Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : SIGNES ET PROMESSES
  •           SIGNES ET PROMESSES
  • : Ce Blog a pour but au travers de son contenu, d'édifier l'église de Jésus-Christ, de faire connaître à nos contemporains l'amour de Dieu manifesté en Jésus son fils bien aimé.Les messages qui seront diffusés veulent être en bénédictions à tous les milieux, en rappelant qu'aujourd'hui, Dieu veut encore faire éclater parmi ceux qui ont soif, les signes de sa Puissance, et accomplir ses Glorieuses Promesses. L'actualité chrétienne, nationale et internationale sera aussi traitée dans ce blog.
  • Contact

VERSET BIBLIQUE

 

                          1 Samuel 2 : 9

 

Il gardera  les pas de ses bien-aimés ( 1 Samuel 2 : 9)                                                              

Recherche

Liste D'articles

VISITES

 Que Dieu vous bénisse !

 

Parcours interactif :

 

 

 


 
 

SOUTIEN

                                                                             Suivez  le lien :Contact  

 

  

Calendrier La Bonne Semence

                

6 juillet 2016 3 06 /07 /juillet /2016 07:00

      Genèse 1 : 2 ;  Job 26 : 13 ; Psaumes 33 : 6 ; 104 : 30.

Dans l'Ancien testament, l'Esprit est révélé de trois manières. D'abord, comme l'Esprit créateur ou cosmique, par la puissance duquel l'univers et toutes les créatures ont été créées. Deuxièmement, comme une puissance dynamique, ou un Esprit qui donne la puissance. Enfin, comme l'Esprit régénérateur par lequel la nature humaine est changée.

Le Saint-Esprit est la troisième Personne de la Trinité par la puissance de laquelle l'Univers a été créé. Il se mouvait au-dessus des eaux et partagea la gloire de la création.

Le Dr Denie écrit :

"Le Saint-Esprit, comme une divinité immanente ( qui demeure) dans toute la création, manifeste sa présence par ce que nous appelons les lois de la nature. Il est le principe d'ordre et de vie, la puissance organisatrice de toute le nature créée. Toutes les forces de la nature ne sont que les preuves de la présence et de l'opération de l'Esprit de Dieu. Les forces mécaniques, l'action chimique, la vie organique dans la plante et l'animal, l'énergie nerveuse, l'intelligence, la conduite morale ne sont que des signes de la présence immanente de Dieu, dont le Saint-Esprit est l'agent."

Le Saint-Esprit a créé l'homme et le maintient. (Genèse 2 : 7; Job 33 : 4)

Tout individu, qu'il serve Dieu ou ne le serve pas, est conservé par la puissance créatrice de l'Esprit de Dieu. ( Daniel 5 : 23; Actes 17 : 28).

L'existence de l'homme est comme la note d'un orgue, se prolongeant aussi longtemps que le doigt du créateur reste sur la touche.

L'homme doit son existence aux "deux mains de Dieu":

-La Parole (Jean 1 : 1-3) et l'Esprit, car c'est à eux que les mots : "Faisons l'homme" ont été adressée. 

 D'autres articles sur le Saint-Esprit > http://www.signes-et-promesses.com/tag/etudes/

 Sources personnelles

Partager cet article

Repost 0
Published by Aquilas - dans Etudes
commenter cet article
5 juillet 2016 2 05 /07 /juillet /2016 16:48

                                          

La colombe vint à lui, au temps du soir, et voici qu'en sa bouche, il y avait une feuille d'olivier toute fraîche. ( Genèse 8 : 6-12 )

La colombe est le symbole de la douceur, de la tendresse, de l'amabilité, de la paix, de la pureté, de la patience.

Chez les Syriens, c'est l'emblème des pouvoirs féconds de la nature.

Une tradition Juive traduit ainsi  Genèse 1:2 :

"L'Esprit de Dieu, tel une colombe, planait sur les eaux".

Christ parle de la colombe comme de la personnification de l'innocence qui devait caractériser ses disciples.

 

 

 

 

Dès que Jésus fut baptisé, il remonta de l’eau, et voici que les cieux s’ouvrirent : il vit l’Esprit de Dieu descendre comme une colombe et venir sur lui. ( Matthieu 3 :16 )

 

 D'autres articles sur le Saint-Esprit > http://www.signes-et-promesses.com/tag/etudes/

 Sources personnelles

Partager cet article

Repost 0
Published by Aquilas - dans Etudes
commenter cet article
18 juin 2016 6 18 /06 /juin /2016 19:00

                                                       " L'huile "

                                

Exode 30 : 22 à 38 ;  Livre du Lévitique 14 : 1 à 32 ; Marc 6 : 6 à 13 ; Epître de Jacques 5 : 15.

L'huile est peut-être le symbole le plus familier et le plus commun de l'Esprit. Toutes les fois que l'huile était rituellement employée dans l'ancien testament, elle parlait d'utilité, de fertilité, de beauté, de vie et de transformation.

              

Elle était ordinairement employée commme nourriture, comme lumière, comme corps gras, comme médicament et adoucissant de la peau.

         

                                                 

De même, dans l'ordre spirituel, l'Esprit fortifie, libère, guérit et adoucit l'âme.

 D'autres articles sur le Saint-Esprit > http://www.signes-et-promesses.com/tag/etudes/

 Sources personnelles

Partager cet article

Repost 0
Published by Aquilas - dans Etudes
commenter cet article
18 juin 2016 6 18 /06 /juin /2016 18:00

                                                   " Un Sceau"

                           Ephésiens 1 : 13 ;  2 Timothée 2 : 19 

                                                     

Ce mot évoque les idées suivantes : 

1)  Un droit de propriété. L'impression d'un sceau implique une relation avec le propriétaire du sceau ; C'est une marque certaine mise sur quelque chose qui lui appartient. Les croyants sont la propriété de Dieu, et connue comme tels, par l'Esprit demeurant en eux. La coutume suivante était observée à Ephèse, à l'époque de Paul. Un négociant se rendait au port, choisissait du bois de charpente et le marquait de son sceau. Un signe convenu de propriété. Plus tard, il envoyait son serviteur chercher le bois portant l'empreinte correspondante. ( Lire 2 Timothée 2 : 19 ).

2) L'idée de sécurité est aussi comprise. ( Ephésiens 1 : 13) ; comparez Apocalypse 7 : 3. L'Esprit inspire le sentiment de sécurité et d'assurance dans le coeur du chrétien. ( Romains 8 : 16 ). C'est un gage, ou un avant-goût, de notre héritage céleste, une assurance de la gloire à venir. Les chrétiens ont été scellés, mais doivent prendre soin de ne rien faire pour briser le sceau. ( Ephésiens 4 : 30 ).  

                                                                           

 D'autres articles sur le Saint-Esprit > http://www.signes-et-promesses.com/tag/etudes/

 Sources personnelles

Partager cet article

Repost 0
Published by Aquilas - dans Etudes
commenter cet article
3 avril 2016 7 03 /04 /avril /2016 18:26

                                     L'eau.       

Exode 17 : 6 ; Ezéchiel 36 : 25-27 ; 47 : 1 ; Jean 3 : 5 ; 4 : 14 ; 7 : 38,39.

L'Esprit est la fontaine d'eau vive, la plus pure, la meilleure, parce qu'Il est un véritable fleuve de vie, jaillissant par dessus nos âmes, les sumergeant et les débarassant de la poussière du péché.

   

La puissance du Saint-Esprit réalise dans le domaine spirituel ce que fait l'eau dans le domaine matériel. L'eau purifie, rafraîchit, étanche la soif.

                

Elle rend fertile la stérilité; les sols arides ont besoin de cette source de vie, et les sols cultivés nécessitent son action pour que croissent les plantations. 

    

Elle purifie ce qui est souillé et fait de nouveau régner la propreté. C'est un symbole bien choisi de la grâce divine qui, non seulement purifie l'âme, mais y ajoute une divine beauté. L'eau est l'élément indispensable de la vie physique. Le Saint-Esprit est un élément indispensable de la vie spirituelle. 

Quel est le sens de l'expression : "L'eau vive" ? Elle est vivante, en opposition avec l'eau stagnante des citernes ou des marais ; c'est une eau qui bouillonne, s'écoule en restant en communication avec sa source et portant toujours un témoignage de vie.

Les chrétiens ont l'eau vive seulement dans la mesure où ils sont en contact avec la source divine en Christ.

            

 D'autres articles sur le Saint-Esprit > http://www.signes-et-promesses.com/tag/etudes/

 Sources personnelles

Partager cet article

Repost 0
Published by Aquilas - dans Etudes
commenter cet article
19 juin 2015 5 19 /06 /juin /2015 13:47

Le 19 mai 1999, un "appel pour une paix juste dans les Balkans" était lancé par voie de presse en lien avec un jeûne organisé à Paris du 14 mai au 3 juin 1999. Le communiqué, signé par les jeûneurs disait ceci : "Entre désarroi et révolte, nous avons choisi de jeûner quinze jours pour en appeler à la conscience de tous. Nous demandons l'arrêt des frappes aériennes et conjointement une réunion urgente du Conseil de Sécurité de l'ONU, (…). Ce jeûne est le fait de femmes et d'hommes qui ne se réfèrent pas à un parti, mais veulent défendre les droits humains par la non-violence active". De fait, une douzaine d'organisations aussi différentes que l'ACAT (Action des Chrétiens pour l'Abolition de la Torture), la société religieuse des amis (Quakers), la fondation Larzac, le MIR (Mouvement International de la Réconciliation), … étaient à l'origine de cet appel.

Au moment où notre Fédération et d'autres mouvements évangéliques invitent leurs membres à jeûner et à prier, il est intéressant de noter que, dans des milieux beaucoup plus larges et pour d'autres objectifs, le jeûne semble être un recours possible pour réveiller les consciences. Est-ce là une version sécularisée, sans références religieuses du jeûne pratiqué dans le christianisme et d'autres religions ? Ou est-ce plutôt notre milieu évangélique qui, par un effet de mode , sous l'influence d'une société en pleine quête de spiritualité, retrouve une pratique biblique qu'elle a trop longtemps négligée ? En d'autres termes, y a-t-il de sérieuses raisons, des arguments bibliques pour que nous entrions dans une telle démarche ? Quelle place devons-nous faire au jeûne dans notre piété ?

Pour répondre à cette question, il nous faut d'abord définir ce qu'est le jeûne

LE JEUNE, C'EST …

Le jeûne, c'est l'abstention totale de nourriture pendant une durée généralement courte (d'un repas à 3 journées), exceptionnellement longue (40 jours pour Moïse et Jésus). Il peut parfois s'accompagner d'un temps d'abstinence sexuelle et très rarement de renonciation à la boisson.

Ainsi défini, le jeûne n'est encore rien d'autre qu'une disposition générale sans considération religieuse et peut être préconisé à titre diététique et/ou médical. Si l'on y ajoute une précision concernant sa dimension spirituelle, son orientation vers Dieu, on a alors la définition d'une pratique religieuse qui n'est pas spécifiquement chrétienne. On peut penser au ramadan, l'un des cinq piliers de l'Islam, qui conduit le musulman à un jeûne total (nourriture, boisson, tabac, relations sexuelles) de l'aube au coucher du soleil pendant tout le neuvième mois du calendrier hégirien.

Ce qui va caractériser le jeûne biblique, ce n'est pas seulement son association à la prière (l'Islam fait aussi une telle association) mais c'est surtout son aspect volontaire et le sens de sa motivation.

CE QUE LA BIBLE EN DIT

Nous trouvons plus de soixante-dix mentions du jeûne dans l'Ecriture avec une très grande variété de formes et de circonstances pour sa pratique.

L'Ancien Testament mentionne :

  • des jeûnes publics réguliers :
  • "Le jeûne du quatrième (mois), le jeûne du cinquième, le jeûne du septième et le jeûne du dixième deviendront pour la maison de Juda des jours de gaieté et de joie."
  • Zacharie 8:19

  • des jeûnes publics occasionnels : 
    Suite à la destruction de la tribu de Benjamin qui avait gravement péché
    "Tous les Israélites … montèrent … à Béthel, ils pleurèrent et restèrent là devant l'Eternel, ils jeûnèrent en ce jour jusqu'au soir, ils offrirent des holocaustes et des sacrifices de communion devant l'Eternel".

    Juges 20:26

  • des jeûnes privés : 
    Voici la réaction de Néhémie au récit de la désolation de Jérusalem :

    "Lorsque j'entendis ces paroles, je m'assis, je pleurais et, pendant plusieurs jours je pris le deuil. Je jeûnais, je priais devant le Dieu des cieux, …"

    Néhémie 1:4

  • En d'autres occasions, il est associé à une demande de guérison, de protection, de victoire, de conseil, … Dans tous les cas, il est l'expression d'une dépendance à l'égard de Dieu et l'attente confiante de son intervention.

    Le Nouveau Testament en fait aussi mention quoique de manière plus discrète. Les célèbres avertissements de Jésus dans le Sermon sur la montagne : " Lorsque vous jeûnez, ne prenez pas un air triste, comme les hypocrites…" (Matthieu 6:16a) prouvent à contrario la place importante du jeûne dans la piété juive de cette époque.

    L'Eglise primitive s'inscrira dans cette ligne et aura recours à cette pratique en des circonstances particulières (cf. Actes 13:1-4) mais n'en fera pas pour autant un élément indispensable de la vie de la communauté chrétienne (cf. Actes 2:42).

    L'apôtre Paul ne recommandera d'ailleurs jamais de façon explicite la pratique du jeûne dans ses épîtres, comme il le fera pour la prière par exemple. Par contre, il semble l'avoir souvent vécue (cf. 2 Corinthiens 6:5 et 11:27) dans l'exercice de son ministère sans que l'on puisse forcément distinguer la pratique volontaire de l'absence de nourriture subie.

    Ceci étant dit, l'Ecriture nous met en garde contre la banalisation et la mauvaise utilisation du jeûne.

MAUVAIS USAGES DU JEUNE

Parce qu'il s'agit d'un acte de piété dans lequel notre corps est impliqué, la pratique du jeûne comporte quelques risques au même titre que la prière, l'offrande (ou aumône), …Jésus prend soin dans le Sermon sur la montagne d'avertir ses auditeurs contre les tentations liées aux actes extérieurs de la piété (Matthieu 6:1-8). Son souci est d'inviter le croyant à plus d'authenticité : que ce qu'il exprime par des gestes soit en accord avec ce qu'il est réellement et non avec ce qu'il désire paraître. Il fait ainsi écho aux prophètes de l'Ancien Testament qui insistaient sur le cœur plus que sur le rite extérieur ("Déchirez vos cœurs, et non vos vêtements…" Joël 2.13). On peut repérer trois risques liés à l'aspect extérieur du jeûne.

- Le formalisme

Le livre du prophète Esaïe dénonce l'attachement excessif du peuple à la forme au détriment de l'esprit qui doit y présider :

"Vous jeûnez pour vous disputer et vous quereller, pour frapper méchamment du poing, [...] Est-ce là le jeûne que je préconise un jour où l'homme s'humilie ? S'agit-il de courber la tête comme un jonc, de se coucher sur le sac et sur la cendre…?"

Esaïe 58:4s

Le jeûne mis en cause ici paraît rituellement correct mais est véritablement scandaleux. L'attention de Dieu exprimée par le geste est démentie par l'injustice manifestée à l'égard du prochain. Il y a dans le formalisme une erreur de stratégie. Le croyant use son énergie à se conformer aux détails extérieurs pour éviter de se mettre en cause sur le plan intérieur.

- L'ostentation

Jésus, lui, s'en prend à la publicité que nous pouvons mettre en œuvre autour de nos actes de piété :

"les hypocrites … se rendent le visage tout défait pour montrer aux hommes qu'ils jeûnent"

Matthieu 6:16

Cette attitude correspond au désir de paraître, d'être bien vu des hommes. Il y a dans l'ostentation une erreur de destinataire. Le croyant privilégie un rapport de domination ou au moins de comparaison avec les autres au lieu de rester dans une relation de soumission à Dieu. Cela peut revêtir des formes plus ou moins subtiles. Le mimétisme en est une : nous jeûnons simplement pour ne pas faire moins que les autres ; la revendication en est une autre : nous jeûnons pour asseoir notre légitimité au sein de la communauté !

- La superstition

Plus généralement, l'Ecriture combat les conceptions païennes, quasi magiques des actes de piété. Le jeûne n'est en aucune manière une façon de contraindre Dieu à exaucer notre prière2, ni de le manipuler pour qu'Il acquiesce à notre volonté. Ce n'est pas non plus un exercice de spiritualité mystique, de recherche d'un état d'extase pour obtenir de sensationnelles révélations divines. Il y a dans la superstition une erreur de compréhension majeure. Le croyant cherche ailleurs qu'en Dieu et son amour, le moyen de son salut. Il s'efforce d'en être un acteur méritant et de maîtriser, si c'était possible, l'action du Dieu vivant. Cette remise en cause de la grâce divine, qui est à la racine de tous les mauvais usages du jeûne cités ci-dessus, revient en fait à mépriser la gloire de Celui qui nous a tout donné en son Fils Jésus-Christ.

UNE AFFAIRE DE DISPONIBILITE

Les mauvais usages d'une chose ne nous conduisent pas à y renoncer, mais à la pratiquer d'une façon éclairée. Les risques liés aux actes extérieurs de la piété ne doivent pas nous conduire à ne faire de la foi qu'une affaire intérieure, intime. Le Seigneur nous engage à exprimer aussi par nos corps ce à quoi nos cœurs acquiescent. Dans cette mesure - et en cela j'approuve l'approche de Yan Newberry - je dirai de la pratique du jeûne qu'elle est une expression de notre disponibilité devant Dieu. Elle est une des façons de répondre à son amour, de montrer que nous nous attendons à Lui et que nous attendons tout de Lui.

Par le jeûne, nous nous rendons disponibles pour : 
- lui donner du temps … et pas seulement pour ce qui nous fait immédiatement et assez égoïstement plaisir ; 
- manifester notre dépendance à son égard. Par nos corps nous disons que nous comptons sur Lui, même quand la satisfaction du besoin élémentaire de la nourriture n'est pas là ; 
- marquer notre démarche d'humiliation et de repentance : "Le jeûne public ou privé est le témoignage extérieur d'une affliction intérieure (…). C'est une manière d'exprimer à Dieu notre vrai déplaisir de nous-même et de nos péchés, avec une vraie humilité procédant de la crainte de Dieu" disait le réformateur Jean Calvin.4 
- faire preuve de solidarité dans un monde d'injustices criantes à l'égard de ceux qui sont dépourvus (cf. Esaïe 58:6 et 7).

 "Sera-t-il agréé de Dieu, ton jeûne, si tu ignores ton frère ?

Jeûner et partager : La prière prend son envol, portée par ces deux ailes. Jeûne donc, de sorte qu'un autre ayant mangé à ta place, tu te réjouisse d'avoir ainsi pris ton repas" ( Saint-Augustin)

Découvrons ou redécouvrons donc chacun pour notre part et en communauté cet aspect de la piété. Faisons-le en respectant la liberté de notre sœur ou de notre frère.

Souvenons-nous que "la prière accompagnée du jeûne n'est pas un moyen d'obtenir ce que nous voulons, c'est plutôt devenir ce que Dieu veut que nous soyons"3 .Et surtout, rappelons-nous que quand nous distribuerions tous nos biens pour la nourriture des pauvres, quand nous livrerions même nos corps pour être brûlé, si nous n'avons pas l'amour, nous ne sommes rien (cf. 1 Corinthiens 13:3).

 

 

 

1 Cette étude doit beaucoup à un article de Jean-François et Catherine GOTTE, Le jeûne et la vie chrétienne dans la revue ICHTHUS (mai 1984 pp.13-14) et à un livre de Yan Newberry, Disponible devant Dieu, et une étude sur la pratique du jeûne biblique (Pierrelatte, Editions Biblos, 1986 - 201pp) 
2 Le texte de Matthieu : "… cette sorte de (démon) ne sort que par la prière et par le jeûne " (17:21) est souvent invoqué comme un moyen sûr d'obtenir la victoire souhaitée dans des situations similaires. Deux arguments permettent d'écarter cette compréhension "quasi magique " du jeûne : ce texte est absent des meilleurs manuscrits du Nouveau Testament, son authenticité est donc sujette à caution (c'est pourquoi vous le trouverez entre crochets dans la Bible à la Colombe) et le contexte (17:19-20) met l'accent sur la foi, c'est son absence qui est en cause dans l'échec des disciples. 
3 Yan Newberry, p.33 
4 Ibid, p.83

Partager cet article

Repost 0
Published by Aquilas - dans Etudes
commenter cet article
15 février 2015 7 15 /02 /février /2015 08:00

- Il me dit: Prophétise, et parle à l'esprit! prophétise, fils de l'homme, et dis à l'esprit: Ainsi parle le Seigneur, l'Eternel: Esprit, viens des quatre vents, souffle sur ces morts, et qu'ils revivent! Je prophétisai, selon l'ordre qu'il m'avait donné. Et l'esprit entra en eux, et ils reprirent vie, et ils se tinrent sur leurs pieds: c'était une armée nombreuse, très nombreuse.( Ezéchiel 37 : 7-10).

-Le vent souffle où il veut, et tu en entends le son; mais tu ne sais d'où il vient, ni où il va : il en est ainsi de tout homme qui est né de l'Esprit. ( Jean 3 : 8).

 

 

- Tout à coup il vint du ciel un bruit comme celui d'un vent impétueux, et il remplit toute la maison où ils étaient assis.( Actes 2 : 2).

 

 

Le vent symbolise l'oeuvre régénératrice de l'Esprit et une indication de son opération mystérieuse, indépendante, pénétrante, qui donne la vie et purifie.

 

Sources personnelles

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Aquilas - dans Etudes
commenter cet article
14 février 2015 6 14 /02 /février /2015 17:09

Il a été très justement dit que " les mots ne sont souvent que des véhicules défectueux pour transporter la vérité. Au mieux, ils ne peuvent que révéler à moitié, et dissimulés à moitié les profondeurs cachées de la pensée". Dieu a choisi d'illustrer par un symbole ce qu'autrement, à cause de la pauvreté du langage, nous ne saurions jamais. Nous allons voir les symboles qui sont employés pour faire comprendre les opérations du Saint-Esprit.  Aujourd'hui : Le feu.

Moi, je vous baptise d'eau, pour vous amener à la repentance; mais celui qui vient après moi est plus puissant que moi, et je ne suis pas digne de porter ses souliers. Lui, il vous baptisera du Saint-Esprit et de feu. (Matthieu 3 : 11)

Le feu parle de nettoyage, de purification, d'ardente hardiesse et de zèle produit par l'onction de l'Esprit. L'Esprit est comparé au feu parce qu'il chauffe, illumine, se propage et purifie. Comparez Jérémie 20 : 9

Partager cet article

Repost 0
Published by Aquilas - dans Etudes
commenter cet article
14 février 2015 6 14 /02 /février /2015 14:23

                                           

Et vous n'avez point reçu un esprit de servitude, pour être encore dans la crainte; mais vous avez reçu un Esprit d'adoption, par lequel nous crions : Abba! Père! ( Romains 8 : 15)

Quand un homme est sauvé, non seulement le nom d'enfant de Dieu lui est donné, et il est adopté dans la famille divine, mais il reçoit encore dans son âme, la conscience qu'il est participant de la nature divine. 

Voici ce qu'a écrit l'évêque Andrews : "De même que Christ est témoin dans le ciel, l'Esprit, ici-bas sur la terre, témoigne à nos esprits que nous sommes enfants de Dieu".

Sources personnelles

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Aquilas - dans Etudes
commenter cet article
9 février 2015 1 09 /02 /février /2015 20:06

Parce que la Loi de l'Esprit de vie ( qui est) en Jésus-Christ, m'a affranchi de la loi du péché et de la mort. ( Romains 8 : 2).

"Je crois au Saint-Esprit, le Seigneur qui donne la vie", lisait-on dans une ancienne profession de foi. L'Esprit est cette Personne de la Trinité dont la fonction spéciale est la création et la préservation de la vie naturelle et de la vie spirituelle.

Mais aprés ces trois jours et demi, l'Esprit de vie  venant de Dieu entra en eux, et ils se tinrent sur leurs pieds, et une grande crainte saisit ceux qui les virent ( Apocalypse 11 : 11).

Partager cet article

Repost 0
Published by Aquilas - dans Etudes
commenter cet article