Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : SIGNES ET PROMESSES
  •           SIGNES ET PROMESSES
  • : Ce Blog a pour but au travers de son contenu, d'édifier l'église de Jésus-Christ, de faire connaître à nos contemporains l'amour de Dieu manifesté en Jésus son fils bien aimé.Les messages qui seront diffusés veulent être en bénédictions à tous les milieux, en rappelant qu'aujourd'hui, Dieu veut encore faire éclater parmi ceux qui ont soif, les signes de sa Puissance, et accomplir ses Glorieuses Promesses. L'actualité chrétienne, nationale et internationale sera aussi traitée dans ce blog.
  • Contact

VERSET BIBLIQUE

 

                          1 Samuel 2 : 9

 

Il gardera  les pas de ses bien-aimés ( 1 Samuel 2 : 9)                                                              

Recherche

Liste D'articles

VISITES

 Que Dieu vous bénisse !

 

Parcours interactif :

 

 

 


 
 

SOUTIEN

                                                                             Suivez  le lien :Contact  

 

  

Calendrier La Bonne Semence

                

6 septembre 2017 3 06 /09 /septembre /2017 17:54

De nos jours, de  plus en plus de chrétiens se laissent happer par de fausses doctrines, anciennes ou nouvelles, qui ont un impact séducteur et destructeur sur leur vie SPIRITUELLE présente et à venir. Ils préfèrent lire ou écouter de faux docteurs et se laisser entraîner à leur suite. Que ne lis -t-on pas sur les réseaux sociaux comme inepties et mensonges! Mais pourquoi cela arrive t-il ? Il y a parmi ceux qui suivent ces doctrines mensongères, certainement des gens sincères, mais nous pouvons dire également, et sans nous tromper, que certains aiment à chercher ce qui leur plaît, et c'est la Bible qui le dit, Ce Livre inspiré, soufflé par Dieu, qui entre les mains de ces faux docteurs est mise à mal, mais plus encore c'est Dieu lui-même qui est trahi ! Soyons vigilants!

Prêche la parole, insiste en toute occasion, favorable ou non, reprends, censure, exhorte, avec toute douceur et en instruisant. 3Car il viendra un temps où les hommes ne supporteront pas la saine doctrine; mais, ayant la démangeaison d'entendre des choses agréables, ils se donneront une foule de docteurs selon leurs propres désirs, 4détourneront l'oreille de la vérité, et se tourneront vers les fables.( 2 Timothée 4: 2-4).

Lisons donc le sermon qui suit, certes il n'est pas récent, mais oh combien actuel !

Le Blogueur                                        

                                                      Sermon

par le Dr. R. L. Hymers, Jr.

Sermon prêché au Baptist Tabernacle de Los Angeles,
le Jour du Seigneur, dimanche 8 mai 2011

« Et ceux-ci iront aux châtiments sans fin... »
(Matthieu 25:46).

Cela semble un texte de sermon étrange pour célébrer le jour de la Fête des Mères. Mais ce sermon n'est pas au sujet de l'Enfer. Le sujet de ce sermon est plutôt l'enseignement erroné d'un jeune pasteur nommé Robert Bell Jr, responsable d'une « église émergente. » Le point principal de ce sermon est que beaucoup de jeunes évangéliques, tels que Bell, n'ont jamais été convertis.

Il est déraisonnable, voire imprudent pour des mères chrétiennes d'encourager leurs enfants à réciter une « prière rapide » puis recevoir le baptême sans qu'ils expérimentent une véritable conversion. « Le salut par une prière » a conduit des millions d'enfants évangéliques vers de fausses conversions. C'est pour cela que 88% d'entre eux quittent l'église avant leur vingt cinquième année, et les 12% restant se tournent souvent vers les erreurs du mouvement appelé « Motivé par l'essentiel [Purpose-Driven Life] » – ou les hérésies de l'« église émergente. » Les mères évangéliques ont l'obligation de s'assurer, autant qu'il est humainement possible, que leurs enfants expérimentent une véritable conversion. Je presse chaque mère à le faire.

Continuant ses attaques annuelles de Pâques contre le christianisme biblique, le magazine Time a mis en couverture le titre de son éditorial « Et s'il n'y avait pas d'Enfer ? » (25 avril 2011). Le sujet de l'article rapporte la position de Rob Bell sur l'Enfer. Pour donner au diable ce qui lui revient, je dois faire remarquer que le titre de l'article du Time ne décrit pas exactement la position de Rob Bell. Il est fallacieux pour le Time de laisser entendre que Rob Bell ne croit pas à l'Enfer. Il y croit : mais (et c'est là qu'il se trompe) il ne croit pas qu'il est « sans fin. » Robert Bell, Jr. est le prédicateur d'une « église émergente » qui préoccupe profondément beaucoup de pasteurs par son enseignement non scripturaires sur l'Enfer. Des leaders chrétiens bien connus, comme le Dr. John Piper, et le Dr. Albert Mohler, président de l'Institut de théologie de la Convention baptiste du Sud à Louisville [Southern Baptist Theological Seminary], au Kentucky, ont ouvertement reniés les faux enseignements de Bell.

Jésus a dit, « Et ceux-ci iront aux châtiments sans fin » (Matthieu 25:46). Bell ne le croit pas. Il dit, « l'Enfer n'est pas éternel et l'amour, à la fin, gagne, et tous seront réconciliés avec Dieu. » (Rob Bell, L'amour gagne, Love Wins, HarperOne, 2011, p. 109).

Jésus a dit, « Et ceux-ci iront aux châtiments sans fin » (Matthieu 25:46). Le terme grec traduit par « sans fin » signifie « perpétuel, éternel » (James Strong, Un dictionnaire grec du Nouveau Testament) A Greek Dictionary of the New Testament) – « sans fin, qui dure toujours » (George Ricker Berry, Un lexique grec-anglais, A Greek-English Lexicon, numéro 166, codé à Strong). Bell tord ce mot pour lui permettre de faire référence à « une période de temps avec un commencement et une fin » (L'amour gagne, Love Wins, p. 32). Mais James Strong et George Ricker Berry connaissaient le grec bien plus que Rob Bell ne le connaitra jamais. Et ils disent que le terme grec signifie « perpétuel éternel. » Jésus a dit, « Et ceux-ci iront aux châtiments sans fin » (Matthieu 25:46) Rob Bell a appelé ce que Jésus a dit, « malavisé et toxique » (L'amour gagne, Love Wins, p. viii). Mon associé, le Dr. C. L. Cagan, dit, « Il est clair que Bell hait et résiste le christianisme biblique historique, particulièrement la vision de Christ au sujet du jugement après la mort. » Le Dr. John Gill (1697-1771), qui possédait une grande connaissance des langues de la Bible écrit, dans un commentaire sur Mathieu 25:46,

Ils devront endurer un châtiment éternel... et ceci dans leur âme et dans leur corps ; comme la juste rétribution du péché, commis à l'encontre d'un Dieu infini, qui ne peut être satisfait par une créature limitée, et qui doit donc en porter le châtiment, parce que la pollution et la culpabilité demeurent pour toujours (John Gill, D.D., Un exposé du Nouveau Testament, An Exposition of the New Testament, The Baptist Standard Bearer, réimprimé en 1989, volume I, p. 318; note sur Matthieu 25:46).

Oui, le Seigneur Jésus Christ a bien dit,

« Et ceux-ci iront aux châtiments sans fin » (Matthieu 25:46)

L'objectif de mon sermon d'aujourd'hui n'est pas de défendre la doctrine du « châtiment éternel. » Je suppose que la plupart d'entre vous, sinon tous, croit en cette doctrine, puisque Christ en a parlé clairement et fréquemment dans les quatre évangiles. Ainsi, je ne vais pas défendre la doctrine du châtiment sans fin dans ce sermon. Plutôt, le but de ce sermon est d'essayer d'expliquer pourquoi Rob Bell rejette la nature éternelle de l'Enfer. Et il me semble qu'il y a deux raisons basiques pour lesquelles il rejette ces paroles du Seigneur Jésus Christ « ...Et ceux-ci iront aux châtiments sans fin. »

I. Premièrement, Rob Bell rejette les « châtiments sans fin » parce qu'il est dans une confusion causée par le libéralisme.

Rob Bell est diplômé de l'Institut théologique Fuller à Pasadena [Fuller Theological Seminary], Californie. C'est là qu'il est tombé dans la confusion en ce qui concerne l'autorité de la Bible.

La première déclaration de foi de l'Institut de théologie Fuller dit, « Les livres qui forment le canon de l'Ancien et du Nouveau Testament, tels que donnés originellement, sont absolus et libres de toute erreur, dans leur totalité comme dans leurs parties. Ces livres constituent la Parole écrite de Dieu, qui seule fait loi en matière de foi et de pratique » (cité dans Harold Lindsell, Ph.D., La bataille pour la Bible, The Battle for the Bible, Zondervan Publishing House, édition de 1978, p. 107). Il en découle que la déclaration originale de l'Institut de théologie Fuller enseignait l'infaillibilité de la Bible, que les Écritures sont « libres de toute erreur, dans leur totalité comme dans leurs parties » et que la Bible est « la Parole écrite de Dieu, qui seule fait loi en matière de foi et de pratique. » Bien que leur première déclaration de foi le dise, cela fut changé plus tard. Mais, au commencement, l'Institut de théologie Fuller enseignait ce que la Bible dit d'elle-même :

« Toute écriture est donnée par l’inspiration de Dieu, et est utile pour la doctrine, pour convaincre, pour corriger, pour instruire dans la droiture » (II Timothée 3:16).

Je vais revenir sur ce fait et vous expliquer comment l'Institut de théologie Fuller a changé et comment, quand cet établissement est devenu une institution libérale, cela a semé la confusion chez Rob Bell. Mais d'abord, je voudrais vous lire une déclaration du Dr. W. A. Criswell (1909-2002) concernant l'infaillibilité des Écritures.

Le Dr. Criswell, qui a longtemps été pasteur de la Première Église Baptiste de Dallas, [First Baptist Church of Dallas] au Texas, dans son livre phare, Pourquoi je prêche que la Bible est littéralement vraie, Why I Preach that the Bible is Literally True,dit ceci au sujet de II Timothée 3:16 :

« Toute écriture est donnée par l’inspiration de Dieu. » Dans ce texte, deux mots présentent la vision apostolique concernant l'inspiration des Saintes Écritures. L'un deux est graphe¸ qui signifie « écrire » et l'autre est theopneustos, qui signifie « le souffle de Dieu. » C'est « l'écriture », ou les Écritures, qui est le « souffle de Dieu » qui est inspiré. Dans le parchemin original, chaque phrase, mot, ligne, marque, point, tiré de la plume, signe et titre y sont par inspiration de Dieu. Il ne peut y être question d'autre chose, il ne peut en être autrement... Beaucoup renient cette déclaration et disent que les Écritures sont inspirées à certains endroits, certains paragraphes, certains morceaux ou sections. Cependant, on ne retrouve aucune doctrine de ce genre dans la Bible. Les livres historiques, les livres de jurisprudence de Moïse, les livres poétiques, les prophètes, les Évangiles, les Épîtres, l'Apocalypse, sont tous inspirés dans le moindre détail. L'inspiration comprend la forme autant que la substance, le mot autant que la pensée. C'est ce qu'on appelle la théorie verbale de l'inspiration, véhément décriée par les théologiens modernes... Mais j'insiste sur, et je ne présente aucune autre théorie, que celle qui se trouve dans la Bible (W. A. Criswell, Ph.D., Pourquoi je prêche que la Bible est littéralement vraie, Why I Preach that the Bible is Literally True, Broadman Press, édition de 1969, pp. 33-34).

Rob Bell ne croit pas ce que déclare le Dr. W. A. Criswell. Il ne croit pas dans l'inspiration de toutes les paroles de l'Écriture (inspiration verbale absolue). pourquoi ? Parce qu'il a reçu son diplôme de l'Institut théologique Fuller. Cette institution a changé sa déclaration doctrinale au début des années 1970, bien avant que Bell n'y étudie. Fuller enseigne à présent que la Bible est pleine d'erreurs. Pour une explication plus détaillée de la manière dont ceci est survenu, veuillez vous reporter au livre du Dr. Harold Lindsell, La bataille pour la Bible, The Battle for the Bible, chapitre six, intitulé, « L'étrange cas de l'Institut de théologie Fuller [The Strange Case of the Fuller Theological Seminary] (Zondervan Publishing House, édition de 1978, pp. 106-121). L'Institut de théologie Fuller ne croit plus aujourd'hui à l'inspiration, mot pour mot, de la Bible (inspiration verbale absolue).

Rob Bell a reçut son diplôme de cet établissement. C'est là qu'il a appris à ne pas faire confiance à la Bible. C'est là qu'il a appris à dévier des Écritures. C'est pour cette raison que le Dr. Richard Mouw, actuel président de l'Institut de théologie Fuller, a défendu le livre de Rob Bell qui attaque le châtiment éternel de l'Enfer. Dr. Mouw, président de l'Institut de théologie Fuller, a dit, « C'est très dur de venir à Fuller et d'en repartir avec un esprit fermé qui trace des démarcations catégoriques au sujet de la théologie. » (Hebdomadaire Time, Time, ibid., p. 43).

Quant à moi, j'ai reçu mon diplôme de deux facultés de théologie aussi libérales que Fuller, et j'en suis reparti avec « un esprit fermé » que la Bible est vraie « dans sa totalité comme dans ses parties. » J'ai étudié le critique rédactionnelle et la critique de la forme, ainsi que Barth, Brunner, Tillich, Rudolf Bultmann, et les autres libéraux que Rob Bell a étudié. Pourtant, je n'ai jamais cessé de croire en l'inspiration mot pour mot de la Bible en hébreu et en grec. Et comme je crois dans les mots de la Bible, je n'ai aucun mal à tracer des démarcations catégoriques au sujet de la théologie. » Le Seigneur Jésus Christ a dit,

« Et ceux-ci iront aux châtiments sans fin » (Matthieu 25:46)

Je peux ne pas aimer cette déclaration. Elle peut ne pas s'accorder avec ma chair. Mais Christ l'a dite. Je le crois. Et cela me suffit ! Il n'y a pas d'autre « marge de manœuvre. » Comme le disait Luther, « Ma conscience est captive de la Parole de Dieu. »

« Et ceux-ci iront aux châtiments sans fin » (Matthieu 25:46)

Mais je suis convaincu qu'il y a une autre raison pour laquelle Rob Bell rejette ces paroles du Seigneur Jésus Christ.

II. Deuxièmement, Rob Bell rejette « le châtiment éternel » parce qu'il a été trompé par le décisionisme.

Le libéralisme de l'Institut de théologie Fuller a pu saper la foi de Bell en la Bible parce que, à en juger par ses propres paroles, il avait pris une « décision » plutôt que d'expérimenter une véritable conversion. Rob Bell est presque assez jeune pour être mon petit fils. Si il lit ce sermon sur Internet, et arrive à ce passage, j'espère - et je prie - qu'il repensera à sa propre « conversion. » Je serais vraiment heureux s'il expérimentait une véritable conversion. La Bible dit,

« Examinez-vous vous-mêmes, pour voir si vous êtes dans la foi; éprouvez-vous vous-mêmes » (II Corinthiens 13:5).

J'ai connu deux hommes, qui ont étudié avec moi dans une faculté de théologie libérale, et qui ont plus tard expérimenté une véritable conversion. Je prie que cela arrive également à Rob Bell.

Il me semble que Rob Bell a prié la « prière du pécheur », sans être né de nouveau et converti. Dans son livre, Bell dit,

      Un soir, alors que j'étais en classe primaire, je me suis agenouillé près de mon lit dans ma chambre et j'ai dit une prière... Mes parents se tenaient de chaque côté de moi et j'ai invité Jésus à venir dans mon cœurJ'ai dit à Dieu que je croyais que j'étais un pécheur et que Jésus était venu pour me sauver et que je voulais devenir chrétien. 
      Je me rappelle toujours de cette prière. Elle m'a fait quelque chose. Quelque chose en moi. Et d'une certaine manière innocente d'enfant d'âge de l'école primaire, je crois que Dieu m'aimait et que Jésus était venu pour me montrer cet amour, et que j'étais comme invité à accepter cet amour (Rob Bell, L'amour gagne, Love Wins, ibid., pp. 193-194).

Qu'y a-t-il de faux ici ? Plusieurs choses. Premièrement, il a invité Jésus à venir « dans son coeur. » Ceci est mortel. La Bible nous répète que Jésus Christ est au Ciel, assis à la droite de Dieu. La Bible ne dit jamais à un pécheur perdu, même une seule fois, qu'il peut « inviter Jésus dans son coeur. » Pas un seul verset de l'Écriture ne l'enseigne. Deuxièmement, il a dit à « Dieu qu'il croyait qu'il était un pécheur. » Oui, je crois qu'il a dit cela à Dieu. Mais était-il sous une conviction de péché ? Il ne le dit pas. Était-il convaincu de sa nature profonde de pécheur, qui mérite la colère et le châtiment du Dieu Tout Puissant ? Il dit qu'il était un enfant innocent d'âge de l'école primaire quand il a récité cette prière. Comment pouvez-vous être à la fois « innocent » et être sous une véritable conviction de péché ? (Jean 16:8-9). Il dit, « Je croyais que Jésus était venu pour me sauver » : de quoi ? Puisqu'il pensait qu'il était « innocent », il ne pensait certainement pas qu'il avait un besoin désespéré d'être pardonné par Jésus de son péché. Ce n'est pas étonnant qu'il n'y ait aucune mention de Christ mourant à sa place sur la Croix ! Ce n'est pas étonnant qu'il n'y ait aucune mention du Sang de Christ le lavant de son péché ! Aucune conviction de péché ! Aucune mention de la Croix ! Juste la récitation d'une prière, très typique du nouvel évangélisme. Puis Rob Bell dit, « Je me rappelle encore cette prière. Elle m'a fait quelque chose. » Je pense qu'il a raison. Cette prière lui a bien fait quelque chose. Elle l'a induit en erreur.

Je prie que partout, les mères chrétiennes s'arrêtent de précipiter leurs enfants dans une « décision pour Christ », sans réelle signification. Nos jeunes ont besoin de quelque chose de bien plus profond. Leur cœur a besoin d'être transformé, au plus profond, et seul Dieu peut le faire. Les mères devraient réaliser que la destinée éternelle de leurs enfants dépend de la conviction de péché que Dieu peut faire en eux et les amener à Christ. Les mères devraient prier « sans cesse » pour que Dieu puisse faire ces actes de grâce pour leurs enfants.

Ô, jeunes gens, ne soyez pas trompé comme Rob Bell ! Priez que Dieu vous amène à réaliser votre culpabilité de pécheur ; que Dieu vous fasse ressentir comme Il l'a fait pour l'évangéliste Spurgeon. Il dit, « Je me rappelle, alors que j'étais encore un jeune garçon âgé de quinze ans, que je me sentais si horriblement coupable, que si Dieu ne me punissait pas pour mon péché, Il devrait le faire. » Si Dieu vous fait expérimenter votre péché de cette manière, vous n'aurez aucun problème à croire le Seigneur Jésus Christ quand Il dit,

« Et ceux-ci iront aux châtiments sans fin » (Matthieu 25:46)

En fait, vous serez surpris que vous n'y alliez pas vous-même, dans « châtiments sans fin. » Le Dr. Martyn Lloyd-Jones a dit, Seul celui/celle qui a été amené à voir sa culpabilité de cette manière peut s'élancer vers Jésus pour sa délivrance et sa rédemption » (D. Martyn Lloyd-Jones, M.D., Études sur le Sermon sur la montagne, Studies in the Sermon on the Mount, InterVarsity, 1959, p. 235).

Je prie pour que l'Esprit de dieu vous amène sous une profonde conviction de péché. Je prie pour que Dieu vous attire à Jésus Christ, pour votre pardon par Sa mort sur la Croix et pour vous laver de votre péché par Son Sang. Je prie que vous expérimentiez une véritable conversion par la grâce de Dieu et les souffrances de Christ. Amen.

(FIN DU SERMON)

Partager cet article

Repost 0
8 juin 2017 4 08 /06 /juin /2017 18:14

Cet article a été mis à jour après la découverte de la vidéo mentionnée ci-dessous, sur la page Facebook de Bethel.tv (elle avait été auparavant supprimée de Youtube).

Shawn Bolz prétend voir au ciel des personnes décédées et transmet des messages de leur part. Soit il s’agit de spiritisme, clairement interdit par Dieu, soit c’est de la supercherie.

“Quand tu seras entré dans le pays que l’Eternel, ton Dieu, te donne, tu n’apprendras pas à faire selon les abominations de ces nations : il ne se trouvera au milieu de toi personne qui fasse passer par le feu son fils ou sa fille, ni devin qui se mêle de divination, ni pronostiqueur, ni enchanteur, ni magicien, ni sorcier, ni personne qui consulte les esprits, ni diseur de bonne aventure, ni personne qui interroge les morts ; car quiconque fait ces choses est en abomination à l’Eternel ; et à cause de ces abominations, l’Eternel, ton Dieu, les dépossède de devant toi. Tu seras parfait avec l’Eternel, ton Dieu. Car ces nations que tu vas déposséder, écoutent les pronostiqueurs et les devins ; mais pour toi, l’Eternel, ton Dieu, ne t’a pas permis d’agir ainsi.” (Deutéronome 18.9-14)

Pour d’autres références bibliques : lien

Shawn Bolz a récemment transmis à Bill Johnson une prophétie que Bob Jones (décédé en 2014) lui transmettait depuis le ciel. L’événement se passe dans l’église de Bethel, lors d’une conférence pour “Leaders”.

Vous pouvez le voir dans cette vidéo (cliquez ici), disponible sur la page Facebook de Bethel.tv.

Le contenu sous forme de texte, en français, figure plus bas. La lecture n’est pas aisée car Shawn Bolz est loin d’être structuré et la communication avec le ciel semblait mauvaise par moment…

“Morceaux choisis” :

  • J’étais à deux endroits en même temps et je vois Bob Jones, au ciel

  • Bob Jones avait une sorte de parole car il disait premièrement vous allez sur Olivestreet qui signifie l’huile de l’onction, l’onction de presser les olives en vin et il parlait de vin et ensuite vous allez sur Goldstreet

  • s’adressant à Bill Johnson : Bob Jones prophétise sur toi à nouveau, des cieux, que ton prochain versement arrive, tu seras un panneau indicateur de juste la beauté de Dieu pour chacun de nous,

Est-ce que Shawn Bolz voit réellement ceci, ce qui serait une abomination pour Dieu, ou est-ce qu’il s’agit de supercherie (ce qui ne serait pas beaucoup mieux) ?

Il y a d’abord un élément curieux : Shawn Bolz commence à donner quelques indications, en l’occurrence des noms de rues, qui sont sensées “parler” à une des personnes présentes. Cette personne serait alors la destinatrice de la “prophétie”. Shawn Bolz regarde Bill Johnson (au premier rang), mais ce dernier ne réagit pas. Quelqu’un dans la salle se manifeste, mais au lieu de s’intéresser à cette personne, Shwan Bolz l’ignore et s’adresse directement à Bill Johnson en lui parlant de son père :

  • ton père s’appelle Earl et le nom de cet homme (qu’il voit au ciel) est Alvin ou Melvin ou quelque chose comme ça.

Bill Johnson répond alors que son père s’appelait Melvin Earl Johnson (exclamations dans la salle et de Shawn Bolz).

Si nous analysons le message de Shawn Bolz, nous constatons qu’il délivre un nombre restreint d’informations pour crédibiliser son intervention et ensuite il s’applique à mettre en évidence Bethel et Bill Johnson. Il n’y manque pas non plus l’aspect financier.

Pour crédibiliser son message, il prétend que le Saint-Esprit lui révèle des éléments qui ne lui sont pas connus. Dans cette vidéo ce sont :

  • le 2ème prénom du père de Bill Johnson,
  • le fait que la famille Johnson ait vécu dans le Minesota,
  • le fait que la famille Johnson ait des origines suédoises.

Aucune de ces informations ne prouve qu’elles ont été connues par révélation. En quelques clics sur internet on trouve l’identité du père de Bill Johnson et le fait que la famille vivait dans le Minesota. L’origine suédoise n’est pas non plus bien difficile à découvrir. N’oublions pas que Shawn Bolz est proche de Bill Johnson.

Pour des auditeurs acquis et peu perspicaces, sa crédibilité est alors établie (il suffit d’entendre les exclamations du public).

Ceci lui permet d’apporter les messages suivants :

  • Dieu va déverser des bénédictions sur Bethel,
  • le projet du musée à la gloire des “Généraux du Réveil” est soutenu,
  • Bill Johnson a un rôle de guide,
  • Il faut donner des sommes importantes à Bill Johnson/Bethel.

Développons ce dernier point. Voici ce que dit Shawn Bolz :

Il y a eu des gens qui ont eu… le mot que je vais utiliser est des blessures financières… mais ils ont des ressources et de l’argent sur leur compte mais ils craignent de faire confiance à quelqu’un avec, mais c’est des gens merveilleux et je vois les cieux pleurant pour la libération de cet argent maintenant et j’ai vu des cœurs sur la terre disant nous allons faire confiance à Bill.

La probabilité est grande que dans la salle, où parmi les personnes qui regardent la vidéo, se trouvent des gens qui ont de l’argent en réserve pour Dieu,  mais n’ont pas encore de conviction en ce qui concerne la destination.

Ces différents éléments, ainsi que l’analyse de plusieurs vidéos de Shawn Bolz, nous incitent à penser qu’il s’agit plus probablement de supercherie que de véritable spiritisme. Mais nous laissons à chacun le soin de se faire sa propre opinion.

Voici le texte complet du message de Shawn Bolz dans la vidéo :

J’étais à deux endroits en même temps et je vois Bob Jones, au ciel, et je ne suis pas sûr si c’est quelque chose de littéral ou si c’était une manière pour Dieu de me dire une parabole ou quelque chose.

Et je voyais Bob Jones parlant à quelqu’un, et j’espère que ceci a du sens, il était en train de parler, ceci n’est pas de la nécromancie ou parler aux morts, je voyais ce qui se passe au ciel, je voyais Bob Jones parlant à quelqu’un d’autre, ça me faisait bizarre mais un bon bizarre (that was kind of weirding me out but in a good way) et je regardais la personne – je ne sais pas qui est la personne à qui il parle, je ne l’ai jamais rencontrée mais je vois une carte et je conduis je suis … Olivestreet et vous tournez à droite et c’est Goldstreet et vous tournnez à droite et c’est Oakridge street

Est-ce que ceci fait sens pour quelqu’un ? Votre maman vit à Oakridge street Gold – Olive – Olive et vous tournez à droite sur Goldstreet et vous tournez à droite et c’est Oakridge street – c’est juste.

Dieu parle à quelqu’un, mais je ne pense pas,

s’adressant à Bill Johnson : ton père s’appelle Earl et le nom de cet homme est Alvin ou Melvin ou quelque chose comme ça –

Bill Johnson indique que son papa s’appelle Melvin Earl

ouha, son papa est Melvin Earl Johnson !

Bon j’ai été perturbé pour quelques secondes mais maintenant je suis dans la sainteté de Dieu.

Bob Jones et Melvin Earl Johnson discutent ensemble et ils parlent de …

Bob Jones avait une sorte de parole car il disait premièrement vous allez sur Olivestreet qui signifie l’huile de l’onction, l’onction de presser les olives en vin et il parlait de vin et ensuite vous allez sur Goldstreet et je voyais ton papa (s’adressant à Bill Johnson), maintenant il vit à Goldstreet, mais dans le naturel c’était Pakridge street, ça fait sens ?

Vous devez descendre Goldstreet vous avez besoin des ressources, l’onction va produire des ressources dans la saison qui vient pour aller à Oakridge street  et Oakridge street va être le profond planted?, la nouvelle outre d’un mouvement de ces générations de chênes et je voyais le Seigneur disant il y a une libération, juste comme les mots de Bob Jones, c’est exactement comme vous donnez une parole, c’est littéral, il y a une libération (dispense) d’une grande provision, c’est là que vient l’onction pour planter le chêne, le chêne de la droiture, c’était un des mots favoris de Bob Jones, le chêne de la droiture, il en parlait tout le temps,

c’est une parabole donc je ne peux pas l’expliquer pour vous, même si vous allez le comprendre , mais il y a une onction pour produire l’or, pour produire le chêne de la justice qui vient et Bob et ton papa discutent de ceci, réfléchissants au-dessus de nous – tout autour de la salle du leadership (cette salle) – parlant beaucoup de Bethlel, de Redding que le prochain déversement des promesses de Dieu est en train d’arriver, se superposer au-dessus de nous, se superposer au-dessus du terrain et ton papa est le plus grand intercesseur ici, et Bob intercède, ils sont en train d’intercéder dans le ciel juste maintenant pour apporter le prochain objectif.

Et ils étaient si excités, j’ai été distrait par Caleb parce que cet homme Melvin, comment ne savais-je pas que c’était ton père, mais lui et Bob étaient si excités, ils parlaient à toute vitesse et je vois, je me mélange/perds, c’est tellement…wow…

c’est la puissance pour récupérer les héritages et aussi pour les mettre ensemble et j’ai l’impression que vous savez , … pardon je suis un tellement en dehors de ça (out of it) c’est si magnifique ce que je vois, je suis au courant pour l’école… je ne bois jamais trop …, non pas l’école le musée des généraux du réveil pour récupérer l’héritage, mais le Seigneur dit que tu vas même récupérer l’héritage de ta famille, je sais que tu viens de générations de pasteurs, mais je vois le Minesota, je ne sais rien de ceci, je n’ai jamais.., oh tu es né là !

Bill Johnson : je suis né dans le Minesota et la plupart de ma famille est née dans le Minesota,

Shawn Bolz : et ils étaient pasteur là, ils vivaient là ?

Bill Johnson : Oui

Shawn Bolz  : et je vois le papa de Melvin, je vois la lignée, je vois les suédois, les trucs suédois, est-ce que tu as des origines suédoises ?

Bill Johnson : oui, toute la famille du côté de mon père est d’origine suédoise

Shawn Bolz : je devrais mieux te connaître. Mais il y a une lignée, et je crois que tu as enseigné sur les lignées, tu as enseigné sur les héritages, mais ton héritage va se manifester très prochainement, dans sa plénitude, et ton héritage prie pour toi, l’héritage céleste qui est derrière toi prie pour toi et je vois au ciel autour de ceci et c’est fou, je sens juste que les dix prochaines années  vont être plus importantes que tout ce qui a pu se passer jusqu’à maintenant, ça va être si bizarre combien de poids vient sur les promesses et les objectifs. Je vois, cette équipe d’intercesseur vont te surprendre, te surprendre

je veux dire il n’y a rien comme ça, ce n’est pas surprenant que Bob Jones soit avec ta famille au ciel maintenant parce qu’ils chantent tous au ciel juste maintenant, parce ce que c’est si, ils sont tous chanteurs, ils chantent tous, c’est si fou, comme ton grand-papa, Melvin, je ne peux pas voir son nom, mais je le vois chanter, il devait vraiment aimer chanter parce qu’il conduit le chœur céleste maintenant et c’est de l’intercession, ce n’est pas juste de la louange, c’est de l’intercession,

il y a quelque chose qui se passe, je sens que les paroles générales que j’ai données au début, du prochain « versement » arrivant, je puise juste, Bob Jones prophétise sur toi à nouveau, des cieux, que ton prochain versement arrive, tu seras un panneau indicateur de juste la beauté de Dieu pour chacun de nous,

et il y a eu des gens, comme je peux voir, il y a des gens qui ont été retirés de ce lieu céleste et je peux maintenant voir à nouveau, parce que j’ai été coupé des lieux céleste.

Il y a eu des gens qui ont eu… le mot que je vais utiliser est des blessures financières… mais ils ont des ressources et de l’argent sur leur compte mais ils craignent de faire confiance à quelqu’un avec, mais c’est des gens merveilleux et je vois les cieux pleurant pour la libération de cet argent maintenant et j’ai vu des cœurs sur la terre disant nous allons faire confiance à Bill. Et il se passe quelque chose avec cet argent réservé, en quelque sorte retardé, mais pas vraiment retardé car maintenant le grand but, quelque chose de plus grand arrive et il y a de l’argent qui a été  réservé qui est maintenant accessible et ça va te surprendre, car le prochain versement arrive, il y a quelque chose de vraiment saint ce soir,

…car je vais même pas essayer de chercher mais vous/tu savez/sais, alors Saint-Esprit on te remercie, on te remercie, je ne savais pas qu’on pourrait un jour voir au ciel et voir même un petit peu de ce qu’il s’y passe, mais on te remercie Dieu que les pères, même d’une génération avant sont complètement obsédés de voir ta gloire venir sur la terre, par nous, et nous te remercions pour chacun ici, mais je te remercie pour Bill et je te remercie pour sa lignée et je te remercie qu’il sera un panneau indicateur pour chacun de nous, que c’est le moment, et nous te remercions pour le prochain versement, nous te remercions pour Bethel, nous te remercions pour Bethel, Dieu, nous te remercions que les cieux se concentrent sur cette maison et tu viens de le prouver encore plus, amen. Je ne peux rien faire de plus , merci à tous.

 

Source : SOYONS VIGILANTS !

Partager cet article

Repost 0
8 juin 2017 4 08 /06 /juin /2017 18:06

Cette église prend une influence de plus en plus grande dans certaines églises y compris hors des Etats-Unis. En particulier leur école du surnaturel (Bethel School of Supernatural Ministry) compte un nombre croissant d’étudiants en provenance de nombreux pays.

Elle est alignée sur le mouvement de la Nouvelle Réforme Apostolique et épouse aussi l’idéologie de Word of Faith (Parole de Foi).

Si certains aspects sont attirants, malheureusement il y a une importante dérive vers le Nouvel Age, accompagné de nombreuses et graves erreurs doctrinales.

Nous vous invitons à consulter l’article “Spiritisme ou supercherie au sein de Bethel Church ?”.

Vous trouvez des informations complémentaires par exemple sur la page “Les croyances et enseignements“, “Influence du Nouvel Age” et “Pratique consistant à chercher l’onction sur les tombes“.

Un aperçu ci-dessous :

Pour un exemple de l’évangile de prospérité qui y est enseigné :

Voici une vidéo en anglais, dans laquelle Georgian Banov prêche à Bethel Church. Il explique que Dieu veut annuler les dettes de chacun, puis il annonce aussi que la volonté de Dieu est que chacun ait une grande maison, plus grande que le minimum.

Partager cet article

Repost 0
8 juin 2017 4 08 /06 /juin /2017 16:33

Résultat de recherche d'images

7      Gnosticisme

Le gnosticisme est une hérésie ancienne qui affirme que le monde matériel est mauvais et le domaine spirituel  bon. Johnson déclare :

« La foi est la clé pour découvrir la nature supérieure du monde invisible » (Johnson : 43).

La vérité est que les deux royaumes, visibles et invisibles contiennent à la fois du bon et du mauvais. Les deux sont créés par Dieu, et aucun n’est naturellement supérieur. Lorsque la Bible parle de ce que l’on ne voit pas, ceci inclut des choses comme l’accomplissement des promesses futures et ne se limite pas aux « royaumes » ontologiques tels que le matériel et le spirituel. Johnson affirme qu’il existe un potentiel déverrouillé pour voir dans le monde spirituel soi-disant supérieur :

« Beaucoup d’entre nous ont pensé que la capacité de voir dans le monde spirituel est plus le résultat d’un don spécial que d’un potentiel non-utilisé de chacun » (Johnson : 43).

Il abuse Hébreux 11.1 pour enseigner sa compréhension gnostique des domaines :

« L’invisible est supérieur au naturel… Parce que l’invisible est supérieur à l’environnement naturel, la foi est ancrée dans l’invisible. » (Johnson : 45).

Mais dans Hébreux 11, ce qui était invisible aux patriarches était la réalisation future des promesses de Dieu, non seulement les réalités célestes (bien que celles-ci sont incluses). Il y a beaucoup de mal dans le monde invisible, donc les catégories gnostiques de Johnson ne sont pas ce que les auteurs bibliques avaient à l’esprit.

8      Elitisme

La Bible encourage la nécessité que chaque membre du corps de Christ soit considéré comme important et essentiel, quelles que soient ses dons (1 Corinthiens 12.14-25 ; Romains 12.3-8). Mais Johnson parle à plusieurs reprises d’un groupe d’élite de chrétiens devant être supérieur à tous les autres groupes dans l’histoire de l’église.  Bien sûr il s’agit de ceux qui sont associés à son mouvement et à d’autres qui embrassent l’hérésie de la Pluie de l’Arrière-Saison (La Maison Internationale de Prière à Kansas City – IHOP – est un autre exemple.) Par exemple :

« Une grande partie de l’opposition au réveil vient des chrétiens centrés sur l’âme. L’apôtre Paul les appelle charnels. » (Johnson : 47).

Il poursuit en affirmant que l’esprit (pas en majuscule mais signifiant l’esprit humain) influençant la pensée produit le vrai apprentissage.  Ses catégories rappellent celles de Watchman Nee, dont les faux enseignements m’ont nui au début de ma vie chrétienne. Paul n’enseigne pas que l’âme est problématique et l’esprit humain bon. Les revivalistes qui ont la véritable illumination en suivant leur esprit plutôt que leur âme, sont bien sûr ceux qui écoutent Johnson et d’autres enseignants. Ils seraient l’élite, et le reste d’entre nous condamnés à essayer de comprendre la Bible. La vraie gloire sera réservée à quelques initiés :

« Il vit dans tous les croyants, mais la gloire de sa présence vient se poser sur quelques-uns seulement. » (Johnson : 149).

Les illuminés font partie de la « Génération Élie » (Nouvel Ordre de la Terminologie de la Pluie de l’Arrière-Saison)

« Mais la bataille est perdue d’avance pour ces contrefaçons lorsqu’elles iront, sur le Mont Carmel du raisonnement humain, contre cette génération d’Élie qui est en train de se revêtir de la puissance du ciel » (Johnson : 150).

Son attaque sur la raison est sans relâche. Ses catégories divisent à tort le corps de Christ entre les illuminés et le reste d’entre nous qui attend d’être vaincu par les élites. La propension de Johnson à rejeter les gens que le Seigneur a sauvé et placé dans Son église est renversante dans son audace.

9      Fidéisme

Beaucoup de ces erreurs sont étroitement liées. Le fidéisme est la conviction que la foi fonctionne indépendamment de la raison et n’a besoin d’aucune preuve rationnelle quant à sa validité. Le fidéisme est démontré dans cette déclaration :

« Quand nous apprenons à apprendre de cette façon [par la foi], nous nous ouvrons à croître dans la vraie foi parce que la foi n’exige pas la compréhension pour fonctionner » (Johnson : 47).

Encore une fois, il fait un mauvais usage des concepts d’Hébreux 11. Par exemple, Abraham devait comprendre les promesses de Dieu pour avoir foi en elles. Dans l’Écriture la foi n’est pas déconnectée du contenu rationnel comme elle l’est dans la théologie fidéiste de Johnson.

10  Piétisme

Johnson montre les mêmes tendances piétistes que beaucoup, dans le monde évangélique mystique d’aujourd’hui. Il met en garde contre le manque de «rencontres de puissance” et la peur des expériences qui pourraient nous conduire loin de l’Écriture. Il déclare alors:

“Mais il est illégitime de permettre à la peur pour nous empêcher de poursuivre une expérience plus profonde avec Dieu!” (Johnson: 92).

Il met en garde:

“Dieu est plus grand que Son livre” (Johnson: 92).

La conséquence évidente c’est que nous devons avoir des expériences extra-bibliques à moins que nous vivions en tant que chrétiens inférieurs gouvernés par la peur. Les piétistes se tournent souvent vers des expériences d’ordre supérieur pour valider leur expérience chrétienne.

11  Subjectivisme

Johnson fait la promotion d’un Jésus mystique déconnecté de l’Écriture, de l’objectivité et de la vérification historique. Son Jésus n’est pas « Jésus venu dans la chair », comme Jean l’a enseigné. Le sien est un Jésus de rencontre mystique. Johnson prévient que la connaissance de la Bible peut nous rendre orgueilleux :

« … La connaissance enfle… »  Remarquez que Paul n’a pas dit la connaissance non biblique, ou la connaissance charnelle. La connaissance, y compris celle qui vient de l’Écriture, a le potentiel pour me rendre orgueilleux. Alors, comment puis-je me protéger de l’orgueil qui vient de la connaissance, même quand elle vient de la Bible? Je dois être sûr que cela m’amène vers Jésus. » (Johnson : 94)

Rien n’est résolu, parce que Paul met en garde dans 2 Corinthiens 11.4 à propos d’ «un autre Jésus ». Le « Jésus » le plus populaire dans le monde d’aujourd’hui c’est le Christ cosmique du Nouvel Age qui est également connu pour la puissance et les miracles. Johnson affirme que les révélations personnelles et les « rencontres avec Dieu » vont nous garder de l’orgueil et de la recherche de la gloire. (Johnson : 94). C’est manifestement faux. Johnson et ses adeptes prétendent être en mesure de faire de plus grands miracles que Jésus, mais ne sont-ils ainsi pas orgueilleux ? Ceux qui cherchent les Écritures et confessent le Christ de la Bible serait-ce alors eux les orgueilleux ? On se demande pourquoi Johnson cite la Bible, car il ne pense pas qu’elle signifie ce qu’elle dit en dehors d’une révélation mystique par le lecteur éclairé. C’est incroyable de voir comment les élitistes, qui font des revendications extravagantes dans lesquelles ils sont les héros et le reste d’entre nous des sots non éclairés, pensent qu’ils sont humbles et nous les chrétiens ordinaires (les pécheurs sauvés par la grâce) remplis d’orgueil. L’auto-illusion est un terrible état. Si nous ne pouvons pas faire confiance à la Bible pour nous corriger, pourquoi des expériences non définies du monde spirituel sous la bannière de « Jésus » seraient-elles dignes de confiance ?

12  Conclusion

L’invasion du ciel promue par le livre « Quand le Ciel envahit la Terre » est en réalité une invasion d’erreurs théologiques. Johnson dit qu’il n’y a pas de maladie ni de  pauvreté dans le ciel, ce qui est vrai. Cependant, il n’y a pas non plus de mensonge ou d’erreur dans ce même ciel. Le pot-pourri d’erreurs de Johnson  est étonnant par son ampleur. C’est un cas classique de zèle pour une cause séparée de la vérité théologique. Dans sa pensée, le zèle pour les signes et les prodiges (et le réveil de la fin des temps en résultant), baptise les erreurs théologiques, y compris sa christologie hérétique.

Ma conclusion n’est pas trop sévère : ce mouvement n’est vraiment pas du ciel, comme il prétend l’être. Beaucoup de jeunes sont ciblés et trompés par ceci. Des expériences fortes dans un contexte chrétien forment un élixir puissant qui émousse les sens théologiques. Je le sais parce que durant ma jeunesse, j’ai été moi-même attiré dans un mouvement similaire basé sur les expériences et dont j’ai accepté qu’elles l’emportent sur l’exégèse biblique. Heureusement Dieu m’a sauvé de cela et conduit, par l’Écriture, au vrai évangile. Puissent beaucoup de ceux qui sont dans les griffes de ce faux réveil être épargnés comme je l’ai été.

Bob DeWaay

Février 2013

Source : SOYONS VIGILANTS !

Partager cet article

Repost 0
8 juin 2017 4 08 /06 /juin /2017 16:14

Résultat de recherche d'images

3      Bill Johnson a une doctrine non-Biblique de Dieu

Une compréhension véritablement théiste de la divinité nécessite certaines définitions. La définition la plus fondamentale est « éternel, existence inconditionnelle ». La raison pour laquelle une telle définition est essentielle pour la théologie chrétienne, est de distinguer Dieu tel qu’il s’est révélé dans les Écritures en comparaison avec d’autres divinités. Le Dieu de la Bible est unique : « Cela t’a été montré, afin que tu connusses que l’Éternel est Dieu, et qu’il n’y en a point d’autre que lui. » (Deutéronome 4.35) Le vrai Dieu est éternel, et il a créé le monde à partir de rien. Tous les faux dieux sont créés et donc ne sont pas éternels. Le prophète a écrit : « Vous leur direz ainsi : les dieux qui n’ont pas fait les cieux et la terre, ceux-là périront de la terre et de dessous les cieux. »  (Jérémie 10.11). Le Nouveau Testament a affirmé que Jésus était le Créateur pour établir sa vraie divinité.

L’existence inconditionnelle est un corollaire de l’existence éternelle de Dieu. Si Dieu existait de toute éternité, avant toute autre chose, il n’y a rien en dehors de Dieu qui aurait pu causer son existence. Cela signifie que Dieu en tant que Dieu n’est pas dépendant de quoi que ce soit en dehors de Lui. Ceci est important car dans la christologie de Bill Johnson, la divinité de Christ est dépendante des circonstances. Elle disparait au cours de l’Incarnation pour revenir plus tard. Ce qui va et vient n’est pas éternel et inconditionnel. C’est la même erreur fatale du mouvement hérétique « Parole de Foi » et similaire à bien d’autres erreurs qui ont été condamnées dans l’histoire de l’Église. L’hérétique Arius était célèbre pour avoir dit de Christ : « Il fut un temps où il n’était pas. » Diverses hérésies christologiques ont été rejetées par les conseils de l’Église primitive et la définition de Chalcédoine (451) se présente comme une définition valable basée sur le véritable enseignement de l’Écriture. La définition de Chalcédoine n’est valable pas seulement parce que c’est un credo de l’histoire de l’Église, mais parce qu’elle est basée sur une solide exégèse biblique. Le prologue de l’Évangile de Jean (Jean 1.1-18) affirme que Jésus a existé de toute éternité comme Dieu et avec Dieu. Le prologue contient une allusion à Exode 34.5-7 où Yahvé s’est révélé à Moise comme Celui qui est plein de grâce et de vérité (Jean 1.14 et voir Jean 1.16). Jésus est donc équivalent à Yahvé le Créateur.

Quelle est la relation de ceci avec Bill Johnson et la kénose ? Si la divinité de Jésus peut être mise de côté alors celle-ci n’a jamais été une vraie divinité. La divinité n’est pas un attribut qui va et vient. Elle est ou elle n’est pas. Si elle est perdue puis regagnée elle est alors conditionnelle, et si elle est conditionnelle alors ce n’est pas une vraie divinité. Tout ce qui réduit la vraie divinité conduit à toute forme d’hérésie, de secte et d’enseignement de New Age. Si la divinité peut être gagnée, alors l’homme créé peut potentiellement l’atteindre. La Bible nie ceci. En outre, si la divinité peut être mise de côté ce n’est pas la divinité.

R.C. Sproul explique :

Si Dieu a mis de côté l’un de ses attributs, l’immuable subit une mutation, l’infini s’arrête soudainement d’être infini, ce serait la fin de l’univers. Dieu ne peut cesser d’être Dieu. Donc, nous ne pouvons pas parler correctement de Dieu mettant de côté sa divinité pour prendre l’humanité sur lui-même.

Si Jésus avait mis de côté la divinité, ce serait la preuve qu’il n’a jamais eu la vraie divinité. Ainsi la doctrine de Johnson est un déni de facto de la divinité de Christ. L’hérésie christologique est une hérésie. Point final.

Alors que signifie Philippiens 2.7, de quoi Jésus s’est-il dépouillé ? La réponse n’est pas la divinité, qui est éternelle et ne peut être compromise, mais les prérogatives divines. Le point de Paul traite de l’humilité de Christ que nous devrions imiter, pas de son statut en tant que Dieu.

Sproul explique :

Je pense que le contexte de Philippiens 2 stipule très clairement que ce dont il se dépouilla lui-même n’était pas de sa déité, pas de ses attributs divins, mais de ses prérogatives – de sa gloire et de ses privilèges. Il a volontairement masqué sa gloire sous le voile de cette nature humaine qu’il a prise sur lui. Cela ne signifie  pas que la nature divine cesse d’être divine pour devenir humaine. Dans la Transfiguration, par exemple (Matthieu 17.1-13), on voit la nature divine invisible percer et devenir visible, et Jésus est transfiguré devant les yeux de ses disciples.

La vraie doctrine du Christ est que, dans l’incarnation, il a pris sur lui l’humanité et non pas  mis de côté sa divinité. Le Christ incarné est pleinement homme et pleinement Dieu. Dans la théologie c’est ce qu’on appelle l’union hypostatique.

Johnson affirme que le Saint Esprit lui a permis de « sortir de la carte ». Je suis d’accord, Johnson est en effet « sorti de la carte ». La « carte » pour les chrétiens est l’Ecriture inspirée par le  Saint-Esprit. La « carte » définit les limites et lorsque nous traversons ces limites, nous ne sommes pas simplement perdus, nous sommes dans l’erreur impie. Le Saint Esprit ne conduit pas le peuple de Dieu en dehors de la carte qu’Il nous a donnée une fois pour toutes.

Donc Johnson nous donne un double coup bas. D’abord, il met en garde contre l’érudition et l’étude de la Bible sous peine de devenir spirituellement morts. Puis il introduit l’hérésie, que ses disciples n’ont aucun moyen de discerner puisqu’il les a fait fuir des outils nécessaires au discernement. C’est ainsi que des mouvements entiers partent de l’orthodoxie chrétienne et sont plongés dans la ruine théologique. L’hérésie de la kénose est une hérésie condamnable et est aussi atroce que l’hérésie arienne, qui a encore cours aujourd’hui au travers des Témoins de Jéhovah. L’hérésie christologique n’est pas une aide à l’action de l’Esprit-Saint comme le prétend Johnson mais elle attriste le Saint-Esprit.

Les milliers de disciples de Johnson n’ont probablement aucune idée qu’ils sont menés dans l’hérésie. Ils viennent pour les signes et les prodiges dans l’espoir qu’ils vont faire de plus grands miracles que Jésus. Ils sont fascinés par les affirmations qu’ils vont faire partie d’une génération d’Elie qui va vaincre le mal sur la terre avant le retour de Christ. Très peu se rendront compte que la doctrine du Christ qui leur est enseignée s’écarte de l’enseignement de l’église qui a été adopté par presque tous les groupes chrétiens depuis des siècles.

On pourrait faire valoir que la définition de Chalcédoine n’est pas biblique (ce qui n’est pas le cas). Mais la charge de la preuve incombe à ceux qui le contesteraient. On ne peut pas rejeter légèrement la doctrine du Christ qui a régné pendant des siècles. Le faire exigerait un travail théologique étendu et une argumentation biblique conçue pour persuader les chercheurs chrétiens conservateurs. On ne peut pas aller dans une telle voie à la légère. Mais Johnson le fait avec aisance niant la divinité de Christ pour la seule raison qu’il pense que ce sera probablement plus facile pour les chrétiens de penser qu’ils peuvent faire de plus grands miracles que Jésus. Il n’offre aucune preuve fondée que sa doctrine de la kénose soit biblique. Pourquoi devrait-on le prendre au sérieux ? Malheureusement, des milliers le font. 

 

4      La Théorie Des Signes Et Prodiges

La chose la plus importante de toutes, pour Johnson et ses adeptes, est la présence des signes et des prodiges – plus il y en a, mieux c’est. La raison en est qu’ils sont une condition nécessaire pour le réveil espéré pour la fin des temps, qui sera lancé par une « génération Elie » de chrétiens d’élite. Johnson dit:

« Notre mandat est simple : élever une génération qui peut ouvertement afficher la puissance brute de Dieu. » (Johnson, 27, 28).

Posséder un tel pouvoir est ce qu’il appelle un « évangile authentique », car « l’impuissance est inexcusable » (Johnson, 27). Nous sommes le problème, prétend-il, car Dieu veut faire des miracles, mais Il ne le peut pas à cause de notre mauvais état d’esprit. Les miracles attendent la venue d’une génération d’êtres éclairés qui connaîtront le secret. Nous avons donc une définition des miracles du Nouvel Age.

Pour démontrer que dans la théologie de Johnson le surnaturel est quelque chose qui peut être appris et maîtrisé par l’homme (ôtant ainsi l’état surnaturel), on voit qu’il a fondé une école du surnaturel. Elle est appelée l’École Bethel du Ministère Surnaturel. Une fois que le surnaturel peut être maitrisé par des procédés que l’on peut apprendre et qui sont reproductibles, il n’est plus surnaturel, mais naturel. Dans le Nouvel Age aussi nous trouvons « Un Cours des Miracles ». Dans cette pensée, il n’y a rien de vraiment surnaturel, car toute la nature est infusée avec Dieu (Panenthéisme). Compte tenu de son dégoût pour l’érudition, Johnson n’a probablement pas vu les implications de son « école du surnaturel ».

S’il y a un processus à apprendre ou un état religieux à atteindre qui permette aux humains de produire des miracles à volonté, de tels miracles deviennent des événements naturels. Johnson affirme,

« Le but de l’onction est de rendre le surnaturel naturel. » (Johnson, 133).

Cela ressemble à l’ouverture à un nouveau monde, mais cela consiste à amener le concept « surnaturel » dans une vision du monde panenthéistique plutôt que biblique. Le concept biblique du surnaturel nécessite une vue théiste de l’univers dans laquelle le Dieu transcendant de la Bible a créé le monde à partir de rien, mais reste providentiellement impliqué dans Sa création. Dieu peut et Il intervient dans les affaires humaines. L’œuvre de Christ est vraiment surnaturelle. Christ n’était pas un illuminé qui a appris et partagé des secrets qui permettent à chacun d’atteindre le même niveau d’illumination. Cette vue du Christ est celle du Nouvel Age. Les œuvres de Christ étaient vraiment surnaturelles parce que le Créateur de l’univers était sur la scène de l’histoire et que ses œuvres ont prouvé sa véritable identité.

Si le surnaturel devient « naturel », comme le prétend Johnson, pour ceux qui ont une onction supérieure, alors le caractère unique de Christ est compromis. Le surnaturel était toujours là pour être accessible par ceux qui ont des expériences et des connaissances particulières, ce n’est donc pas vraiment surnaturel, mais une partie de la nature. Des miracles, dans une telle vision du monde, ne sont pas des miracles dans une perspective biblique.

Lorsque Paul parle de la puissance au sujet de l’Évangile, il parle de la puissance de Dieu pour sauver Juifs et Gentils par la croix : « Car je n’ai point honte de l’Évangile : c’est une puissance de Dieu pour le salut de quiconque croit, du Juif premièrement, puis du Grec. » (Rom. 1.16) Paul utilise le terme « puissance » de la même façon dans 1 Corinthiens :

« Car la prédication de la croix est une folie pour ceux qui périssent ; mais pour nous qui sommes sauvés, elle est une puissance de Dieu. » (1 Corinthiens 1.18).

La puissance de Dieu par la croix nous sauve de la colère de Dieu contre le péché. Les faux enseignants peuvent accomplir des signes et des prodiges, mais ils n’ont pas le véritable pouvoir dont parle Paul. Les enseignants arrogants qui sont venus à Corinthe avaient des paroles de connaissance (gnose) et la sagesse (sophia), mais ils n’avaient pas la puissance de Dieu qui sauve les pécheurs perdus (1 Corinthiens 4.19, 20).

Ce qui a vraiment échappé à Johnson et ses adeptes est que la Bible prédit les faux signes et prodiges à la fin des temps. Il n’y a pas de prophétie dans l’Écriture au sujet d’une invasion de véritables miracles de Dieu qui se passeraient à la fin. Par exemple Jésus avertit :

 « Car il s’élèvera de faux Christs et de faux prophètes ; ils feront de grands prodiges et des miracles, au point de séduire, s’il était possible, même les élus. » (Matthieu 24.24)

Les « christs » sont littéralement « les oints ». Il y aura ceux qui prétendent être oint d’une manière spéciale et qui feront de grands signes et des prodiges. Ils sont faux. L’Antéchrist (dont le nom et le rôle sont basés sur le concept de « oint ») fera de grands signes et des prodiges (2 Thessaloniciens 2.9) Paul a également prédit la tromperie de la fin des temps dans 2 Timothée chapitre 3.

Johnson balaye la possibilité d’une telle tromperie en appelant ces signes « contrefaçons » (Johnson, 110). Les faux signes et prodiges dont la Bible nous met en garde ne sont pas des tours de magie, mais des véritables signes qui pointent vers un faux message. Ainsi, le discernement des esprits concerne l’évaluation objective de l’enseignement (1 Jean 4.1-5) et non pas l’évaluation subjective de miracles apparents. Une guérison psychique peut être une véritable guérison, sans être de Dieu. Elle est connue pour être fausse par le faux enseignement du guérisseur. Même si un tel faux enseignant produisait une véritable guérison vérifiée, l’enseignement et l’enseignant seraient toujours faux. Ainsi Moïse a mis en garde au sujet des faux prophètes dont les signes se réalisent, mais qui pointent vers une fausse déité :

« S'il s’élève au milieu de toi un prophète ou un songeur qui t’annonce un signe ou un prodige, et qu’il y ait accomplissement du signe ou du prodige dont il t’a parlé en disant : Allons après d’autres dieux, -des dieux que tu ne connais point, -et servons-les ! Tu n’écouteras pas les paroles de ce prophète ou de ce songeur, car c’est l’Éternel, votre Dieu, qui vous met à l’épreuve pour savoir si vous aimez l’Éternel, votre Dieu, de tout votre cœur et de toute votre âme. » (Deutéronome 13.1-3)

En combinant des signes et des prodiges avec une fausse christologie qui nie la divinité de Christ, Johnson a placé ses adeptes au centre de la tromperie de la fin des temps. Maintenant, plutôt que d’un « Oint » (Jésus-Christ qui est unique), il y a beaucoup d’ « oints » qui soi-disant peuvent faire des miracles plus grands que Jésus. Cette situation est décrite dans la Bible :

« Petits enfants, c’est la dernière heure, et comme vous avez appris qu’un antéchrist vient, il y a maintenant plusieurs antéchrists : par là nous connaissons que c’est la dernière heure. » (1 Jean 2.18).

« Les antéchrists » au sens du grec, sont des « oints » de substitution. Dans la Bible, tous les chrétiens sont aussi « oints » par Dieu, et seul Jésus est particulièrement oint, c’est-à-dire, le Messie. Un groupe d’élite de ceux particulièrement oints qui constituent la « génération Élie », tel qu’enseigné par Bill Johnson et sa théologie issue du mouvement de la  Pluie de l’Arrière-Saison, serait considéré comme antéchrist.

Une question connexe est de savoir si oui ou non Johnson et compagnie sont en train de faire de plus grands miracles que Jésus. Dans Luc 8, nous voyons Jésus calmant la mer, délivrant l’homme démoniaque le plus inimaginable, guérissant les malades et ressuscitant les morts. Le point de Luc est que Jésus a le pouvoir sur la nature, Satan, la maladie et même la mort. Ainsi, Jésus est le Seigneur de l’univers, et ses déclarations sont vraies. Est-ce que quiconque de l’élite de la génération d’Élie de Johnson affiche plus de pouvoir et d’autorité que Jésus ne l’a fait dans Luc 8 ? Johnson énumère un certain nombre de manifestations typiques dans une section qu’il intitule : « Quand Dieu colore en dehors des lignes ». Ils comprennent des rires, de la poussière d’or apparaissant de nulle part, de l’huile apparaissant de nulle part, du vent dans une pièce fermée, un nuage apparaissant, un parfum senti, des pierres précieuses apparaissant et des plumes qui tombent dans des réunions (Johnson : 141). La plupart d’entre eux n’ont aucune préséance dans l’Écriture, et aucun d’eux n’est aussi profond que les signes messianiques de Luc 8.

Il y a une certaine naïveté qui accompagne ceux qui suivent la théorie des signes et des prodiges. Une fois, j’ai organisé une réunion régulière de pasteurs. À l’une de ces réunions, un pasteur venait d’être témoins de la soi-disant « bénédiction de Toronto » (le réveil du rire comme on l’appelait). Il a raconté comment alors qu’il était debout dans une file pour la nourriture, l’un des participants a commencé glouglouter comme une dinde et à se pavaner en utilisant ses coudes comme des ailes de dinde. Le pasteur a conclu que Dieu était à l’œuvre. Rien n’est assez bizarre pour amener ceux qui croient aux « signes et prodiges » à se remettre en question.

Les signes et prodiges qui accompagnent une fausse christologie comme celle de Bill Johnson, ne prouvent pas l’existence d’un grand réveil de fin des temps. Au contraire, ils prouvent l’existence de la tromperie de la fin des temps annoncée dans la Bible.

 

5      La Théologie du Dominionisme

La théologie de Johnson contient un mélange de beaucoup de mouvements problématiques de notre époque. L’un d’eux est l’enseignement de la « domination », populaire dans le mouvement « Parole de Foi ». L’idée est que Satan a réussi à arracher la terre à  Adam et Eve  ainsi que l’autorité sur elle, en laissant Dieu en dehors, trouver un moyen pour la récupérer. Le plan de Dieu était que Jésus vienne et la reprenne de Satan (ce qui, selon les  enseignants de « Parole de Foi » se serait produit en enfer pendant le prétendu séjour de Jésus là-bas et de sa lutte avec Satan en tant qu’homme, et non pas comme Dieu).

Puis, toujours selon cette théorie de la « domination », Jésus aurait délégué à l’église le travail de reprendre le contrôle de la terre des mains de Satan et de la mettre sous le contrôle de l’église.

Johnson enseigne

« tout ce qu’Adam possédait, y compris le titre de propriété sur la planète avec sa position correspondante de la domination, est devenu une partie du butin du diable » (Johnson : 31).

Comme d’autres de son acabit, Johnson prouve que la terre appartient à Satan en se basant sur l’histoire de la tentation de Satan envers Jésus dans le désert. Où Satan offrait les royaumes à Jésus. Ce serait la preuve que Satan, et non Dieu, avait les « clés de l’autorité » de la terre (Johnson : 32). Jésus les aurait reprises et données à l’église (Johnson : 32). La preuve que nous aurions retrouvé la domination qu’Adam avait soi-disant perdue, se trouve dans la réalisation des caractéristiques promues par les enseignants de « Parole de Foi » :

« Dans la mission d’Adam et Eve de soumettre la terre, ils étaient sans maladie, sans pauvreté, et sans péché. Maintenant que nous sommes restaurés selon Son (ndt : Dieu) objectif original, devrions-nous nous attendre à moins ? » (Johnson : 33).

Johnson interprète la prière du Seigneur[1], qui est principalement une prière concernant le retour de Christ, pour sa théologie du « Royaume maintenant » : « c’est l’objectif principal de toute prière : ce qui existe dans le ciel doit être libéré sur la terre. » (Johnson : 59). Cela signifie que si nous avons des problèmes dans notre vie, nous manquons de foi, nous prions à tort, ou nous ne parvenons pas à comprendre notre rôle de domination. Johnson explique :

« Cette invasion permet aux circonstances ici-bas de s’aligner avec le ciel. » (Johnson : 59).

Cette invasion se trouve dans le titre de son livre.

La vision de la fin des temps de Johnson voit les chrétiens fondés dans les Ecritures être un problème qui arrêtera le réveil :

« La deuxième plus grande raison pour la fin du réveil [derrière l’extinction de l’esprit interprétée comme toute remise en question des manifestions bizarres] c’est quand l’Église commence à attendre le retour du Seigneur au lieu de poursuivre une plus grande percée dans la Grande Commission. » (Johnson : 161).

Auparavant, Johnson avait interprété la « Grande Commission » avec les termes de sa théologie du dominionisme. Ceux qui comprennent correctement la prière du Seigneur deviennent des gens à problèmes qui empêchent le réveil. Selon lui, désirer le retour du Seigneur est déconseillé.

L’eschatologie du retour prochain de Christ est remplacée par l’eschatologie de la domination, « royaume maintenant », qui voit le concept de « Maranatha » (Jésus vient) comme une menace au réveil.

6      Un Déluge d’erreurs

Le rejet de l’érudition et l’exégèse minutieuse, dans le cas de Johnson, mène où il le fait toujours : à  diverses erreurs théologiques. Il y en a beaucoup et il faudrait trop de temps pour les couvrir en détail mais elles doivent néanmoins être abordées. Je vais le faire brièvement dans cette section.

Suite : Voir partie 3/3

Partager cet article

Repost 0
8 juin 2017 4 08 /06 /juin /2017 15:51

 

Résultat de recherche d'images

Voici une traduction effectuée par nos soins, avec autorisation de l’auteur, d’un article du pasteur Bob Dewaay, publié par www.cicministry.org aux États-Unis. Dans cet article, toutes les citations du livre en question ont aussi été traduites. 

Dans cette analyse vous découvrirez que Bill Johnson commence par rejeter l’étude de la Bible pour ensuite pouvoir librement amener sa théologie non-biblique. Il croit en un grand réveil de la fin des temps, avec plus d’un milliard de nouveaux convertis. Une élite constituée de chrétiens ayant une onction supérieure, va mener ce mouvement.

Ces chrétiens feront de plus grandes choses que Jésus, car Jésus lorsqu’il était sur la terre n’était qu’un homme en relation avec Dieu (et non pas à la fois homme et Dieu) donc les chrétiens sont au même niveau que Jésus et peuvent faire les mêmes choses que Lui et même plus encore (interprétation incorrecte de Jean 14:12). Selon Bill Johnson les signes et prodiges sont quelque chose que nous pouvons apprendre, il a créé une école à cet effet. Il laisse de côté les enseignements bibliques sur la diversité des dons et surtout le fait qu’il s’agit de dons de l’Esprit et non pas de quelque chose que nous pouvons nous approprier à notre guise.

Soyez vigilants, la version pour enfants de ce livre s’infiltre maintenant dans les écoles du dimanche et autres rencontres pour enfants. Vu la longueur de ce document, nous le mettons également à disposition en format pdf à télécharger : Une Invasion d’erreurs – Bob DeWaay

Si vous comprenez l’anglais nous vous invitons à lire l’original, ce qui est toujours préférable. Il est disponible ici.

Il faut préciser que ce n’est pas que la vue d’un pasteur, loin de là. A titre d’exemple un autre article, en anglais, et consultable ici.

Notes de traduction :

Français                                                                   Anglais

Mouvement « Pluie de l’Arrière-Saison »          Latter rain

Dominionisme / domination                               dominionism

Signes et prodige                                                  Signs and wonders

Une analyse de

Quand Le Ciel Envahit La Terre / Bill Johnson

Par Bob DeWaay

Bill Johnson de Redding, en Californie, est devenu un enseignant populaire dans le mouvement des Signes et Prodiges. Son livre, Quand Le Ciel Envahit La Terre, révèle sa théologie sous-jacente. Johnson croit qu’il y aura un grand réveil des derniers temps qui sera initié par une «Génération Elie» (un concept du mouvement hérétique de la « Pluie de l’arrière-saison »), une génération qui va surpasser toutes les autres générations de chrétiens en ce qui concerne leur capacité à faire de grandes œuvres de puissance. Johnson prétend ceci à propos de lui-même et de ses associés :

« Nous allons porter l’onction d’Elie en préparant le retour du Seigneur de la même façon que Jean-Baptiste a porté l’onction d’Elie et a préparé les gens à la venue du Seigneur » (Johnson : 184).

Apparemment ces élites vont déclencher un grand réveil de signes et de prodiges, supérieurs à ceux de Jésus. Ils s’attendent à ce que cette explosion de miracles, provoque un grand réveil avant le retour de Christ. Johnson déclare :

« Je vis pour le réveil qui se déroule et je crois qu’il va surpasser tous les mouvements précédents combinés, apportant plus d’un milliard d’âmes dans le royaume. » (Johnson : 23).

 

L’hypothèse de base est que Dieu veut toujours faire des miracles abondants et remarquables, mais Il en est empêché  à cause de la peur et de l’incrédulité de l’église. Dieu attend l’arrivée de chrétiens spécialement oints et éclairés qui rendront enfin possible une invasion du ciel sur la terre avant le retour de Christ. C’est donc cette hypothèse qui définit le titre du livre de Johnson. Son sous-titre est « Un Guide Pratique Pour Une Vie de Miracles ». En conséquence, avec la bonne information, le zèle, le désir, la piété, la foi et l’onction, tout chrétien peut « rendre le surnaturel naturel » (Johnson : 133).

Dans cet article je vais vous montrer, à partir du livre de Johnson, qu’il a quitté l’enseignement chrétien orthodoxe à bien de graves égards. Il enseigne la doctrine de la kénose (Kenosis) hérétique de Christ. Il nie le principe du Sola Scriptura (l’Ecriture seule) issu de la Réformation. Il embrasse le piétisme, l’élitisme, le subjectivisme, le fidéisme, la théologie du dominionisme, et bien d’autres erreurs. J’ai la conviction que son réveil de la fin des temps est en fait l’apostasie de la fin des temps.

1      Comment introduire l’hérésie

Lorsque j’ai lu le livre de Bill Johnson, j’ai noté les différentes erreurs par catégorie.

A la fin du processus, le plus grand nombre d’entrées était sous « biais anti-scolastique » (ndt « contre l’école »). Johnson est fermement opposé à l’érudition minutieuse fondée sur une saine exégèse de l’Ecriture. Pour lui, cette étude est susceptible d’apporter l’asservissement et la mort spirituelle. Malheureusement, cette idée est largement répandue dans l’évangélisme actuel, mais le rejet de l’érudition de Johnson est assez flagrant.

Johnson prétend :

« Pendant des décennies, l’Église a été coupable de créer de la doctrine pour justifier son manque de puissance… » (Johnson : 116).

Il est difficile de comprendre ce point de vue alors que la plupart de nos établissements d’enseignement évangéliques se sont engagés dans le mysticisme postmoderne, avec des héros comme les mystiques Dallas Willard et Richard Foster. Il est difficile de trouver un collège biblique ou un séminaire biblique qui ne favorise pas la « formation spirituelle », qui est simplement un terme de fantaisie pour le mysticisme catholique. Pourtant, Johnson dénonce la présence de doctrine. Nous verrons plus loin à quel point il est prêt à s’écarter de la doctrine orthodoxe.

Il recourt à un passage souvent mal interprété qui favorise son parti pris anti-scolastique :

« Un mot impuissant est la lettre et pas l’Esprit. Et nous savons tous, ‘La lettre tue, mais l’Esprit donne la vie » (Johnson : 116).

Ce détournement du sens de ce que Paul a écrit dans 2 Corinthiens 3.6 a été utilisé depuis longtemps pour favoriser le subjectivisme et le mysticisme. Il en résulte une fausse idée, à savoir : que l’étude de la Bible va vous tuer spirituellement. Le contexte montre que Paul parlait des lettres écrites sur la pierre (verset 3), ce qui signifie les Dix Commandements. Paul explique comment la loi « tue » dans Romains 7.5, 6. Elle tue à cause de nos péchés qu’elle expose, non parce qu’elle est étudiée pour ce qu’elle signifie.

Par exemple, le « Tu ne volera point » a-t-il un sens secret, mystique qui ne peut être évalué que par une certaine élite, avec des impressions spirituelles subjectives, ou signifie-t-il ce qu’il dit vraiment? Il signifie ce qu’il dit. Mais pour vraiment vivre comme une personne qui est libre du péché de voler nous avons besoin de la grâce de Dieu qui vient à travers l’Évangile. Dans 2 Corinthiens 3, Paul parle de ceux qui ont la Loi, mais rejettent Christ. Bill Johnson, lui par contre met en garde les chrétiens en affirmant que l’étude de la Bible va les tuer. Ce faisant, il tord le sens du passage et diminue ainsi la valeur de l’Écriture dans l’esprit de ses lecteurs.

Johnson met garde contre « une Parole impuissante ». La Parole de Dieu ne peut manquer de puissance  que lorsque nous refusons de la croire et de lui obéir. Johnson suggère que lui et d’autres comme lui, qui refusent d’être enseigné dans la vérité, mais qui savourent les signes et les prodiges, ont « la puissance ». Le reste d’entre nous qui aimons et qui croyons à la Parole de Dieu (de l’Écriture, comprise selon l’intention des auteurs inspirés par le Saint Esprit) sont apparemment impuissants. L’enseignement de Johnson est faux et abusif pour le troupeau du Seigneur. Les chrétiens ordinaires qui ne peuvent pas reproduire les miracles de Jésus et de ses apôtres sont relégués à une catégorie inférieure : des chrétiens impuissants qui sont plaints par les élitistes comme Johnson.

Il est facile de voir où Johnson prend son attaque contre l’érudition chrétienne :

Ceux qui se sentent en sécurité en raison de leur compréhension intellectuelle de l’Écriture jouissent d’un faux sentiment de sécurité. Aucun d’entre nous n’a une compréhension complète de l’Écriture, mais nous avons tous le Saint Esprit. Il est notre dénominateur commun qui nous guidera toujours dans la vérité. Mais pour Le suivre, nous devons être prêts à sortir de la carte – à aller au-delà de que nous savons. (Johnson : 76)

Nous verrons dans la prochaine section exactement où Johnson est allé « hors de la carte » et où il veut nous emmener. L’affirmation selon laquelle nous ne pouvons pas connaître l’Écriture, mais nous pouvons savoir ce que l’Esprit-Saint dit par d’autres moyens est absurde. La Bible affirme que l’Écriture est le Saint-Esprit parlant à l’Église. Le Saint-Esprit a inspiré les Écritures. Nous comprenons la Bible en utilisant notre intellect.

L’approche de Johnson est d’employer la personne du Saint Esprit comme excuse pour rejeter l’étude savante de la Bible en faveur d’expériences religieuses non définies et subjectives. Il dénigre encore la Bible :

Mais en réalité, la Bible est un livre fermé. Tout ce que je reçois de la Parole sans Dieu ne changera pas ma vie. Il est fermé pour s’assurer que je reste dépendant de l’Esprit Saint. (Johnson : 93)

Il oppose Saint-Esprit et Ecritures, ce qui est faux. La Bible est le Saint-Esprit qui nous parle et sa puissance ne dépend pas de nous qui utiliserions l’expérience religieuse pour échapper à ses limites. N’importe quel manque de puissance pour changer nos vies est dû à l’incrédulité, pas à la signification de l’Écriture correctement comprise. Mais Johnson clame que le Saint Esprit nous mène hors de la carte. Il dénigre ainsi le Sola Scriptura (l’Ecriture seule).

L’absurdité de l’affirmation de Johnson est telle que je suis stupéfié de voir combien de gens sont trompés par elle. Par exemple, la revendication selon laquelle le Saint Esprit nous conduit dans la vérité (ce qu’il fait à travers l’Écriture) par des moyens subjectifs qui vont « en-dehors de la carte » et au-delà d’une approche « intellectuelle » est malhonnête. Ceux qui vont en-dehors de la carte vont quelque part. S’ils ont obtenu l’information directement de l’Esprit quant à la direction où ils devraient aller puis la suivent, ils se servent de leur intelligence aussi. L’information subjective du monde spirituel doit s’inscrire dans l’esprit de quelqu’un pour agir sur lui. Donc, si l’intellect est une mauvaise chose lors de l’étude de l’Écriture, pourquoi est-ce une bonne chose  lorsqu’il s’agit de déterminer quelles impressions subjectives suivre ? Mais Johnson avertit :

« L’Église a trop souvent vécu selon une approche intellectuelle de l’Écriture, vide de l’influence du Saint-Esprit. »

 

Ce faux dilemme (c.-à-d. soit l’intellect, soit l’Esprit) dupe ses lecteurs. Ils pensent que s’ils sont présents dans des réunions surexcitées telles que celles menées par Johnson,  l’Esprit est à l’œuvre, alors que s’ils  étudient soigneusement la Parole de Dieu une fois pour toute révélée, ils sont bloqués dans une situation « d’impuissance ». (Johnson : 76)

En rabaissant l’étude soigneuse de la Bible, l’érudit, et l’utilisation de son intelligence, Johnson désarme ses lecteurs au point qu’ils sont susceptibles d’hérésies du type qu’il enseigne. Par exemple,

« La réaction à l’erreur produit habituellement l’erreur. » (Johnson : 51).

Si cela est vrai, pourquoi Paul a-t-il écrit aux Galates, aux Colossiens et à d’autres pour corriger leurs erreurs ? Johnson se vante qu’il n’a pas lu les livres des personnes qui sont en désaccord avec sa version de réveil. Il minimise ou rejette constamment la valeur de l’étude scientifique. Il dit :

« C’est dans l’environnement de la louange que nous apprenons des choses qui vont bien au-delà de ce que votre intellect peut saisir. » (Johnson : 44)

Cette déclaration me rappelle ce que j’ai lu d’un adepte du Nouvel Age qui suggère que nous contemplions « le bruit du battement d’une main. » Comment apprenons-nous des choses sans qu’elles ne s’enregistrent jamais dans nos esprits ? Probablement par des sentiments subjectifs et religieux qui restent indéfinis. Par de tels sentiments les gens comme le Dalaï Lama se sentent près de Dieu. Mais le sont-ils ?

2     Johnson va « en-dehors de la carte » en enseignant une fausse Christologie

Bill Johnson embrasse une doctrine qui enseigne que pendant son ministère terrestre Jésus a fonctionné seulement en tant qu’humain et pas comme Dieu. Johnson affirme que le Christ a mis de côté sa divinité. Johnson dit :

« Il a fait des miracles, des prodiges et des signes, comme un homme en bonne relation avec Dieu… pas comme Dieu. S’il avait fait des miracles parce qu’il était Dieu, alors ces miracles seraient inaccessibles pour nous. » (Johnson : 29 ; accentuations dans l’original)

La théologie de Johnson requiert que les chrétiens fassent des miracles plus grands que Jésus. Si la divinité de Jésus a eu une quelconque influence sur ses miracles, alors nous pourrions penser que nous ne pouvons pas faire la même chose (et à juste titre). Donc Johnson embrasse ce qu’on appelle souvent l’hérésie de la kénose – que Jésus a mis de côté sa nature divine. Il a écrit ailleurs :

« Il a mis sa divinité de côté car il cherchait à réaliser la mission que lui avait donnée le Père… » (Johnson : 79).

La priorité de Johnson c’est que les croyants soient en mesure de faire des signes et des prodiges. Ceci lui fait faire de nombreuses déclarations qui brouillent la distinction entre nous et Christ et ainsi diminue le caractère unique de Christ :

« Pour que nous devenions tout ce que Dieu a prévu, nous devons nous rappeler que la vie de Jésus était un modèle de ce que l’humanité pourrait devenir si elle était en bonne relation avec le Père. » (Johnson : 138).

Au contraire, les auteurs bibliques ont affirmé que Christ était le Créateur (voir Jean 1.3 ; Hébreux 1.2). Une voix venant du ciel a affirmé que Jésus était le fils unique divin (Marc 9.7). La divinité de Jésus a été confirmée à de nombreux endroits dans les évangiles. Les auteurs des Évangiles utilisaient les miracles de Jésus pour prouver Sa divinité. Si Johnson voyait juste dans le fait que Jésus avait mis de côté sa divinité, alors les miracles prouveraient  que Jésus a seulement appris ce que n’importe qui peut apprendre s’il a une foi suffisante et une relation juste avec Dieu. Les revendications des Évangiles deviennent ainsi sans objet. Jésus n’est plus unique, mais seulement un éclairé spécial qui pourrait ouvrir la voie à bon nombre d’êtres éclairés comme lui. Nous avons alors un Christ du Nouvel Age plutôt que celui de la Bible.

Si la pensée de Johnson est correcte et que nous pouvons faire des œuvres plus grandes que Jésus (fondée sur son interprétation erronée de Jean 14.12 ; Johnson : 136), alors celui qui fait des œuvres plus grandes aura encore plus raison de se faire lui-même l’objet de la foi et du culte de quelqu’un. L’apologétique qui pointe vers la vie et les miracles de Jésus comme preuve de sa divinité deviendrait sans valeur parce que des humains pourraient faire de même.

La doctrine de la kénose est issue d’une mauvaise utilisation de Philippiens 2.7, où Paul dit que Jésus s’est dépouillé lui-même. De faux enseignants prétendent que Jésus « s’est dépouillé » lui-même de la divinité et qu’il est devenu un homme au cours de l’incarnation. Cette affirmation équivaut à la négation pure et simple de la divinité de Christ. Cette importante question est incomprise par des gens comme Johnson, qui attaquent le bien-fondé de l’érudition chrétienne. La négation de la divinité de Christ pendant son ministère terrestre par Johnson est la même que l’hérésie du mouvement de  « Parole de Foi »  qui nie la divinité de Jésus lorsqu’il est mort sur la croix. Ils prétendent qu’il a perdu sa divinité et a souffert en enfer comme un homme. Les deux sont des hérésies flagrantes. Laissez-moi vous expliquer pourquoi.

Suite : Voir partie 2/3

Partager cet article

Repost 0
15 avril 2017 6 15 /04 /avril /2017 16:13
Oeufs, cloche, chocolat : d’où viennent les traditions de Pâques ?

En ce lundi de Pâques, les enfants attendent avec impatience les cloches (ou le lapin) et leur cargaison de chocolats. Pour les croyants, Pâques est un événement au cœur de la foi chrétienne. Mais pourquoi offre-t-on des œufs, du chocolat et que viennent faire cloches et lapins dans l’histoire ?

Une fête religieuse mêlée aux traditions païennes

Dans la religion juive, Pessa’h, la Pâque juive, commémore l’exode des Hébreux hors d’Égypte, emmenés par Moïse. Lors de leur premier repas d’hommes libres, ils ont sacrifié un agneau, animal sacré en Égypte. Cette viande est depuis consommée par les Juifs à l’occasion de Pessa’h.

Pour les chrétiens, Pâques est également un des évènements principaux du calendrier, symbolique de la vie après la mort. Ce jour-là, ils célèbrent la résurrection du Christ, après sa crucifixion, le Vendredi saint. Pâques met aussi fin à la période de carême, qui dure quarante jours. On retrouve des similitudes avec Pessa’h, notamment l’agneau. Pâques porterait ce nom car selon les Évangiles, la mort du Christ aurait eu lieu pendant la fête de Pessa’h. On retrouve également Pâques dans les traditions païennes : c’est une période de renouveau, avec l’arrivée du printemps.

L’origine des œufs de Pâques

En chocolat, en sucre, peints ou encore cuits : l’œuf est le symbole de la fête de Pâques. Chez les Égyptiens, les Perses et les Romains notamment, l’œuf est un symbole de vie, que l’on s’offrait au printemps. Plus largement, poules et poussins ont également revêtu la même symbolique.

Au Moyen-Âge, l’Eglise a interdit de manger des œufs pendant le Carême : ils étaient conservés jusqu’à la fin du jeûne, puis décorés. C’est au XVIIIsiècle que l’on a eu l’idée de vider les œufs pour les remplir de chocolat pour marquer la fin du jeûne et du Carême. Cette tradition est encore très présente dans certains pays, comme en Allemagne. Les premiers œufs tout en chocolat sont apparus au XIXsiècle, grâce au progrès des techniques permettant de travailler la pâte de cacao et aux moules proposant des formes de plus en plus variées.

Pourquoi les cloches ou les lapins ?

Depuis plusieurs siècles, il est interdit de sonner les cloches des églises catholiques entre le Jeudi saint et le dimanche de Pâques, en signe de deuil. Une tradition que l’on retrouve notamment en France, en Belgique ou en Italie.

On a alors raconté aux enfants que les cloches allaient se faire bénir par le Pape à Rome. En rentrant, elles viennent carillonner et déposent au passage dans les jardins les fameux œufs en chocolat tant attendus par les enfants. En Allemagne et dans l’est de la France, c’est un lapin (l’emblème de la déesse Ost Ara, symbole de fertilité et du printemps dans la tradition païenne germanique), aux États-Unis, un lièvre… On trouve aussi des coucou ou des cigognes : le généreux donateur de chocolat peut prendre d’autres formes.

Par Oriane Raffin
 

Partager cet article

Repost 0
18 février 2017 6 18 /02 /février /2017 10:00

Résultat de recherche d'images pour "dominionisme"

La Nouvelle Réforme Apostolique prône, entre autre théologies, le dominionisme (de l’anglais dominionism) ou plus brutalement traduit : la domination des chrétiens sur le monde.

Il s’agit donc pour les chrétiens de reprendre la direction du monde, avec autorité, afin qu’ensuite Christ puisse revenir pour être couronné. Dieu n’est donc pas maître du moment du retour de Christ, puisque c’est les chrétiens qui donneront le signal.

Si vous pensez que c’est exagéré, lisez la suite.

Précisons que C. Peter Wagner est considéré comme le fondateur de la Nouvelle Réforme Apostolique, qui regroupe des « apôtres » et « prophètes » connus, comme par exemple Bill Johnson (Bethel Chruch), Kris Vallotton (Bethel Church), Paul Arnott (Toronto), Cindy Jacobs, Lou Engel (The Call), Todd White et beaucoup d’autres.

Ce n’est donc pas la théologie d’un « illuminé » solitaire mais de toutes ces personnes qui animent régulièrement des conférences en francophonie, qui sont suivies par beaucoup de chrétiens qui ignorent la réalité.

Voici les extraits d’une vidéo disponible sur Youtube (en anglais), avec le cœur de l’enseignement de Wagner sur la théologie de la domination.

Wagner explique d’abord la signification de « Dominion mandate » (mandat de la domination)

« mandate » signifie un commandement et « dominion » signifie contrôler et gouverner, avoir autorité, en relation avec la société.

puis il cite :  

« Que ton royaume vienne, qu’il soit sur la terre comme au ciel ». Domination signifie la tête, pas la queue. Domination signifie gouverner en tant que rois. Dans l’Apocalypse, chapitre 1 v 6 « Il a fait de nous des rois et sacrificateurs » et regardez la suite du verset : « pour la domination ».

Il s’agit d’une interprétation très large et erronée de ce passage.

Que nous dit la Bible (version Louis Segond) :

et qui a fait de nous un royaume, des sacrificateurs pour Dieu son Père, à lui soient la gloire et la puissance,

Apocalypse 1 v 6

Nous sommes donc un royaume et des sacrificateurs pour Dieu son Père.

Dans cette vidéo, il cite ensuite :

Allez, faites de toutes les nations des disciples, (Matthieu 28 v 19)

et il indique qu’il ne s’agit pas de faire des disciples des individus, mais de toute la nation, de tout le groupe, la société.

Autres citations :

La théologie de la domination a commencé à la première page de la Bible. Dieu a créé Adam et Eve et leur a dit de dominer sur la terre (Genève 1 v 28).

Depuis le 1er jour, Satan a attaqué le dominionisme, car il voulait reprendre cette domination, cette autorité. Et Adam a fait le mauvais choix et l’a lui a redonnée.

Il explique que lorsqu’Adam et Eve ont abandonné leur domination, la direction voulue par Dieu a été changée de 180 degrés et lorsque le second Adam est venu la direction a été changée à nouveau de 180 degrés et a repris la bonne direction.

Il cite Luc 19 v 10 « Car le Fils de l’homme est venu chercher et sauver ce qui était perdu » pour expliquer que Jésus ne parlait pas des gens mais de la domination qui avait été perdue au Jardin d’Eden.

Puis il dit :

Jésus a payé le prix de la réconciliation, mais Dieu nous a donné la tâche de le réaliser. Jésus nous a délégué l’établissement de son Royaume. C’est nous qui  sommes sensé le faire.

Il cite aussi une « parole prophétique » :

Satan a perdu du terrain durant deux mille ans, mais prophétiquement le processus est en train d’accélérer. Je le dis : Satan va perdre plus de terrain durant les 100 prochaines années que dans les deux mille dernières années.

et encore :

L’an 2001 a ouvert le deuxième âge apostolique, le gouvernement de l’église est maintenant en place, nous nous alignons aux apôtres et prophètes et cette guerre dans laquelle nous sommes a deux fronts, il y a un front spirituel et un front naturel.

et pour terminer « en beauté » :

Il explique ensuite qu’en dehors de la guerre spirituel (spiritual warfare) il y a le mandat des 7 montagnes.

Jésus nous a aussi donné la révélation du rôle crucial de la richesse/fortune. Nous n’allons pas voir de changement durable de villes et nations sans contrôler de vastes fortunes du Royaume, c’est des mots soigneusement choisis : de vastes fortunes du Royaume.

Dans son interprétation du Royaume, ceci signifie que les chrétiens doivent contrôler de vastes fortunes afin de pouvoir prendre le contrôle du monde.

Ceci n’est pas conforme à la Bible, nous ne citerons pas tous les passages où les richesses sont mentionnées, mais par exemple cet enseignement de Jésus :

Ne vous amassez pas des trésors sur la terre, où la teigne et la rouille détruisent, et où les voleurs percent et dérobent; mais amassez-vous des trésors dans le ciel, où la teigne et la rouille ne détruisent point, et où les voleurs ne percent ni ne dérobent.… Matthieu 6 v 19-20

D’autre part la Bible nous avertit que dans les temps de la fin beaucoup se détourneront de la vérité (2 Timothée 4 v 4). Les chrétiens ne vont pas prendre autorité sur la terre avant le retour de Jésus. Au contraire, la persécution va augmenter, les gens vont se détourner de Dieu et le monde va se détériorer. Seul le retour du Seigneur permettra d’éviter une destruction totale. La théologie de Wagner est donc fausse et dangereuse. Elle est néanmoins suivie par beaucoup, dont Bethel Church. Cette théologie est rassurante, il est encourageant de penser que nous allons prendre le contrôle du monde ! Mais ce n’est que mensonge et la déception sera grande (remarquez qu’en anglais « deception » signifie « tromperie » ou « supercherie »).

Cet article (en anglais) est aussi révélateur et confirme les propos de la vidéo : http://www.charismamag.com/spirit/prophecy/15402-the-case-for-dominionism 

Un autre lien intéressant, en français : https://lesarment.com/2015/10/le-nouvel-evangile-du-dominionisme/

De même que cet article sur le « Royaume maintenant » : https://lesarment.com/2017/01/le-royaume-maintenant-une-dangereuse-illusion-par-jm-thobois/

Source : SOYONS VIGILANTS !

Partager cet article

Repost 0
18 février 2017 6 18 /02 /février /2017 08:00

Cette appellation a été utilisée la première fois par C. Peter Wagner. Selon lui, les fonctions d’apôtres et de prophètes qui avaient été perdues après le premier siècle ont été restaurées en 2001. Il explique dans un article [1]   qu’il n’a fait qu’observer ce qui se déroulait et chercher à donner un nom à ce mouvement. Le premier nom qui lui est venu est « Postdenominational »     (post-dénominationnel), mais devant les oppositions d’amis qui avaient des fonctions de responsables dans des dénominations, il a choisi New Apostolic Reformation. (Wagner, 2011) 

Parmi les apôtres reconnus par le mouvement on trouve entre autres [2] (orateurs lors de conférences) :

  • Peter Wagner
  • Che Ahn
  • Rodney Howard-Browne
  • Bill Johnson
  • Heidi Baker
  • John Arnott (Toronto)
  • Lou Engel
  • Mike Bickle (International House of Prayer)
  • Todd Bentley

Parmi les prophètes (orateurs lors de conférences) :

  • Randy Clark
  • Mahesh Chavda
  • Patricia King
  • Rick Joyner

 Croyances principales

  • Jésus continue de nommer des apôtres et des prophètes aujourd’hui (attention, différent des dons de l’esprit). Il s’agit d’apôtres semblables aux apôtres qui ont côtoyé Jésus, avec la même autorité et les mêmes pouvoirs (miracles). Ce sont eux qui donnent la direction aux églises et les pasteurs leur sont soumis. Les membres de l’église sont eux soumis au pasteur. Selon eux, une église ou un chrétien ne peut entrer dans sa « destinée »  que sous la direction d’un apôtre ou d’une équipe apostolique en général composée d’un apôtre et d’un prophète.Ces apôtres et prophètes bénéficient d’une relation particulière avec Dieu. Ils peuvent ainsi révéler à l’église et au chrétien ce que Dieu attend d’eux ou a préparé pour eux.Voici un article intéressant à ce sujet. Vous trouvez aussi des informations sur la stratégie de ce mouvement ici (site faisant la promotion de la Nouvelle Réforme Aposotlique), ainsi que dans l’article sur la Culture de l’Honneur.Dès le début de l’ère chrétienne certains ont voulu prendre autorité en s’auto-proclamant apôtre, dans Apocalypse 2 v 2 nous lisons :Je sais que tu ne peux supporter les méchants; que tu as éprouvé ceux qui se disent apôtres et qui ne le sont pas, et que tu les as trouvés menteurs.Il n’y a rien donc rien de nouveau.
  • La guerre spirituelle stratégique : selon eux il y a des démons qui règnent sur des régions spécifiques du monde. Ils sont appelés esprits territoriaux car ils contrôlent des territoires comme des villes et des pays. Le combat spirituel stratégique est basé sur la croyance qu’aucune avance de l’évangile ne peut avoir lieu tant que ces esprits ne sont pas chassés. Ensuite les nations entières vont répondre à l’évangile. Il en découlera selon eux un grand réveil de la fin des temps, qui verra plus d’un milliard de personnes se tourner vers Christ. Seuls les apôtres ont le pouvoir de chasser ces démons.
  • Le « dominionisme » : Quand Jésus est venu, Il a amené le Royaume de Dieu avec Lui et attend des chrétiens qu’ils prennent (ou reprennent) possession du monde présent des mains de Satan. Ils doivent amener la paix et la prospérité dans le monde, alors Jésus viendra pour être couronné. Voir l’article consacré à ce sujet.
  • La « théocratie » : lié au point précédent, les chrétiens doivent prendre le pouvoir sur sept domaines (appelés les 7 montagnes par C. Peter Wagner) :

                                       Les 7 montagnes

  • La religion,
  • la famille,
  • l’enseignement,
  • les gouvernements,
  • les médias,
  • l’art et les divertissements,
  • l’économie.
  • Les révélations extra-bibliques : elles sont accessibles à tout croyant, mais ne doivent pas contredire la Bible, uniquement la compléter. La seule restriction est la contradiction avec la Bible, mais il n’y a nullement besoin que ces révélations s’alignent avec la Parole. La Bible est la Parole de Dieu, mais rien ne dit qu’elle ne comprend que 66 livres et elle peut donc être complétée par des révélations aux apôtres et prophètes.
  • Signes surnaturels et miracles : les guérisons, la résurrection des morts et chasser les démons accompagnent le mouvement de Dieu et sont le lot de tous les chrétiens (qui ont chacun toutes ces capacités), alors que selon 1 Corinthiens 12 il y a diversité de dons et il est donné à chacun des dons différents pour former le corps de Christ.
  • Il y a des écoles pour « apprendre » ces miracles.
  • Structure relationnelle : la conduite de l’Eglise n’a pas de structure formelle mais consiste en un alignement sur les principes du mouvement et la soumission des églises à leurs apôtres.

Pour des informations plus détaillées en français vous pouvez consulter ceci.

Comment devient-on apôtre ?

Certains apôtres de la NAR se regroupent au sein de l’International Coalition of Apostolic Leadership (ICAL) ce qui se traduit par « Coalition Internationale des Dirigeants Apostoliques ». On trouve ici le lien clair de l’adhésion de l’ICAL à la théologie de la NAR.

Cette coalition, créée en 2000, a été présidée de 2001 à 2009 par C. Peter Wagner, qui est l’initiateur de la Nouvelle Réforme Apostolique.

Si durant plusieurs années la liste des apôtre était publique, elle ne l’est actuellement plus. Voici la liste de 2008 à titre d’information. La NAR étant un mouvement idéologique, il y a bien sûr d’autres « apôtres » qui suivent la même idéologie ou des parties de celle-ci, mais sans être membre de cette coalition.

Comment devient-on membre de cette coalition ?

Il faut avoir en principe deux « parrains » qui en sont déjà membre et correspondre à la définition d’apôtre selon cette même coalition :

Un apôtre est un leader chrétien doué, enseigné, commissionné et envoyé par Dieu avec l’autorité pour établir le gouvernement fondamental de l’église, dans le cadre d’une sphère de ministère assignée, en écoutant ce que l’Esprit dit aux églises et en établissant les choses (en se conformant à l’Esprit) pour la croissance et la maturité de l’église.

Source : icaleaders.com/membership

Ils précisent que comme les apôtres exercent leur ministère de différentes manières, l’ICAL est ouverte à des apôtres « verticaux » , « horizontaux » (couvrant un territoire par exemple) ou par branche professionnelle.

L’argent règne

Bien entendu il reste une troisième condition pour être membre de la Coalition Internationale des Leaders Apostoliques : payer sa cotisation annuelle. Dans ce mouvement rien n’est gratuit.

De plus la coalition requiert que l’apôtre s’affilie à un groupement apostolique. Un tel rattachement va nécessiter en général le paiement de la dîme ou des prémices (premiers fruits) à ce groupement.

Les églises et les chrétiens doivent bien entendu aussi verser de l’argent à ces apôtres et groupements d’apôtres .

Un exemple ici, où Peter C. Wagner explique en résumé :

  • que ceux qui ne donnent pas la dîme volent Dieu et ne peuvent s’attendre à être béni,
  • il distingue :
    • la dîme -> pour l’église
    • le offrandes (qui viennent au-delà de la dîme) -> libre choix
    • les prémices (premiers fruits) -> pour l’apôtre auquel (ou à laquelle) on est spirituellement aligné
  • Il donne ensuite des exemple détaillés de premiers fruits, que nous laissons à votre appréciation :
    • si vous avez une augmentation de salaire, vous donnez le montant de l’augmentation du premier mois, à titre de premiers fruits (et bien sûr la dîme sur le reste)
    • si vous êtes dans l’immobilier et que vous réaliser un profit, ce n’est pas considéré comme revenu mais comme un capital à réinvestir. Vous ne devez pas donner la dîme, par contre vous donnez à l’apôtre environ 10% pour les premiers fruits,
    • si vous êtes à l’assistance sociale, vous donnez la dîme, plus un petit montant à l’apôtre auquel vous êtes aligné spirituellement.
    • etc.

Nombre des membres de ce mouvement sont d’ailleurs très fortunés (bénédiction de Dieu selon eux). Il n’ont pas de problème à se déplacer en Aston Martin (Bill Johnson par exemple) tout en recevant les premiers fruits de paroissiens à l’assistance sociale.

Il y a également un impressionnant « business » qui comprend :

  • écoles (du surnaturel par exemple)
  • livres (lecture obligatoire de 15 livres en première année de l’école du surnaturel de Bethel, pour l’essentiel des livres le leur propre publication)
  • conférences
  • rassemblements
  • Sozo 
  • sermons mis en vente
  • etc.

La richesse des dirigeants n’est pas cachée, au contraire elle est la preuve des bénédictions de Dieu. L’évangile de prospérité est largement répandu au sein de la Nouvelle Réforme Apostolique.

Nouvelle version de la Bible

Afin de soutenir leurs enseignements, ils publient actuellement une nouvelle « traduction » de la Bible. Quelques livres sont déjà disponibles, tels que les Psaumes, les Proverbes, les épitres de Paul, les évangiles de Matthieu, de Luc et les Actes. Les versets sont altérés afin de correspondre à leurs enseignements. Plus d’informations ici.

Pour quelques exemples (en anglais) cliquez ici

Source : SOYONS VIGILANTS !

Partager cet article

Repost 0
17 février 2017 5 17 /02 /février /2017 15:50

Nouvelle mode évangélique américaine ? Depuis quelques années, certains pensent trouver (ou renouveler) l’onction du Saint-Esprit dans leur vie en se rendant dans les cimetières, là où sont inhumés des hommes et des femmes de réveil, pour capter leur onction — supposée être encore présente.

Dans les années 90, on rapportait que Benny Hinn confessait se rendre périodiquement sur la tombe de Kathryn Kullman ou Aimée McPherson pour redynamiser son ministère : « J’ai ressenti une onction incroyable…Je tremblais de tous mes membres… sous la puissance de Dieu…’Oh ! Seigneur je ressens l’onction… Je crois que l’onction subsiste encore dans le corps d’Aimee[1]». C’est avec lui semble-t-il que les choses ont commencé.

Le modèle a fait des émules, et c’est parmi les membres de Bethel Church, à Redding Californie (mais pas seulement) qu’on trouve aujourd’hui ce courant “spirituel”. Il semble que la démarche se soit nettement popularisée …

sucking

Sur cette photo, on voit des étudiants d’un institut biblique sur la tombe de Maria Woodworth-Etter[2], évangéliste du début du XXè siècle, avec un ministère de guérison. Dans une vidéo en ligne depuis fin 2011, on voit des jeunes de l’église de Bill Johnson se rendre sur des tombes pour “sentir” et capter l’onction[3]:

Extraits :    « Nous sommes sur la tombe de Smith Wigglesworth. Toute l’équipe des étudiants a rejoint ce cimetière. Certains étudiants se sont appuyés à la pierre tombale et ils ont ressenti la puissance qui reposait sur eux. C’est étonnant, n’est-ce pas que certains aient pris des os de personnes décédées pour ressusciter des morts ? Si une personne a été revêtue du Saint Esprit et qu’elle est décédée, la place où se trouve son corps conserve l’héritage spirituel de cette personne. Dans le cas de SW, toute sa famille est enterrée dans le même caveau. La vie de cet homme est une succession de miracles. Par cet homme, l’onction qui a produit des miracles s’est répandue dans toute l’Angleterre et dans le monde entier.

Si vous ne pouvez pas être présents physiquement sur la tombe de SW, vous pouvez par contre recevoir spirituellement cette onction en étendant vos mains afin de recevoir. Avant de procéder, j’aimerais lire une inscription sur la pierre tombale : « J’ai combattu le bon combat, j’ai gardé la foi ». Cet homme a eu l’Esprit de façon durable et je crois que, en laissant le don de la foi s’exprimer, l’Esprit d’endurance et de persévérance qui était sur SW va vous être transmis. Il avait l’habitude de prier en langues 2 à 3 heures par jour et de lire quotidiennement la Parole de Dieu et il a gardé la foi jusqu’à la fin de sa vie.

Il n’a jamais chuté, il n’a jamais fait de compromis, il est resté le même, il avait une foi qui durait.

Nous allons prier maintenant au nom de Jésus Christ. (NdT : Il s’adresse maintenant à ceux qui regardent la vidéo et étend ses mains vers eux). Que les autres étudiants me rejoignent. Nous libérons maintenant sur la caméra l’onction de Dieu qui est attachée à cette afin qu’une grande foi vienne sur vous. Nous libérons cette onction maintenant sur vous. Prenez-la simplement au nom de Jésus Christ. Prenez cette grande foi, cette foi qui permet d’accomplir des miracles dans votre voisinage, au supermarché mais aussi cette foi persévérante et que ce soit votre façon de vivre. Merci Père que ce qui était sur SW soit maintenant sur nous et sur ceux qui regardent la vidéo dans le nom puissant de Jésus-Christ.[4]»

Dans la suite de la vidéo en ligne, ces « chercheurs d’onction » se rendent ensuite au Pays de Galles, sur la tombe d’Evan Roberts, qui fut l’artisan du réveil de ce pays au début du XXè siècle.

Questions sur les justifications scripturaires

De quel enseignement biblique sont inspirées ces pratiques ? Aucun. On invoque bien cette histoire tirée de l’Ancien Testament, d’un homme mort au cours d’une bataille, dont on jette à la hâte le corps dans le sépulcre d’Élisée, et qui revit au contact des os du prophète (2 Rois 13 v.21), mais c’est très insuffisant pour légitimer une telle démarche[5]. Car nous n’avons pas connaissance que cet accident (le miracle des os d’Élisée) se soit reproduit dans l’Histoire, les Écritures n’en rapportant aucun autre exemple.

En revanche, nous savons de manière certaine que ce genre de pratique se développe très facilement dans les périodes d’apostasie (apostasie : recul de la vraie foi, abaissement de l’obéissance à la Parole de Dieu, apparition de comportements idolâtres).

Dans l’épisode du Serpent d’airain par exemple (Nombres 21/9), nous voyons que ce dernier a réellement été un instrument divin par lequel la guérison a été prodiguée, à un moment donné (c’est ici une image des ministères de guérison du courant Revivaliste[6], du temps de leur vivant). Mais lorsque son temps a été achevé, la puissance l’a quitté, ce qui n’a pas empêché les Hébreux de lui offrir des parfums (comme une idole qu’on prie), durant des siècles, car ils pensaient que Dieu avait laissé en lui l’onction de guérison. Jusqu’à ce que le roi Ezéchias ait le courage de le détruire, en ayant au préalable changé son nom : «Nehushtan[7] : morceau d’airain», ce qui signifie en langage familier : bout de ferraille (2 Rois 18/4).

Les croyants qui se laisssent entraîner aujourd’hui dans la quête d’onction dans les cimetières obéissent aux mêmes principes que ceux d’hier, qui sacrifiaient au Serpent d’airain : ils veulent profiter encore d’un instrument dont le temps est passé et dont Dieu ne se sert plus.

Le raisonnement serait le même si on retrouvait par exemple un des linges sur lesquels Paul avait prié (Actes 19/12): l’onction s’y trouverait-elle encore ? Un certain nombre le croirait, comme beaucoup ont cru dans les morceaux du bois de la croix qui ont circulé au cours des siècles, ou dans les reliques diverses et variées présentées comme venant du Seigneur (calice, couronne d’épines, suaire, larmes et même saint prépuce!), dont certaines sont encore vénérées aujourd’hui.

Ne sommes-nous sommes pas dans l’erreur si nous accordons à ces choses un tant soit peu de notre foi ?

Confusion entre le domaine spirite et le domaine spirituel

Pourquoi le christianisme hyper-charismatique[8] se tourne-t-il en bas, vers les tombes et les morts pour trouver l’onction ? Tout simplement parce qu’elle ne vient pas d’en-haut : le Ciel ne la leur donne pas; ce que la présence de Dieu, la prière, l’adoration n’a pas engendré, ils vont alors le chercher dans les cimetières, parmi les dépouilles des héros de la foi, qui eux, l’avaient reçue durant leur vie (et qui en avaient payé le prix). Tel est le raisonnement. L’onction de l’Esprit est ainsi réduite à une force dont on dispose à son gré, passive, instrumentalisable, qui flotterait dans des endroits improbables — qui sont d’ordinaire davantage fréquentés par les spirites que par les prophètes.

La puissance de Dieu (“l’onction”) n’est pas un moyen mais c’est Dieu Lui-Même « Or, le Seigneur c’est l’Esprit » (2 Cor. 3/17). Ceux qui pensent que l’Esprit est “un moyen” prouvent en quelque sorte qu’ils ne connaissent pas Dieu[9], ni les lois spirituelles qui régissent l’expression de sa puissance. Dissocier le Seigneur et l’Esprit, et amener l’onction au niveau d’une force, ne peut conduire qu’à une forme de désordre spirituel dans lequel la dimension spirite occupera toujours davantage d’espace.

Car les deux sphères sont très proches, comme en témoignent ces quelques articles de la confession de foi du spiritisme[10] : « Dieu est l’intelligence suprême, cause première de toutes choses. Il est éternel, immuable, immatériel, unique, tout-puissant, souverainement juste et bon … Jésus est le guide et le modèle pour toute l’Humanité, et la doctrine qu’il a enseignée et pratiquée est la plus pure expression de la Loi de Dieu … Le Spiritisme respecte toutes les religions et doctrines, valorise les efforts pour la pratique du bien et travaille pour la fraternité et la paix entre tous les peuples et tous les hommes, indépendamment de leur race, couleur, nationalité, croyance, niveau culturel ou social. Il reconnaît également que « le véritable homme de bien est celui qui pratique la loi de justice, d’amour et de charité dans sa plus grande pureté … le spiritisme révèle des concepts nouveaux et plus approfondis sur Dieu, l’univers, les hommes, les Esprits et les lois qui régissent la vie … En apportant des concepts nouveaux sur l’homme et tout ce qui l’entoure, le Spiritisme touche à tous les domaines de la connaissance, des activités et du comportement des hommes, ouvrant une nouvelle ère pour la régénération de l’Humanité …»

Comme on peut le constater, beaucoup de points de la confession de foi du Spiritisme sont proches ou même communs au Christianisme. Mais ce qui va différencier un chrétien né de nouveau d’un croyant spirite, c’est le respect de la Parole de Dieu, avec ses enseignements, son cadre protecteur et ses interdits. Alors que pour un spirite, rien ne doit limiter sa liberté d’expérimenter le surnaturel, les forces et le divin[11]. Malheureusement, dans le mouvement hyper-charismatique, on constate un certain nombre d’expérimentations du surnaturel qui ne présentent aucune légitimité biblique et qui confondent le surnaturel et le merveilleux[12].

La pratique qui consiste à se rendre sur la tombe des défunts pour y faire des expériences surnaturelles existe depuis longtemps chez les spirites et plus largement dans l’occultisme. Elle donne généralement lieu à des possessions qui confèrent de la puissance (ou de l’énergie) à ceux qui s’y livrent[13]. Ce qui est nouveau ici, c’est que des chrétiens s’approprient le concept, en changeant simplement les termes : comme des spirites on va dans un cimetière, et comme des spirites on cherche à entrer en contact avec une puissance, mais on dit simplement que c’est la puissance de Dieu.

Ces choses sont dénoncées dans une vidéo traduite ici.

Où est l’amour de la Vérité ?

La présence de la puissance de Dieu au travers du ministère de tel ou tel homme ou femme de foi relève avant tout de la souveraineté divine, et non de leur capacité à “pomper” de la puissance. Il existe bien une pensée, donnée par Jésus, qui parle du royaume de Dieu qui est «forcé» par les «violents» [14], mais la violence dont parle le Seigneur concerne celle dont tout homme devra user envers sa culture, sa religion, sa famille, et même sa propre vie, pour être sauvé et pour Le suivre[15].

Les croyants dans leur ensemble sont effectivement encouragés à désirer les dons de l’Esprit[16], mais les Écritures ne donnent pas d’enseignement (et encore moins de mode opératoire) pour s’emparer de la puissance de Dieu, son onction ou ses dons, pour en user à sa guise : « Un seul et même Esprit opère toutes ces choses, les distribuant à chacun en particulier COMME IL VEUT » (1 Corinthiens 12/11).

Avec cette vision de Paul, nous sommes loin du mécanisme du raisonnement véhiculé par l’hyper-charismatisme, qui s’inspire d’enseignements parfois ambigüs : « Si nous pouvions faire comprendre au monde la puissance de création et de vie de l’Esprit de Dieu, les hommes découvriraient que la guérison n’est pas seulement une question de foi et de grâce de Dieu, mais aussi une application parfaitement scientifique de l’action de l’Esprit de Dieu aux besoins des hommes. L’Esprit de Dieu est une réalité aussi tangible que celle de l’électricité. Vous pouvez vous en saisir et la transmettre à quelqu’un d’autre. Vous recevez de Dieu cette puissance par la foi et la prière, et tout votre être se charge de cette énergie»[17].

Cette vision de l’Esprit de Dieu et de Sa puissance peut facilement susciter des compréhensions erronées et des pratiques charnelles. On oublie que ceux et celles qui ont reçu et administré un ministère de guérison ont tous payé un prix[18]. Et ce prix est forcément absent d’une tentative de captation de leur onction au-dessus de leur tombe !

Racines de l’erreur

Il n’est pas étonnant que les jeunes de l’église Bethel Church témoignent de ce zèle, de cette recherche de l’onction (dans le but de faire des miracles) : car leurs responsables évoluent ouvertement dans ce courant — et les y encouragent donc. Cal Pierce, qui est un ex-ancien de Bethel Church, est aujourd’hui responsable du ministère “Chambres de Guérison” de Spokane. Il est connu pour avoir prié régulièrement (une fois par mois pendant une année) sur la tombe de John G. Lake[19], pour recevoir son onction. Il fait partie des hommes qui entretiennent cette inspiration.

Dans une autre vidéo, c’est Kriss Valloton[20] (Pasteur associé de Bethel) qui révèle aspirer, lui, à recevoir “le manteau de William Branham”. Parce que la puissance de Dieu est (pour eux) un objectif constant.

Dans son enseignement «The real Jesus»Bill Johnson, Pasteur senior de Bethel Church, partage sa vision personnelle du dessein de Dieu à venir :

«Voici ce que je crois – et je sais que cela ne s’est jamais produit auparavant; mais, je sais que ça doit arriver avant la Fin. Cette chose doit arriver, et pas seulement sur des individus — je suis reconnaissant que nous ayons des individus qui s’élèvent et servent avec une telle onction, avec une telle puissance, nous avons des gens répartis sur la face de la terre en ce moment même, qui sont en train de faire tout un tas de choses de la bonne manière. Nous en sommes tellement encouragés. Mais ce que je crois et que j’attends, c’est une génération, une génération qui va se lever avec une foi corporative, une onction (de puissance) corporative, pour forcer les royaumes (sphères d’autorités) parce que c’est là ma conviction, de la même manière que Dieu mit cette puissance sur un William Branham, une Kathryn Kullman, ou un Wiggelsworth. Il mettra une puissance beaucoup plus grande sur un groupe de personnes, à un point tel qu’il ne l’a jamais fait pour des individus »[21].

Conclusion

Aujourd’hui, on enseigne dans les milieux hyper-charismatiques que la recherche de l’onction et de la puissance (par exemple dans les cimetières) mènera le peuple de Dieu à la victoire, tandis qu’hier, nos pères dans la foi enseignaient que c’était la sanctification[22], la séparation d’avec le monde[23], puis l’engagement, qui seraient confirmés par le Seigneur : « Dieu appuyant leur témoignage par des signes, des prodiges, et divers miracles, et par les dons du Saint-Esprit distribués selon sa volonté » (Hébreux 2/4).

Aujourd’hui, on enseigne qu’il faut s’élever spirituellement le plus haut possible afin que Christ soit vu, tandis qu’hier on enseignait que c’était l’abaissement — l’humilité — qui précédait la gloire[24]. La recherche de puissance, par tous les moyens, rend la Croix et son principe inutile[25], pour la marche chrétienne et la formation de Christ dans les cœurs.

Aujourd’hui on va chercher l’onction sur le tombeau d’un héros mort, tandis qu’hier, on enseignait que c’est en passant par son propre tombeau (sa propre mort, sa mise à part personnelle) que le chrétien entrait dans ce qui est considéré par Jésus comme le préalable à toute communion avec la puissance : « Si quelqu’un vient à moi, et s’il ne hait pas (ne me place pas au-dessus de) son père, sa mère, sa femme, ses enfants, ses frères, et ses soeurs, et même sa propre vie, il ne peut être mon disciple » (Luc 14/26).

Jérôme Prekel/www.lesarment.com

Juillet 2015

—————————————————————-

[1] Benny Hinn, Double Portion Anointing, Part #3 and on TBN April 7, 1991.

[2] Maria Woodworth-Etter (1844–1924), évangéliste avec ministère de guérison, parmi les précurseurs du Pentecôtisme. A influencé Aimée McPherson et John G. Lake.

[3] le speaker est probablement John Crowder

[4] Traduction P.Mayu

[5] Nous n’avons pas connaissance en effet que les gens de cette époque aient eu coutume de jeter leurs morts dans cette tombe, pour que le miracle se répète. En revanche, des siècles de superstition ont provoqué des comportements semblables, au travers par exemple des « saints » pélerinages, ou du commerce des « saintes » reliques (morceaux de bois de la croix, saints clous, couronne d’épines, dents de saints et de saintes martyrs, etc). C’est le même principe qui est à l’œuvre ici.

[6] De l’anglais revivalism (« renouveau de la ferveur spirituelle ») : se dit à propos du réveil de Pentecôte qui eut lieu aux États Unis au début du XXè siècle.

[7] http://www.lesarment.com/2007/09/nehushtan/

[8] Hyper-charismatisme : recherche des manifestations surnaturelles attribuées au Saint-Esprit et qui n’ont pas forcément besoin d’être légitimées clairement par les Écritures. Ce sont les expériences surnaturelles qui prévalent (« saint » rire, transes, cris d’animaux, pertes de connaissance, etc). Ces débordements qui s’affranchissent du cadre protecteur biblique ne sont pas à confondre avec une saine pratique des dons spirituels.

[9] Matthieu 7/22 : «Plusieurs me diront en ce jour-là: Seigneur, Seigneur, n’avons-nous pas prophétisé par ton nom? n’avons-nous pas chassé des démons par ton nom? Et n’avons-nous pas fait beaucoup de miracles par ton nom?»

[10] Centre d’Études Spirites Allan Kardec (CESAK) de Paris. http://cesak.fr/le-spiritisme/

[11] http://bruxelles.cesak.org/index.php?option=com_content&view=article&id=15&Itemid=24

[12] http://www.lesarment.com/2007/11/difference-entre-surnaturel-et-merveilleux/

[13] Dans la pratique du palo monte, on considère que la puissance dépend directement du degré d’intimité avec ces morts, dont les esprits peuvent leur apporter de la lumière (dar luz); http://ateliers.revues.org/9357

[14] Luc 16/16 : «La loi et les prophètes ont subsisté jusqu’à Jean; depuis lors, le royaume de Dieu est annoncé, et chacun use de violence (biazetai) pour y entrer » et Matthieu 11/12 : « Depuis les jours de Jean–Baptiste jusqu’à présent, le royaume des cieux est forcé, et ce sont les violents qui le ravissent.»

[15] Luc 14/26 : «Si quelqu’un vient à moi, et s’il ne hait pas (ne me place pas au-dessus de) son père, sa mère, sa femme, ses enfants, ses frères, et ses soeurs, et même sa propre vie, il ne peut être mon disciple.»

[16] 1 Corinthiens 12/31 : «Aspirez aux dons les meilleurs», 14/1 : «Aspirez aussi aux dons spirituels, mais surtout à celui de prophétie».

[17] «Victoire sur les démons, la maladie et la mort» de John G. Lake

[18] http://www.levraievangile.com/cours/livres-173-le-prix-a-payer-pour-un-ministere-de-puissance.pdf

[19] Ministère de guérison, revivaliste initiateur du mouvement Healing Rooms

[20] à 6.30 mn : https://www.youtube.com/watch?v=vHcRI60j0HI&feature=youtu.be

[21] https://www.youtube.com/watch?v=vHcRI60j0HI&feature=youtu.be

[22] 1 Pierre 1/15 : « Mais, puisque celui qui vous a appelés est saint, vous aussi soyez saints dans toute votre conduite »

[23] Galates 6/14 : « Pour ce qui me concerne, loin de moi la pensée de me glorifier d’autre chose que de la croix de notre Seigneur Jésus-Christ, par qui le monde est crucifié pour moi, comme je le suis pour le monde!»,

[24] Proverbes 18/12 : «Avant la ruine, le coeur de l’homme s’élève; Mais l’humilité précède la gloire.»

[25] Galates 5/24 : « Ceux qui sont à Jésus-Christ ont crucifié la chair avec ses passions et ses désirs » 

Source :   Jérôme Prekel/www.lesarment.com 

Partager cet article

Repost 0