Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : SIGNES ET PROMESSES
  •           SIGNES ET PROMESSES
  • : Ce Blog a pour but au travers de son contenu, d'édifier l'église de Jésus-Christ, de faire connaître à nos contemporains l'amour de Dieu manifesté en Jésus son fils bien aimé.Les messages qui seront diffusés veulent être en bénédictions à tous les milieux, en rappelant qu'aujourd'hui, Dieu veut encore faire éclater parmi ceux qui ont soif, les signes de sa Puissance, et accomplir ses Glorieuses Promesses. L'actualité chrétienne, nationale et internationale sera aussi traitée dans ce blog.
  • Contact

VERSET BIBLIQUE

 

                          1 Samuel 2 : 9

 

Il gardera  les pas de ses bien-aimés ( 1 Samuel 2 : 9)                                                              

Recherche

Liste D'articles

VISITES

 Que Dieu vous bénisse !

 

Parcours interactif :

 

 

 


 
 

SOUTIEN

                                                                             Suivez  le lien :Contact  

 

  

Calendrier La Bonne Semence

                

MONTRESORSONORE

">

ANNONCES

 

 

     

 


 

 

             

        

                          

                  

 

 

 
28 juillet 2017 5 28 /07 /juillet /2017 07:00

Partager cet article

Repost 0
Published by Aquilas - dans Christianisme
commenter cet article
21 juillet 2017 5 21 /07 /juillet /2017 17:00

Partager cet article

Repost 0
Published by Aquilas - dans Christianisme
commenter cet article
14 juillet 2017 5 14 /07 /juillet /2017 17:22

Partager cet article

Repost 0
Published by Aquilas - dans Christianisme
commenter cet article
4 juillet 2017 2 04 /07 /juillet /2017 17:20
Pourquoi Francis Chan a démissionné de sa Mega Church, ouvert de petites églises et renoncé à ses royalties ?

En 2010, Francis Chan avait surpris le plus grand nombre en annonçant son départ de l’église qu’il avait fondée. Il évoquait alors un sentiment d’agitation et son désir de vivre autre chose. Lors d’une rencontre avec les employés de Facebook, l’auteur à succès a souhaité revenir sur cette étape de sa vie.

Selon lui, cette église de 5 000 membres était en voie d’expansion mais ne marchait pas selon la volonté de Dieu. En effet, Francis Chan estime avoir été « la bouche de l’église » et les croyants venaient pour « entendre ses dons » et « voir ses dons », mais aucun d’eux ne faisait usage du sien pour servir le corps du Christ, et cela coûtait des millions de dollars !

Il explique également avoir eu le sentiment que l’Église ne pratiquait pas l’amour de Dieu, et déplore l’absence de communion fraternelle. L’ancien pasteur de l’église explique s’être senti mal en apprenant qu’un jeune qu’il avait baptisé avait finalement quitté l’église, car il ne se sentait pas comme dans une famille, comme dans le « gang dont il était autrefois membre ».

« Ça m’a rendu malade de savoir que les gangs représentaient mieux l’image de la famille que l’église. »

L’auteur du best-seller « Crazy Love » explique également son souhait de se débarrasser de la fierté qu’il a éprouvée suite au succès de son livre, affirmant que Dieu déteste la fierté. Il raconte avoir soudainement réalisé qu’il ne vivait pas selon la volonté de Dieu, que cela devait changer car « il y perdait son âme ». Cela lui manquait d’être le Francis amoureux du Seigneur Jésus, partageant l’Évangile avec ses amis.

Francis Chan dirige à présent un mouvement d’une quinzaine d’églises évangéliques à San Francisco du nom de We Are Church, regroupant une trentaine de pasteurs, soit 2 à la tête de chaque église. Il insiste sur le fait que tout y est gratuit et que les pasteurs sont bénévoles. Il explique que les membres « sortent de la rue, de prison, sont médecins ou employés de Facebook et Google… ». Chaque église est petite à l’image d’une famille, permettant ainsi aux membres d’apprendre à se connaître, à s’aimer et à utiliser leur dons au service du Seigneur. Les croyants se rencontrent dans les églises, étudient la Parole, prient ensemble et se soutiennent mutuellement. Francis compare son ancienne Mega Church, à We are Church ainsi :

« C’est comme se faire adopter plutôt que vivre dans un orphelinat. »

En ce qui concerne l’argent qu’il gagne grâce à ses livres à succès, Francis a préféré reverser tous ses gains à des oeuvres charitables et ne touche pas une centime, en accord avec ce qu’il avait dit au Seigneur :

« Je ferai don de tout afin de montrer que tu es plus important que tout ça. »

À présent, il passe ses journées à chercher quels sont les besoins à travers le monde, et de quelles manières il peut y apporter sa contribution.

Source : The Christian Post

M.A.G

© Info Chrétienne

Partager cet article

Repost 0
Published by Aquilas - dans Christianisme
commenter cet article
19 juin 2017 1 19 /06 /juin /2017 16:29

Si la statistique dit vrai, dans l’église 20% des chrétiens font 80% du travail ! Alors comment peut-on bien se protéger de l’épuisement quand on fait partie de ces 20% ?

Trop souvent, les personnes zélées pour le Seigneur et pour servir dans l’église, finissent par s’user, se ternir, car ils n’ont pas su prendre soin d’eux. Ils sont si préoccupés par l’ampleur de la tâche à accomplir, qu’ils en arrivent à se négliger. Ils ne prennent pas soin de leur vigne…

Ne prenez pas garde à mon teint noir : C’est le soleil qui m’a brûlée. Les fils de ma mère se sont irrités contre moi, Ils m’ont faite gardienne des vignes. Ma vigne, à moi, je ne l’ai pas gardée.
Cantiques des Cantiques 1:6

Vous ne pouvez pas tout faire ! Votre objectif devrait être de découvrir ce qui rend votre coeur vivant. Si vous sentez l’épuisement arriver, faites une pause et découvrez quel est vraiment l’appel de Dieu sur votre vie.

Voici  tout d’abord 3 questions à vous poser si vous ressentez une charge trop importante sur vos épaules ?

  • Qu’est ce que j’aime faire ?
  • Quels sont mes dons naturels ?
  • Quels sont mes dons spirituels ?

Répondre à ces questions permettra déjà d’y voir plus clair et de faire des choix éclairés.

Par ailleurs, n’oubliez pas que la source de toute chose est l’amour pour le Seigneur. Trop souvent, l’église est composée de personnes qui se battent pour aimer. Quand nous sommes réellement amoureux de Dieu, le travail pour le Royaume de Dieu devient l’expression naturelle de cet amour.

Je connais tes oeuvres, ton travail, et ta persévérance. Je sais que tu ne peux supporter les méchants, que tu as éprouvé ceux qui se disent apôtres et qui ne le sont pas, et que tu les as trouvés menteurs, que tu as de la persévérance, que tu as souffert à cause de mon nom, et que tu ne t’es point lassé. Mais ce que j’ai contre toi, c’est que tu as abandonné ton premier amour.
Apocalypse 2:2-4

L’église d’Ephèse avait abandonné son premier amour, et c’est cela qui lui est reproché.

Et enfin, quelques derniers conseils pour éviter ce fameux burn-out dans le service :

Restez connecté aux autres et pensez à vous ressourcer dans la communion fraternelle.

Pardonnez et demandez pardon ! 

Apprenez à dire non ! Personne n’est indispensable, si vous ne pouvez pas le faire, et si c’est dans la volonté de Dieu, il trouvera quelqu’un pour accomplir ce travail.

Finalement la réponse simple au problème complexe de l’épuisement dans le service est de développer une intimité avec Christ. Il vous aidera à discerner son plan pour vos vies et à accomplir ce qu’il a lui-même préparé d’avance pour vous.

Source : Crosswalk

Partager cet article

Repost 0
Published by Aquilas - dans Christianisme
commenter cet article
18 juin 2017 7 18 /06 /juin /2017 18:23

Question : « Qu’est-ce que la Réforme protestante ? »

Réponse : Pour comprendre l’histoire de l’Église protestante et de la Réforme, il est d’abord important de comprendre que l’un des privilèges que revendique l’Église catholique est la succession apostolique. Cela signifie simplement qu’elle affirme être investie de la seule véritable autorité sur toutes les autres églises et dénominations, soutenant que toute la lignée de papes catholiques romains remonte à des siècles en arrière, jusqu’à l’Apôtre Pierre. De son point de vue, il en résulte que l’Église catholique possède une autorité unique qui la met au-dessus de toutes les autres dénominations ou églises. Selon l’Encyclopédie catholique, cette succession apostolique ne se trouve que « dans l’Église catholique » et aucune « autre église ne peut valablement la revendiquer ». 

C’est à cause de cette succession apostolique que l’Église catholique romaine affirme avoir l’unique autorité pour interpréter les Écritures et établir la doctrine, et soutient également avoir un chef suprême, le Pape, qui est infaillible (sans erreur) lorsqu’il parle « ex cathedra », c’est-à-dire dans l’exercice de son ministère de pasteur et d’enseignant de tous les chrétiens. Ainsi, du point de vue des catholiques romains, l’enseignement et les traditions de l’Église catholique romaine, venant du Pape, sont revêtus d’une infaillibilité et d’une autorité égales à celles des Écritures elles-mêmes. C’est l’une des différences majeures entre les catholiques romains et les protestants, et l’une des raisons fondamentales de la Réforme protestante. 

Bien évidemment, les catholiques romains ne sont pas les seuls à essayer de revendiquer l’autorité unique à travers la succession apostolique, ou à faire remonter l’origine de leur Église jusqu’aux premiers Apôtres. Par exemple, l’Église Orthodoxe orientale revendique également la succession apostolique, bien que son affirmation soit très similaire à celle des catholiques romains. La scission entre l’Orthodoxie orientale et le catholicisme romain ne s’est produite que pendant le « Grand Schisme » en 1054 de notre ère. Il y a aussi certaines dénominations ou groupes protestants qui essaient d’établir, à travers les siècles, le « Lien de sang » les rattachant à l’Église du premier siècle et aux Apôtres. Bien que ces protestants ne s’appuient pas sur la succession apostolique pour justifier l’autorité d’un « Pape » comme chef infaillible, ils se fondent néanmoins sur ce lien avec l’Église primitive, à un degré moindre, pour établir l’autorité de leurs doctrines et pratiques. 

Le problème que posent ces tentatives de remonter la ligne de succession jusqu’aux Apôtres, que ce soit par les catholiques romains, les Orthodoxes orientaux ou les protestants, c’est qu’ils essaient d’authentifier ou de justifier l’autorité de leurs croyances et enseignements, de mauvaise source, par un lien réel ou apparent avec les Apôtres, au lieu de les justifier en se fondant sur la parole de Dieu. Il est important pour les chrétiens de comprendre qu’une Église ou une dénomination n’a pas besoin d’une succession apostolique directe pour exercer une autorité. Dieu a consigné et conservé l’autorité suprême, pour tous les aspects de la foi et de la pratique, dans sa Sainte Parole, la Bible. Par conséquent, l’autorité d’une église ou d’une dénomination ne provient pas, aujourd’hui, d’un quelconque lien avec l’Église du premier siècle et les Apôtres. Elle provient au contraire uniquement et directement de la Parole écrite de Dieu. Les enseignements d’une église ou dénomination n’ont d’autorité et ne s’imposent au chrétien, que s’ils représentent le vrai sens et l’enseignement limpide des Écritures. Cela constitue un point important permettant de comprendre le lien entre le protestantisme et l’Église catholique romaine, et les raisons qui ont donné naissance à la Réforme protestante. 

Pour comprendre l’histoire du christianisme et l’idée de la succession apostolique, ainsi que les affirmations selon lesquelles l’Église catholique romaine est la seule vraie Église ayant l’unique autorité, il est important de faire la lumière sur un certain nombre de points importants. Tout d’abord, nous devons bien prendre conscience que même aux temps des Apôtres et de l’Église du Premier Siècle, les faux docteurs et les fausses doctrines constituaient déjà un grand problème. Nous le savons à cause des avertissements contre les hérésies et les faux enseignants dans l’ensemble des derniers écrits du Nouveau Testament. Jésus lui-même a averti que ces faux enseignants seraient comme des « loups en vêtements de brebis » (
Matthieu 7.15), et que « l’ivraie et le blé » croîtraient ensemble jusqu’au jour du jugement où Il séparera ceux qui sont sauvés de ceux qui sont perdus, les croyants réellement « nés de nouveau » de ceux qui ne l’ont pas véritablement reçu (Matthieu 13.24-30). C’est important pour la compréhension de l’histoire de l’Église, car dès le début, les faux enseignants et les faux enseignements avaient déjà commencé à envahir l’Église et à égarer les gens. Malgré cela, il y a aussi toujours eu des croyants réellement « nés de nouveau, » qui se sont accrochés à la doctrine biblique du salut par la grâce, au moyen de la foi en Christ seul, à travers tous les âges, même pendant la période la plus sombre des âges sombres. 

La deuxième chose que nous devons reconnaître afin de bien comprendre l’histoire de l’Église, c’est que le terme catholique signifie simplement « universel. » C’est important car dans les écrits des chrétiens des premiers et deuxième siècles, lorsque le terme « catholique » était utilisé, il faisait référence à l’« Église universelle » ou au « corps de Christ » constitué de croyants « nés de nouveau » de toute tribu, langue et nation (
Apocalypse 5.9, 7.9). Cependant, comme c’est le cas généralement, le mot « catholique » a commencé, avec le temps, à prendre un autre sens, ou à être utilisé dans un autre sens. Avec le temps, le concept d’église « universelle » ou « catholique » a commencé à évoluer pour aboutir au concept selon lequel toutes les églises étaient considérées comme formant ensemble une seule Église, pas seulement spirituellement, mais aussi visiblement, partout dans le monde entier. Cette compréhension erronée de la nature de l’Église visible (qui a toujours abrité à la fois « le blé et l’ivraie ») et de l’Église invisible, (le corps de Christ constitué uniquement des croyants nés de nouveau) aurait donné naissance au concept d’une Sainte Église catholique visible, en dehors de laquelle il n’y aurait pas de salut. C’est de cette mauvaise compréhension de la nature de l’Église universelle que l’Église catholique romaine tire son évolution. 

Avant la conversion de Constantin au christianisme en 315 de notre ère, les chrétiens étaient persécutés par le gouvernement romain. Avec sa conversion, le christianisme est devenu une religion autorisée dans l’Empire romain (et est devenu plus tard la religion officielle), et l’Église ainsi « visible » s’est liée au pouvoir du gouvernement romain. Ce mariage entre l’Église et l’État a abouti à la formation de l’Église catholique romaine, et a amené cette Église, avec le temps, à raffiner sa doctrine et à développer sa structure de manière à mieux servir la cause du gouvernement romain. Durant cette période, s’opposer à l’Église catholique romaine revenait à s’opposer au gouvernement romain, et le contrevenant s’exposait à des peines graves. Ainsi, le fait ne pas accepter une doctrine de l’Église catholique romaine était un délit grave qui donnait souvent lieu à l’excommunication, et quelques fois à la peine de mort. 

Cependant, à cette période de l’histoire, il y avait de véritables chrétiens « nés de nouveau », qui s’élevaient et s’opposaient à la sécularisation de l’Église catholique romaine et à la perversion de la foi qui s’en est suivie. Avec le temps, l’Église catholique romaine a réussi à réduire au silence ceux qui s’opposaient à ses doctrines et pratiques, grâce à sa liaison avec l’État, pour devenir en fin de compte presque une Église universelle à travers l’Empire romain. Il y avait toujours des « poches » de résistance à certaines pratiques et enseignements non bibliques de l’Église catholique romaine, mais celles-ci étaient relativement insignifiantes et isolées. Avant la Réforme protestante au seizième siècle, des hommes comme John Wycliffe en Angleterre, Jan Hus en Tchécoslovaquie, et Jean de Wessel en Allemagne, ont tous donné leurs vies en s’opposant à certains enseignements non bibliques de l’Église catholique romaine. 

L’opposition à l’Église catholique romaine et à ses faux enseignements a atteint son point critique au seizième siècle, lorsqu’un moine catholique romain nommé Martin Luther a affiché ses 95 propositions (ou thèses) contre les enseignements de l’Église catholique romaine sur la porte de la Chapelle du Château de Wittenberg en Allemagne. L’intention de Luther était d’apporter la réforme au sein de l’Église catholique romaine et, ce faisant, il défiait l’autorité du Pape. Le refus de l’Église catholique romaine de prêter oreille à l’appel à la réforme de Luther et de retourner aux doctrines et pratiques bibliques a donné naissance à la Réforme protestante, de laquelle émergeront quatre divisions ou traditions du protestantisme : les luthériens, les reformés, les anabaptistes et les anglicans. Au cours de cette période, Dieu a suscité des hommes pieux dans divers pays afin de restaurer à nouveau les églises à travers le monde en les ramenant à leurs racines bibliques et aux doctrines et pratiques bibliques. 

A la base de la Réforme protestante se trouvent quatre questions ou doctrines fondamentales au sujet desquelles ces Réformateurs trouvaient que l’Église catholique romaine était dans l’erreur. Ces quatre questions et doctrines sont : 
Comment sommes-nous sauvés ? 
Qui détient l’autorité religieuse ? 
Qu’est-ce que l’Église ? 
Quelle est l’essence de la vie chrétienne ? 

En répondant à ces questions, des Réformateurs protestants tels que Martin Luther, Ulrich Zwingli, Jean Calvin, et John Knox ont établi ce qui deviendra les « Cinq Solas » (sola veut dire seul en Latin) de la Réforme. Ces cinq points de doctrine étaient au cœur de la Réforme protestante, et c’était à cause de ces cinq doctrines bibliques fondamentales que les Réformateurs protestants ont pris position contre l’Église catholique romaine, résistant aux nombreuses injonctions leur demandant de se rétracter, même lorsqu’ils étaient face à la mort. Voici ces cinq doctrines fondamentales de la Réforme protestante : 

1— « Sola Scriptura » : Les Écritures seules : C’est une affirmation de la doctrine biblique selon laquelle la Bible est la seule autorité pour toutes les questions relatives à la foi et à la pratique. Les Écritures, et seules les Écritures constituent la norme par laquelle tous les enseignements et doctrines de l’église doivent être mesurés. Comme Martin Luther l’a si éloquemment affirmé lorsqu’il lui a été demander de rétracter ses enseignements : « À moins qu’on ne me convainque de mon erreur par des attestations de l’Écriture ou par des raisons évidentes – je suis lié par les textes de l’Écriture que j’ai cités, et ma conscience est captive de la Parole de Dieu ; je ne peux ni ne veux me rétracter en rien, car il n’est ni sûr, ni honnête d’agir contre sa propre conscience. Me voici donc en ce jour. Je ne puis autrement. Que Dieu me soit en aide. Amen ! » 

2— « Sola Gratia » : La grâce seule : C’est une affirmation de la doctrine biblique selon laquelle le salut ne s’obtient que par la grâce de Dieu et nous ne pouvons échapper à sa colère que par sa grâce seule. La grâce de Dieu en Christ n’est pas seulement nécessaire, mais elle constitue la seule cause efficace du salut. Cette grâce est une œuvre surnaturelle du Saint-Esprit qui nous amène à Christ en nous délivrant de notre esclavage du péché et nous fait passer de la mort spirituelle à la vie spirituelle. 

3— « Sola Fide » : La foi seule : C’est une affirmation de la doctrine biblique selon laquelle la justification n’est possible que par la grâce seule au moyen de la foi seule par Christ seul. C’est par la foi en Christ que sa justice nous est imputée comme la seule satisfaction possible de la justice parfaite de Dieu. 

4— « Solus Christus » : En Christ seul : C’est une affirmation de la doctrine biblique selon laquelle le salut ne se trouve qu’en Christ seul et sa vie sans péché et son expiation substitutionnelle seules sont suffisantes pour notre justification et notre réconciliation avec Dieu le Père. On ne peut pas dire que l’Évangile a été prêché tant que l’œuvre substitutionnelle de Christ n’a pas été déclarée et que la foi en Christ et en son œuvre n’a pas été mentionnée. 

5— « Soli Deo Gloria » : Pour la gloire de Dieu seul : C’est une affirmation de la doctrine biblique selon laquelle le salut vient de Dieu et a été accompli par Dieu uniquement pour sa gloire. Cette doctrine soutient qu’en tant que chrétiens, nous devons toujours le glorifier et vivre notre vie entière devant la face de Dieu, sous l’autorité de Dieu, et Uniquement pour sa gloire. 

Ces cinq doctrines essentielles et fondamentales sont les raisons de la Réforme protestante. Elles sont au cœur des aspects sur lesquels l’Église catholique romaine s’est égarée dans sa doctrine, et pour lesquels la Réforme protestante était nécessaire pour ramener les églises à travers le monde vers la doctrine juste et l’enseignement biblique. Elles continuent d’être autant importantes aujourd’hui pour l’évaluation d’une église et de ses enseignements, qu’elles l’étaient autrefois. À plusieurs égards, le christianisme protestant doit être appelé à retourner à ces doctrines fondamentales de la foi, tout comme les Réformateurs ont appelé l’Église catholique romaine à le faire au 16º Siècle. 

Source :https://www.gotquestions.org/Francais/

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Aquilas - dans Christianisme
commenter cet article
15 avril 2017 6 15 /04 /avril /2017 18:00

         Résurrection de Jésus Christ : mythe ou réalité ?

Résurrection de Jésus Christ : mythe ou réalité ?

Jésus est il vraiment ressuscité ? Y a t-il des preuves de sa résurrection ? Quelle est l’importance pour nous personnellement ?

Résumé :

Plusieurs signes nous indiquent que la résurrection de Jésus Christ a bien eu lieu. Pour le croyant, ces signes sont des preuves suffisantes, de sorte que la foi chrétienne n’est pas fondée sur rien. La science ne pourra cependant jamais se prononcer à ce niveau, puisqu’il s’agit de la manifestation d’une vie spirituelle. En effet, le corps de Jésus n’a pas été ré-animé mais transformé. Selon les Evangiles, le Christ est passé à une autre vie, spirituelle et non matérielle, inaugurant ce qu’expérimenteront les croyants à sa suite, après leur mort.

Signes qui indiquent une résurrection de Jésus

  • Un tombeau vide.

C’est un fait : le corps de Jésus n’est plus là. Lors de l’événement, personne ne l’a contesté, pas même les autorités juives, incapables de montrer sa dépouille. Elles qui voulaient mettre un terme au tumulte causé par la crucifixion de Jésus, auraient bien voulu faire un cortège avec son corps. Le Christianisme naissant aurait été tué dans l’oeuf. Mais elles ne le pouvaient pas : Jésus avait disparu. Comme la tombe a été gardée par des soldats Romains et qu’il aurait fallu plusieurs hommes pour rouler la pierre devant son entrée, les disciples de Jésus n’avaient pas pu dérober son corps. Ils n’en avaient pas l’intention, du reste, car ils ignoraient ce qui allait se passer pour Jésus. Ils se terraient quelque part, de peur de subir le même sort que leur maître. Ainsi, le mystère est historique.

  • Des témoins qui ont rencontré le ressuscité

Paul, un Juif écrivant quelques années après les faits, dressa la liste des personnes qui avaient vu Jésus après sa résurrection : au total, plus de 500 personnes (1ère épître aux Corinthiens ch.15 v.8). Rares sont les événements de l’Antiquité au sujet duquel nous avons autant de sources écrites. La plupart des témoins étaient encore en vie au moment où Paul écrivit et ils affirmaient avoir vu Jésus de leurs propres yeux. Ce n’étaient pas des visions ou des rêves. De plus, la résurrection n’entrait pas dans leurs idées : ils ne l’imaginaient même pas, donc ne pouvaient pas s’y attendre ou se la représenter. Ainsi, ce n’est pas la foi qui a créé l’événement ; c’est bien l’événement qui est à l’origine de la foi.

  • Un changement radical chez les disciples de Jésus

Au moment de la mort de Jésus, ses disciples l’avaient abandonné et s’étaient tous dispersés, craignant le châtiment des autorités. L’un de ses plus ardents défenseurs, nommé Pierre, l’avait même renié publiquement. Or quelques jours après, ces mêmes hommes proclamèrent avec hardiesse, devant tous, que Jésus était vivant. A leur suite, d’autres chrétiens affrontèrent sans sourciller des procès, des persécutions, le martyre et la mort. Même l’historien le plus sceptique doit admettre (quelle que soit l’interprétation qu’il en donne par la suite) que quelque chose de semblable au big bang en physique a eu lieu au plan humain.

  • Des témoignages toujours actuels

Tous ceux qui confient leur vie à Jésus expérimentent qu’il est vivant aujourd’hui : il leur parle et leur transmet sa force, sa joie, sa paix. Ils font l’expérience d’une vie radicalement changée, où la présence de Jésus rassure, guide et donne une espérance (voir : témoignages). Jésus répond aux prières qui lui sont faites et  donne des conseils à ceux qui entendent sa voix.

Si Jésus est Dieu, est-ce si surprenant que la mort ne puisse le vaincre ?

Croire en la résurrection de Jésus : quelle importance ?

La résurrection de Jésus Christ est le fondement de la foi chrétienne. Contrairement aux autres fondateurs de religions, Jésus a dit qu’il était Dieu, plus exactement : Dieu fait homme, incarné sur terre, dépouillé de certains de ses attributs pour se revêtir de notre nature vulnérable, limitée. S’il est véritablement Dieu, alors la mort ne pouvait le retenir. Sa résurrection, pour inouïe et inconcevable qu’elle soit, est le signe qu’il est bien celui qu’il disait être : Jésus est bien Dieu ! Et il nous montre qui est Dieu : un Dieu qui ne fait pas peur, qui aime, relève et pardonne.

Pour le croyant, les promesses de Jésus ne sont donc pas des paroles en l’air. Au contraire : il peut s’y appuyer comme à quelque chose de sûr et c’est cela qui change sa vie. Il peut notamment être certain d’avoir en lui la vie éternelle, c’est-à-dire vivre en la présence de Dieu, dès maintenant puis après la mort. Car la résurrection de Jésus est la preuve qu’il y a une vie après la mort. L’accueillir dans notre vie, c’est avoir l’assurance de notre propre résurrection, de rencontrer Dieu après la mort. Nous pouvons alors démarrer une nouvelle vie en n’ayant plus peur de la mort. Nous avons une espérance qui nous permet de traverser les épreuves de la vie.

Jésus a dit qu’il était mort pour payer nos fautes. S’il a donné sa vie, c’est pour nous offrir la délivrance par rapport au mal qui est en nous. Le mal et la souffrance de ce monde trouvent enfin une solution : celle du triomphe de l’amour et de la vie de Dieu au travers de la résurrection de Jésus. L’amour de Dieu le Père se révèle à nous : sa victoire sur la mort et le mal, c’est la certitude pour nous de pouvoir changer de vie.

Ceux qui croient en Jésus ne suivent pas les principes moraux d’un fondateur mort, mais ils ont une relation vivante et personnelle avec un Dieu vivant. Car c’était la mission essentielle de Jésus : nous permettre de connaître Dieu personnellement (Evangile de Jean ch.17 v. 3). Selon la Bible, Jésus-Christ vit aujourd’hui et bénit la vie de ceux qui lui font confiance. Des multitudes de chrétiens peuvent dire combien l’amour que Jésus leur donne au quotidien, est la force qui les anime pour aider les autres.

Jésus veut nous faire sortir dès maintenant de nos tombeaux : tombeau d’égoïsme, de peur, d’incrédulité, de blessures enfouies. Il nous appelle à la Vie avec un grand “V”. Il nous invite à recevoir son Esprit d’amour et de force, qui changera notre vie. Si vous avez le désir de découvrir Dieu, vous pouvez le faire grâce à Jésus, en ouvrant votre coeur à Jésus et en l’invitant dans votre vie.


Pour en savoir plus :
Mode d’emploi pour croire en Dieu, rencontrer Dieu grâce à Jésus

Partager cet article

Repost 0
Published by Aquilas - dans Christianisme
commenter cet article
15 avril 2017 6 15 /04 /avril /2017 16:05
Tout ce que vous devez savoir sur la semaine de Pâques

Dimanche 9 avril a ouvert les célébrations de Pâques, avec le “dimanche des rameaux” qui commémore l’entrée de Jésus sous les acclamations de la foule.

Pour Jésus, l’entrée dans Jérusalem marquait le début d’une semaine au cours de laquelle il allait connaître le rejet, la trahison, la souffrance, l’agonie et la mort. Ainsi, le fils de Dieu fait homme s’apprêtait à recevoir le châtiment qui pesait sur nous, accomplissant cette parole :

Et comme Moïse éleva le serpent dans le désert, il faut de même que le Fils de l’homme soit élevé, afin que quiconque croit en lui ait la vie éternelle. Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle. Dieu, en effet, n’a pas envoyé son Fils dans le monde pour qu’il juge le monde, mais pour que le monde soit sauvé par lui.
Jean 3:14-17

Nous vous proposons de vivre ces quelques jours qui précèdent Pâques en vous souvenant du parcours de Jésus tout au long de cette semaine qu’il vécut il y a plus de 2000 ans.

  • Dimanche des rameaux

Jésus entre à Jérusalem assis sur un ânon.

Hosanna ! Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur, le roi d’Israël !
Jean 12:13

  • Lundi

Jésus chasse les marchands du temple.

Ma maison sera appelée une maison de prière pour toutes les nations ?
Marc 11:17

Les scribes et les pharisiens cherchent les moyens de le faire périr.

  • Mardi

Jésus enseigne dans le temple.

Malgré les miracles, les autorités religieuses rejettent Jésus.

Celui qui croit en moi croit, non pas en moi, mais en celui qui m’a envoyé, et celui qui me voit voit celui qui m’a envoyé. Je suis venu comme une lumière dans le monde, afin que quiconque croit en moi ne demeure pas dans les ténèbres.
Jean 12:44-46

  • Mercredi

La tension et la colère montent.

Judas alla s’entendre avec les principaux sacrificateurs et les chefs des gardes, sur la manière de le leur livrer.
Luc 22:3-4

  • Jeudi

Le dernier repas.

Prenez, mangez, ceci est mon corps […] Ceci est mon sang, le sang de l’alliance,  qui est répandu pour plusieurs, pour la rémission des péchés.
Matthieu 26:27-28

Le jardin de Géthsémané.

Mon Père, s’il est possible, que cette coupe s’éloigne de moi ! Toutefois, non pas ce que je veux, mais ce que tu veux.
Matthieu 26:39

  • Vendredi

Jésus est condamné à mort.

Il est flagellé, moqué, crucifié.

Il a sauvé les autres, et il ne peut se sauver lui-même ! Marc 15:31

Père, pardonne-leur, car ils ne savent ce qu’ils font.
Luc 23:34

Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ?
Marc 15:34

Jésus meurt.

Certainement, cet homme était juste.
Luc 23:47

  • Samedi

Pilate fait placer des gardes devant la tombe.

Ils s’en allèrent, et s’assurèrent du sépulcre au moyen de la garde, après avoir scellé la pierre.
Matthieu 27:66

  • Dimanche

Le tombeau est vide.

Femme, pourquoi pleures-tu ? Qui cherches-tu ?
Jean 20:15

Il est ressuscité.

La paix soit avec vous ! Et quand il eut dit cela, il leur montra ses mains et son côté. Les disciples furent dans la joie en voyant le Seigneur.
Jean 20:20

Info Chrétienne 

Partager cet article

Repost 0
Published by Aquilas - dans Christianisme
commenter cet article
24 mars 2017 5 24 /03 /mars /2017 16:58

Journal Chrétien

 Isabelle Goepp

Jeudi dernier, la police d’Omdurman a arrêté trois professeurs chrétiens de l’École évangélique du Soudan afin d’aider un homme d’affaire musulman à prendre possession de cet établissement scolaire. Cet évènement s’inscrit dans le cadre plus large de la tentative de contrôler les activités de l’Église dans le pays et de débarrasser le pays du christianisme.

Selon Morning Star News qui relate les faits, cette arrestation n’est pas la première puisqu’il y a juste un mois, les autorités avaient déjà emprisonné pendant la nuit, quatre enseignants de la même école.

Accusés d’avoir détruit un poteau de signalisation mis en place par ‘Vision Éducative’ (Education Vision), la société appartenant à l’homme d’affaire musulman qui revendique la propriété, ces quatre hommes ont finalement été libéré le 21 février sous caution, après avoir versé 10 980 livres soudanaises (1 682 dollars).

Le 16 mars dernier, rapporte Morning Star News, une nouvelle offensive a eu lieu. Environ 20 policiers cette fois-ci sont entrés de force dans le complexe scolaire d’Omdurman, en passant par le Nil de Khartoum, et ont arrêté trois professeur chrétiens.

Selon des sources chrétiennes locales, les trois hommes arrêtés, identifiés comme Musa, le Directeur de l’établissement, Yahya Elias et Younan ont été emmené au commissariat central d’Omdurman avant d’être relâchés sous caution après huit heures. Tous les trois, qui appartiennent à l’église évangélique presbytérienne du Soudan (SPEC), ont été accusés d’entraver le travail de ceux qui tentaient la reprise de l’école.

Le pasteur Yahia Abdelrahim Nalu, modérateur du SPEC, a confirmé les arrestations, en les décrivant comme des conséquences d’une collusion entre le gouvernement et l’investisseur musulman et la volonté, par les autorités et la police, d’une prise de contrôle illégale de l’école.

« La police aide illégalement l’organisation ‘Vision Éducative’, en dépit du fait qu’elle n’a pas de document juridique de propriété », a déclaré un responsable de la SPEC.

Les arrestations se sont produites après qu’un musulman, seulement identifié sous son prénom Hassan, se soit adressé aux administrateurs scolaires en affirmant qu’il était le nouveau Directeur de l’école.

La reprise de l’école par des musulmans s’inscrit dans un cadre plus large. En 2013, en effet, l’église évangélique presbytérienne du Soudan à laquelle appartient l’école s’est vue imposée une nouvelle direction par le ministère soudanais de l’orientation et de la dotation religieuse.

Selon les anciens dirigeants de l’Église, le choix par les autorités d’étrangers pour diriger les bureaux de la SPEC correspond à une tentative de contrôler les activités de l’Église et de débarrasser le pays du christianisme. Après la décision du gouvernement, les bureaux de l’église avaient en effet été fermés et une partie des locaux détruite.

Bien que ces nominations d’une nouvelle Direction à la SPEC aient été jugées illégales en novembre 2016 par un tribunal qui a convenu qu’elles contrevenaient au règlement de l’église, qui appellent à l’élection tous les trois ans de nouveaux dirigeants par l’intermédiaire d’une assemblée générale, la Direction de l’Église demeure entre les 

mains des membres du comité nommé par le gouvernement. 

 Source :   https://www.chretiens.info/

Partager cet article

Repost 0
Published by Aquilas - dans Christianisme
commenter cet article
4 mars 2017 6 04 /03 /mars /2017 18:01

Jesus Film Project a annoncé le 1er mars que le film « JESUS » est désormais traduit en 1 500 langues, la dernière étant le dassanech, un langage afro-asiatique parlé par la tribu Dassanech en Éthiopie.

Bien que le Nouveau Testament soit actuellement disponible en dassanech, seulement 2 % des individus de la tribu peuvent lire. La traduction du film « JESUS » leur offre désormais la possibilité d’entendre l’Évangile dans leur propre langue pour la première fois.

« L’achèvement de la traduction de la 1500e langue de ‘JESUS’ est une étape incroyable. Cela marque un progrès considérable pour atteindre ceux qui n’ont jamais entendu l’Évangile », a déclaré Josh Newell, responsable de la communication, lors de la National Religious Broadcasters Convention à Orlando en Floride. Et d’ajouter : « ‘JÉSUS’ a longtemps été l’un des moyens les plus efficaces pour atteindre les gens qui peuvent saisir immédiatement le message du Salut ».

« Quand les gens entendent parler Jésus dans leur propre langue, avec leur propre accent, ils sont à jamais changés. Nous croyons que les films offrent la façon la plus dynamique d’entendre et de voir la plus belle histoire jamais vécue », peut-on lire sur le site jesusfilm.org.

Dans nos sociétés où l’impact des vidéos n’est plus à démontrer, le film « JESUS » est une aubaine pour partager la Bonne Nouvelle de l’Évangile. D’ailleurs, selon l’organisation, à ce jour plus de 200 millions de personnes à travers le monde auraient déclaré avoir reçu Jésus dans leur vie après avoir visionné ce film.

L’aventure de ce projet d’évangélisation à grande échelle a débuté en 1979. En 1999 le film avait été déjà été traduit en 500 langues et le palier des 1 000 traductions avait été atteint en 2007.

« JESUS » est le film le plus traduit de l’histoire selon le Livre Guiness des Records.

« Cette bonne nouvelle du royaume sera prêchée dans le monde entier, pour servir de témoignage à toutes les nations. Alors viendra la fin. » (Matthieu 24.14)                               

Source : https://www.facebook.com/ObsChretien/

LE FILM « JÉSUS » EN FRANÇAIS

Partager cet article

Repost 0
Published by Aquilas - dans Christianisme
commenter cet article