Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : SIGNES ET PROMESSES
  •               SIGNES ET PROMESSES
  • : Ce Blog a pour but au travers de son contenu, d'édifier l'église de Jésus-Christ, de faire connaître à nos contemporains l'amour de Dieu manifesté en Jésus son fils bien aimé.Les messages qui seront diffusés veulent être en bénédictions à tous les milieux, en rappelant qu'aujourd'hui, Dieu veut encore faire éclater parmi ceux qui ont soif, les signes de sa Puissance, et accomplir ses Glorieuses Promesses. Aquilas
  • Contact

VERSET BIBLIQUE

Je suis le chemin, la vérité, et la vie. Nul ne vient au Père que par moi. ( Jean 14 : 6) 

Recherche

Liste D'articles

  • L'AVÉNEMENT DE CHRIST
  • JE SUIS
    Tous les noms de Dieu dans le psaume 23www.iltaime.com
  • LE NOUVEL ÉVANGILE DU DOMINIONISME
    Dominionisme : doctrine qui appelle les chrétiens à entrer en gouvernance du Monde, en intégrant l'ensemble des rouages décisionnels de la société, afin de la diriger (d'en prendre le leaders...
  • Dictature sanitaire : Une israélienne lance un S.O.S !
    Lien de la vidéo sur la plateforme Rumble : https://rumble.com/vexa19-dictature-sanitaire-une-isralienne-lance-un-s.o.s-.htmlLien de la vidéo sur la platefor...
  • Pleurez pour vos bergers ! (Partie 2/2)
    Un jour de jugement va tomber sur les faux bergers ! Les prophètes ont prédit un jour de jugement soudain sur les bergers et les ministères qui ont trompé le peuple de Dieu. On arrive à un temps où Dieu ne peut plus supporter la cupidité, l’égocentrisme,...
  • Bilan de l'année 2020 : Qu'ont vécu les chrétiens persécutés ?
    Psaumes 37:40 L'Éternel les secourt et les délivre; Il les délivre des méchants et les sauve, Parce qu'ils cherchent en lui leur refuge. Source: https://bible.knowing-jesus.com
  • Frappez.....
    « Demandez, et l'on vous donnera; cherchez, et vous trouverez; frappez, et l'on vous ouvrira ». Nous arrivons aujourd'hui au terme de la réflexion concernant cet enseignement de Jésus-Christ pour nos vies. Avant d'aller plus loin et de voir avec vous...
  • Cherchez.......
    Matthieu ch.7 v 7 : « Demandez, et l'on vous donnera; cherchez, et vous trouverez; frappez, et l'on vous ouvrira ». Hier je me suis arrêté sur la première partie de ce verset cité plus haut. Aujourd'hui, prenons du temps avec la seconde portion de celui-ci:...
  • Demandez.....
    Matthieu ch.7 v 7 : Demandez, et l'on vous donnera; cherchez, et vous trouverez; frappez, et l'on vous ouvrira. Aujourd'hui, j'aimerai m'arrêter sur la première partie de ce verset : ' 'Demandez, et l'on vous donnera.'' Dans ce passage Jésus revient sur...
  • Pleurez pour vos bergers ! (Partie 1/2)
    Par David Wilkerson Il est temps de pleurer et de nous lamenter pour les bergers qui gardent les brebis du Seigneur. Pleurez pour les pasteurs, les évangélistes, les prophètes et les docteurs, car Dieu est sur le point d’envoyer de terribles jugements...

VISITES

 Que Dieu vous bénisse !

 

Parcours interactif :

                                           https://connaitredieu.com/

   

 


 
 

SOUTIEN

                                                                             Suivez  le lien :Contact  

 

  

Calendrier La Bonne Semence

                

">

 

2 janvier 2018 2 02 /01 /janvier /2018 08:00

Un Appel à Revenir aux Sources du Christianisme

Par Jean-louis Bulté

                                                          LA VIERGE MARIE

Actuellement, dans la pratique des dévotions catholiques, une place immense est faite à la vierge Marie. Les titres qu'on lui attribue sont multiples: Mère de Dieu, Porte du ciel, Refuge des pécheurs...


Marie est vénérée au point que Jésus Lui-même semble relégué à une place inférieure. Les innombrables statues de la Vierge à l'enfant (ou sans enfant) sont suffisamment parlantes. Qu'en est-il en réalité par rapport aux Écritures?


La naissance de Jésus est surnaturelle. C'est le mystère de l'incarnation : "Une vierge enfantera un fils qui sera appelé Emmanuel" (Esaïe 7:14). Mais Marie n'en reste pas moins une femme à part entière qui fut choisie en vertu de la grâce souveraine de Dieu, ce que celle-ci admettra d'emblée dans sa prière : "Le Seigneur a jeté les yeux sur la bassesse de sa servante" (Luc 1:48).


Au Moyen-Âge, le culte de Marie se développe considérablement grâce à la chevalerie (culte de la Dame). On note l'apparition de l'Ave Maria vers le IXème siècle comme prière rituelle. Peu à peu apparaissent les fêtes mariales dont la dernière en date, l'Assomption, a été établie par le pape Pie XII en novembre 1950 seulement. Pourquoi cette soudaine "révélation"? Tout simplement pour résoudre une question de logique doctrinale. Déclarer Marie comme étant sans péché devait forcément impliquer qu'elle n'avait pu voir la mort. La Bible ne fait bien sûr aucune mention d'une élévation de Marie au ciel. Seul Jésus a été souverainement élevé à la droite de Dieu, seul Il est couronné de gloire et d'honneur. Prétendre qu'il est nécessaire voire préférable de passer par Marie pour atteindre son Fils n'a de même aucun fondement scripturaire et relève de l'imaginaire de théologiens qui tordent le sens des Écritures.
Voyez plutôt les récits des évangiles concernant les contacts que Jésus a pu avoir avec Marie et les paroles qu'il prononça à son égard :

  • Quand Marie réprimanda Jésus qui lui avait faussé compagnie à elle et à Joseph, celui-ci répondit : "Ne saviez-vous pas qu'il faut que je m'occupe des affaires de mon père. Mais ils (y compris Marie) ne comprirent pas ce qu'il leur disait". (Luc 2:41-50).
  • A Cana, Marie fut certainement surprise d'entendre Jésus lui dire : "Femme, qu’y a-t-il entre moi et toi ?" (Jean 2:4).
  • Quand on vint avertir Jésus que sa mère et ses frères désiraient le voir (Marc 3:31-35), il ne manifesta pas une grande joie, sachant que peu de temps avant ils avaient voulu se saisir de lui, pensant qu'il était hors de sens (Marc 3:21). Jésus déclara alors que quiconque fait la volonté de Dieu, celui-là est son frère, sa sœur, et sa mère Aucun hommage particulier à Marie mais une mise au point des plus claires: d'abord, le fait que Marie ait engendré Jésus ne lui donne aucune prérogative spéciale sur lui; ensuite, le fait que Jésus soit né de chair et de sang ne doit pas masquer son origine divine, éternelle, céleste.
  • Quand une femme voulut rendre un hommage tout particulier à Marie en s'exclamant du milieu de la foule : "Heureux le sein qui t'a porté, heureuses les mamelles qui t'ont allaité !", Jésus réagit aussitôt pour lever toute ambiguïté : "Heureux plutôt ceux qui écoutent la parole de Dieu et qui la gardent!" (Luc 11:27-28).
  • Enfin, quand Jésus déclara sur la croix: "Femme, voilà ton fils", et à Jean : "Voilà ta mère", il ne voulait en aucune manière signifier que Marie était la mère de tous les croyants mais ne voulant pas la laisser à elle-même, dans le besoin et le désarroi, il la confia donc aux soins de son disciple le plus proche. Cela est d'autant plus clair que l’Écriture précise qu'à partir de ce moment le disciple la prit chez lui (Jean 19:26-27).



Marie " Mère de Dieu "


Prétendre que Marie est la "Mère de Dieu" parce qu'elle a enfanté celui qui est la Parole faite chair, le Verbe incarné, c'est prendre un raccourci bien simpliste pour tomber dans une aberration grossière. Dieu "est" de toute éternité, il n'a ni commencement ni fin. Dire que Marie est la Mère de Dieu c'est dire que Dieu a un commencement au travers de la naissance de Jésus. C'est oublier que Jésus s'est seulement incarné en prenant un corps semblable au nôtre pour accomplir notre Rédemption mais qu'il était avec le Père de toute éternité: "Abraham, votre père, a tressailli de joie de ce qu'il verrait mon jour: il l'a vu, et il s'est réjoui. Les juifs lui dirent.- tu n'as pas encore cinquante ans et tu as vu Abraham I Jésus leur dit: en vérité en vérité je vous le dis, avant qu'Abraham fût, je suis" (Jean 8: 56-58).


Il est manifeste que Marie est un exemple de foi et d'humilité mais elle ne saurait être vénérée comme une déesse. En réalité, c'est après l'entrée massive des païens dans l'Eglise, habitués au culte des déesses, qu'on vint en foule vers Marie. Il est significatif de voir que c'est à Ephèse, la ville de la déesse Artémis, que le concile de 431 la déclara "Mère de Dieu". C'est alors qu'on commença à lui dédier des autels et des images. Dans son livre consacré à la vie de l'apôtre Paul (L'avorton de Dieu), Alain Decaux mentionne cette réalité : à Ephèse, "le paganisme est partie intégrante de la vie quotidienne. Chacun implore Artémis dans ses prières comme - bien plus tard - les chrétiens prieront Marie. Chaque mois de mai est consacré à la déesse. Tous les quatre ans, son culte prend des proportions inouïes. D'innombrables pèlerins se ruent dans la ville entièrement fleurie. La moindre chambre est louée plusieurs mois à l'avance. Tout le jour, des cortèges joyeux parcourent la cité en criant et chantant : "Grande est Artémis des Ephésiens!" " (page 212).


Les Isis, Artémis, Astarté et Vénus de l'Antiquité ont laissé place à l'adoration d'une divinité féminine: Marie. On comprend mieux le mécanisme religieux de transfert de dévotion, qui conduit à une forme d'idolâtrie chrétienne, toute aussi répréhensible du point de vue de la Bible.

L'Immaculée Conception


C'est en 1854 que le Pape Pie IX va rassembler une grande partie des évêques à Rome pour discuter de la question et se mettre d'accord sur les termes exacts de la promulgation de l'Immaculée Conception. Dès lors, Marie apparaît comme le seul être épargné par le péché originel. Modèle de pureté absolue, elle seule peut être désignée pour devenir la mère de Jésus. Très opportunément, c'est après cette proclamation, 4 ans plus tard, en 1858, à Lourdes, que la Vierge Marie se serait présentée à la jeune Bernadette comme l'immaculée Conception, venant ainsi confirmer elle-même le bien-fondé d'un tel attribut.


Cette allégation survenue après 19 siècles d'obscurité n'a encore une fois aucun fondement néo-testamentaire. Si Marie avait été sans péché nous ne voyons pas pourquoi elle s'adresse à Dieu comme à son sauveur: "et mon esprit se réjouit en Dieu, mon sauveur" (Luc 1:47); seul le péché amène à considérer le besoin d'un sauveur capable de pardonner et d'effacer.


Jamais de son vivant Marie ne s'est attribuée une telle qualité, bien au contraire : "Le Seigneur a jeté les yeux sur la bassesse de sa servante" (Luc 1:48). Il est donc très étrange qu'elle puisse maintenant se donner des attributs divins.


Rien dans les diverses épîtres du Nouveau Testament ne permet un instant de supposer que Marie soit née et demeurée sans péché ou qu'elle puisse avoir une part quelconque dans notre Rédemption. En fait, les écrits des divers apôtres se focalisent uniquement sur la personne de Jésus sans faire aucunement mention de Marie.


Nous devons donc admettre en toute objectivité que les allégations de l'Eglise Catholique concernant Marie relèvent davantage de la fantasmagorie mystique plutôt que d'une révélation indiscutable des Saintes Écritures, qui, rappelons-le encore, sont la seule et unique source de connaissance pour tout ce qui concerne la foi chrétienne.

La vie de Marie selon les évangiles


Le Nouveau Testament est en fait très sobre concernant la vie de Marie. Au-delà du choix de Dieu qui relève de sa grâce souveraine, nous voyons en Marie une femme effacée qui n'a jamais cherché à faire parler d'elle. Il est manifeste que, jusqu'à la croix, il fut pour elle très difficile de conjuguer le fait que Jésus soit son fils et le fait qu'il soit le Fils de Dieu. Contrairement aux idées reçues, il est clair que Marie eut bien d'autres enfants. Il suffit de lire Matthieu 13:55-56, Marc 6:3, Jean 7:5, Actes 1:14, pour s'en convaincre. Le dogme de la virginité perpétuelle de Marie n'est donc pas plus fondé que celui de sa nature immaculée.

Source : http://sentinellenehemie.free.fr/index.html

Partager cet article

Repost0
1 janvier 2018 1 01 /01 /janvier /2018 08:00

Un Appel à Revenir aux Sources du Christianisme

Par Jean-louis Bulté

Nous touchons ici directement à la question du salut de l'âme, question la plus essentielle qui soit au regard des paroles fameuses de Jésus : "A quoi servirait-il à un homme de gagner le monde entier s'il perdait son âme ? ou, que donnerait un homme en échange de son âme ?" (Matthieu 16:26).


Peut-on savoir ce qu'il y a vraiment après la mort ? Si l'âme est immortelle, que devient-elle, où va-t-elle ? Y a-t-il un lieu d'attente et de purification comme le suppose la doctrine du purgatoire ? Peut-on avoir l'assurance de son salut ou est-ce une présomption?


A chacune de ces questions, la Bible donne en réalité des réponses claires et précises. Seule l'ignorance ou l'incrédulité nous maintiennent dans l'incertitude.


Il y a dans le cœur de tout homme la pensée de l'éternité, déclare l'Ecclésiaste (Ecclésiaste 3:11). Quand il vous est arrivé de penser à la mort, vous avez peut-être perçu une interrogation latente et certainement vous vous êtes dit que les choses ne devaient pas en rester là, qu'il y avait peut-être une continuité, une vie après la vie...


Le drame c'est que nous ne prenons pas le temps de chercher de vraies réponses et qu'une multitude de gens se dirigent vers le grand départ sans même se préparer, comme s'il n'y avait rien, ou bien, au contraire, comme si tout le monde allait au paradis, comme le claironne une certaine chanson populaire, mais il n'y a rien de plus faux. "Le royaume de Dieu, dira Jésus, est semblable à un filet jeté dans la mer et ramassant des poissons de toute espèce. Quand il est rempli, les pécheurs le tirent et, après s'être assis sur le rivage, ils mettent dans des vases ce qui est bon et ils jettent ce qui est mauvais. Il en sera de même à la fin du monde".


"Les anges viendront séparer les méchants d'avec les justes et ils les jetteront dans la fournaise ardente, où il y aura des pleurs et des grincements de dents" (Matthieu 13:47-50). L'expression "méchants" ne concerne pas uniquement les grands criminels car en vérité, selon la Bible, tout homme qui demeure délibérément éloigné de Dieu est un méchant. "La colère de Dieu se révèle du ciel contre toute impiété et toute injustice des hommes qui retiennent injustement la vérité captive, car ce qu'on peut connaître de Dieu est manifeste pour eux, Dieu le leur ayant fait connaître. En effet les perfections invisibles de Dieu, sa puissance éternelle et sa divinité, se voient comme à l’œil nu, depuis la création du monde, quand on les considère dans ses ouvrages. Ils sont donc inexcusables, car ayant connu Dieu, ils ne l'ont point glorifié comme Dieu, et ne lui ont point rendu grâces; mais ils se sont égarés dans leurs pensées, et leur cœur sans intelligence a été plongé dans les ténèbres. Se vantant d'être sages, ils sont devenus fous..." (Romains 1:18-22).


L’Évangile est la puissance de Dieu pour le salut de quiconque croit (Romains 1:16) car iI révèle la grâce de Dieu, source de salut pour tous les hommes (Tite 2:11). Le salaire du péché c'est la mort mais le don de Dieu en Jésus-Christ c'est la vie éternelle (Romains 6:23). C'est pourquoi, celui qui croit au Fils a la vie éternelle; celui qui ne croit pas au Fils ne verra point la vie, mais la colère de Dieu demeure sur lui (Jean 3:36).


Non, le salut n'est pas aléatoire; il ne doit rien au hasard, mais il dépend directement de notre connaissance ou de notre non-connaissance du Fils de Dieu : "Je suis le chemin, la vérité et la vie; nul ne vient au Père que par moi" (Jean 14:6); "en vérité, en vérité, je vous le dis, je suis la porte des brebis... si quelqu'un entre par moi, il sera sauvé" (Jean 10:7,9).


Ainsi donc, comme le dira l'apôtre Paul aux chrétiens de Rome, "si tu confesses de ta bouche le Seigneur Jésus et si tu crois dans ton cœur que Dieu l'a ressuscité des morts, tu seras sauvé" (Romains 10:9).


Dans ce temps de syncrétisme religieux où l'on veut se rassurer autour de cette pensée que toutes les religions se valent, servent et honorent un même Dieu sous des noms différents, il paraît présomptueux et peu raisonnable d'être à la fois catégorique et si restrictif concernant la question du salut. Mais la Bible, que nous croyons être la parole de Dieu, est à la fois catégorique et restrictive.


Après la mort il n'y a pas de néant, il n'y a pas non plus de seconde chance au travers d'une réincarnation : "Il est réservé aux hommes de mourir une seule fois, après quoi vient le jugement" (Hébreux 9:27). Il n'y a pas davantage de purgatoire, cet état de purification, selon le dogme officiel, cette antichambre pour le ciel, où les âmes encore impures trouvent un soulagement dans les prières des fidèles mais surtout dans le sacrifice de la messe. C'est là une hérésie pure et simple au regard du sacrifice parfait et parfaitement suffisant de Jésus qui, par son sang, a obtenu pour nous la paix avec Dieu (Romains 5:1; Colossiens1:20).


C'est encore et toujours cette même idée erronée que nous pouvons participer à notre propre salut alors que la Bible est formelle: "C'est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c'est le don de Dieu" (Ephésiens 2:8).


C'est le pape Grégoire le Grand (mort en 604) qui ébaucha la doctrine. Le concile de Florence en 1439 définit le dogme confirmé par le concile de Trente. C'est sur ce dogme que prit son essor le fameux trafic des indulgences au travers desquelles on pouvait moyennant finances, soulager la souffrance d'un être cher en faisant dire quelques messes. Ce fut l'occasion d'exploiter la crédulité des foules ignorantes et de faire rentrer de l'argent permettant aux pontifes de la Renaissance de mettre sur pied leurs projets à la gloire de... Rome ou tout simplement à la leur.


Il n'y a pourtant pas trente six chemins pour aller au ciel mais seulement un comme le précisera Jésus: "Large est la porte, spacieux est le chemin qui mènent à la perdition et il y en a beaucoup qui entrent par là; mais étroite est la porte, resserré le chemin qui mènent à la vie et il y en a peu qui les trouvent" (Matthieu 7:13-14). Jésus est-il ici fataliste ? "Celui qui cherche trouve" dira-t-il. Cela veut donc dire que le drame demeure dans le fait que peu de personnes cherchent à connaître la vérité qui mène au salut.


Il est intéressant de lire ce commentaire tiré du Dictionnaire du Christianisme de Jean Mathieu-Rosay :
"Il est impensable, pour l'Eglise, de faire marche arrière lorsqu'une doctrine a été définie comme dogme de foi par un concile. L'infaillibilité du magistère en serait ébranlée. Bien des théologiens reconnaissent toutefois que le dogme du purgatoire, en raison surtout de considérations psychologiques et pédagogiques, pose aujourd'hui bien des problèmes".


C'est ainsi que même le système des indulgences subsiste comme l'indique le Nouveau Catéchisme de L'Eglise Catholique : "Puisque les fidèles défunts en voie de purification sont aussi membres de la même communion des saints, nous pouvons les aider... en obtenant pour eux des indulgences" (Catéchisme, articles 1476-1478, page 317).


Terminons par une question : Que penser du fait que les Papes sont ceux qui ont le plus de messes après leur mort et cela à l'échelle mondiale ? Ont-ils donc si besoin de cet état de purification que constitue le purgatoire et par conséquent du secours de la prière des fidèles ?

Source : http://sentinellenehemie.free.fr/index.html

Partager cet article

Repost0
31 décembre 2017 7 31 /12 /décembre /2017 16:56

 Un Appel à Revenir aux Sources du Christianisme

Par Jean-louis Bulté

Il est certainement utile de rappeler ici que l'Eglise Catholique n'a été établie ni par Jésus ni par les apôtres et que l'Eglise primitive était radicalement différente de celle-ci. C'est en 313 que l'Eglise jusque-là persécutée va obtenir de l'empereur Constantin la paix, la reconnaissance et un rapprochement étroit avec l’État. Constantin, tout en gardant son titre païen de Souverain Pontife favorisa le christianisme.


C'est à la fin du IVème siècle que l'empereur Théodose interdit le culte païen : tout citoyen romain était contraint d'accepter la foi chrétienne telle qu'elle avait été formulée au concile de Nicée en 325. Tous ceux, dès lors, qui pour des raisons de conscience, ne suivaient pas ce diktat et n'entraient pas dans cette religion d’État étaient stigmatisés comme hérétiques.


Sous la direction du pape Léon Le Grand (440-461), l'Eglise universelle prit un immense essor. C'est lui que la plupart des historiens de l'Eglise désigne comme étant le premier pape, le premier à vouloir monopoliser au profit de l'évêque de Rome les promesses faites par Jésus à l'apôtre Pierre (Matthieu 16:18,20). L'institution de "l'Eglise d’État" fut achevée sous le règne de l'empereur Justinien (527-565) lorsqu'il établit les prêtres comme "fonctionnaires d’État". Les évêques devinrent des dignitaires munis de pouvoirs religieux et politiques et se firent considérer comme des "pères spirituels".


La prééminence des évêques, et surtout des métropolites dans les églises catholiques favorisa grandement les relations de l'Eglise avec les autorités civiles. L'Eglise et l’État ne tardèrent pas à être étroitement associés, et, très vite, la puissance de l’État fut à la disposition des chefs de l'Eglise pour sanctionner leurs décisions. C'est ainsi que les persécutés devinrent graduellement persécuteurs. Plus tard, les églises qui, restées fidèles à la Parole de Dieu furent persécutées par l'Eglise dominante comme hérétiques et sectaires, exprimèrent souvent dans leurs écrits leur entière désapprobation de l'union de l'Eglise et de l’État.

 

Avec l'introduction des masses plus ou moins païennes dans l'Eglise, le culte ne peut éviter la paganisation. Toutes sortes de pratiques sont introduites : le signe de croix (310); l'utilisation des cierges (320); la vénération des anges et des saints décédés (375), en sont quelques exemples. Les églises et même les individus sont placés volontiers sous la protection d'un saint; bientôt, dans chaque autel, on désire placer une relique sacrée. Les images, les pèlerinages, les processions satisfont également le goût du faste et la superstition qui animent les foules. Ceux qui protestent alors contre ces déviations sont traités d'impies et leurs réactions restent sans résultat.

 

Source : http://sentinellenehemie.free.fr/index.html

Partager cet article

Repost0
25 décembre 2017 1 25 /12 /décembre /2017 08:00

               Un Appel à Revenir aux Sources du Christianisme

Par Jean-louis Bulté

                                                                         LE CHAPELET  

 

L'origine de cet objet mérite quelque attention, tant à lui seul il montre avec quelle facilité l'Eglise de Rome a adopté des objets, des rites et des traditions totalement étrangers à la vraie foi chrétienne telle qu'elle est révélée par les écrits néo-testamentaires. En effet, le chapelet, encore bien présent chez les religieux, provient en fait des religions orientales comme l'attestent nombre de statues d'antiques déesses hindoues. L'Islam l'adopta dès le IXème siècle et aujourd'hui encore, boutiquiers des souks ou princes du pétrole l'égrènent inlassablement entre leurs doigts.


Les chrétiens (catholiques) le découvrirent au temps des croisades et dès le XIIème siècle les Dominicains en firent une dévotion à la vierge Marie. Adopté pour la convenance, il devint à la fois le support de la récitation systématique du "Notre Père" et de "l'Ave Maria", tout en étant le moyen matériel de méditer en les récitant les principaux mystères de la vie de Jésus.


Cet instrument "compte-prières" est une idée païenne. Jésus l'a d'ailleurs clairement dénoncé : "Quand vous priez, ne multipliez pas les paroles comme font les païens qui croient qu'à force de paroles ils seront exaucés" (Matthieu 6:7).

La prière n'est pas récitation machinale mais l'expression de notre cœur envers Dieu. Que de personnes récitent le "Notre Père" sans rien saisir du sens réel de ce qu'ils disent. Il s'agit là d'une nouvelle contradiction des dogmes catholiques avec la Bible.

Source : http://sentinellenehemie.free.fr/index.html

Partager cet article

Repost0
18 décembre 2017 1 18 /12 /décembre /2017 08:00

              Un Appel à Revenir aux Sources du Christianisme

Par Jean-louis Bulté

                                                                          LES ICONES

 

Du grec eikôn, image, représentation, l'icône est un élément très présent dans la piété catholique. C'est ainsi que Jésus se retrouve avec de multiples visages dont la représentation est, bien sûr, tout à fait aléatoire... et que dire de Marie et d'autres personnages dont les peintures sont aussi diverses qu'étranges !


L'icône semble avoir un rôle transcendant : celui de fixer la foi, de mettre en contact plus étroit. Mais la vraie foi n'a nullement besoin d'un support matériel, et une image, quelle qu'elle soit, ne saurait avoir une quelconque influence qui puisse rapprocher de la personne si arbitrairement représentée.


Ce besoin d'images est symptomatique : à défaut d'une communion vivante avec Dieu par Jésus-Christ, il faut s'entourer d'images, comme de statues d'ailleurs, pour "créer" une présence, une atmosphère soi-disant propice à la méditation et la prière.


"Nous marchons par la foi et non par la vue" dira Paul aux Corinthiens (2 Corinthiens 5:7) ce qui rejoint cette parole de Jésus : "Heureux ceux qui n'ont pas vu et qui ont cru" (Jean 20:29).


Dieu, l’Éternel, celui qui est le roi des siècles, immortel, invisible (1 Timothée 1:17) a pourtant clairement défendu de se faire une image taillée ni aucune représentation des choses qui sont en haut dans les cieux (Deutéronome 5:8).


Mais le cœur de l'homme irrégénéré est idolâtre, ce n'est pas nouveau. C'est pourquoi bien des personnes sont particulièrement attachées aux icônes, tout comme elles le sont aux reliques, aux statues, aux apparitions.

Source : http://sentinellenehemie.free.fr/index.html

Partager cet article

Repost0
11 décembre 2017 1 11 /12 /décembre /2017 08:00

              Un Appel à Revenir aux Sources du Christianisme

Par Jean-louis Bulté

                                                                         LES SAINTS

 

Dans les premiers temps de l'Eglise, le mot était synonyme de "chrétien". Celui qui avait été baptisé au nom de Jésus-Christ était sanctifié, mis à part. Lorsque le baptême se généralisa après le IVème siècle et devint un rituel religieux propre à introduire un maximum de païens dans l'Eglise, le titre de "chrétien" subit une dévaluation et il ne fut plus possible d'assimiler purement et simplement tout chrétien à un saint. Dès lors, on réserva ce titre aux martyrs puis à tous ceux qui avaient mené une vie particulièrement féconde au sein de l'Eglise et dont les vertus chrétiennes avaient été remarquables. Montrés en exemple, on considéra ces personnes comme ayant un rôle tout particulier devant Dieu et ils devinrent des intermédiaires possibles qu'on pouvait invoquer en fonction des besoins et des situations.


Les saints ou "bienheureux" ont leurs autels, et leurs reliques sont souvent exposées. La liste est longue et augmente sans cesse au risque de ne plus savoir… à quel saint se vouer.


L'hommage rendu aux saints, dont l'importance est à la mesure de leurs icônes présentes dans les églises catholiques, est encore une déviation, une confusion, une hérésie. Le fait de prétendre qu'il est possible de les invoquer pour obtenir une aide quelconque relève d'une sorte de spiritisme déguisé, sévèrement condamné par Dieu (Lévitique 20:6). Le Seigneur seul peut être invoqué; c'est le témoignage laissé par l'ensemble des Écritures.

Source : http://sentinellenehemie.free.fr/index.html

Partager cet article

Repost0
9 décembre 2017 6 09 /12 /décembre /2017 15:39

L’Alliance Évangélique Mondiale est accusée par certains de ses membres d’abandonner son opposition historique au catholicisme romain et au libéralisme théologique.

Dans une lettre ouverte adressée à l’Alliance Évangélique Mondiale (World Evangelical Alliance, AEM), qui regroupe plus de 100 organisations chrétiennes évangéliques dans 128 pays , est critiquée par certains de ses membres. En effet, les Alliances évangéliques d’Italie, d’Espagne et de Malte viennent de dénoncer le fait que l’AEM a adopté un “agenda œcuménique” contraire à celui de ses membres.

Cette lettre, mise en ligne par Evangelical Focus, met en garde contre une augmentation de la proximité avec l’Église catholique romaine et le Conseil œcuménique des Églises (COE). Les Alliances signataires de ce texte dénonce ainsi

«une mise en œuvre progressive d’un agenda œcuménique dans l’AEM sans discussion appropriée au niveau local et sans impliquer les différentes parties de l’Alliance dans le processus de prise de décision».

Les signataires de cette lettre pointent également du doigt la volonté de l’AEM d’atteindre à travers cette “trajectoire œcuménique”, un “point tournant” d’ici 2018 – une allégation niée par cette organisation mondiale – et souhaitent “exercer leur responsabilité pour “protéger l’AEM.

Cette lettre de 14 pages, également approuvée par le secrétaire général de l’Alliance évangélique d’Albanie, reconnaît la volonté des Évangéliques de coopérer avec les catholiques romains et les protestants libéraux sur les questions sociales et d’éthique, mais réaffirme le rejet de l’unité sur une compréhension commune de l’Évangile comme cela à toujours été le cas historiquement.

Les signataires de ce texte critiquent également la déclaration commune de 1999 sur la doctrine de la justification, qui représente une convergence théologique entre catholiques et protestants, et marquent leur désapprobation de l’admiration évangélique pour le pape François, accusant les déclarations de l’AEM et de l’Alliance évangélique européenne d’un «manque de discernement théologique».

Citant des «sources externes», les signataires affirment que l’AEM seraient sur le point de signer une déclaration avec le COE et l’Église catholique romaine pour «une plus grande unité» !

L’Alliance évangélique mondiale a posté hier une réponse sur son site web signée par son secrétaire, Mgr Ephraïm Tendero. Les affirmations selon lesquelles une déclaration conjointe avec les catholiques romains et le COE y sont catégoriquement rejetées.

Affirmant que les préoccupations des membres étaient “prises très au sérieux”, Mgr Ephraïm Tendero a déclaré :

 «Nous apprécions le zèle pour l’intégrité théologique de ces alliances évangéliques et espérons qu’ils nous contacteront directement pour en savoir plus sur nos plans et nos activités. Dans l’esprit de Matthieu 18, l’AEM espère que nous serons bientôt en mesure de rencontrer les personnes impliquées dans les Alliances d’Italie, d’Espagne et de Malte et de leur parler directement de ces questions dans le but de la réconciliation chrétienne et pour l’avancement du royaume de Dieu.”

La déclaration des Alliances d’Espagne, d’Italie et de Malte reflète les tensions actuelles au sein de l’évangélisme mondial, où certains évangéliques voient les tentatives de rapprochement avec l’église catholique romaine et le COE sur des questions controversées comme non seulement vouées à l’échec mais aussi comme un compromis inacceptable.

 
 
Source : Journal chrétien
 
 

Partager cet article

Repost0
9 décembre 2017 6 09 /12 /décembre /2017 14:17

Plus de 215 millions de chrétiens sont persécutés dans le monde en raison de leur foi. Chaque année, l’organisation Porte Ouvertes publie l’Index Mondial de Persécution des Chrétiens pour attirer l’attention sur les 50 pays où les chrétiens sont le plus persécutés. Dans la vidéo ci-dessus, vous découvrirez les cinq pays où la persécution des chrétiens est la plus sévère.

Index Mondial de Persécution des Chrétiens 2017 / Crédit photo : Portes Ouvertes

La persécution des chrétiens continue à augmenter dans le monde. D’après les résultats de l’Index Mondial de Persécution des Chrétiens que vient de publier l’ONG chrétienne Portes Ouvertes, les pays d’Asie sont parmi ceux qui connaissent la plus forte augmentation du taux de persécutions antichrétiennes.

La Corée du Nord est pour la seizième année consécutive le pays où les chrétiens sont le plus persécutés au monde. La persécution des chrétiens nord-coréens est le fait du pouvoir totalitaire qui exerce un contrôle absolu sur l’ensemble de la société. Dans ce contexte, les chrétiens doivent garder leur foi secrète pour éviter d’être arrêtés par la police et envoyés dans des camps de travaux forcés, où ils risquent leur vie. Plus de 50 000 chrétiens seraient emprisonnés dans des camps de travaux forcés en Corée du Nord, selon les chiffres de Portes Ouvertes.

Cette année, la Somalie occupe la deuxième place de l’Index Mondial de Persécution des Chrétiens. Dans ce pays, la persécution des chrétiens est surtout le fait de l’extrémisme islamique. Le groupe terroriste islamiste Al-Shabaab s’est donnée pour mission de débarrasser la Somalie de tous les chrétiens ou de toute présence chrétienne. La Constitution proclamant que l’islam est religion d’État et que la charia est la source de toutes les lois, la communauté chrétienne est contrainte à la clandestinité. Aucune église ou lieu de culte chrétien n’a pignon sur rue en Somalie.

L’Afghanistan arrive en troisième position du classement de Portes Ouvertes. Dans ce pays d’Asie centrale où il est illégal de professer une autre foi que l’islam, les personnes qui se convertissent au Christianisme sont considérées comme des traîtres. Dans ce contexte, les chrétiens subissent une très forte pression pour qu’ils renient leur foi. Les chrétiens afghans identifiés comme tels subissent un interrogatoire musclé de la part des autorités, des terroristes de l’État Islamique ou des Talibans. Il n’existe aucune église officielle en Afghanistan.

Le Pakistan est le quatrième pays de l’Index Mondial de Persécution des Chrétiens 2017. Les lois anti-blasphème ont favorisé la persécution des chrétiens dans ce pays très islamisé. Les foules s’en prennent systématiquement aux chrétiens accusés de blasphème. Les chrétiens du Pakistan sont obligés d’exercer les métiers les plus ingrats de la société. De nombreux chrétiens se voient refuser des soins médicaux en raison de leur foi chrétienne. Au moins 700 chrétiennes sont enlevées chaque année au Pakistan et forcées à se marier à des musulmans.

Le Soudan, qui est dirigé par un régime islamiste, totalitaire et hostile aux chrétiens, occupe la cinquième place de ce classement. Quitter l’islam pour le christianisme est puni de la peine de mort. La politique du gouvernement à l’égard des chrétiens des Monts Nuba prévoit de “les tuer, les assiéger et les affamer pour qu’ils se rendent ».

La Syrie arrive en sixième position du classement. Le conflit syrien et les exactions de l’Etat islamique envers les minorités religieuses ont provoqué la fuite de la majorité des chrétiens dans plusieurs parties du pays. La majorité des églises ont été endommagées ou détruites par des islamistes qui ambitionnent d’effacer toute trace de christianisme au Moyen-Orient.

En Irak, l’extrémisme islamique contitue la principale source de persécution contre la minorité chrétienne. Les faits violents ont diminué cette année parce que les chrétiens ont massivement fui les zones irakiennes contrôlées par les terroristes de l’État islamique. Les efforts entrepris par l’armée irakienne et ses alliés pour reconquérir la ville de Mossoul font renaître l’espoir pour les chrétiens d’Irak réfugiés au Kurdistan.

En Iran, la persécution des chrétiens s’est nettement aggravée depuis 2005. Les chrétiens d’origine musulmane qui fréquentent des églises de maison subissent de fortes pressions de la part de la société, de leur famille et des autorités afin qu’ils reviennent à l’islam. Ils sont régulièrement arrêtés, interrogés, emprisonnés ou torturés.

Au Yémen, les groupes terroristes tels que Al-Qaïda et l’Etat Islamique profitent du vide du pouvoir dans ce pays en guerre pour obtenir le contrôle du territoire et imposer la charia. Les chrétiens d’arrière-plan musulman sont obligés de pratiquer leur foi dans la plus grande discrétion pour des raisons de sécurité. tous les chrétiens étrangers ont quitté le pays.

L’Érythrée est dirigé d’une main de fer par Isaias Afewerki. Ce pays, qui soutient la propagation de l’extrémisme islamique dans la Corne de l’Afrique, occupe la dixième place du classement de l’Index Mondial de Persécution des chrétiens. Dans ce pays, les chrétiens sont considérés comme une menace pour l’État. La majorité des chrétiens ont fui le pays. Les chrétiens les plus actifs sont arrêtés, torturés et emprisonnés dans des conditions atroces.

La Libye est devenue le pays d’Afrique du Nord le plus dangereux pour les chrétiens. Les groupes terroristes ont profité de l’anarchie qui règne dans le pays depuis la chute de Mouammar Kadhafi pour imposer leurs règles. La charia (loi islamique) qui est en vigueur dans le pays exige que tous les citoyens libyens soient considérés comme musulmans sunnites. Dans ce contexte, les musulmans qui se convertissent au christianisme sont persécutés. La plupart des chrétiens présents en Libye sont des étrangers expatriés.

Au Nigeria, les chrétiens sont victimes des attaques meurtrières du groupe terroriste islamique Boko Haram et des bergers peuls qui ont tué des milliers de chrétiens et détruit des centaines d’églises ces dernières années.

Source :

 

Partager cet article

Repost0
7 décembre 2017 4 07 /12 /décembre /2017 18:06

« Il est temps de reconnaître officiellement Jérusalem comme la capitale d’Israël »

Telles sont les paroles de Donald Trump mercredi 6 décembre 2017. « Israël est une nation souveraine ayant le droit, comme toute autre nation souveraine, d’identifier sa propre capitale ». Le président américain a également assuré que si Israël et l’Autorité palestinienne se mettaient d’accord sur cette question, les États-Unis soutiendraient une « solution à deux États ».

Découvrez les déclarations de Donald Trump en vidéo.

Source :   Info Chrétienne

Partager cet article

Repost0
4 décembre 2017 1 04 /12 /décembre /2017 19:02

Dans l’État de Jharkhand en Inde, 6 chrétiens ont été attaqués par des extrémistes hindous, puis emprisonnés pendant un mois sous le chef d’accusation de « promouvoir l’inimitié entre les classes ».

Tout a commencé lorsqu’un homme du village de Ghosra demanda à des chrétiens de prier pour sa femme qui était malade. L’homme de foi hindoue avait été ému par l’histoire de Dasrath qui avait été guéri d’un cancer. Alors qu’ils priaient pour une femme malade, Sajan, Kalender, Dasrath, James, Balmuni et Jagdish ont été attaqués par des extrémistes hindous. L’arrivée des policiers n’a fait qu’envenimer la situation. En effet, deux des chrétiens ont été battus par ces derniers. Cette épreuve ne les découragera pour autant. Ils y verront au contraire l’opportunité de partager l’Évangile avec leurs codétenus.

Faussement accusés de « promouvoir l’inimitié entre les classes » et d’insulter la religion, les 6 chrétiens sont alors injustement jetés en prison et ne seront libérés sous caution qu’un mois plus tard. Malgré les circonstances, ils ont demeuré ferme dans leur foi et ne se sont pas laissés décourager.

« Nous avions le sentiment que le Seigneur nous utilisait pour son oeuvre et nous en étions heureux », affirme Dasrath.

Les 6 croyants ont loué le Seigneur tout au long de ce rude parcours et ont amené plusieurs de leurs codétenus à Christ.

MAG

Source : Release International

© Info Chrétienne 

Partager cet article

Repost0