lit dans ma chambre et j'ai dit une prière... Mes parents se tenaient de chaque côté de moi et j'ai invité Jésus à venir dans mon cœurJ'ai dit à Dieu que je croyais que j'étais un pécheur et que Jésus était venu pour me sauver et que je voulais devenir chrétien. 
      Je me rappelle toujours de cette prière. Elle m'a fait quelque chose. Quelque chose en moi. Et d'une certaine manière innocente d'enfant d'âge de l'école primaire, je crois que Dieu m'aimait et que Jésus était venu pour me montrer cet amour, et que j'étais comme invité à accepter cet amour (Rob Bell, L'amour gagne, Love Wins, ibid., pp. 193-194).

Qu'y a-t-il de faux ici ? Plusieurs choses. Premièrement, il a invité Jésus à venir « dans son coeur. » Ceci est mortel. La Bible nous répète que Jésus Christ est au Ciel, assis à la droite de Dieu. La Bible ne dit jamais à un pécheur perdu, même une seule fois, qu'il peut « inviter Jésus dans son coeur. » Pas un seul verset de l'Écriture ne l'enseigne. Deuxièmement, il a dit à « Dieu qu'il croyait qu'il était un pécheur. » Oui, je crois qu'il a dit cela à Dieu. Mais était-il sous une conviction de péché ? Il ne le dit pas. Était-il convaincu de sa nature profonde de pécheur, qui mérite la colère et le châtiment du Dieu Tout Puissant ? Il dit qu'il était un enfant innocent d'âge de l'école primaire quand il a récité cette prière. Comment pouvez-vous être à la fois « innocent » et être sous une véritable conviction de péché ? (Jean 16:8-9). Il dit, « Je croyais que Jésus était venu pour me sauver » : de quoi ? Puisqu'il pensait qu'il était « innocent », il ne pensait certainement pas qu'il avait un besoin désespéré d'être pardonné par Jésus de son péché. Ce n'est pas étonnant qu'il n'y ait aucune mention de Christ mourant à sa place sur la Croix ! Ce n'est pas étonnant qu'il n'y ait aucune mention du Sang de Christ le lavant de son péché ! Aucune conviction de péché ! Aucune mention de la Croix ! Juste la récitation d'une prière, très typique du nouvel évangélisme. Puis Rob Bell dit, « Je me rappelle encore cette prière. Elle m'a fait quelque chose. » Je pense qu'il a raison. Cette prière lui a bien fait quelque chose. Elle l'a induit en erreur.

Je prie que partout, les mères chrétiennes s'arrêtent de précipiter leurs enfants dans une « décision pour Christ », sans réelle signification. Nos jeunes ont besoin de quelque chose de bien plus profond. Leur cœur a besoin d'être transformé, au plus profond, et seul Dieu peut le faire. Les mères devraient réaliser que la destinée éternelle de leurs enfants dépend de la conviction de péché que Dieu peut faire en eux et les amener à Christ. Les mères devraient prier « sans cesse » pour que Dieu puisse faire ces actes de grâce pour leurs enfants.

Ô, jeunes gens, ne soyez pas trompé comme Rob Bell ! Priez que Dieu vous amène à réaliser votre culpabilité de pécheur ; que Dieu vous fasse ressentir comme Il l'a fait pour l'évangéliste Spurgeon. Il dit, « Je me rappelle, alors que j'étais encore un jeune garçon âgé de quinze ans, que je me sentais si horriblement coupable, que si Dieu ne me punissait pas pour mon péché, Il devrait le faire. » Si Dieu vous fait expérimenter votre péché de cette manière, vous n'aurez aucun problème à croire le Seigneur Jésus Christ quand Il dit,

« Et ceux-ci iront aux châtiments sans fin » (Matthieu 25:46)

En fait, vous serez surpris que vous n'y alliez pas vous-même, dans « châtiments sans fin. » Le Dr. Martyn Lloyd-Jones a dit, Seul celui/celle qui a été amené à voir sa culpabilité de cette manière peut s'élancer vers Jésus pour sa délivrance et sa rédemption » (D. Martyn Lloyd-Jones, M.D., Études sur le Sermon sur la montagne, Studies in the Sermon on the Mount, InterVarsity, 1959, p. 235).

Je prie pour que l'Esprit de dieu vous amène sous une profonde conviction de péché. Je prie pour que Dieu vous attire à Jésus Christ, pour votre pardon par Sa mort sur la Croix et pour vous laver de votre péché par Son Sang. Je prie que vous expérimentiez une véritable conversion par la grâce de Dieu et les souffrances de Christ. Amen.

(FIN DU SERMON)

Partager cet article

Repost0
3 septembre 2017 7 03 /09 /septembre /2017 19:50

photo du site de Mérindol

Qu’évoque pour vous le Lubéron ? Les cigales, le soleil, des villages perchés appréciés des artistes ? Qui pense à cette terre en tant que lieu de mémoire protestant ?

Et pourtant, Merindol, ce petit village des bords de la Durance, entouré de champs d’oliviers, est surmonté d’un éperon rocheux hérissé de ruines… Il est devenu le symbole du martyr subi par les vaudois, disciples de Valdo.

Valdo est un riche marchand lyonnais. Dès le XIIsiècle, il demande à deux moines de traduire des passages de la Bible en franco-provençal, sa langue maternelle. La découverte de cette lecture le conduit à changer de vie. Il distribue ses richesses aux nécessiteux, lit et commente librement les textes bibliques en langue populaire. Il fait des émules, mais la prédication professée par un laïc est bannie par l’Eglise romaine. Valdo est expulsé de Lyon et excommunié.

Le mouvement des « pauvres de Lyon » se répand en Italie, Suisse, Allemagne, Autriche  et, en France, essentiellement en Dauphiné, terre d’empire jusqu’en 1349, divisée par des querelles entre les seigneurs locaux et l’évêque d’Embrun.

Les vaudois persécutés pour hérésie, se réfugient dans les hautes vallées des Alpes méridionales, des deux cotés du col du mont Genèvre.

 

A la fin du XVe siècle, le Lubéron, ravagé par la guerre, le brigandage et la peste, a perdu 60% de sa population. Afin de remettre leurs terres en valeur, les seigneurs du Lubéron font venir environ 6 000 vaudois des vallées alpines du Dauphiné et du Piémont. Une centaine s’installe à Mérindol en 1504, d’autres à Lourmarin, dans la vallée d’Aigues, Cabrières d’Avignon, Roussillon, Murs et sur d’autres sites de la région. Ils reconstruisent hameaux et bastides, ces grosses fermes à l’écart des villages, remontent les terrasses qu’ils plantent d’oliviers et de céréales, façonnent les paysages que nous connaissons aujourd’hui.

 

Ils forment la majorité de la population, s’intègrent à la vie sociale. Ils pratiquent extérieurement les rites catholiques, mais reçoivent chez eux l’enseignement  de leurs pasteurs qu’ils appellent « barbes ». Portant en germe tous les prémices de la Réforme, les vaudois y adhèrent massivement. C’est alors que François Ier et le Pape prennent conscience de l’ampleur de la vague réformée.

 

Ordre est donné aux évêques et aux Parlements de poursuivre l’«hérésie vaudoise et luthérienne ». Sur les 2 000 personnes inquiétées pour leur foi en Provence, les 2/3 sont vaudois !

 

L’affaire du moulin du Plan d’Apt met le feu aux poudres : en 1545, le Parlement d’Aix condamne dix neuf vaudois de Mérindol à être brûlés vifs. Ils ont saccagé le moulin tombé dans l’escarcelle royale, suite de l’exécution de son propriétaire vaudois.

L’expédition militaire punitive commandée par le capitaine Polin est escortée par Meynier d’Oppède, le 1er président du Parlement de Provence en personne. De son côté, l’armée du légat du pape investit Cabrières d’Avignon.

Tous les villages vaudois abandonnés par leurs habitants sont mis à sac, pillés et détruits. Les vaudois restés sur place sont massacrés ou envoyés aux galères, les femmes violées, les biens confisqués…  Seules quelques familles parviennent à s’enfuir et à gagner Genève…

 

Le sac de Mérindol constitue l’épisode le plus connu de cette violente répression ; il eut un retentissement négatif dans toute l’Europe, et en particulier auprès des princes protestants.

photo du musée de l'Association d'Etudes vaudoises et historiques du Lubéron

MERINDOL, « LA MUSE » SIEGE ET MUSEE DE L’ASSOCIATION D’ETUDES VAUDOISES ET HISTORIQUES DU LUBERON

De nos jours, l’Association d’Etudes vaudoises et historiques du Luberon anime, à  Mérindol, un petit musée. Des panneaux extérieurs contribuent  à faire connaître l’histoire tragique des vaudois du Lubéron.

Si vous avez le courage de grimper le long du « sentier des Huguenots » jusqu’au Mémorial, vous serez récompensé de vos efforts par une vue époustouflante à 360° sur les Préalpes, et la vallée de la Durance.

Vous pouvez aussi visiter son site : http://www.vaudoisduluberon.com/ et nous remercions M. le pasteur Deuker des textes qu’il nous a fournis, à partir desquels nous avons élaboré cette émission).

par Christiane Guttinger

Partager cet article

Repost0
3 septembre 2017 7 03 /09 /septembre /2017 19:24

Partager cet article

Repost0
3 septembre 2017 7 03 /09 /septembre /2017 18:05

Pierre Valdo est à l’origine du mouvement des Vaudois qui se répand dans le Sud de l’Europe.Retour à l'Évangile

  • Pierre Valdo (1140-1217)
    Pierre Valdo (1140-1217) © S.H.P.F.

Pierre Valdo, Vaudès ou Valdès est un riche marchand de Lyon qui, frappé par la lecture de l’Évangile, vend tous ses biens pour prêcher en vivant dans la pauvreté. Il fait réaliser une traduction de textes bibliques dans la langue du peuple.

Il est suivi de nombreux disciples qu’on appelle vaudois. Valdo n’obtient pas du pape la permission pour les laïcs de prêcher. Les vaudois sont excommuniés au concile de Vérone (1184). Malgré les persécutions, les vaudois continuent leur expansion en France, en Italie, en Allemagne et jusqu’en Hongrie et en Pologne.

La théologie des vaudois

  •  

Les vaudois se séparent de l’Église catholique sur les points suivants :

  • le radicalisme évangélique, centré sur le « sermon sur la montagne » qui les amène à refuser le serment civil ;
  • la contestation de l’institution romaine : ils sont contre la papauté, contre le pouvoir et la richesse de l’Église ;
  • le rejet du purgatoire et des indulgences ainsi que du culte des saints ;
  • la prédication itinérante : la prédication est effectuée par des laïcs appelés « barbes » (oncle en piémontais, c’est-à-dire ancien). Les barbes sont célibataires. Ils pratiquent des métiers nécessitant des déplacements fréquents. À cause des persécutions, la prédication a lieu dans des maisons et non sur la place publique.

Les vaudois participent cependant à la messe et aux sacrements de l’Église catholique.

L'adhésion des vaudois à la Réforme

  • Guillaume Farel (1489-1565)
    Guillaume Farel (1489-1565) © S.H.P.F.

Dès 1526, les « barbes » assemblés en synode décident d’envoyer deux délégués en Suisse et en Allemagne pour s’enquérir des nouvelles doctrines de Luther. Ils reviennent avec des livres de Luther et Zwingli.

D’autres émissaires sont envoyés en 1530 auprès des réformateurs de Neuchâtel, Berne, Bâle et Strasbourg avec un questionnaire. Les réponses d’Œcolampade et de Bucer sont connues.

Il y a accord sur l’essentiel, mais des divergences demeurent sur :

  • le ministère itinérant des prédicateurs (les barbes),
  • l’interprétation du sermon sur la montagne qui amène les vaudois à refuser le serment,
  • la contestation du pouvoir civil,
  • la participation à la messe et aux sacrements catholiques.

En 1532 au synode de Chanforan, dans les vallées vaudoises, le réformateur Guillaume Farel est présent. Son influence est décisive. Il emporte l’adhésion du synode en faveur des idées réformées.

Le ministère itinérant des barbes est aboli. La plupart des barbes deviennent pasteurs. Les localités visitées deviennent des sièges d’Églises réformées.

En même temps, le synode de Chanforan décide de consacrer 500 écus d’or à une nouvelle traduction de la Bible en français qui est confiée à Olivétan.

Les Églises vaudoises aujourd'hui

Bien que sévèrement persécutées, en particulier lors du massacre des vaudois dans le Lubéron en 1545, des communautés subsistent dans les vallées alpines et en Italie jusqu’à aujourd’hui. Elles se développent même jusqu’en Uruguay.

Les Églises vaudoises font partie du Conseil œcuménique des Églises depuis sa fondation.

Pour tout connaître de l’histoire des Vaudois :
Fondation Centre culturel vaudois
Via Beckwith 3
10066 Torre Pellice (TO)
Italie

Partager cet article

Repost0
3 septembre 2017 7 03 /09 /septembre /2017 17:28
5 « Fake-News » sur l’Église primitive que croient encore de trop nombreuses personnes

Certaines histoires non-fondées, sont souvent racontées avec tellement de conviction qu’un grand nombre de personnes ont finalement tendance à y croire.

Le site The Gospel Coalition dénonce 5 « fake news » sur la personne de Jésus, les origines de l’église et l’authenticité de la Bible. Nous vous proposons de les découvrir, afin de pouvoir y répondre si vous étiez confronté. Voici un aperçu de 5 « fake news » sur le christianisme.

  1. Jésus était marié à Marie-Madeleine

Il n’y a probablement pas de théorie du complot plus sensationnelle et captivante que celle affirmant que Jésus était marié et avait des enfants. Cette théorie apparaît dans les livres tels que Da Vinci Code, et se fait également entendre dans les médias. Cette croyance est bien-entendu non-fondée, et il n’y a aucune preuve historique concernant un éventuel mariage de Jésus.

  1. La divinité de Jésus n’a été décidée qu’au 4ème siècle lors du concile de Nicée

Une conviction assez répandue énonce que Jésus ne serait qu’un être humain ordinaire ayant acquis le statut divin lors du concile de Nicée. Pourtant, dans l’Eglise primitive, la divinité de Jésus est déjà annoncée. Au cours du 1er siècle, Paul déclare :

Pour nous il n’y a qu’un seul Dieu, le Père, de qui viennent toutes choses et pour qui nous sommes, et un seul Seigneur, Jésus-Christ, par qui sont toutes choses et par qui nous sommes.
1 Corinthiens 8:6

  1. Les chrétiens n’avaient pas de « Bible » avant l’époque de Constantin

Certains avancent que les chrétiens des 4 premiers siècles n’avaient recours à des textes rédigés et s’appuyaient uniquement sur la transmission orale. Ils affirment que cela aurait changé lorsque Constantin a approuvé la production de bibles au 4ème siècle. Mais pour les premiers chrétiens, l’Ancien Testament était la Parole de Dieu incontestée, et ils étaient profondément attachés à son autorité. Il existe de plus les preuves d’un canon du Nouveau Testament daté du début du deuxième siècle.

  1. Les « évangiles perdus » telles que Thomas étaient aussi populaires que Matthieu, Marc, Luc, et Jean.

Depuis la découverte des « évangiles perdus » à Nag Hammadi en 1945, on entend dire que ces évangiles étaient plus populaires que les évangiles canoniques. Le but est de convaincre les gens que tous les évangiles se valent, et qu’aucune évangile n’est plus fondé que l’autre.

Mais cette histoire s’évapore rapidement lorsque l’on prend en compte les données historiques. En analysant la fréquence des citations, l’utilisation des Écritures, le nombre de manuscrits, tous les indicateurs historiques montrent que les 4 évangiles étaient les plus populaires dans les églises des premiers temps.

  1. Les paroles du Nouveau Testament ont été radicalement changées et corrompues au cours des premiers siècles.

Il existe également une croyance selon laquelle le contenu du Nouveau Testament aurait été radicalement corrompu et changé de manière à ce qu’on ne connaisse plus vraiment quel était le contenu initial. Mais il n’y a aucune preuve de corruption radicale. Comme pour tous les documents antiques, certains documents peuvent présenter quelques modifications ou erreurs de scribes. Mais au vue de la multitude de manuscrits à disposition, le texte du Nouveau Testament demeure extrêmement fiable.

M.A.G.

Source : The Gospel Coalition

© Info Chrétienne - 

Partager cet article

Repost0
21 août 2017 1 21 /08 /août /2017 16:28
Autrefois versée dans l’occultisme, Beth Eckert met en garde les chrétiens contre le Yoga

Beth Eckert s’est enfoncée très jeune dans ce qu’elle nomme « une vie d’obscurité et de désespoir » dans l’occultisme, le New-Age et les philosophies orientales, jusqu’à sa rencontre avec Jésus qui la fera sortir « de l’obscurité vers la lumière ». Au vue de toute cette expérience, Beth estime que le yoga n’est pas une pratique anodine spirituellement et elle a décidé de partager ses positions dans une vidéo postée sur Youtube.

Beth s’est toujours sentie seule et triste, mais à l’adolescence après avoir été violée, elle essaie de mettre fin à ses jours, puis tombe dans la drogue et l’alcool. Elle recherche la vérité et un sens à sa vie. C’est dans le New-Age, les philosophies orientales et l’occultisme qu’elle cherchera. Elle deviendra une sorcière et seul Jésus la sortira des ténèbres dans lesquelles sa vie s’est enfoncée. Elle raconte son parcours dans un blog, The other side of darkness, l’autre face des ténèbres.

Et pour cette jeune femme désormais chrétienne et engagée, la pratique du yoga serait à éviter. Car selon elle, les racines du yoga puisent directement dans l’hindouisme et l’occultisme, et cette pratique ouvrirait une porte sur l’occultisme.

« Il prend quelque chose qui semble bien, qui ressemble à quelque chose qui est bon pour ta santé spirituelle, mentale et physique. Tu portes de jolies tenues, tu sors et tu rencontres des gens agréables et c’est juste super bon pour toi. C’est ce que les gens pensent faire en pratiquant le yoga. […] Ils croient réellement qu’ils font quelque chose qui est bon pour eux. […] Donc quand vous faites du yoga, vous utilisez le pouvoir de l’esprit Kundalini qui est Shakti, qui est une fausse divinité, c’est à dire un démon, que vous invitez dans votre corps et qui se canalise dans votre corps, qui devient un portail pour les démons. »

Nul doute que cette position réveillera le débat qui existe dans les milieux chrétiens autour de certaines de ces pratiques, mais il demeure intéressant de l’alimenter avec le témoignage de Beth.

© Info Chrétienne

Partager cet article

Repost0
21 août 2017 1 21 /08 /août /2017 16:10
Trafic d’êtres humains : Il est temps pour l’Église de se réveiller

Le 30 juillet, désigné comme « la Journée Mondiale contre le trafic d’êtres humains » des Nations Unies, semblait nécessaire afin de « susciter une prise de conscience quant à la situation des victimes de trafic humain et la promotion et la protection de leurs droits ».

Nadia Murad Basee Taha a été enlevée à l’âge de 19 ans par l’Etat islamique. Elle a rejoint des milliers de familles et d’enfants yézidis « échangés en guise de présent » et emmenés « comme butin de guerre, comme de la marchandise pour être échangés… » Elle se souvient à quel point elle était pétrifiée lorsqu’un homme l’avait approchée dans le but de l’emmener. Elle a été frappée, brûlée avec des cigarettes et violée avant qu’elle ne puisse s’échapper.

Selon l’ONU, le trafic d’êtres humains « est un crime grave et une violation flagrante des droits humains ». Chaque année des milliers de personnes, en particulier les femmes et les enfants, deviennent victimes de trafiquants dans leurs pays ou à l’étranger. La plupart des pays sont affectés d’une manière ou d’une autre, « que ce soit dans le pays d’origine, de transit ou de destination des victimes. »

Le traite d’êtres humains est un commerce extrêmement lucratif. C’est l’une des raisons qui explique l’ampleur de cette industrie. L’Organisation Internationale du Travail estime que les activités de traite génèrent un revenue annuel de 150 milliards de dollars dans la région. Tiffany Atkinson, la présidente de Freedom’s Promise, une organisation qui lutte contre la traite, a confié à The Gospel Herald que le trafic humain rapporterait plus d’argent que le commerce de la drogue. Selon elle, malgré les estimations effectuées pour connaître le nombre de personnes concernées chaque année à l’échelle mondiale, il est impossible de connaître leur nombre exact car « les statistiques sont vraiment sous-évaluées… Il est difficile de traquer les êtres humains et la portée réelle de ce problème. »

Lors de sa prière traditionnelle dominicale du 30 juillet, le pape François a une fois encore appelé à l’intensification des efforts pour mettre fin au trafic humain, un acte qu’il qualifie d’affreux, de cruel et de criminel.

Assise confortablement dans mon canapé, mon portable sur les genoux, une tasse de chocolat chaud entre les mains, il m’est difficile d’imaginer le nombre de personnes qui sont tellement désespérées au point d’envoyer leurs propres enfants avec des inconnus qui promettent argent et éducation, entre autres.

Nous pouvons bien sûr prier. Nous devons prier. Dans un article encourageant publié l’année dernière sur Christianity Today, Gary Haugen, le directeur exécutif de l’International Justice Mission (IJM) explique que les églises locales doivent « se joindre à la lutte ». La vision de l’IJM est grande… leur but est d’impliquer l’église en équipant les gens afin qu’ils apportent le message de justice à leurs propres communautés. Les lois n’étant pas appliquées, c’est le devoir de l’église de « réveiller le monde ».  Gary ne se laisse pas décourager par les chiffres, qu’il avoue, sont plus élevés que jamais. Au contraire, il y voit « une occasion historique » pour les églises locales de se joindre à cette lutte et d’apporter une fin au trafic humain. Cela semble-t-il impossible ? Gary le dit si bien :

« On se sentira toujours dépassé par l’ampleur et l’étendue du problème, mais la réponse de Jésus a toujours été le Corps de Christ. »

Louise Carter

© Info Chrétienne -

Partager cet article

Repost0
11 août 2017 5 11 /08 /août /2017 08:05

Cet article est reposté depuis C2000.

Partager cet article

Repost1
28 juillet 2017 5 28 /07 /juillet /2017 07:00

Partager cet article

Repost0
23 juillet 2017 7 23 /07 /juillet /2017 18:58
Etats-Unis : Une footballeuse chrétienne refuse de jouer en maillot promouvant la « fierté LGBT »

Jaelene Hinkle, une footbaleuse chrétienne a décidé de ne participer à aucune sélection américaine pour ne pas porter le maillot imposé en soutien aux célébrations de la fierté homosexuelle.

Elle s’est donc retirée de tous les matchs joués par l’équipe américaine depuis que la Fédération Américaine a annoncé que les joueurs des équipes masculines et féminines devraient porter un maillot avec l’emblème LGBT, en soutien à la cause gay, selon Christian Post.

Elle a ensuite twitté ce passage de Colossiens 3:23 

« Tout ce que vous faites, faites-le de bon coeur, comme pour le Seigneur et non pour des hommes »        La suite en cliquant sur le lien :  Acontecercristiano.net

Partager cet article

Repost0