Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : SIGNES ET PROMESSES
  •           SIGNES ET PROMESSES
  • : Ce Blog a pour but au travers de son contenu, d'édifier l'église de Jésus-Christ, de faire connaître à nos contemporains l'amour de Dieu manifesté en Jésus son fils bien aimé.Les messages qui seront diffusés veulent être en bénédictions à tous les milieux, en rappelant qu'aujourd'hui, Dieu veut encore faire éclater parmi ceux qui ont soif, les signes de sa Puissance, et accomplir ses Glorieuses Promesses. L'actualité chrétienne, nationale et internationale sera aussi traitée dans ce blog. Aquilas
  • Contact

VERSET BIBLIQUE

 

 

Je suis le chemin, la vérité, et la vie. (Jean 14 : 6)  

Recherche

Liste D'articles

  • La justification
    Qu'est-ce que la justification ? C'est, en matière de justice, un acquittement (Isaïe 5.23 ; Proverbes 17.15). Le divin juge considère "comme juste" le croyant sincère. La justification est "un don gratuit" de Dieu, du Dieu contre lequel nous avons péché....
  • Persécution des Ouïghours en Chine : la France...
    Persécution des Ouïghours en Chine : la France condamne des _pratiques inacceptables_, Pékin dénonce des mensonges… https://t.co/Yti9aULzjD Patrick Gassend (@Ichtus1) July 24, 2020
  • L'olivier franc
    - INOF 5 2020 SUITE DE LA CRISE.pdf
  • Notre sûre retraite
    (Proverbes 8 : 10) « Le nom de l’Éternel est une tour forte ; le juste s'y réfugie et se trouve en sûreté ». Il est aussi notre force et notre bouclier , notre rocher, notre forteresse, notre libérateur, notre bienfaiteur et notre haute retraite... la...
  • Preuves d'un dessein intelligent
  • La nuée. (Partie 2/2) " Israël dans le désert."
    Nombres 9.15-23 A la lecture de ce passage, nous constatons que les enfants d'Israël partaient ou campaient, selon que la nuée s'élevait ou s'arrêtait. Le peuple agissait sur l'ordre de L’Éternel Rappel :Dieu était dans la nuée ; la gloire de Dieu, la...
  • La Nuée. (Partie 1/2) ''Direction de Dieu pour Israël au sortir du pays d’Égypte''
    "L'Éternel allait devant eux le jour dans la colonne de nuée et la nuit dans une colonne de feu.Le peuple pouvait marcher ainsi jour et nuit". Exode 13.17-22 Le chemin des fils d 'Israël longeait la rive occidentale de la pointe de la mer rouge, en descendant...
  • Tous surveillés.....
    Des caméras de Nice à la répression chinoise des Ouïghours, cette enquête dresse le panorama mondial de l'obsession sécuritaire, avec un constat glaçant : le...
  • Par mon Esprit
    Missionnaire chrétien Description Traduit de l'anglais - Jonathan Goforth était un missionnaire presbytérien canadien en Chine au sein de la Mission presbytérienne canadienne, avec son épouse, Rosalind Goforth. Wikipédia (anglais) - goforth_parmones...
  • Le feu du réveil
    John Wesley Théologien Description John Wesley; est un religieux, théologien et évangéliste anglais qui fut le responsable d'un mouvement de réveil au sein de l'Église d'Angleterre connu sous le nom de méthodisme. Les sociétés qu'il fonda devinrent la...

VISITES

 Que Dieu vous bénisse !

 

Parcours interactif :

                                           https://connaitredieu.com/

   

 


 
 

SOUTIEN

                                                                             Suivez  le lien :Contact  

 

  

Calendrier La Bonne Semence

                

">

reftagger

 

16 juillet 2013 2 16 /07 /juillet /2013 15:53

Actu-Chretienne.Net

Un miracle s’est déroulé à l’hôpital de Londrina, dans le sud du Brésil. Yasmin Gomes, un bébé déclaré mort par les médecins, ressuscite trois heures après, dans la chapelle de l’hôpital, suscitant l’intérêt de nombreux médias*.

Yasmin Gomes avait cessé de respirer après sa naissance et n’avait pu être réanimé par les médecins. Selon le Journal 7sur7 qui rapporte les faits :

"L’infirmière qui devait se charger de son corps n’avait pas eu le courage de l’envoyer directement à la morgue. Elle a posé le nouveau-né à l’hôpital, dans un petit cercueil". Celle-ci témoigne : "C’était un petit ange, un enfant, je ne pouvais m’imaginer l’envoyer à la morgue. (…) Je vous assure que ce bébé était mort. Je l’ai vu de mes propres yeux. Elle était bleue, complètement morte".

LIRE LA SUITE…

Partager cet article

Repost0
11 juillet 2013 4 11 /07 /juillet /2013 16:00

Par E.M. Bounds

La dévotion est un état d'esprit qui se trouve chez quelqu'un d'entièrement consacré à Dieu. C'est un esprit de révérence, d'émerveillement, de crainte de Dieu. C'est un état de cœur qui se manifeste devant Dieu dans la prière et l'adoration, qui est opposé à tout ce qui ressemble à la légèreté d'esprit, la plaisanterie mondaine, le bruit et la fanfaronnade. La dévotion a sa demeure dans le royaume du calme; elle se tait devant Dieu. Elle est sérieuse, pensive, méditative. La dévotion appartient à la vie intérieure, elle habite "en cachette", mais apparaît aussi dans les réunions publiques du sanctuaire. Elle fait partie de l'esprit même de la véritable adoration, et relève de l'essence même de l'esprit de prière.

 

La dévotion appartient à l'homme dévot, pieux, dont les pensées et les sentiments sont consacrés à Dieu. Un tel homme a abandonné son esprit entièrement à la vie chrétienne, il possède une profonde affection pour Dieu et un amour ardent pour Sa maison. Corneille était un homme "pieux et craignait Dieu, avec toute sa maison; il faisait beaucoup d'aumônes au peuple, et priait Dieu continuellement". "Des hommes pieux ensevelirent Etienne." "Un homme nommé Ananias, homme pieux selon la loi" (Actes 22:12) était envoyé vers Saül pendant son état de cécité, pour lui dire ce que le Seigneur voulait qu'il fasse. Dieu peut se servir des hommes de cette qualité de façon merveilleuse, car les hommes pieux sont des agents de choix pour faire avancer Ses plans.

 

La prière développe l'esprit de dévotion, tandis que la dévotion favorise les meilleures prières. La dévotion fait progresser la prière et aide à conduire la prière droit vers le but qu'elle recherche. La prière s'épanouit dans une atmosphère de véritable dévotion. Il est facile de prier lorsque nous sommes dans un esprit de dévotion. L'attitude de notre intellect et l'état du cœur requis par la dévotion rendent la prière efficace, pour qu'elle atteigne le trône de la grâce. Dieu a Sa demeure là où réside l'esprit de dévotion.

Toutes les grâces de l'Esprit sont nourries et poussent vigoureusement dans l'environnement créé par la dévotion. En effet, ces grâces ne poussent nulle part ailleurs. L'absence de l'esprit de dévotion entraîne la mort de ces grâces, nées dans un cœur renouvelé. La véritable adoration se plaît dans une atmosphère créée par un esprit de dévotion. Certes la prière est favorable à la dévotion, mais en même temps la dévotion rebondit sur la prière et nous aide à prier. La dévotion engage le cœur dans la prière. Il n'est pas tâche facile pour les lèvres de prier alors que le cœur est absent. Le reproche que Dieu faisait à Son peuple Israël dans les temps anciens était qu'ils L'honoraient de la bouche et des lèvres, mais que son cœur était éloigné de Lui.

 

L'essence même de la prière, c'est l'esprit de dévotion. Sans la dévotion, la prière n'est qu'une coquille vide, des paroles en l'air. Il est triste de constater que cette forme de prière est très courante dans nos églises aujourd'hui. Nous vivons dans une ère toujours pressée, affairée, active, et c'est esprit d'agitation a envahi l'Eglise de Dieu. Ses prouesses religieuses sont nombreuses. L'Eglise travaille la religion avec l'ordre, la précision et la force d'une vraie machine. Mais trop souvent elle travaille avec le même manque de cœur qu'une machine. Il y a de ce mouvement de manège dans notre routine incessante d'activités religieuses. Nous prions sans prier. Nous chantons sans chanter selon l'Esprit. Nous avons de la musique sans que les louanges de Dieu y soient présentes. Nous fréquentons l'église à force d'habitude, et nous sommes très contents de revenir chez nous lorsque la bénédiction finale est prononcée. Nous lisons notre chapitre habituel dans la Bible, et nous nous sentons plutôt soulagés lorsque la tâche est accomplie. Nous prions machinalement comme un ouvrier qui récite sa leçon par cœur, et nous ne sommes pas chagrinés lorsque le dernier "amen" est prononcé. Le christianisme touche tout, sauf nos cœurs. Il engage nos mains et nos pieds, il s'empare de nos voix, il empoigne notre argent, il touche même notre posture corporelle, mais il ne s'empare pas de nos affections, de nos désirs, de notre zèle, pour nous rendre sérieux, éperdument fervents, pour nous faire taire et devenir des adorateurs dans la présence de Dieu.

 

Pourquoi donc tous ces tristes défauts dans notre piété? Pourquoi cette perversion moderne de la vraie nature de la religion de Jésus-Christ? Pourquoi le genre moderne du christianisme ressemble-t-il tellement à un coffret à bijoux sans les bijoux à l'intérieur? La grande défaillance de l'Eglise moderne, c'est l'absence de l'esprit de dévotion. Nous entendons des sermons dans le même état d'esprit que nous écoutons un cours magistral ou un discours. Nous nous rendons à la maison de Dieu comme si ce n'était qu'un lieu ordinaire, au même niveau que le théâtre, la salle de cours à la convention. Nous manipulons les choses sacrées comme s'il s'agissait des choses du monde. Il faut que nous mettions l'esprit de dévotion dans les affaires du lundi, aussi bien que dans la louange du dimanche. Il nous faut l'esprit de dévotion pour nous rappeler la présence de Dieu, pour faire continuellement la volonté de Dieu, pour diriger toutes choses toujours vers la gloire de Dieu.

 

L'esprit de dévotion met Dieu dans toutes choses. Il met Dieu non simplement dans ses prières et dans sa fréquentation de l'Eglise, mais dans toutes les occupations de la vie. "Soit donc que vous mangiez, soit que vous buviez, soit que vous fassiez quelque autre chose, faites tout pour la gloire de Dieu" (1 Corinthiens 10:31). L'esprit de dévotion rend les choses ordinaires de ce monde sacrées, et les petites choses, grandes. Par cet esprit de dévotion, nous allons au travail le lundi dirigés par cette même influence et inspirés par ces mêmes influences qui nous ont poussés à fréquenter l'église le dimanche. L'esprit de dévotion transforme le samedi en sabbat, et le magasin ou le bureau deviennent le temple de Dieu.

 

L'esprit de dévotion empêche le christianisme d'être simplement un mince vernis et le met dans la moelle et dans l'essence même de notre âme. Notre religion cesse d'être simplement un travail, elle devient un cœur qui envoie son sang nourrissant à travers chaque artère, qui bat selon les pulsations d'une vie énergique et radieuse. Toute l'ardeur de la dévotion se trouve dans la prière. Dans le quatrième chapitre de l'Apocalypse, au verset huit, nous lisons: "Ils ne cessent de dire jour et nuit: Saint, saint, saint est le Seigneur Dieu, le Tout-Puissant, qui était, qui est et qui vient!" L'inspiration et le centre de leur dévotion pleine d'extase sont la sainteté de Dieu. Cette sainteté de Dieu réclame leur attention, elle embrase leur dévotion. Il n'y a rien de froid, de morne, de lassant chez eux, ni dans leur adoration céleste. "Ils ne cessent… jour et nuit": quel zèle! Quelle ardeur infatigable, quel ravissement perpétuel! Le ministère de la prière, s'il est digne de ce nom, est un ministère d'ardeur, c'est un ministère d'une envie intense et inlassable de Dieu et de Sa sainteté.

 

Cet esprit de la dévotion remplit entièrement les saints au ciel, et caractérise l'adoration des intelligences célestes, les anges. Aucune créature dépourvue de l'esprit de dévotion n'existe là-haut dans le monde céleste. Dieu est là, et Sa présence même engendre l'esprit de révérence, de crainte émerveillée, et de la peur véritable. Si nous souhaitons réellement y participer avec eux après la mort, nous devons d'abord apprendre cet esprit de dévotion ici-bas, avant d'arriver là-haut. Ces êtres vivants, de par leur attitude inlassable, infatigable marquée par la soif de Dieu, symbolisent et manifestent parfaitement la véritable prière et son ardeur. La prière doit être enflammée. Son ardeur doit consumer. La prière sans ardeur est comme le soleil sans lumière ni chaleur, ou comme une fleur sans beauté ni flagrance. Une âme consacrée à Dieu est une âme fervente, et la prière est la manifestation de cette flamme. Celui-là seul qui est tout enflammé pour la sainteté, pour Dieu, et pour le ciel, peut vraiment prier.

 

L'activité n'équivaut pas à la force. Le travail n'équivaut pas au zèle. L'activisme est souvent le symptôme reconnu de la faiblesse spirituelle: il peut nuire à la piété lorsqu'il se substitue à la véritable dévotion dans notre adoration. Le poulain est beaucoup plus actif que sa mère, mais c'est elle qui porte le plus gros du poids, tirant la charge sans bruit ni fanfaronnade ni vantardise. L'enfant est plus actif que son père, qui lui porte peut-être la gouvernance et les fardeaux de tout un empire sur ses épaules et dans son cœur. L'enthousiasme est plus actif que la foi, alors que l'enthousiasme n'est pas capable de déplacer des montagnes, ni d'invoquer aucune des forces omnipotentes que la foi peut commander.

 

L'activité se fait souvent au dépens des éléments plus solides, plus utiles, et généralement s'accompagne d'une négligence totale de la prière. Être trop occupé par les affaires de Dieu pour communier avec Dieu, être trop occupé par le travail de l'Eglise pour prendre le temps de parler avec Dieu de Son œuvre, voilà le chemin royal qui amène les gens à rétrograder; et nombreux sont ceux et celles qui, leur âme immortelle en souffrant, ont foulé ce chemin.

 

Source: The Watchword

 

Référence: "Essentials of Prayer" (Les Fondements de la Prière), E.M. Bounds

 

Traduit par Nicole de Girardier pou ERM

Partager cet article

Repost0
10 juillet 2013 3 10 /07 /juillet /2013 16:01

Par Jonathan Goforth

"Frères, l'Esprit de Dieu est toujours avec nous. La Pentecôte est à notre portée. Si le Réveil nous est refusé, c'est qu'une idole est encore adorée en cachette; c'est que nous mettons notre confiance dans les plans humains. Nous nous refusons à croire cette vérité immuable : "Ce n'est ni par la puissance, ni par la force, mais c'est par MON ESPRIT, dit l'ETERNEL DES ARMEES" (Zacharie 4/6).' - Jonathan Goforth

Un missionnaire me dit un jour, comme en guise d'excuse : "J'ai toujours désiré un Réveil, mais ma station est si loin de tout, que je n'ai jamais pu y faire venir un évangéliste". Comme si l'Esprit de Dieu n'agissait que par quelques privilégiés! Nous sommes convaincus, nous l'affirmons avec pleine conviction, que le Réveil peut avoir quand et où nous voulons. Ce prince des évangélistes, Finney, croyait que tout groupe de chrétiens qui fait de cœur et sans réserve la volonté de Dieu, pouvait avoir un Réveil. Moody affirmait constamment que la Pentecôte n'était que le spécimen de ce que voulait faire l'Esprit.

J'espère que de la lecture de ces pages, le lecteur ne conclura pas que l'Orient est mieux prédisposé au Réveil que les autres parties du monde; ce serait un grave malentendu. Nous avons vu, dans nos propres pays, des auditoires remués, exactement comme ceux de la Chine. Il est vrai que cela prend généralement plus de temps. Mais qu'il y faille un jour ou une quinzaine, le principe est le même : n'importe quel groupe de chrétiens qui le désire peut recevoir la pleine bénédiction de la Pentecôte.

En lisant la Parole de Dieu, il nous semble inconcevable que le Saint-Esprit veuille retarder son oeuvre d'un jour. Nous pouvons être sûrs que, quand il ne peut pas déployer sa puissance, c'est toujours parce que l'homme n'a ni la foi, ni l'obéissance voulues. Si Dieu le Saint-Esprit ne glorifie pas Jésus dans le monde aujourd'hui, comme à la Pentecôte, c'est nous qui sommes à blâmer. Après tout, qu'est-ce que le Réveil, sinon l'Esprit de Dieu possédant absolument notre vie? Le Réveil est donc toujours possible quand l'homme se donne entièrement à Dieu. La résistance au Saint-Esprit est le seul péché qui puisse empêcher le Réveil.

Mais sommes-nous prêts à recevoir le Saint-Esprit? Apprécions-nous à leur valeur et le don et le donateur? Voulez-vous payer le prix d'un Réveil par le Saint-Esprit? Prenez la prière, par exemple. L'histoire des Réveils montre que tous ont été déclenchés par la prière. Cependant n'est-ce pas justement là que beaucoup d'entre nous tremblent et hésitent devant le prix à payer? La Bible ne nous dit pas grand chose de ce qui s'est passé dans la Chambre haute entre l'Ascension et la Pentecôte; mais nous sommes certains que les disciples étaient avares des minutes qu'ils ne passaient pas à genoux.

Que d'interdits, de scories, de déchets à faire disparaître!

Le miracle de la Pentecôte fut la meilleure preuve de l'œuvre de purification qui s'était faite dans la Chambre haute. Nous savons que toutes les effusions du Saint-Esprit ont toujours été étroitement liées à la prière. "Quand ils eurent prié", nous dit Luc, "le lieu où ils étaient assemblés trembla; ils furent tous remplis du Saint-Esprit" (Actes 4/31).

Les grands mouvements de la Réforme ont été en grande partie les résultats de la prière. On dit de Luther qu'il obtenait de Dieu, en priant, tout ce qu'il voulait. Marie Stuart craignait plus les prières de John Knox que toutes les armées de la reine Elizabeth. L'œuvre magnifique du Saint-Esprit, qui transforma chez les Moraves, en 1727, toutes les discordes en un grand amour, fit d'eux la plus grande force missionnaire du monde. Cette œuvre eut sa source dans la prière. "Y a-t-il jamais eu dans l'histoire de l'Eglise, écrit l'évêque Hasse, une réunion de prière qui ait duré cent ans? Les Moraves la commencèrent à Herrnhute en 1727; ils l'appelèrent l'intercession d'une heure. Se relayant jour et nuit, un frère ou une sœur était toujours en prière. L'objet principal de ces requêtes était l'œuvre de Dieu par l'Eglise. La prière mène l'action. Dans ce cas-là, elle créa un désir ardent, chez les Moraves, de porter le salut de Christ aux païens. Ce fut le commencement des missions modernes. De l'Eglise d'un petit village, il sortit, en vingt-cinq ans, plus de cent missionnaires. Nous ne trouverons nulle part et à aucune époque, aucun mouvement qui égale celui-là" (1) [John Greenfield : Power from on High, pp. 25, 26.]

Mais, pourquoi le mouvement morave n'aurait-il pas aujourd'hui sa contrepartie? Pouvons-nous concevoir que l'Esprit de Dieu se lasse? Nous pouvons être sûrs que la bénédiction nous attend, si nous consentons seulement à nous agenouiller et à la recevoir.

Le trait le plus saillant du Réveil wesleyen, ce fut l'accent que ses chefs mirent sur la prière. Leur habitude était de prier chaque matin de 4 à 5 heures et de 5 à 6 heures le soir. De grands croyants, William Bramwell par exemple, passaient la moitié de la nuit en prière, puis parcouraient une région, brûlants comme une flamme de feu! Si seulement les millions de Méthodistes d'aujourd'hui donnaient à la prière la valeur que lui donnaient leurs grands ancêtres, quels miracles ne se produiraient-ils pas!

Finney comptait plus, pour produire le Réveil, sur les prières de Nash et de Clary que sur sa propre irrésistible logique. Nous sommes si habitués à l'état laodicéen de l'Eglise que l'influence toute-puissante de la prière, au temps de Finney, nous stupéfie. Pensez un peu : quarante pasteurs et missionnaires furent appelés par Dieu, et envoyés dans son champ, comme résultat des prières faites pendant un Réveil dans l'Ecole supérieure de Rochester! En 1857, Finney voyait cinquante mille âmes par semaine se décider à se donner à Dieu. Dans beaucoup de villes, on ne trouvait pas d'assez grande salle pour y tenir les réunions de prière. Ce fut alors que commença celle de Fulton Street, à New-York, dans une salle annexe d'une église. En quelques semaines, l'église elle-même était devenue trop petite, et le surplus des auditeurs remplit d'autres églises voisines.

En 1858, Spurgeon réunit sa grande congrégation et lui dit : "L'Esprit de Dieu sauve en ce moment des multitudes d'âmes aux Etats-Unis. Comme Dieu ne fait acception de personnes, nous allons lui demander les mêmes bénédictions ici". La réponse, ce fut le Réveil de 1859.

M. Moody, assure-t-on, n'acceptait pas d'invitation à tenir une série de réunions, sans faire promettre qu'elle serait préparée par la prière. Au Sud du Pays de Galles, peu avant le grand Réveil de 1904, trois cents réunions de prière avaient été fondées. En fait, le Pays de Galles tout entier devint comme une immense réunion de prière. Le résultat fut qu'en deux mois, soixante-dix mille âmes s'étaient tournées vers Dieu.

A Calcutta, en 1902, deux missionnaires avaient entendu le docteur Torrey parler sur la prière. Elles en furent si frappées qu'en rentrant auprès de leurs paroissiens à Khassa, leur grand sujet fut la prière. Le résultat ne se fit pas attendre : au printemps de 1905, les Khassiens priaient tous. Le Réveil était inévitable. En quelques mois, huit mille convertis furent ajoutés à l'Eglise, dans cette partie de l'Inde.

Dans un de nos premiers chapitres, nous avons raconté comment le grand Réveil en Corée, en 1907, fut le fruit de la prière. Nous sommes convaincus aussi que l'origine de tous les Réveils dont nous avons été témoins en Chine fut: la prière.

Après une série de réunions spécialement émouvantes, un missionnaire me dit : "Si le Seigneur a tant accordé à nos prières, quoi qu'elles aient été si peu nombreuses, que n'aurions-nous pas obtenu, si nous avions prié davantage ?"

"Quel est le secret du Réveil? " demandait-on à un grand évangéliste. "Il n'yen a pas, répondit-il, il vient toujours en réponse à la prière".

Nous affirmons aussi que nous ne pouvons pas compter sur un Réveil général, encerclant le globe entier par le Saint-Esprit, à moins de revenir tout d'abord à la Bible. Les doutes émis sur la Parole de Dieu déshonorent absolument son auteur. Quelle douleur doit être la sienne, quand il voit si peu estimé par les hommes le Livre qui seul rend témoignage à son Fils!

Si la Bible n'est pas pour nous, en toute sincérité, la Parole même de Dieu, nos prières ne sont que moquerie et dérision. Il n'y a jamais eu de Réveil là où n'existaient pas des hommes et des femmes croyant de tout leur cœur à la Parole de leur Dieu et s'appuyant sur ses promesses.

L'épée de l'Esprit qui est la Parole de Dieu, est la seule arme qui ait jamais été utilisée avec puissance dans le Réveil. La Parole de Dieu est toujours, pour celui qui croit en ce qu'elle dit sur elle-même, une épée, un feu, un marteau qui brise le roc.

Dès que Luther eut traduit la Bible en allemand, l'Allemagne fut perdue pour Rome. Moody n'avait pas beaucoup d'instruction, mais il connaissait sa Bible, et il est certain que le monde n'a jamais connu et ne connaîtra peut-être jamais son égal comme gagneur d'âmes.

Lorsque j'étais étudiant, à Toronto, ma seule arme dans les prisons et les bas-fonds que je visitais, était la Bible. En Chine, j'ai souvent fait trente-cinq à quarante allocutions par semaine, qui n'étaient, somme toute, que des paraphrases de la Parole de Dieu. Je puis affirmer que pendant mes quarante et un ans de ministère, je ne me suis jamais adressé à un auditoire de Chinois sans avoir la Bible ouverte devant moi; cela me permettait d'affirmer : "Ainsi dit l'Eternel". Croyant que la simple prédication de l'Evangile suffisait pour amener des âmes à Christ, j'ai toujours agi en conséquence. Je n'ai jamais été déçu. Mon collègue chinois, un des hommes les plus consacrés que j'aie jamais connus, fut sauvé d'une vie de péché et de vices par la première allocution sur l'Evangile qu'il m'entendit prononcer.

Ce que je regrette le plus, en atteignant mes soixante-dix ans, c'est de ne pas avoir consacré plus de temps à l'étude de la Bible. Cependant, en moins de dix-neuf ans, j'ai lu tout le Nouveau Testament chinois cinquante-cinq fois. Cet éminent professeur de la Bible, le docteur Campbell-Morgan, déclare qu'il n'a jamais osé professer sur un livre de la Bible, avant de l'avoir lu au moins cinquante fois.

Il y a quelques années, un Monsieur qui était .à la Convention de Keswick y prit un tel amour pour la BIble, qu'il la lut ensuite douze fois en trois ans. Vous pensez peut-être que c'était un homme de loisir? Nullement, c'était un ouvrier qui partait chaque matin à 5 h 30 pour son usine.

La Bible n'était pas aussi négligée qu'aujourd'hui, quand les grands Réveils de 1857-59 éclatèrent en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis. Elle n'était pas si abandonnée au temps de Moody. Les lettrés chinois, sous la dynastie mandchoue, devaient savoir par cœur leurs grands classiques. Comment les lettrés des pays soi-disant chrétiens traitent-ils le plus grand des classiques?

Il est tragique de voir combien peu les représentants du Seigneur Jésus en Chine connaissent Sa Parole. Il y a trente ans, l'idéal d'un missionnaire était de connaître assez sa Bible pour ne pas avoir besoin de transporter avec lui sa Concordance. L'indifférence pour la Parole de Dieu, que professent actuellement beaucoup de missionnaires, viendrait-elle de ce qu'ils ont découvert un meilleur moyen de répondre aux besoins spirituels d'un monde pécheur ?

Enfin, la grande raison du Réveil doit être le désir d'exalter dans nos cœurs Jésus-Christ comme Roi des rois et Seigneur des seigneurs. Le Christ est pareil au Mont Everest, qui domine l'immense plaine. Si nous voulons qu'Il habite en nous, il faut qu'Il prenne toute la place. Toute idole doit être détruite; Isaac, le bien-aimé, doit être placé sur l'autel. Il faut refuser au moi jusqu'à la moindre satisfaction. C'est alors seulement que nous pourrons voir s'ouvrir devant nous les plus vastes horizons.

On raconte que Mahmoud, le grand conquérant mahométan, détruisit au fur et à mesure de ses victoires dans le nord de l'Inde, toutes les idoles qu'il rencontrait sur son chemin. Il arriva dans la ville de Guggeratt, qui contenait une idole vénérée tout spécialement par les habitants. Les notables vinrent trouver le vainqueur et le supplièrent d'épargner au moins ce dieu-là. Ils lui abandonnaient tous les autres, mais si Mahmoud détruisait celui-là, ils préféraient mourir!

Ils plaidèrent leur cause avec une telle intensité que, pendant un instant, le cœur du général fléchit. Il lui semblait par trop cruel de priver ces pauvres gens de ce qu'ils aimaient mieux que la vie; mais il se souvint qu'il avait fait serment de détruire toutes les idoles. La volonté d'Allah était absolue. Il se fit apporter un marteau, et d'un coup terrible fendit l'idole en deux. A sa stupéfaction, il en sortit tout un flot de bijoux et de pierres précieuses. Les habitants de la ville en avaient fait une cachette, et ils espéraient que le vainqueur, en leur laissant l'idole, leur permettrait, à son insu, de sauver leurs richesses. Voyez la perte qu'aurait subie le vainqueur, s'il l'avait épargnée!

Y eut-il jamais une occasion pareille à celle qui fut donnée aux conducteurs spirituels de nos Eglises, à la conférence d'Edimbourg en 1910, d'abandonner leurs idoles ecclésiastiques et d'entrer en contact avec les richesses insondables du Christ? Il n'y a jamais eu dans les temps modernes, une réunion ecclésiastique qui ait suscité plus d'espoirs. Des leaders religieux étaient venus de toutes les parties du monde. Plusieurs espéraient qu'une ère nouvelle allait s'ouvrir pour les Missions. Le sujet du dernier jour était : "La Base de l'arrière (The Home Base". Ce sujet faisait naître la vision de magnifiques possibilités. Les Eglises des pays chrétiens, fortifiées par le Saint-Esprit, allaient envoyer des hommes qualifiés comme Paul et Barnabas. Avec de telles énormes ressources en argent et en vocations, le monde allait être évangélisé au cours d'une génération.

Hélas! ce n'était qu'un rêve. Je n'ai jamais éprouvé une plus vive déception que ce jour-là! De tous ceux qui parlèrent à cette grande réunion, trois seulement mirent l'accent sur le Saint-Esprit comme étant le grand facteur de l'évangélisation du monde. A écouter les discours prononcés ce jour-là, on était obligé de conclure, que pour donner l'Evangile aux païens, il suffisait d'avoir une meilleure organisation, des moyens matériels plus perfectionnés, un plus grand nombre de vocations masculines et féminines. Il y avait pourtant des symptômes, dans cette assemblée, qui faisaient prévoir que quelques étincelles de plus auraient suffi pour produire une explosion. Mais non! Il en aurait trop coûté de mettre à bas l'idole ecclésiastique!

Frères, l'Esprit de Dieu est toujours avec nous. La Pentecôte est à notre portée. Si le Réveil nous est refusé, c'est qu'une idole est encore adorée en cachette; c'est que nous mettons notre confiance dans les plans humains. Nous nous refusons à croire cette vérité immuable : "Ce n'est ni par la puissance, ni par la force, mais c'est par MON ESPRIT, dit l'ETERNEL DES ARMEES" (Zacharie 4/6).

Référence: Par Mon Esprit, Jonathan Goforth - Editions Viens et Vois

Partager cet article

Repost0
9 juillet 2013 2 09 /07 /juillet /2013 14:30

Consolez, consolez mon peuple, Dit votre Dieu. 2 Parlez au coeur de Jérusalem, et criez lui Que sa servitude est finie, Que son iniquité est expiée, Qu'elle a reçu de la main de l'Éternel Au double de tous ses péchés.

Esaïe 40.1-2

Tout le monde veut être consolé, mais qui est prêt à recevoir la consolation telle que Dieu la lui donne ? La consolation de Dieu, est reçue dans le pardon, elle appelle à des sacrifices précis. Si nous analysons bien l'immense soupir de la société occidentale aujourd'hui, nous verrons qu'il est le fait d'une humanité avide de recevoir la justification de la vie telle qu'elle la vit et non telle que Dieu la confère. Même sous les régimes athées, les hommes éprouvent le besoin qu'il leur soit solennellement attesté que la vie qu'ils mènent est bonne. Beaucoup d'hommes réputés chrétiens ou qui se veulent tels, cherchent quelqu'un qui leur atteste que Dieu ratifie leur style de vie. De tous côtés, les consciences tourmentées cherchent le repos, mais les cœurs ne sont pas nécessairement disposés à recevoir une parole qui émane de Dieu. Les hommes refusent de reconnaître la responsabilité qu'ils ont dans le mal et dans l'injustice. La détresse spirituelle contemporaine nous touche personnellement, elle nous atteint dans nos plus proches, mais nous savons que Dieu ne permettra pas qu'elle soit liquidée par une consolation facile et vaine, parce qu'il est le Dieu vivant.

Source : Brèves méditations. ( Jacques Gruber)    

 

Partager cet article

Repost0
6 juillet 2013 6 06 /07 /juillet /2013 18:00

                                     Un soulagement qui nous arrive de Téhéran…

Le pasteur pentecôtiste Robert Asserian, membre des Assemblées de Dieu [Assembly of God, AoG] présentes dans la capitale iranienne a été remis en liberté sous caution. La libération, intervenue mardi 2 juillet, a été rendue publique par l’organisation Middle East Concern. Le responsable chrétien avait été arrêté le 21 mai dernier [voir ici et ] alors qu’il présidait une rencontre de prière. Sa maison avait fait l’objet d’une perquisition, son ordinateur et ses livres lui avaient été confisqués. Selon ce qu’indique Middle East Concern, en Iran, les communautés chrétiennes légalement reconnues font également l’objet de fortes pressions afin qu’elles abandonnent l’usage de la langue farsi dans le cadre de leurs rencontres de prière et de leurs célébrations religieuses.

Source : Agence Fides

 

Partager cet article

Repost0
6 juillet 2013 6 06 /07 /juillet /2013 16:19

La récente interview du nouveau président du Conseil Français du Culte Musulman, par ailleurs Recteur de la Grande Mosquée de Paris, parue dans Le Parisien du 3 juillet est riche d’enseignements.

Elle en dit long notamment sur les objectifs à moyen et long terme de ce mouvement. La lecture de cet article m’a fait froid dans le dos. Pour ceux qui doutent encore que l’Islam est en mode occupation de la France, analyse.

M. Dalil Boubakeur déclare sans sourciller : « Nous souhaitons que l’Université puisse convenir avec notre culte d’une formation mixte : un enseignement religieux incombant aux mosquées et un enseignement des sciences, de l’histoire, du droit, de la laïcité à la française dispensé par les universités d’État ». L’Université de la République devra  s’adapter aux spécificités du culte musulman, pas au frais des contribuables musulmans mais aux frais de tous les contribuables de France et de Navarre sans distinction de religion. Donc pour que l’Université de la République française soit qualifiée désormais de laïque il faut qu’elle s’adapte à l’Islam ! N’est-ce pas aux hommes de s’adapter aux us et coutumes du pays où ils vivent ? Les États qui ont pour religion l’Islam en feraient-ils autant pour les autres religions sur leur sol ? Si tant est qu’ils leur permettent d’exister librement. Mais j’en doute.

M. Boubakeur devrait comprendre que la laïcité, c’est en substance, la conception et l’organisation de la société fondée sur la séparation de l’État et des religions. Elle exclut donc pour les religions l’exercice de tout pouvoir politique ou administratif, et en particulier, l’exercice de l’organisation de l’enseignement (Art. 2 de la Constitution). Mais une France laïque doit-elle pour autant nier voire rejeter son héritage judéo-chrétien ? Cela en prend le chemin.

Le hic, c’est que les tenants de cette laïcité à la française, comme M. Boubakeur, oublient que l’on ne doit pas empêcher les policiers de contrôler des femmes voilées dans l’espace public de la Nation ; on ne doit pas imposer la viande hallal dans les cantines scolaires ; on ne doit pas obliger les sociétés qui ont des employés musulmans à leur accorder des horaires particuliers à cause du Ramadan, par exemple.

Mais M.Boubakeur ne compte pas s’arrêter en si bon chemin, il demande à l’État de favoriser la notion de citoyenneté musulmane française. Waouh ! On aurait donc une citoyenneté française à 2 vitesses : « une citoyenneté hallal » et « une citoyenneté khafir », cette dernière étant formée par des infidèles, c’est-à-dire, tous ceux qui ne sont pas musulmans. Et il y a fort à parier que les infidèles deviendraient très rapidement de français de seconde zone…sur leur propre territoire !

« On a droit à notre identité, à notre pratique de la religion, mais on se doit aussi de respecter une éthique morale et non violente », dit le président du CFCM. J’aurais applaudi s’il avait ajouté à cette belle confession de foi, le respect de la République française. Parce que je crois que M.Boubakeur n’en parle pas à dessein. Or la République, c’est ce qui en sensé nous unir dans nos diversités et pas nous diviser.

En vérité, pour le Recteur de la Grande Mosquée de Paris, laïcité rime avec accaparement. Les musulmans de France veulent tout de la France, si ce n’est la France elle-même. Mais ils ne cèdent sur rien du tout. Ils sont du côté de la Loi lorsqu’elle leur est favorable mais la rejettent quand elle ne va pas dans leur sens. An fait, vu que l’on demande deux sortes de citoyenneté, pourquoi ne militerait-on pas pour deux France ? C’est cela qu’il faut voir en filigrane.

Et là où M.Boubakeur fait fort, c’est lorsqu’il déclare, à propos du mariage gay : « Je comprends que Dieu ait varié dans sa création des êtres humains qui n’ont pas tous la même orientation ». Donc s’il y a plus d’homos, c’est de la faute de Dieu ! Mais de quel Dieu parle-t-il ? Parce que le Dieu des chrétiens est non seulement infaillible mais Il n’y a en Lui aucune ombre de variation.

Je me répète peut-être, mais l’Islam est une religion de conquête politico-sociétale. Et la France est devenue un de ses objectifs prioritaires. Si elle ne sort pas de sa torpeur pour réaffirmer son héritage judéo-chrétien avec force et conviction ; si elle ne revendique pas le combat des Huguenots en l’assumant, j’ai bien peur que bientôt, les Francs Gaulois ne soient considérés comme étrangers sur leur propre sol ; et qu’ils soient poursuivis pour blasphème contre Allah.

A bon entendeur…

Malick Daho, Evangéliste

Partager cet article

Repost0
6 juillet 2013 6 06 /07 /juillet /2013 15:37

La chaîne britannique Channel 4 diffusera quotidiennement l'appel à la prière pendant le mois de jeûne musulman du ramadan, une première au Royaume-Uni pour une chaîne grand public.

Cet appel de trois minutes sera retransmis chaque matin à la télévision et sur le site en ligne de la chaîne, à partir du 9 juillet, début du ramadan, à destination des quelque 2,7 millions de musulmans vivant dans le pays, selon un communiqué de la chaîne.

Le responsable de la programmation de Channel 4, Ralph Lee, a justifié cette décision par le poids croissant de l'islam, deuxième religion en Grande-Bretagne, dans une interview au magazine télé Radio Times publié mardi.

"L'islam est l'une des rares religions qui prospère et croît au Royaume-Uni. Comme l'audience-cible de Channel 4, ses fidèles sont jeunes", a-t-il expliqué."Près de 5% du pays va prendre part au ramadan ce mois-ci, pouvons-nous en dire autant d'autres événements nationaux qui ont eu une grosse couverture télévisée, comme l'anniversaire du couronnement de la reine?" Avant d'ajouter: "Aucun doute que Channel 4 va être critiquée pour focaliser l'attention sur une religion +minoritaire+ mais nous sommes là pour ça, laisser le choix et donner une voix à ceux qui sont sous-représentés".

Ibrahim Mogra, vice-secrétaire général du Conseil musulman britannique (MCB), a salué cette décision. "Je suis sûr que les musulmans seront très heureux et fiers de voir l'appel à la prière diffusé sur une chaîne grand public. C'est la reconnaissance du fait que l'islam et les musulmans font partie intégrante de la Grande-Bretagne moderne", a-t-il commenté. "Etant donné que la BBC consacre des centaines d'heures par an au christianisme, avec deux ou trois services religieux par jour diffusés sur ses stations de radios, et presque aucune référence aux religions minoritaires, quelques minutes consacrées à l'islam ne semblent pas déraisonnables", a quant à lui réagi Terry Sanderson, président de l'organisation de défense de la laïcité National Secular Society, soupçonnant toutefois Channel 4 de vouloir ainsi se faire un "coup de pub".

 

Partager cet article

Repost0
1 juillet 2013 1 01 /07 /juillet /2013 07:00

Nous vivons un monde de confusion, laquelle s'installe aussi avec prédilection dans l'Eglise ( Lecture 2éme Epitre de Jean) . Et cela n'est pas étonnant, puisque nous vivons les derniers temps ( Matt. 24/24). L'Ecriture dit qu'il faut " professer la vérité dans la charité"( Eph. 4/15). Mais aussi qu'il faut "aimer dans la vérité" ( 2 Jn. 1) .

Au nom de ces deux principes, je serai obliger de discerner ( donc de juger ! ) le vrai du faux. Et j'aimerais, à la fin, l'avoir fait dans la seule charité valable, celle qui veut l'unique bien du prochain. Il faut nous convaincre que l'amour n'est pas seulement douceur et bonté.

N'oublions pas que la vraie charité est clairvoyante, " se réjouit de la vérité" ( 1 Cor. 13/6-7). Ceux qui demeurent dans la vérité, ne peuvent se réjouir qu'en voyant autrui " marcher dans la vérité"( 2 Jean 1/4). Car " le véritable amour consiste à marcher selon ses commandements" (v.6 ). C'est là le test. Le véritable amour est selon la Parole, selon la doctrine ( v. 9). Il est selon l'orthodoxie, non dans l'hérésie, où l'apostasie ! Le véritable amour, enfin, est franchise, fermeté et vigueur ( v. 10 ).

En un temps où l'ennemi cherche à saper le témoignage de l'Eglise par la séduction  ( v. 7 ) il faut de la vigueur et de la franchise. C'est aimer son frère que de l'avertir avec douceur, mais aussi avec fermeté. " Si ton frère a péché, va et reprends-le" ( Matt. 18/15). Et Jaques 5/19 nous dit que les péchés sont couverts, non par la tolérance coupable, mais quand l'âme égarée est revenue de son erreur!!

Il y a une douceur qui prend le nom d'amour et peut faire beaucoup de mal, car elle permet à beaucoup de choses de rester cachées ou de subsister en plein jour, ou de cohabiter avec une piété, même charismatique, car ceci n'est pas un brevet de sainteté ou d'orthodoxie (Matt. 7/21-23).

Qu'a été la REFORME, sinon un puissant réveil, une vague énorme de l'Esprit , qui atteignit tous les milieux de la société, tant laïques que religieux, et jusqu'aux plus hautes sphères ? Ce fut le Renouveau de la Parole, le charisme de la vérité rendue aux hommes, après avoir été escamotée derrière les hérésies romaines.  Ce fut " la religion de la Bible", comme on l'a dit, un amour passionné de la Vérité. C'est le long cortège sanglant de "L'Eglise sous la croix" ( pendant plus de deux siècles !) qui nous a transmis ce don essentiel de Vérité qui nous sauve aujourd'hui.  Qu'on ne pense pas que nous ferons l'économie de la vérité pour assurer le triomphe d'un certain amour. Autrement, à quoi aurait servi le combat des Réformateurs et le sang des martyrs ? Se seraient-ils trompés  sur la définition de la Vérité ? Les dogmes fondamentaux ne sont-ils pas clairement exposés dans la Bible, qu'on nous dise que nul ne peut prétendre à la doctrine infaillible ? On oublie un peu vite que tant de martyrs de la Réforme sont morts au nom de la Vérité, alors ils sont morts en vain....

                                                     La persécution des huguenots

Mais à l'époque, il y avait deux camps bien délimités : celui de la Vérité où l'on mourrait, et celui de l'erreur où l'on persécutait. Tandis que, de nos jours, les deux camps se mélangent en chantant ensemble l'hymne à l'amour, plus fort que la Vérité....

Est-il bien de juger ? dira-t-on. Pourtant l'on devrait savoir que l'Ecriture nous fait un devoir impérieux de juger les doctrines, les individus qui les annoncent où même ceux qui les vivent. ( Matt. 7/ 15.16 ; Luc 7/43, Luc 12/57 ;  1. Jean 4/1 ; 1 Tim 4/1-3 ; 2 Tim 3/4-9 ; 1 Cor. 10/15. etc...). Seulement, il ne faut pas juger par soi-même, mais selon la Parole de la Vérité ( Jean 7/24). Les gens de bérée jugeaient continuellement Paul et sa doctrine à la lumière des Ecritures ( Actes 17/11). Et cet apôtre dira même : "L'homme spirituel juge de tout". ( 1 Cor. 2/15).       

J.D

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
30 juin 2013 7 30 /06 /juin /2013 07:00

VIDÉO. En plein coeur de la Bible Belt américaine, un ex-pasteur pentecôtiste réalise des "messes" destinées aux personnes… sans religion.

Dans la petite ville de Bâton-Rouge, en Louisiane, 80 personnes se réunissent tous les dimanches dans l’amphithéâtre d’un hôtel. Ils se rassemblent autour d’une conviction commune, qu’ils défendent avec ardeur.

Sur le devant de la scène, un homme habillé en costume cravate, les cheveux brillants plaqués en arrière, guide la cérémonie en chantant et en prononçant des sermons passionnés.

LIRE LA SUITE…


Comment expliquer ces évènements sinon par la Parole de Dieu : Il s'agit là de l'esprit de l'antéchrist; lisons plutôt :

"Petits enfants, c'est la dernière heure, et comme vous avez appris qu'un antéchrist vient, il ya maintenant plusieurs antéchrists :Par là nous connaissons que c'est la dernière heure. Ils sont sortis du milieu de nous, mais ils n'étaient pas des nôtres; car s'ils avaient été des nôtres ils seraient demeurés avec nous, mais cela est arrivé afin qu'il soit manifeste que tous ne sont pas des nôtres.( 1 Jean 2 v 18à 19)"; lire également: 2 Pierre ch. 2 .  Le blog de Aquilas Le blogger

Partager cet article

Repost0
29 juin 2013 6 29 /06 /juin /2013 16:28

par Mylène Sebbah
Un rapport troublant présenté au gouvernement israélien ce dimanche confirme ce que nombreux sont les juifs qui, en Europe, ont ressenti ces derniers mois une hausse de l'antisémitisme et y ont été confrontés au cours des derniers mois. 

                                                      

D'après l'enquête réalisée pour le compte de l'Agence européenne des droits fondamentaux dans neuf pays d'Europe, 26% des Juifs d'Europe ont souffert de harcèlement antisémite au moins une fois au cours de l'année écoulée, plus d'un tiers avaient déjà connu un harcèlement semblable au cours des cinq dernières années.

Près de 10 % ont été physiquement blessés ou menacés au cours des cinq dernières années.
Les Juifs d'Europe sont plus pessimistes quant à leur avenir que ce qu'ils sont prêts à admettre et ils semblent être parvenus à la conclusion que la situation ne fera qu'empirer.
En conséquence, 40% à 50% des Juifs de France, de Belgique et de Hongrie auraient déclaré qu'ils envisageaient d'émigrer car ils ne se sentaient plus en sécurité.

Ce constat a cependant montré que l'intention n'était pas nouvelle mais qu'elle était rarement suivie d'effets sans les mêmes proportions.
Les principaux points de l'enquête sont inclus dans le Rapport annuel d'évaluation de l'Institut politique du Peuple juif (JPPI) et, compte tenu de la situation, cet organisme estime que de nombreux juifs européens sont susceptibles d'envisager la possibilité d'immigrer en Israël.

Il recommande au gouvernement de prendre des mesures afin d'encourager ce choix, entre autres de lever les obstacles bureaucratiques pour la reconnaissance des diplômes universitaires obtenus à l'étranger, de faciliter l'absorption des immigrants ayant des professions réglementées d'éviter d'enrôler automatiquement tous les immigrants dans l'armée.

Le JPPI suggère également l'assouplissement des procédures de conversion afin d'encourager la conversion des non-juifs mariés à des Juifs.

Partager cet article

Repost0