Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : SIGNES ET PROMESSES
  •           SIGNES ET PROMESSES
  • : Ce Blog a pour but au travers de son contenu, d'édifier l'église de Jésus-Christ, de faire connaître à nos contemporains l'amour de Dieu manifesté en Jésus son fils bien aimé.Les messages qui seront diffusés veulent être en bénédictions à tous les milieux, en rappelant qu'aujourd'hui, Dieu veut encore faire éclater parmi ceux qui ont soif, les signes de sa Puissance, et accomplir ses Glorieuses Promesses. L'actualité chrétienne, nationale et internationale sera aussi traitée dans ce blog. Aquilas
  • Contact

VERSET BIBLIQUE

 

 

Je suis le chemin, la vérité, et la vie. (Jean 14 : 6)  

Recherche

Liste D'articles

  • Pleurez pour vos bergers. (Partie 1/2)
    Par David Wilkerson Il est temps de pleurer et de nous lamenter pour les bergers qui gardent les brebis du Seigneur. Pleurez pour les pasteurs, les évangélistes, les prophètes et les docteurs, car Dieu est sur le point d’envoyer de terribles jugements...
  • La justification
    Qu'est-ce que la justification ? C'est, en matière de justice, un acquittement (Isaïe 5.23 ; Proverbes 17.15). Le divin juge considère "comme juste" le croyant sincère. La justification est "un don gratuit" de Dieu, du Dieu contre lequel nous avons péché....
  • Persécution des Ouïghours en Chine : la France...
    Persécution des Ouïghours en Chine : la France condamne des _pratiques inacceptables_, Pékin dénonce des mensonges… https://t.co/Yti9aULzjD Patrick Gassend (@Ichtus1) July 24, 2020
  • L'olivier franc
    - INOF 5 2020 SUITE DE LA CRISE.pdf
  • Notre sûre retraite
    (Proverbes 8 : 10) « Le nom de l’Éternel est une tour forte ; le juste s'y réfugie et se trouve en sûreté ». Il est aussi notre force et notre bouclier , notre rocher, notre forteresse, notre libérateur, notre bienfaiteur et notre haute retraite... la...
  • Preuves d'un dessein intelligent
  • La nuée. (Partie 2/2) " Israël dans le désert."
    Nombres 9.15-23 A la lecture de ce passage, nous constatons que les enfants d'Israël partaient ou campaient, selon que la nuée s'élevait ou s'arrêtait. Le peuple agissait sur l'ordre de L’Éternel Rappel :Dieu était dans la nuée ; la gloire de Dieu, la...
  • La Nuée. (Partie 1/2) ''Direction de Dieu pour Israël au sortir du pays d’Égypte''
    "L'Éternel allait devant eux le jour dans la colonne de nuée et la nuit dans une colonne de feu.Le peuple pouvait marcher ainsi jour et nuit". Exode 13.17-22 Le chemin des fils d 'Israël longeait la rive occidentale de la pointe de la mer rouge, en descendant...
  • Tous surveillés.....
    Des caméras de Nice à la répression chinoise des Ouïghours, cette enquête dresse le panorama mondial de l'obsession sécuritaire, avec un constat glaçant : le...
  • Par mon Esprit
    Missionnaire chrétien Description Traduit de l'anglais - Jonathan Goforth était un missionnaire presbytérien canadien en Chine au sein de la Mission presbytérienne canadienne, avec son épouse, Rosalind Goforth. Wikipédia (anglais) - goforth_parmones...

VISITES

 Que Dieu vous bénisse !

 

Parcours interactif :

                                           https://connaitredieu.com/

   

 


 
 

SOUTIEN

                                                                             Suivez  le lien :Contact  

 

  

Calendrier La Bonne Semence

                

">

reftagger

 

31 août 2013 6 31 /08 /août /2013 19:00

Nachrichten aus Israel

NDI 2013-06 web
par Aquilas

Partager cet article

Repost0
31 août 2013 6 31 /08 /août /2013 16:47

Nachrichten aus Israel

                                                                                   
NDI 2013 05
par Aquilas

 

 

Partager cet article

Repost0
31 août 2013 6 31 /08 /août /2013 15:40
Source : La  Clau
Les Pyrénées-Orientales comptent 19 lieux de culte consacrés à cette doctrine protestante

Regardée de travers par l'Evêché de Perpignan-Elne, qui voit en elle une concurrence dynamique et séduisante, l'Eglise évangélique s'assure une expansion certaine dans les Pyrénées-Orientales. Cette doctrine a développé 19 lieux de culte, jusqu'à Font-Romeu, mais ses principaux fidèles, essentiellement de culture gitane, se rassemblent dans les 14 centres qui leur sont réservés à Perpignan.

Le panorama religieux des Pyrénées-Orientales, illustré par trois lieux de culte bouddhistes pour 22 salles de prière musulmanes et 6 salles du royaume de Jéhovah, voit également se développer l'Eglise évangéliste. Cette doctrine rattachée au protestantisme a su conquérir la majeure partie de la population gitane de Perpignan depuis les années 1980, avant de s'étendre dans le territoire, où l'on dénombre actuellement 19 salles dédiées. Parmi 14 adresses à Perpignan, la principale, voisine du siège du quotidien L'Indépendant, boulevard des Pyrénées, fait partie de la Fédération Nationale des Églises et Œuvres des Assemblées de Dieu de France (FNADF), qui revendique un "réveil spirituel" et se déclare fondée "uniquement sur la Bible". Ces "églises évangéliques tziganes", selon la terminologie officielle, présentent un modèle de société conservateur, voire traditionnaliste, conjugué à des offices plus participatifs et animés que les messes catholiques. Les Pyrénées-Orientales comptent 19 lieux de culte consacrés à cette doctrine protestante

 

L'Eglise évangélique étend sa toile en Pays Catalan

 
 
Regardée de travers par l'Evêché de Perpignan-Elne, qui voit en elle une concurrence dynamique et séduisante, l'Eglise évangélique s'assure une expansion certaine dans les Pyrénées-Orientales. Cette doctrine a développé 19 lieux de culte, jusqu'à Font-Romeu, mais ses principaux fidèles, essentiellement de culture gitane, se rassemblent dans les 14 centres qui leur sont réservés à Perpignan.      

Le panorama religieux des Pyrénées-Orientales, illustré par trois lieux de culte bouddhistes pour 22 salles de prière musulmanes et 6 salles du royaume de Jéhovah, voit également se développer l'Eglise évangéliste. Cette doctrine rattachée au protestantisme a su conquérir la majeure partie de la population gitane de Perpignan depuis les années 1980, avant de s'étendre dans le territoire, où l'on dénombre actuellement 19 salles dédiées. Parmi 14 adresses à Perpignan, la principale, voisine du siège du quotidien L'Indépendant, boulevard des Pyrénées, fait partie de la Fédération Nationale des Églises et Œuvres des Assemblées de Dieu de France (FNADF), qui revendique un "réveil spirituel" et se déclare fondée "uniquement sur la Bible". Ces "églises évangéliques tziganes", selon la terminologie officielle, présentent un modèle de société conservateur, voire traditionnaliste, conjugué à des offices plus participatifs et animés que les messes catholiques.

Plus séduisants que l'Eglise catholique

Les lieux de culte évangélistes, diffusant l'idée d'une rencontre personnelle avec le Christ, sont peu aimés de l'Evêché de Perpignan-Elne qui voit en eux une concurrence chrétienne à haute capacité de séduction. La très dynamique Eglise Baptiste de Perpignan, deuxième du genre dans la ville, propose ainsi des lectures à consulter sur Internet, ou encore une exposition de bibles anciennes, du 3 au 14 septembre, non loin de la cathédrale Saint-Jean. Ailleurs, ces sites religieux parfois précaires sont baptisés "Assemblée de Dieu" à Prades et Font-Romeu, ou "Eglise Baptiste" à Banyuls-sur-mer.


Des prêches radicaux, mais inaperçus

Elne, la ville qui a abrité le siège de l'évêché jusqu'à la Révolution Française, avant son transfert à Perpignan, présente une offre religieuse très plurielle, à la faveur du changement d'époque. Les témoins de Jéhovah y disposent de leur quartier général départemental, dans la zone industrielle, tandis qu'une modeste mosquée occupant un ancien box de transitaires en fruits et légumes jouxte une église évangélique tzigane, installée dans un box semblable. Le prédicateur hispanophone à la parole forte, aux antipodes du style catholique, rappelle la manière sud-américaine, à persuasion prépondérante. En transparence, les insinuations doctrinales et comportementales rejoignent une forme certaine d'intégrisme, qui, dans le cadre officiel, passe inaperçue par le biais de la langue.

Eglise évangélique tzigane, Elne, 27 août 2013 © La Clau

                                                  Eglise évangélique tzigane, Elne, 27 août 2013 © La Clau     

        

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
25 août 2013 7 25 /08 /août /2013 19:00

Un juge américain vient de juger recevable un procès intenté par une association d’homosexuels Ougandais contre un pasteur évangélique. Ils accusent ce dernier de « crime contre l’humanité ».

Le pasteur américain est d’accusé d’infraction au droit international pour avoir dialogué avec des dirigeants Ougandais sur les méfaits de l’homosexualité. Scott Lively, avocat et écrivain, gère la un café, le «Holy grounds» dans l’Etat du Massachusetts, où il distribue gratuitement du café et des bibles, et anime la prière du dimanche où il rassemble, entre autres personnes, des clochards et des drogués.

En 2009, il a été invité à participer à une conférence en Ouganda. Il y a déclaré que le but du lobby homosexuel était de «détruire une société fondée sur le mariage et de la remplacer par une culture de promiscuité sexuelle».

L’Association des minorités sexuelles d’Ouganda (SMUG) accuse Scott Lively (en photo) d’incitation à la «persécution» pour ses prises de position publiques, et pour avoir conseillé aux dirigeants Ougandais de légiférer contre l’homosexualité. Les membres de SMUG militent en faveur de l’acceptation sociale et juridique des personnes lesbiennes, homosexuelles, bisexuelles, «transgenres» et «intersexe». Ils combattent toute législation anti-homosexuelle.

Dans leur mémorandum, les plaignants décrivent certains événements qui se sont déroulés en Ouganda, par exemple la descente de la police au siège de SMUG. « Monsieur Lively n’est pas mentionné une seule fois dans la [liste d’événements] qu’ils décrivent », nous a confié Liberty Counsel, le cabinet qui défend Scott Lively.

Ces événements, SMUG essaie de les mettre en lien avec Lively et avec le meurtre de David Kato, l’un des dirigeants du groupe. La plainte ne mentionne pas un fait essentiel : un prostitué homosexuel aurait confessé le meurtre de Kato, qu’il met sur le compte d’une histoire de paiement. Celui-ci a été reconnu coupable et condamné à 30 ans de prison.

Si SMUG réussit, toute personne « faisant circuler une pétition en opposition à la reconnaissance de droits spéciaux pour les homosexuels pourrait devenir un criminel selon le droit international des droits de l’homme», a déclaré l’avocat de Lively, Horatio Mihet, à WND.

Le procès s’appuie sur une législation qui traite de la responsabilité des faits perpétrés à l’étranger. Cette loi fédérale rend les cours américaines compétentes pour traiter des affaires de violation du droit international ou du droit américain. La Cour Suprême a récemment décidé que cette loi ne peut être appliquée à des événements qui se sont déroulés hors du territoire américain.

Ce procès est «un coup de pub sans fondement, imaginé pour harceler Scott Lively et le forcer à l’inaction», a déclaré un avocat au Friday Fax. En droit américain, la liberté d’expression fait obstacle «aux absurdités» par exemple tenir une personne légalement responsable pour avoir tenté de convaincre des gens de changer leur opinion dans le sens inverse.

L’avocat vétéran souligne ce procès pourrait se retourner contre les militants homosexuels. La théorie avancée par SMUG pourrait en inciter certains à intenter des procès « contre les militants homosexuels qui essaient de réprimer leurs opposants politiques et culturels dans des pays étrangers »

Dans sa décision, le juge Michael Ponsor a qualifié les dirigeants et le législateur de «complice» du pasteur Lively. Le juge a déclaré que certains dirigeants considèrent la «persécution» motivée par l’orientation sexuelle et l’identité de genre comme une violation des normes internationales». Cependant l’existence d’une violation du droit américain est discutable.

Le juge Ponsor a fait les gros titres en juin, lors de la publication de son premier roman, un thriller juridique qui se déroule dans l’état du Massachusetts. Ponsor avait toujours rêvé de devenir écrivain. Après le flop de ses deux premiers romans, il a été nommé juge.

« Un jour j’ai réalisé que les juges sont des législateurs non élus de l’espèce humaine, et que ce que nous faisons est tout aussi créatif», a-t-il déclaré dans une interview.

Source : C-FAM

Partager cet article

Repost0
25 août 2013 7 25 /08 /août /2013 17:40

Source : DieuTV

 

Après avoir participé à une émission de téléréalité qui a propulsé sa carrière, la mannequin américaine Kylie Bisutti a connu un revirement radical qui l’a amené à publier un livre autobiographique «I'm no Angel : From Victoria's Secret Model to Role Model». Aujourd’hui, à la surprise générale, elle a tout abandonné et vient de lancer une ligne de vêtements biblique sous la marque «God Inspired Fashion».

Cette ligne de vêtements propose des tenues «sportswear» recouvertes de versets bibliques. Âgée de seulement 23 ans, Kylie Bisutti explique qu'elle souhaite «vraiment mettre l'accent sur la diffusion de la parole de Dieu. Mais nous voulons aussi être à la mode et au goût du jour».

Selon ActuaLitté (1), qui s'est intéressé à la nouvelle passion de l'ex-candidate de l'édition 2009 de «Victoria's Secret Model Search» (une émission de téléréalité diffusée sur la chaîne CBS) : «Sur les vêtements, on retrouve des messages de type Le Seigneur est ma Force ou Craignez Dieu. Et si certaines sociétés de textiles chrétiennes proposent déjà des t-shirts et des chapeaux, Bisutti estime être la première à avoir basé tout son projet sur la parole des évangiles».

« Je me sentais comme un morceau de viande »

Lorsque la curiosité nous pousse à taper son nom dans google, des photos sexys peuvent intriguer certains chrétiens, mais il est à noter que ces photos sont antérieures à sa conversion. Interrogée par Fox News (2), le 2 février 2012, trois ans après son passage dans l'émission de téléréalité, elle a déclaré avoir quitté son travail de «modèle lingerie», car ça ne «concordait pas avec ses valeurs chrétiennes». Par ailleurs, dans son livre, elle dénonce certaines dérives dans le monde de la mode : la drague, les régimes, ou encore la boulimie.

En avril 2013, le journal 7sur7 (3) rapporte que son travail, en tant qu'égérie de la marque «Victoria's Secret» (où elle a notamment succédé à Noémie Lenoir, Alessandra Ambrosio, Miranda Kerr...) consistait à se «déshabiller et titiller les hommes». Le déclic s'amorce lorsqu'elle découvre une photo d'elle sur un site porno, à cause d'une «erreur» de son photographe qui avait oublié de «photoshoper son bikini transparent». A ce moment-là, déclare-t-elle : «Je n'étais plus mannequin pour vêtements, je me sentais comme un morceau de viande». 

Une nouvelle success story avec Dieu

C'est alors que la foi en Jésus l'a sauvée, même si, au départ, ça n'a pas été simple selon ses dires : «Je me souviens, quand je suis devenue chrétienne, j'avais peur de le dire autour de moi. Je ne savais pas quoi dire, et ne sachant pas, j'avais l'air idiote. Si j'avais eu quelque chose comme cette collection pour m'aider, cela aurait été beaucoup plus facile pour moi».

Selon ActuaLitté, sa marque connaît un franc-succès à travers le monde. «Les vêtements ne sont commercialisés que sur la Toile pour le moment, et l'ancien mannequin ne veut plus revenir sur sa carrière d'avant. Avec God Inspired Fashion, elle tient un véritable renouveau spirituel, avec des commandes qui affluent de toutes parts, France, Allemagne, Mexique et Canada. La marque ne manque donc pas d'avenir. Il y en a pour tous, femmes, enfants, hommes, et même des accessoires...», rapporte l'article.

Paul OHLOTT

> Decouvrez "God Inspired Fashion"

Notes

(1) Lire l'article d'ActuaLitte

(2) Lire l'article de Fox News

(3) Lire l'article de 7sur7


Partager cet article

Repost0
25 août 2013 7 25 /08 /août /2013 17:19

Actu-Chretienne.Net

Plusieurs jeunes patients atteints du Sida ont arrêté leur trithérapie au Royaume-Uni, sous la pression de certains pasteurs Pentecôtistes, a révélé l’association anglaise de lutte contre le VIH, The Children’s HIV association citée par le site web de la BBC

… ce vendredi 16 août. Une situation dénoncée par un nombre croissant de médecins outre-manche, qui accusent cette église de «mettre en danger ses plus jeunes fidèles» atteints de la maladie. Le Pentecôtisme, très populaire auprès de la communauté anglo-africaine, est connu pour sa croyance «radicale» dans le «pouvoir des prières» et des «miracles», poursuit le quotidien.

LIRE LA SUITE…

Partager cet article

Repost0
25 août 2013 7 25 /08 /août /2013 06:00

La question va bien au-delà de ce titre. Jésus est-il venu pour faire des prosélytes ? De ceux et de celles qui vont adhérer ponctuellement à ses idées, puis ensuite retourner à leur vie passée ?

 

Il est bien évident qu’avec le temps, en laissant certaines techniques dites «d’évangélisation» s’installer chez nous et directement inspirées des méthodes de marketing ou plus prosaïquement des vendeurs de cuisines ou de canapés, nous avons fabriqué une génération de prosélytes ! Mais la réponse évangélique à cette question est des plus claires : Jésus condamne le prosélytisme et il ne le favorise absolument pas (Matthieu 23.15). Sa condamnation vaut aussi pour tous ceux qui se réclament de lui.

Alors Jésus serait-il venu faire des chrétiens ? Adeptes d’une nouvelle religion, la religion chrétienne ? Ce serait limiter dangereusement le rôle de Jésus dans l’humanité. J’ai lu il y a plusieurs années un excellent livre intitulé : «Jésus, l’inventeur du christianisme», dans lequel l’auteur mettait en évidence, que celui qui a donné son nom à cette religion n’est absolument pas venu pour accomplir cet objectif. Non, Jésus n’est pas venu faire des chrétiens. On sait aujourd’hui que le mot «chrétien» est galvaudé, qu’il ne signifie plus grand chose et qu’il n’est pas le reflet de ce que Jésus voulait.

L’origine du mot  «chrétien» remonte à une insulte à caractère homophobe – dirions nous aujourd’hui – lancée par les détracteurs de l’Evangile et de l’église naissante dans la ville d’Antioche en Syrie, au premier siècle de notre ère (Actes 11.26).

L’étymologie du mot est intéressante : en français, le mot ‘chrétien’ est directement issu du latin christianus qui vient lui-même du grec christianos. Un mot à son tour dérivé de christos, ‘Christ’. D’un point de vue politique ou religieux, ce terme christos renvoie à l’onction que reçoit un personnage important comme symbole de l’autorité qui lui est conférée. Dans ce sens, le mot christos est la traduction grecque de l’hébreu MaShiaH qui a donné le mot “messie” et signifiant "celui qui est oint" ou "qui a reçu une onction".

Bref, ces détracteurs cités plus haut se moquaient de ces gens qui aimaient «l’onction», le «parfum» qui allait avec et voyaient en eux des efféminés de la pire espèce. Même si je n’y peux rien, je suis chrétien par définition, mais je ne me retrouve absolument pas dans cette classification et ce, au regard des paroles de Jésus.

Lorsque je relis Matthieu 28.19, je découvre que la vocation adressée à l’Eglise c’est de faire des disciples. Et il n’est pas question pour moi de jouer sur les mots, mais puisque nous avons des mots, autant comprendre ce qu’ils veulent dire. A terme, nous fabriquons des chrétiens dans les Eglises, c’est à dire des gens qui ont une obédience dite chrétienne avec une particularité ou une autre (catholique, protestant, pentecôtiste, évangélique, baptiste, apostolique etc.). Mais où sont les disciples ?

Un disciple, comme son nom l’indique – en principe et cela devrait être une évidence pour tous – c’est quelqu’un qui a une discipline de vie avec Jésus. lorsque que l’on parle de disciple de Christ. Lorsque Wesley vient avec son message Méthodiste, il vient avec des «méthodes de piété quotidienne, très pratiques». Il apporte donc une méthode de discipline aux gens. S’il est un domaine où la discipline manque cruellement aujourd’hui, c’est bien dans la piété personnelle et collective. Alors, on bascule de la vie de disciple à celle de chrétien.

Lorsque Paul veut comparer la vie de disciple et qu’il l’expose à Timothée, il va l’imager avec trois métiers : le laboureur ou l’agriculteur plus généralement, le militaire de carrière et le sportif de haut niveau. Ces trois métiers ont un point commun : leur discipline personnelle ! (2 Timothée 2.3 à 6).

Le disciple n’a pas besoin d’un garde chiourme en forme de pasteur derrière lui, pour lui rappeler sans cesse qu’il a besoin d’une communion avec son Sauveur et son Seigneur. Il applique cette discipline à sa vie au quotidien,  sans déroger à cette règle là. Il est parfois si étonnant et si décevant de voir la légèreté de certains disciples – qui de fait n’en sont déjà plus qu’une moitié ou un quart – avec le sérieux qu’impose la vie avec Jésus. Un jour je prie, l’autre pas,  un jour j’ai du temps pour être avec Dieu, et puis pendant trois jours, je ne manifeste aucune vie de piété ! Où est alors le disciple là-dedans ? C’est là qu’elle doit se concrétiser.

D’ailleurs et pour terminer, tout se résume à cela. Un disciple qui va avec Jésus, ne fera jamais de prosélytisme aggravé, qu’on appelle témoignage chez nous, mais qui n’est pas le témoignage évangélique. Il fera envie aux autres par ce que dégage sa vie, et cela n’est rien d’autre que la concrétisation de sa vie de disciple, de sa relation avec Jésus. C’est le témoignage naturel.

J’aime ce texte d’Actes 4.13 « On les reconnut pour avoir été avec Jésus ! »

Et nous autres, comme qui nous reconnaît-on ? : des prosélytes, des «chrétiens» fades et comme les autres, ou comme des gens qui dégagent la bonne odeur de Christ et ce, pour avoir passé du temps avec lui ?

Samuel Foucart

Partager cet article

Repost0
24 août 2013 6 24 /08 /août /2013 19:22

Source : PubliusHistoricus

Le massacre de la Saint-Barthélemy est resté comme une des pages les plus sombres de l'Histoire de France. Il est à replacer dans le contexte des guerres de religion qui ensanglantèrent la France entre 1562 (Massacre de Vassy) et 1598 (Édit de Nantes). Plusieurs milliers de protestants trouvèrent la mort.

François Dubois (peintre parisien protestant, ayant réchappé de justesse au massacre et réfugié en Suisse)

Sur le tableau, on distingue entre autres :
- Catherine de Médicis, en noir (depuis la mort d'Henri II), contemplant un tas de cadavres dénudés, près de la porte du Louvre,
- des scènes de massacres et de pillages commises par des civils, des soldats, ou des gentilshommes (repérables par leur bonnet de velour noir).
- Guise contemple le corps de Coligny qui vient d'être défenestré et décapité. Il a aussi les mains coupées, tandis que sa dépouille se fait émasculer.

(Cliquez sur l'image pour voir le tableau complet)


Les origines du drame, état de la France avant 1572.
   Depuis l'apparition des mouvements calvinistes, la France vivait perpétuellement dans les tensions religieuses. Les protestants exigeaient des droits comparables aux catholiques pour exercer librement leur religion, tandis que les vitupérations des curés excitaient les haines du peuple catholique. À Henri II mort accidentellement en 1559, avaient succédé ses deux premiers fils bien trop immatures. Le pouvoir réel était disputé entre les principaux conseillers du roi : les Guise, catholiques intransigeants, pratiquement maîtres du pouvoir sous François II, la reine-mère Catherine de Médicis qui devint influente sous Charles IX, et Coligny, protestant ambitieux qui su développer une relation d'amitié avec le jeune Charles IX, devenant ainsi dangereusement influent. A cela s'ajoutaient aussi les gesticulations d'autres grandes familles, en particulier Bourbons et Montmorency, ce qui avait conduit le royaume à une série de guerres de religion, dès 1562.

   Pourtant Catherine de Médicis n'avait jamais eu de haine contre les protestants et elle pensa longtemps possible la coexistence pacifique des deux religions. Depuis le traité de Saint-Germain en 1570, la paix, bien que "boiteuse et malassise", était à peu près revenue et c'est pour la sceller qu'elle entreprit le mariage de sa fille Marguerite avec le jeune prince protestant Henri de Navarre. Il devait avoir lieu en août 1572.

Le mois d'août 1572.
   À l'annonce du mariage, un grand nombre de protestants, dont les principaux chefs, s'étaient rendus à Paris. Ils ne cachaient pas leur intention de relancer la guerre de Flandre. Une souscription fut même ouverte en plein Paris, et Coligny parvint presque à convaincre le jeune Charles IX de se lancer dans cette guerre. Catherine de Médicis l'en dissuada de justesse. Pour elle, il fallait en finir le plus vite possible avec le mariage, et écarter définitivement Coligny du pouvoir.
   De son côté, le peuple de Paris, catholique, ne comprenait pas que le roi donne pour époux à sa soeur le chef de file des protestants contre lesquels ils s'étaient battu si longtemps.
   Le mois d'août fut particulièrement chaud cette année là, ce qui rendait l'atmosphère encore plus explosive lorsque le mariage eut lieu le 18 août. La cérémonie fut grandiose, quoique curieuse en raison de la différence de religion. Aucun des deux époux n'était sincèrement consentant, à vrai dire. L'échange des consentements eut lieu à l'extérieur de Notre-Dame, en public, puis les deux époux entrèrent ensemble pour la messe. Mais il fut aussi convenu qu'Henri n'y participerait pas et il passa le temps de la messe à déambuler dans le transept. Tel était le curieux compromis trouvé pour sauver les apparences vu depuis l'extérieur de la cathédrale tout en respectant la foi de chacun. Les festivités, banquets, bals, jeux et autres spectacles, se poursuivirent le soir et les jours d'après.

L'attentat de Coligny.
   Le 22 août vers 11h du matin, Coligny quitta le Louvre et se rendit à pied à son hôtel rue de Bethisy (actuellement au 144 rue de Rivoli), entouré d'une quinzaine de fidèles. Tout à coup, une balle tirée par une arquebuse le blessa à la main. Il fut rapidement transporté chez lui par ses proches. Le tireur était Maurevert, un gentilhomme proche des Guises. Il est donc probable que ceux-ci était les commanditaires de l'attentat. Il est aussi probable que Catherine de Médicis ait été au courant, surtout qu'elle ne manifesta pas de surprise lorsqu'on lui apprit la nouvelle.
   Charles IX, furieux, demanda aussitôt une enquête, d'autant plus que la noblesse protestante réclamait justice. L'enquête progressait rapidement et se rapprochait des Guise et même du frère du roi, Henri d'Anjou. Catherine commençait à prendre peur et se sentait menacée. Il fallait agir vite et radicalement. C'est sans doute à ce moment qu'elle envisagea l'assassinat collectif des chefs protestants.
   Le 23 août dans l'après midi, la reine-mère et son fils Henri d'Anjou se réunirent aux Tuileries avec quelques fidèles pour s'assurer de leur soutien. Il restait encore à obtenir l'accord du roi, indispensable pour avoir un soutien général et une couverture juridique. Pour cela, ils s'entretinrent avec lui vers minuit et usèrent d'arguments fictifs ou exagérés, dont le plus convaincant fut que les Huguenots le pensaient responsable et que sa personne était maintenant menacée. Il n'en fallait pas plus pour le convaincre. Dans sa colère, il donna l'ordre de les tuer tous. Catherine avait préparé une liste et on discuta du sort de chacun. Seuls Henri de Navarre et Henri de Condé, princes de sang, devaient être épargnés contre leur conversion. Les autres -quelques dizaines- seraient massacrés.

Les massacres de la Saint-Barthélemy, 24 août 1572.
   Coligny et ses compagnons devaient être les premières victimes. Le jour n'était pas encore levé, quand une troupe menée par le duc de Guise alla le trouver dans sa chambre et le tua. Guise attendait en bas qu'on défenestrât le corps, qui fut alors livré à la cruauté populaire, et dépecé. Guise avait ainsi vengé la mort de son père (1563).
   Au Louvre, ce furent au tour des proches d'Henri de Navarre, puis de la minorité protestante de Saint-Germain. Mais la cloche de l'église qui devait donner le signal sonna un peu trop tôt et nombre de protestant purent fuir. Les ordres de Catherine furent rapidement dépassés par la folie populaire, et ce fut au tour de tout le peuple protestant d'être massacré et pillé.
   Le roi lança rapidement des appels au calme, mais resta enfermé au Louvre avec son entourage jusqu'au 26 août. Puis il alla au parlement expliquer sa version des faits, qu'il avait dû ordonner la mort des chefs protestants pour empêcher une malheureuse conspiration.
   Mais rapidement les massacres se généralisaient dans tout le royaume, et ils devaient durer jusque pendant l'automne. Au total, il y eut plusieurs dizaines de milliers de morts, et plusieurs milliers d'exilés.

Les réactions.
   Les massacres de la Saint-Barthélemy suscitèrent partout en Europe une vive émotion, c'était la première fois qu'un souverain réputé juste ordonnait le massacre d'une partie de son peuple. Les réactions prirent cependant des allures très différentes.
   En Espagne, le très austère Philippe II ne parvint pas à retenir sa joie et fit chanter un Te Deum. À Rome, le pape se félicita.
   Dans les pays protestants, ce fut bien-sûr l'indignation. La Suisse peina à accueillir le flot de réfugiés. En Angleterre, Élisabeth, bien que consternée, s'attacha à conserver ses relations avec la France, car les deux pays en avait besoin pour tenir tête à l'Espagne. En particulier, elle ne répondit pas aux appels à l'aide des protestants retranchés à La Rochelle.
   En France, les protestants se ressaisirent et remontèrent une armée. Les guerres de religions avaient repris.

Partager cet article

Repost0
24 août 2013 6 24 /08 /août /2013 19:08

Un des artistes les plus populaires de la musique chrétienne contemporaine, Michael Whitaker Smith est né à Kenova, Virginie-Occidentale, le 7 Octobre 1957.

Dès sa plus tendre enfance, il développe un amour grandissant pour la musique, notamment dans l'église. Il apprend le piano et chante dans une chorale. À 5 ans, il écrit sa première chanson. À l'âge de dix ans, il donne sa vie à Christ après une intense expérience spirituelle et est entouré durant toute sa jeunesse d'un groupe d'amis chrétiens.

Mais son enfance est marquée par une terrible épreuve. Alors qu'il n'a que sept ans, sa mère les abandonne, lui, son frère et ses deux sœurs, sur le pas de la porte d'une voisine. Placés chacun dans une famille d'accueil, ils furent séparés durant sept ans, pour ensuite être réunis avec leur père.

Au-delà de la musique, Michael rêvait d'être joueur de baseball professionnel. Mais sa vie prit une toute autre tournure.

Après son inscription à l'université de Marshall en Virgine Occidentale, il abandonne ses études au bout d'un semestre et sombre progressivement dans l'alcool et la drogue. Entouré de bons amis, comme Shane Keister qui ne cessa de le conseiller, il partit s'installer à Nashville afin de poursuivre une carrière musicale en tant qu'auteur-compositeur. Un an plus tard, avec l'aide du Seigneur, il fût délivré de l'emprise de la drogue. Ce fût un nouveau départ.

En 1980, il rencontre et épouse celle qui partage sa vie jusqu'à présent, Deborah Kay Davis. Ayant traversé une situation familiale douloureuse, Michael prend son rôle d'époux et de père très à cœur. Sa famille fût bénie par la naissance de leurs cinq enfants: Ryan, Whitney, Tyler, Emily et Anne.

Tandis que sa vie personnelle s'émancipait, sa carrière professionnelle, quant à elle, fût lancée. Pianiste du groupeHigher Ground, Michael réalisa plusieurs tournées dans de nombreuses églises. En 1981, il signe avec «Meadowgreen music» en tant qu'auteur-compositeur. Il composa des chants Gospel à succès, notamment pour des artistes tels que Sandi Patti, Kathy Troccoli, Bill Gaither et Amy Grant. Désirant atteindre un public plus jeune, Michael se tourna vers un style plus rock.

En 1982, il rejoint le groupe d'Amy Grant en tant que claviériste. L'année suivante il sortit son tout premier album «Michael W. Smith Project».

Pour cet album il écrivit toute la musique et son épouse, les paroles.

La célèbre chanson « Friends » figurait dans cet album. Ce qui lui a même valu une nomination aux Grammy pour la meilleure performance Gospel.

En 1996, Michael fonde la maison d'enregistrement «Rocketown Records» sous la direction de Don Donahue dont l'objectif était de découvrir et d'encadrer de jeunes talents. Ils voulaient un label avec un esprit familial. Rêve réalisé avec succès, appuyé par la participation de Chris Rice.

En 1999, Michael et Debbie forment un groupe de prière devenu un corps de l'église rassemblant quelques dirigeants charismatiques. Avec leur aide, l'église « New River » dirigé par leur pasteur et mentor Don Finto, ancien pasteur de L'Eglise de Nashville Belmont que Michael et Debbie fréquentaient pendant de nombreuses années, devint très célèbre.

Avec ses 22 albums, dix livres ainsi que ses nombreuses récompenses aux Dove Awards et Grammy Awards on peut affirmer sans peur d'être contredit que Michael aura accompli une riche carrière.

Michael a surtout eu le privilège de chanter pour les présidents et de nombreux dirigeants nationaux. Il compte parmi ses amis le révérend Billy Graham ainsi que son fils, Franklin Graham. Il participe très souvent aux Croisades organisées par Billy Graham ainsi qu'au ministère dirigé par Franklin Graham «La Bourse du Samaritain ».

25 ans plus tard, il est devenu l'un des noms les plus connus de la musique chrétienne. Michael W. Smith a été récompensé par plus de 33 chansons classées N°1, deux doubles disques de platines, sept disques de platines et seize disques d'or.
Il a aussi obtenu 44 Dove Awards, 3 Grammy Awards dont une distinction pour le prix Apostelos Christou, pour le Leader Chrétien en Avril 2008 au Collège du Roi et du Séminaire. Il fut également nommé porte-parole national de l'organisation « Compassion International ». Il aura également vendu plus de 15 millions de CD.
En 2009, il a été intronisé au Temple de Gloire de la musique Gospel.

Mais au-delà de toutes ces récompenses, sa plus grande implication fut dans la fondation de la maison de disque « Rocketown Records », la création d'un club pour adolescents, dans son rôle de Leader au sein de l'église, sa volonté d'être un artiste, auteur et chef de label. Michael résume sa vie en disant qu'il aura fait tout cela « pour se souvenir d'un homme pieux qui aimait sa femme et ses enfants. ».

Artistes Press

 

Partager cet article

Repost0
24 août 2013 6 24 /08 /août /2013 17:48

   

La famille est le socle de tout être, ses valeurs ne doivent pas être négligées. 

C'est l'histoire de l'épouse d'un pasteur, une épouse brisée, meurtrie, vivant l'abandon total de son mari. Ce dernier se consacrant à 100% dans l'œuvre de Dieu.
Cette femme décide alors de partager sa douleur avec d'autres, se sentir ainsi moins seule. C'est alors qu'elle eut l'idée de se confier dans un blog. Un blog tenu par le pasteur Thom S. RAINER dans lequel il partage diverses thématiques. Un blog par lequel elle rencontre des personnes de tout horizon. Un réconfort de plus, redoublant sa motivation.

Ce blog s'étend, enregistre une forte audience et acquiert une popularité croissante sur le Net. A l'occasion le pasteur ne manque jamais de remercier ses abonnés qui n'hésitent pas à lui montrer leur soutien et parfois même leur désaccord. Ce qu'il, d'ailleurs, apprécie. Cherchant à ce que le public puisse s'exprimer sans retenue et de manière anonyme sans craindre d'éventuelles représailles.

Dernièrement il publia un article parlant explicitement de la souffrance que ressentent de nombreuses épouses de pasteurs. Des femmes délaissées par leurs époux, plaçant leur ministère devant leurs familles. Une situation malheureusement fréquente dans de nombreux foyers mais qui demeure dans l'ombre. Un article éveillant sa propre détresse.

C'est ainsi qu'il découvrit le mal-être profond d'une de ses abonnées et décida de le partager: « je souhaite que mon mari me fasse partager sa vie. Je souhaite qu'il ait du respect pour ma vocation, mon appel et mon ministère. J'aurais aimé que quelqu'un me dise qu'il allait me négliger et oublier nos rêves de couple.
Maintenant il vit pour l'église. Les anniversaires n'existent plus dans cette maison. Je suis fatiguée de dîner seule, d'annuler nos voyages parce qu'il n'y porte aucun intérêt. Que me répond-il toujours ? Ah oui, « le Royaume de Dieu toujours en premier ».
Maintenant même ma foi en Dieu est remise en question. Comment Dieu pouvait-il me donner un mari pasteur qui aujourd'hui vit sans moi ? Je me suis coincée dans ce mariage. Je suis devenue insatisfaite en tant que femme, épouse et mère. Il a brisé toutes ses promesses. J'aurais vraiment aimé que l'on me prévienne qu'il se comporterait ainsi. Alors peut-être que les choses seraient différentes. »


Un message assez troublant. Loin du fait de dénigrer les pasteurs, le bloggeur nous ramène dans 1 Timothée 3 : 5 : « si quelqu'un ne sait pas diriger sa propre maison, comment prendra-t-il soin de l'Eglise de Dieu ? »
Il adresse par là un conseil aux pasteurs, les avisant à ne pas délaisser leurs familles, devant être leurs priorités devant l'église. Tout comme dans la société, la famille est le socle de tout être, et ses valeurs ne doivent pas être négligées.

Sandylène Mankangila / Audrey Wolber

Partager cet article

Repost0