Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : SIGNES ET PROMESSES
  •           SIGNES ET PROMESSES
  • : Ce Blog a pour but au travers de son contenu, d'édifier l'église de Jésus-Christ, de faire connaître à nos contemporains l'amour de Dieu manifesté en Jésus son fils bien aimé.Les messages qui seront diffusés veulent être en bénédictions à tous les milieux, en rappelant qu'aujourd'hui, Dieu veut encore faire éclater parmi ceux qui ont soif, les signes de sa Puissance, et accomplir ses Glorieuses Promesses. L'actualité chrétienne, nationale et internationale sera aussi traitée dans ce blog.
  • Contact

VERSET BIBLIQUE

 

                          1 Samuel 2 : 9

 

Il gardera  les pas de ses bien-aimés ( 1 Samuel 2 : 9)                                                              

Recherche

Liste D'articles

VISITES

 Que Dieu vous bénisse !

 

Parcours interactif :

 

 

 


 
 

SOUTIEN

                                                                             Suivez  le lien :Contact  

 

  

Calendrier La Bonne Semence

                

2 novembre 2008 7 02 /11 /novembre /2008 00:00








Car la Parole de Dieu est vivante et efficace, plus tranchante qu`une épée quelconque à deux tranchants, pénétrante jusqu`à partager âme et esprit, jointures et moelles; elle juge les sentiments et les pensées du coeur
.
     (Hébreux 4:12).



                                   





                                

La Bible mise à la portée de tous est le plus grand bienfait qu'ait pu connaître la race humaine. Toute atteinte contre elle est un crime contre l'humanité. Emmanuel Kant (1724-1804) Philosophe.





 Que le monde progresse tant qu'il veut, que toutes les branches des connaissances humaines se développent au plus haut degré, rien ne remplace la Bible base de toute éducation.
Goethe (1749-1832) Savant et écrivain allemand.








     
Victor HUGO
(Écrivain et homme politique).

  Il n'y a qu'un Livre qui contient toute la sagesse humaine éclairée de toute la Sagesse Divine, un livre que la vénération des peuples appelle " le livre " : La Bible.









L'Évangile possède une vertu secrète, je ne sais quoi d'efficace et de chaleureux qui agit sur l'entendement et qui charme le coeur, l'Évangile n'est pas un livre : c'est un être vivant. Napoléon 1er                                              







Il n'y a qu'un livre qui mérite d'être appelé LE LIVRE: la Bible. Walter Scott, Ecrivain.

    







Martin Luther 1483-1546, réformateur. Christ est le Maître; Les Ecritures sont seulement le serviteur. 







 


Jean Calvin 1509-1564, théologien de la Réforme. La Parole de Dieu n'est point pour nous apprendre à babiller, pour nous rendre éloquents et subtils mais pour réformer nos vies.









Rufus Choate 1799-1859,  avocat et fondateur d'un parti politique aux États-Unis. Aucun avocat ne peut se permettre d'être ignorant à propos dela Bible.







William Jennings Bryan 1860-1925, 3 fois en nomination démocrate pour la présidence des États-Unis.
La Bible tient devant nous des idéaux qui sont à la portée du plus faible et abaissé, et cependant si élevés que les meilleurs et les plus nobles doivent garder leur regard vers le haut. Elle transporte l'appel du Sauveur dans les coins les plus reculés du monde; sur ces pages sont écrites les assurances du présent et notre espérance pour l'avenir.






  Matthew Arnold 1822-1888 professeur de poésie pendant 10 ans à Oxford, critique littéraire et social très influent dont l'oeuvre a continué à former et provoquer des débats de nos jours. A la Bible les hommes retourneront, et pourquoi?Parce qu'ils ne peuvent fonctionner sans elle.



 


Combien misérables et méprisables sont les paroles de nos philosophes, avec toutes leurs contradictions, comparées aux Saintes Ecritures. Jean-Jacques Rousseau, Ecrivain philosophe, 1712-1778







     
Ta Parole est une lampe à mes pieds et une lumière sur
mon
sentirer.(Ps.119:105). David roi d'Israël 1000 avant J.C.









Jésus m'aime, je le sais, c'est la Bible qui le dit.(Susan bogert warner, hymniste). Lisez la Bible!               

http://www.lirelabible.net/         

Partager cet article

Repost 0
1 novembre 2008 6 01 /11 /novembre /2008 21:37
 



Hallowen et la position biblique

 





L'origine historique
          


300 ans avant J.-C., une société secrète de druides tenait sous son emprise le monde celte du vieux continent, y compris les Gaulois. Chaque année, le 31 octobre, ceux-ci célébraient en l'honneur de leur divinité païenne Samhain, un festival de la mort. C'était la nuit où Samhain revenait avec les esprits des morts. Ces derniers devaient être apaisés, c'est pourquoi il fallait traiter avec eux.
A ce moment-là, les druides exécutaient des rituels dans lesquels un chaudron symbolisait l'abondance de la déesse. Ils avaient alors coutume d'allumer de grands feux dans le but d'éloigner tous les mauvais esprits et d’apaiser les puissances surnaturelles qui contrôlaient les processus de la nature.
Des prêtres se déplaçaient de maison en maison et distribuaient le "feu sacré" qui assurait la protection du foyer, en réclamant des offrandes pour leur dieu, exigeant parfois des sacrifices humains. En cas de refus, ils proféraient des malédictions de mort sur cette maison, d'où le "Trick or Treat", "Présent ou malédiction", ou pour être plus clair : "Une offrande, sinon la malédiction."
Les Romains, après avoir conquis la Grande-Bretagne, ajoutèrent aux traditions celtes des rites issus d'une de leurs propres fêtes de la moisson, qui avait lieu le 1er novembre en l'honneur de Pomone, déesse étrusque annexée par la religion romaine, nymphe des fruits et des fleurs.
En 308, l'empereur romain Constantin apaisa la population des territoires païens nouvellement conquis en leur accordant le droit de conserver leur ancien rite du jour de Samhain. Il changea la date du prédécesseur chrétien d'Halloween, soit la Toussaint des catholiques romains en la fixant au 1er novembre alors qu’à l'origine, elle était célébrée en mai. Le panthéon de Rome, un temple construit pour adorer une multitude de dieux, fut converti en église. Pendant que les chrétiens célébraient leurs saints disparus, les païens dédiaient la nuit précédente à leur "seigneur de la mort".
En 840, le pape Grégoire IV instaure la Toussaint, déclarant que le 1er novembre et la veille (le 31 octobre), les morts seraient célébrés. D'où le mot de Halloween ("Allhallowmas" en Celte), contraction de: "All Hallow" (tout ce qui est saint) et de "Even" (la veille). Les origines de Halloween sont donc complètement païennes, puisqu’il s'agit de célébrer les esprits des morts.
Plus récemment, les immigrants européens, et plus particulièrement les Irlandais (qui, poussés par une terrible famine, partirent s'établir en Amérique), introduisent leurs coutumes en Amérique dont la fête des morts avec Samhain. A la fin du 19ème siècle, leurs coutumes étaient devenues célèbres. C'était l'occasion de renverser des cabinets extérieurs, d'infliger des dommages aux propriétés et de se permettre des fourberies qui n'auraient pas été tolérées à d'autres moments de l'année.




Une fête prisée dans les milieux occultes               

Aujourd'hui, dans le monde entier, Halloween est la fête la plus importante pour les satanistes. La date du 31 octobre pour fêter Halloween n'est pas une coïncidence. Ce jour est l'un des quatre plus importants sabbats de sorcières, les quatre jours "cross-quarter" du calendrier celtique.

Le premier, le 2 février, populairement connu comme le jour du "ground-hog" en l'honneur de Brigit, la déesse païenne de la guérison.
  • Le deuxième, un jour férié de mai nommé Beltane, signalait le temps des plantations pour les sorcières. Ce jour-là, les druides exécutaient des rites magiques, pour favoriser la croissance des récoltes.

  • Le troisième, un festival des récoltes en août en l'honneur du dieu soleil, commémorait celui qui brille, Lugh. Ces trois premiers jours "cross-quarter" marquaient le passage des saisons, le temps de planter et le temps de récolter, de même que le temps de la mort et de la résurrection de la terre.

  • Le dernier, Samhain, marquait l'arrivée de l'hiver. A ce moment-là, les anciens druides exécutaient des rituels dans lesquels un chaudron symbolisait l'abondance de la déesse. On disait que c'était un temps de "betwixt and between", une saison sacrée empreinte de superstition et de conjurations spirites.

Ce jour est aussi le nouvel an du calendrier des sorciers. Le "World Book Encyclopedia" affirme que c'est le commencement de tout ce qui est "Cold, dark and dead" (froid, obscur et mort). Le 31 octobre est devenu un prologue pour amener à accepter l'occulte, Halloween étant en quelque sorte devenu le jour du diable, rituellement reconnu par certains adorateurs de Satan et certains groupes occultes (notamment aux USA, et de plus en plus en Europe). Les satanistes pratiquent des sacrifices humains, cette nuit-là, aux Etats-Unis et en Australie.

Pour les personnes ayant des pouvoirs "psychiques", les voyants et ceux qui se disent visionnaires, la période de Hallowen est la plus occupée de l'année. Les éditeurs de livres sur des sujets classés entre astrologie et sorcellerie indiquent une forte augmentation des ventes. Salem, une ville du Massachusetts, siège de la sorcellerie américaine, célèbre maintenant un "événement hanté", lors d'Halloween, pour prolonger sa saison touristique d'été. Le 31 octobre, c'est le bal de l'horreur et du plaisir : enfants comme adultes craquent tous pour cette vaste fête où tous les excès sont permis. La devise : "sexe, gore et rock'n'roll".




L'origine des citrouilles de Halloween      

Pour éclairer leur chemin
en allant de maison en maison, les prêtres celtes portaient des navets évidés et découpés en forme de visage, où brûlait une bougie faite avec de la graisse humaine de sacrifices précédents. Ces navets représentaient l'esprit qui allait rendre leurs malédictions efficaces.
Au 18ème et 19ème siècle, quand cette coutume est arrivée aux Etats-Unis, les navets ont été remplacés par des citrouilles. Le nom donné à l'esprit qui habitait dans la citrouille était: "Jock" qui est devenu "Jack qui habite dans la lanterne", d'où le nom de "Jack-o-Lantern", tiré d'un conte dans lequel un homme célèbre, nommé Jack, fut chassé à la fois du ciel et de l'enfer. Contraint d'errer sur terre comme un esprit, le diable pour le consoler lui aurait donné un charbon ardent tiré de la fournaise, que Jack mit dans une rave évidée pour éclairer son chemin dans la nuit.
A noter que les couleurs orange et noire rappellent la lumière et les ténèbres, et peuvent être aussi reliées à l'occulte. Elles étaient en rapport avec les messes commémoratives pour les morts, qui avaient lieu en novembre. Les bougies en cire d'abeille, habituellement de couleur écrue, étaient oranges lors de la cérémonie et les cercueils du cérémonial étaient couverts de draps noirs.




Quelques liens entre Halloween et l'occultisme

  • Les costumes d'Halloween sont issus de l'idée des druides celtiques qui prétendent que les participants au cérémonial devaient porter des têtes d'animaux et leurs peaux, afin d'acquérir la force de la bête qu'ils représentaient.

  • "Trick or treat" est tiré de la tradition irlandaise, selon laquelle un homme conduisait une procession pour prélever des contributions chez les fermiers, de peur que leurs récoltes ne soient endommagées par les démons.

  • "Dunking for apples" venait d'une ancienne pratique pour connaître l'avenir, liée à Pomone, nymphe des fruits et des fleurs. Le participant, qui réussissait à attraper entre ses dents une pomme se trouvant dans un tonneau plein d'eau, pouvait espérer une romance, couronnée de succès, avec l'être aimé de son choix.

  • Des chats représentaient des humains incarnés, des esprits malveillants ou des "amis intimes" des sorcières.

  • Les noisettes étaient utilisées dans la divination romanesque. Une partie de ce qu'on mange, lors de Halloween, contenait des objets, mis à l'intérieur des aliments, comme moyen de dire la bonne aventure.

  • Les masques ont, traditionnellement, été des moyens animistes pour se protéger d'une manière superstitieuse des esprits mauvais ou pour que celui qui le porte puisse changer de personnalité, afin de communiquer avec le monde des esprits.

  • Il faudrait aussi ajouter à cette liste l'opportunité de vivre, l'espace d'une folle nuit (dite "bal de l'horreur et du plaisir"), toutes les perversions et braver tous les interdits.




              CE QUE DIT LA BIBLE:   


"Lorsque tu seras entré dans le pays que l’Eternel, ton Dieu, te donne, tu n’apprendras point à imiter les abominations de ces nations-là.Qu'on ne trouve chez toi personne qui fasse passer son fils ou sa fille par le feu, personne qui exerce le métier de devin, d’astrologue, d’augure, de magicien,d’enchanteur, personne qui consulte ceux qui évoquent les esprits ou disent la bonne aventure, personne qui interroge les morts.
Car quiconque fait ces choses est en abomination à l’Eternel ; et c’est à cause de ces abominations que l’Eternel, ton Dieu, va chasser ces nations devant toi.Tu seras entièrement à l’Eternel, ton Dieu. Car ces nations que tu chasseras écoutent les astrologues et les devins ; mais à toi, l’Eternel, ton Dieu, ne le permet pas".
(Deutéronome 18.9-14)
 
Cette Parole tirée de l’ancienne alliance est également valable pour la nouvelle alliance. Dieu est le Dieu des vivants, Il apporte la Vie éternelle par Son seul sacrifice sur la Croix de Golgotha. Les puissances des ténèbres ont été vaincues et Satan n’a plus aucun pouvoir sur ceux qu’Il a racheté par cette oeuvre merveilleuse de rédemption.
Satan est un trompeur. Il est le dieu de la mort, celui qui a permis l’entrée du péché originelle dans le monde (Genèse 3.13: "Et l’Eternel Dieu dit à la femme: Pourquoi as-tu fait cela? La femme répondit: Le serpent m’a séduite, et j’en ai mangé"). Il agit toujours de la même façon: il prend une forme "charmante" et "séduisante" afin de vous tromper et de manière à mener le plus de personnes possible à la perdition.
La célébration d’Halloween est une tromperie : En effet, son symbolisme inclut les démons, les fantômes, les sorcières, la mort, l'obscurité, les squelettes, la crainte et la terreur. En tant que croyant et voulant obéir à la Parole de Dieu, nous ne pouvons que vous exhorter à prendre votre position de fils de Dieu et à refuser toutes pratiques liées à Halloween. Laissez-vous conduire par l’Esprit de Vie, qui dit que "Tu seras entièrement à l’Eternel". Consacrez-vous à Son service et non pas à celui d’oeuvres de mort.
Il est écrit dans Apocalypse 18, verset 4 : "Et j’entendis du ciel une autre voix qui disait : Sortez du milieu d’elle, mon peuple, afin que vous ne participiez point à ses péchés, et que vous n’ayez point de part à ses fléaux…".
Nous ne voulons pas être partie prenante de ces événements et des liens en relation avec ces oeuvres de mort. Non, nous voulons porter une odeur de Vie, car ce sont les promesses qu’a faites notre Dieu Sauveur dans Sa Parole. 


Principales sources :
-"Satanism - The Seduction of America's Youth" de Bob Larson. Traduction : C. Voumard  et    P.-A. Perrin
- Article "Halloween", CD Rom, Microsoft Encarta, 94
- Revue "La classe Maternelle" n° 62, octobre 97
- Article "Pomone", dictionnaire de la mythologie grecque et romaine, Larousse 91
- Revue "Réponse à Tout" par Magali Pacary, octobre 99
- Magazine chrétien "Shadrack"
- Article de Christian Willi - L'Evènement 11/1998 et VSD 11/1998



Partager cet article

Repost 0
Published by Aquilas - dans Messages
commenter cet article
31 octobre 2008 5 31 /10 /octobre /2008 00:00










 Sur cette vidéo vous pourrez apprécier des chansons de Claudia  
       NOBRE, entre autres: Ecoute Israël ; Notre Père ;  Dieu est ici ; El Shaddaï ....     





 
       Paul WILBUR: Pray for the Peace of Jérusalem. 
    



        Daniel CALVETTI:  La niña de tus ojos.




                                      Samuel HERNANDEZ: Levanto mis manos



 Chants Kabyle Chrétien
     
   
    

Partager cet article

Repost 0
Published by Aquilas - dans Vidéos musicales
commenter cet article
7 octobre 2008 2 07 /10 /octobre /2008 06:00




"La Loi de l'Esprit de vie en Jésus-Christ m'a affranchi de la Loi du péché et de la mort" ( Romains ch.8v2).




C'est en ces termes que l'apôtre Paul s'adresse aux chrétiens de Rome.

Comme nous sommes heureux d'avoir expérimenté qu'il existe sur terre une loi plus forte que celle du péché et de la mort! Nous savons maintenant que la loi  de l'Esprit de vie libère totalement les hommes de l'esclavage de la terrible loi des ténèbres aux ravages incalculables! Mais les hommes sont tellement habitués à appeler le mal bien, qu'ils ne peuvent comprendre pour quelles raisons nous avons préféré Christ. Ils nous accusent de mépriser sans motif les bienfaits de cette vie présente et de détourner notre jeunesse des seuls buts logiques et valables, à leurs yeux, de l'existence humaine! Les malheureux, qui ne connaissent rien de la vraie vie!

"Tout ce qui est dans le monde, la convoitise de la chair, la convoitise des yeux et l'orgueil de la vie, ne vient point du Père, nous dit l'apôtre Jean.
Et le monde passe et sa convoitise aussi, mais celui qui fait la volonté de Dieu demeure éternellement."  


"Je vous montrerai comment on peut changer l'eau en vin, disait un jour un professeur de chimie à ses élèves intrigués. Et tandis qu'il versait quelques gouttes seulement d'un certain liquide dans l'eau, celui-ci vira tout de suite au rouge. Et maintenant, ajouta le professeur ironique, plus fort que le miracle de Jésus, je vous montrerai comment on peut changer le vin en eau! Et quelques gouttes d'un autre liquide suffirent à redonner au mélange la limpidité de l'eau. Le professeur du reste, répéta les opérations autant qu'il voulut. Mais alors un élève malicieux insinua que le professeur devrait goûter à son vin pour en apprécier la qualité. Ah non! avoua le professeur, c'est impossible, ceci est du poison!"


Voilà bien en effet, la différence! Le vin miraculeux était excellent et pouvait réjouir les convives de Cana.
Mais celui du professeur était empoisonné....Le monde intoxiqué d'idéologies, de sophismes de toutes sortes, de propagandes pernicieuses, ne peut avoir qu'une  joie factice.Tandis que Jésus déverse dans les coeurs qui s'ouvrent à Lui la joie miraculeuse du Salut.Les hommes ont passé leur temps à inventer des religions indulgentes qui apaiseraient leurs remords de  conscience.
Aujourd'hui, notre génération matérialiste a trouvé son dieu dans la science, tandis qu'une partie de la jeunesse cherche une évasion dans le dérèglement ou la drogue dont ils deviennent, hélas! les esclaves misérables. En fait sciemment ou inconsciemment, ils ont laissé de côté
"La fontaine d'eau vive pour se creuser des citernes crevassées qui ne retiennent point l'eau" ( Jérémie ch.2v13).
Comment la soif profonde de leur coeur pourrait-être assouvie, puisque le Christ a dit:"Sans moi, vous ne pouvez rien faire."

Les hommes s'obstinent à s'effrayer de ce qu'il faut quitter pour suivre Christ, parce qu'ils ne peuvent soupçonner les bienfaits immenses d'un autre ordre que Jésus donne aux siens!
Les hommes doivent se convaincre qu'aucune puissance ici-bas ne pourra changer leur coeur, ni vaincre le mal qui règne dans ce monde. Mais le souffle de l'esprit de vie qui est en jésus-Christ est capable de balayer leurs ténèbres et de les faire passer de la mort à la vie.  

Le Seigneur, tout au long de son pèlerinage terrestre, a tracé un sillage de vie. Il avait annoncé, dans la synagogue de Nazareth, que les pauvres seraient secourus; les coeurs brisés guéris, les captifs délivrés, les aveugles miraculés, les opprimés libérés, et que serait proclamée une année de grâce du Seigneur.. (Luc ch.4v18 à 19).        

Or, en ce temps-là, la foule des déshérités, des mendiants loqueteux,
des frustrés de la vie, des petits sans illusions,
s'est pressée autour du prophète de Galilée, émerveillée d'entendre parler d'amour et d'affranchissement. Alors, Jésus fournit un banquet miraculeux  à la multitude avec cinq pains et trois poissons!
Alors, les coeurs lourds et brisés de souffrance ont retrouvé la paix. A Naïn, le cortège de vie (Jésus et ses disciples) a arrêté le cortège de la mort. Il a suffi que Jésus dise à la pauvre veuve
:

"Femme, ne pleure pas!" Et son fils que l'on menait en terre ressuscita.                                              
Oui, alors les démons ont lâché leur proie, les aveugles ont vu la lumière;
Le péché a été vaincu." Jésus allait par les chemins de Palestine, faisant du bien et délivrant tous ceux qui étaient sous l'emprise du diable".La foule enthousiaste s'écriait:
"Jésus fait tout à merveille!".

Et vous ne voulez pas comprendre la joie des chrétiens? 
  

"C'est un si bon maître, il ne m'a jamais fait que du bien depuis que je suis à son service; le quitterais-je? Je n'ai garde de le faire!"disait *Fulcran Rey, malgré les tortures et la mort. comme on le voit, l'amour parfait pour christ bannit la crainte de nos coeurs, de telle sorte que la joie peut être réelle en tous temps.

"Jésus a détruit la mort et mis en évidence la vie et l'immortalité par  l'évangile" ( 2 Timothée ch.1v10). 

Jean-Baptiste le présenta comme étant" l'agneau de Dieu qui ôte
le péché du monde", le péché qui nous voile la face de Dieu, qui provoque les souffrances et la mort de l'être physique, et surtout la mort spirituelle, ou
séparation éternelle d'avec Dieu. Des foules ont cru à la parole vivifiante
de Christ qui insuffle l'immortalité. Il affirme avec force que "Celui qui croit en Lui a la vie éternelle", et "qu'Il est la résurrection et la vie", que
"celui qui croit vivra quand même il serait mort!".

"Comme le Père a la vie en lui-même, ainsi Il a donné au Fils d'avoir la vie en lui-même. Et comme le Père ressuscite les morts et donne la vie, ainsi le Fils donne la vie à qui Il  veut ".
Désormais, rien ne saura retenir ses disciples qui
lui demeureront fidèles jusqu'à la mort, et obtiendront de sa
part la couronne de vie, récompense de ceux qui, par la foi, sont plus que vainqueurs, car "ils n'aiment pas leur vie jusqu'à craindre la mort". Dans l'amour parfait de Christ, il n'y a pas de crainte.......

" Car si c'était seulement dans ce monde que nous espérions en Christ, nous serions les plus malheureux des hommes. Mais maintenant, la vérité c'est que Christ est ressuscité des morts et qu'Il est les prémices de ceux qui sont morts". ( 1 Corinthiens ch. 15v19 à 20).
C'est en cela que les chrétiens sont foncièrement différents des matérialistes qui recherchent le bien-être sur terre au travers d'une société dite" de consommation" : "Mangeons et buvons car demain nous mourrons....!"
Non le royaume des croyants n'est pas ici-bas. Mais dans ce monde inique
et sans coeur, " Heureux les pauvres (en esprit d'orgueil et de lucre), heureux les affligés, les débonnaires, les affamés et assoiffés de vraie justice, les miséricordieux, les coeurs purs, les persécutés pour la justice, car leur récompense sera grande dans les cieux". Ils auront tout supporté pour permettre à Dieu de régénérer le monde dont ils n'auront à aucun
moment désespéré malgré leurs chaînes. Et le sang des martyrs, cette nombreuse nuée des victimes de l'intolérance aveugle et brutale, aura fourni à l'Eglise sa meilleure semence et son levain d'espérance le plus efficace.
Aux hommes de tous les temps, Christ proclame la nécessité de croire en Lui, "
Car le salaire du péché c'est la mort, mais le don gratuit de Dieu, c'est la vie éternelle en Jésus-Christ notre Seigneur"( Romains ch.6v23).


" Si tu connaissais le don de Dieu et qui est celui qui te dit : Donne moi à boire, tu lui aurais toi-même demandé à boire, et il t'aurait donné de l'eau vive".
Alors la samaritaine répondit à Jésus:" Seigneur donne-moi de cette eau, afin que je n'aie plus soif, et que je ne vienne plus puiser ici"!( Jean ch.4v10, 15). 


Amis, finissez-en de puiser au puits de ce monde qui ne peut rien pour la soif profonde de vos coeurs. 
 
Christ vous appelle instamment à la repentance et à la foi pour recevoir aujourd'hui la vérité indispensable à votre affranchissement.                               
               


 

 


 * Jeune prédicant des assemblées du Désert en France juste après la Révocation de l’Edit de Nantes par le roi Louis XIV, fut fait prisonnier pour avoir contrevenu aux termes de cet édit, qui interdisait sur tout le royaume de France la célébration de cultes protestants, Fulcran avait comparu devant plusieurs tribunaux.  L’issue de son procès ne pouvait être douteuse. Convaincu d’être prédicant et d’en avoir rempli les fonctions dans la province du Languedoc, il fut condamné à être pendu, après qu’on lui ait au préalable appliqué, en langage de l’époque la question, c’est-à-dire une forme de torture pour arracher des aveux.  Il écouta d’un air serein la lecture de son jugement.  “On me traite plus doucement, dit-il, qu’on n’a traité mon Sauveur, en me donnant une mort si douce.  Je m’étais préparé à avoir les  membres rompus ou à être brûlé.”  Puis, jetant les yeux au ciel, il s’écria: “Je te rends grâce, Seigneur du ciel et de la terre, de tant de biens que tu me fais.  Je te rends grâce de m’avoir trouvé digne de souffrir pour ton Evangile et de mourir pour toi.” Fulcran Rey subit la question sans se plaindre.  Toutes les questions qu’on lui posa ne lui arrachèrent que ces mots: “J’ai tout dit; je n’ai plus rien à répondre.”  Ses juges, ne pouvant rien tirer de lui, le firent détacher.  Alors il leur dit: “Vous venez de m’infliger une peine que je n’ai guère sentie.  Je crois que vous avez plus souffert que moi.  Je puis vous assurer que, au plus fort de la douleur que vous avez voulu que j’endure, je n’ai pas senti de douleur.”  Comme il était pourtant brisé de fatigue, on lui offrit à manger.  Il accepta en disant: “Les uns mangent pour vivre et moi je mange pour mourir.  C’est le dernier repas que je prendrai sur terre; mais, dès ce soir, il se prépare pour moi un banquet dans les cieux".



Partager cet article

Repost 0
Published by Aquilas - dans Messages
commenter cet article
31 août 2008 7 31 /08 /août /2008 23:00








    ( Lecture:2ème Epitre de Jean)






Bien-aimés, ne croyez pas tout esprit, mais éprouvez les esprits, pour voir  s'ils sont de Dieu...  (1 Jean ch.4 v1).










                                                                                

Nous vivons un monde de confusion, laquelle s'installe aussi avec prédilection dans l'Eglise. Et cela n'est pas étonnant, puisque nous vivons les derniers temps. (Matthieu ch. 24v24).L'Ecriture dit qu'il faut"professer la vérité dans la charité" (Ephésiensch.4v15).

Mais aussi qu'il faut"aimer dans la vérité" (2 jean ch.1).

Au nom de ces deux principes, je serai obligé de discerner (donc de juger!)le vrai du faux. Et j'aimerais, à la fin, l'avoir fait dans la seule charité valable, celle qui veut l'unique bien du prochain. Il faut nous convaincre que l'amour n'est pas seulement douceur et bonté. N'oublions pas que la vraie charité est clairvoyante,"se réjouit de la vérité"(1 corinthiens ch.13v 6à7).

Ceux qui demeurent dans la vérité, ne peuvent se réjouir qu'en voyant autrui "marcher dans la vérité" (2 Jean ch.1v4). Car "le véritable amour consiste à marcher selon ses commandements" (v6). C'est là le test.
Le véritable amour est selon la Parole, selon la doctrine (v9). Il est selon l'orthodoxie, non dans l'hérésie, ou l'apostasie! 


"Gardez-vous des faux prophètes, ils viennent à vous en vêtements de brebis, mais au dedans ce sont des loups ravisseurs."  (Matthieu ch.7V15)            
          
Le véritable amour, enfin, est franchise, fermeté et vigueur (v10).
En un temps où l'ennemi cherche à saper le témoignage de l'Eglise par la séduction (v7) il faut de la vigueur et de la franchise. C'est aimer son frère que de l'avertir avec douceur, mais aussi avec fermeté. 
"Si ton frère a péché, va et reprends-le". (Matthieu ch.18v15)
.
Et Jacques 5v19 nous dit que les péchés sont couverts, non par la tolérance coupable, mais quand l'âme égarée est revenue de son erreur!!!
Il y a une douceur qui prend le nom d'amour et peut faire beaucoup de mal, car elle permet à beaucoup de choses de rester cachées ou de subsister en plein jour, ou de cohabiter avec une piété, même charismatique, car ceci n'est pas un brevet de sainteté ou d'orthodoxie
(Matthieu ch.7v 21 à 23).


Qu'a été la REFORME, sinon un puissant réveil, une vague énorme de l'Esprit, qui atteignit tous les milieux de la société, tant laïques que religieux, et jusqu'aux plus hautes sphères?
Ce fut le Renouveau de la Parole, le charisme de la vérité rendue aux hommes, après avoir été escamotée derrière les hérésies romaines.

Ce fut"La Religion de la Bible", comme on l'a dit, un amour passionné de la Vérité. C'est le long cortège sanglant de "L'Eglise sous la Croix"(pendant plus de deux siècles!) qui nous a transmis ce don essentiel de Vérité qui nous sauve aujourd'hui.
Qu'on ne pense pas que nous ferons l'économie de la vérité pour assurer le triomphe d'un certain amour. Autrement, à quoi aurait servi le combat
des réformateurs et le sang des martyrs? Se seraient-ils trompés sur la définition de la Vérité? Les dogmes fondamentaux ne sont-ils pas clairement exposés dans la Bible, qu'on nous dise que nul ne peut prétendre à la doctrine infaillible? On oublie un peu vite que tant de martyrs de la Réforme sont morts au nom de la Vérité, pour rendre témoignage à la Vérité, en endurant d'indicibles tortures, et que la Vérité fut scellée de leur sang! S'ils ont erré sur la Vérité, alors ils sont morts en vain....

Aujourd'hui, que constatons nous ? Le syncrétisme religieux prend de plus en plus de place dans notre société; l'Islam monte en puissance et rien ne semble pouvoir l'arrêter. (Prions d'autant plus pour les musulmans, afin qu'ils parviennent à la connaissance de la Vérité);la voie de la Vérité est aujourd'hui plus que jamais blasphémée ; oui mes amis tout nous montre que nous sommes dans les temps de la fin! Mais est-il suffisant de regarder ce qui se passe en dehors de nos églises? Certes non! En effet dans certains milieux évangéliques d'Outre-Atlantique et d'Europe, des prédicateurs peu scrupuleux annonce un "autre évangile". Un faux amour est prêché, un faux évangile est annoncé,

                     "les loups sont dans la Bergerie"
.


Daniel Hari connu pour ses nombreux séminaires et prédications sur le sujet de la guérison qu'il enseigne au ISTL (International Seminary and Trainingcenter of Leadership) en Suisse, a joint à sa dernière circulaire un morceau de chiffon "béni", et dit-il:"
il n'y a rien de magique à cela, nous suivons simplement l'exemple Biblique parce que nous avons le désir de te bénir".
Daniel Hari, bien sûr, se fait fort d'expliquer que ces pratiques n'ont rien à voir avec la magie; en réalité, nous avons là la pensée magique à l'état pur. Hari décrit aussi dans sa lettre l'action "puissante"de Todd Bentley en Floride, par qui se sont fait d'innombrables miracles.
Todd Bentley explique toutefois en toute franchise qu'à l'origine de cette vague de guérisons se trouve un ange féminin nommé Emma.Ce type de manifestation se rencontre beaucoup dans le New Age et le spiritisme.




Est-il bien de juger? dira-t-on. Pourtant, l'on nous fait un devoir impérieux de juger les doctrines, les individus qui les annoncent,
ou même ceux qui les vivent.(Matthieu ch.7v15 à 16); (Luc ch.7v43); (Luc ch.12v57); (1Jean ch.4v1); (1Timothée ch.4v1 à 3); (2 Timothée ch.3v4 à 9); ( 1Corinthiens ch.10v15 etc...). Seulement, il ne faut pas juger par soi-même, mais selon la Parole de Vérité (Jean ch.7v24).Les gens de Bérée jugeaient continuellement Paul et sa doctrine à la lumière des Ecritures (Actes ch.17v11). Et cet apôtre dira même:
"L'homme spirituel juge de tout"
  (1Corinthiens ch.2v15).


La priorité aujourd'hui, comme hier, c'est toujours la Parole seule (Sola Scriptura). "A la loi et au témoignage, si l'on ne parle pas ainsi, il n'y aura point d'aurore pour le peuple!" (Esaïe ch.8v20). Pour qu'il soit de nature spirituelle, l'amour doit trouver nécessairement son support et sa force dans la vérité doctrinale. C'est cela l'amour qui est répandu dans nos coeurs par le Saint-Esprit, qui est Esprit de Vérité. La Vérité l'emporte sur toute autre considération. Sa primauté nous apparaît dans le fait même que Dieu juge bon de la rétablir par de puissants réveils, quand l'homme l'a obscurcie ou renversée. Et ce ne sont pas les charismes, mais notre attachement à la vérité qui est la preuve la meilleure de notre amour pour Dieu (Jean ch.14v23 et contexte). Enfin, "Le Seigneur connaît ceux qui l'aiment" (2Tim. ch2v18 à 19). Et c'est bien ce qui nous rassure au milieu de la confusion doctrinale actuelle.
Paul dit à Timothée: " Insiste, reprends, censure, exhorte, avec toute douceur et en instruisant"
( 2 Timothée ch.4 v1 à 5).



Oui c'est cela  le véritable amour, celui qui s'indigne devant l'erreur tolérée, et qui instruit avec franchise sans acception de personne.





Partager cet article

Repost 0
Published by Aquilas - dans Messages
commenter cet article
17 août 2008 7 17 /08 /août /2008 23:00

                   

Jésus a soif, Lui qui a désaltéré les autres aux noces de Cana, qui a donné les eaux vives à la Samaritaine.

Pourquoi est-Il cloué sur le bois d'infamie, entre deux brigands, subissant la haine et les injures des hommes , le corps tendu par la souffrance et dévoré par la soif, dans un abandon total?
Sais-tu au moins pour qui mourait le Christ? Quel crime Il expiait?

 
Le prophète le dit: "Cependant Il a porté nos maladies, et Il s'est chargé de nos douleurs ; et nous, nous pensions qu'Il était frappé de Dieu, battu et affligé. Mais Il était meurtri pour nos péchés, et frappé pour nos iniquités; Le châtiment qui nous apporte la paix est tombé sur lui, et par sa meurtrissure nous avons la guérison.(Esaïe ch.53v4à5). Son sacrifice complet et parfait était nécessaire, car par sa mort tout fut accompli.Tu as appris beaucoup de choses, car la connaissance est grande actuellement dans le monde. Dans tous les domaines,l'on découvre de nouvelles lois, et cela, trop souvent contribue au malheur de l'humanité.Mais sais-tu que Jésus a expié ton péché, Qu'il mourait pour toi? Et sais-tu que ton sauveur a soif? Voudras-tu lui donner une éponge de vinaigre, comme firent les soldats, en reconnaissance de ce qu'il a fait pour toi?
Jésus a soif de toi , soif que tu l'acceptes, que tu ouvres ton coeur, que tu croies, que tu te donnes à lui, que tu vives pour lui. Comprends-tu sa soif? Il est mort pour te donner la vie, la vie éternelle. Sa souffrance est ta guérison. Il a soif que tu deviennes une nouvelle créature.
Que vas-tu faire maintenant, de Jésus, toi qui ne t'es jamais soucié de sa soif
Pourtant, Il s'est soucié de la tienne. Car franchement je sais que ton coeur a soif malgré les apparences et, avec toi, l'humanité entière à soif.
Jésus sur la croix s'est identifié à la soif du monde entier, à un monde assoiffé de paix, de bonheur, d'idéal, qui fuient sans cesse devant lui, car son péché est la racine de tous ses maux. L'homme poursuit le bonheur et croit un temps le saisir, mais il referme toujours ses doigts sur du vent. Sans Christ tout n'est que vent et poursuite de vent. Ta jeunesse et ta vie entière, seront impuissantes à te donner le repos de ta conscience, et ton péché sans cesse te retrouvera:

"Mais étant justifiés par la foi (en Christ) nous avons la paix avec Dieu".
 
"Quiconque boit de cette eau ( les choses d'ici-bas) aura encore soif, a dit Jésus; mais celui qui boira de l'eau que je lui donnerai n'aura jamais soif, et l'eau que je lui donnerai deviendra en lui une source d'eau qui jaillira jusque dans la vie éternelle". (jean ch.4v14).



Jésus a bu le vinaigre de la haine des hommes. Mais Lui, dans son amour, te donne aujourd'hui l'eau jaillissante de la Vie....     




 

                          
   
                                                                                                                      

Partager cet article

Repost 0
Published by Aquilas - dans Messages
commenter cet article
11 août 2008 1 11 /08 /août /2008 09:14

 




                              
                                           Prédictions et accomplissements

                                              

La dispersion d'Israël:

La prédiction de la dispersion du peuple juif ( qui fut un châtiment dû à sa désobéissance envers Dieu), est énoncée clairement par les prophètes de la Bible. Et Moïse disait, le premier, il y a des millénaires:
"L'Eternel te dispersera parmi tous les peuples, d'une extrémité de la terre à l'autre".(Deutéronome ch.21v63).

  Dans l'Evangile, Jésus reprend cette prédiction, en l'an 33 de notre ère:
"Lorsque vous verrez Jérusalem investie par les armées, sachez alors que sa désolation est proche. Ils (les juifs) tomberont sous le tranchant de l'épée, ils seront emmenés captifs parmi toutes les nations"(Luc ch.21v20et24).

L'accomplissement de cette catastrophe nationale survint en l'an 70, et
c'est l'histoire profane qui nous l'apprend.
Jérusalem fut prise et détruite, un énorme carnage s'ensuivit, de même qu'une vente massive d'esclaves juifs. 
Au deuxième siècle, l'empereur Adrien fera passer la herse sur l'emplacement du temple et la prédiction du prophète Michée s'accomplira alors:

"Sion sera labourée comme un champ"
              (Michée ch.3v12).










Le rassemblement d'Israël:

La prédiction du rassemblement du peuple juif est énoncée non moins clairement par les prophètes de la Bible:
"Je les ramènerai dans leur pays. Ils y habiteront, eux, leurs enfants, et les enfants de leurs enfants à perpétuité
"( Ezéchiel ch.37 v21 et 25)." Ils ne seront plus arrachés du pays que je leur ai donné"(Amos ch.9v15).

        "En conséquence, Israël ne peut être rayé de la carte". 

L'accomplissement de cette prédiction comença en 1917, par le décret Balfour instituant un foyer juif en Palestine.

                                   
                                                 ***                                         


L'oeuvre du sionisme
et la déclaration Balfour 1917-1922

Force politique durant la Première Guerre mondiale, le sionisme obtient la Déclaration Balfour (2 nov. 1917), engagement de l’Angleterre, entériné par la France, de prévoir la création en Palestine d’un «foyer national juif» (Sur la photo, les hommes d’État britanniques Arthur Balfour (1848-1930) à gauche et Winston Churchill (1874-1965), membres du cabinet de coalition, en 1915, pendant la Première Guerre mondiale).

 

Le 24 décembre 1917, premier jour de la fête de Hanouca, qui commémore la libération de Jérusalem du joug syrien par Juda Maccabée, le général anglais Allenby entre triomphalement dans la Ville sainte, mettant fin à près de douze siècles de domination musulmane (si l'on exclut l'époque des croisades), dont 400 ans exactement de domination ottomane, autant d'années que dura, pour Israël, l'esclavage de l'Egypte (Genèse 15:13).

Les entraves apportées par les autorités turques sont levées lors de l’entrée des Britanniques en Palestine en 1917. (Sur la photo : les troupes britanniques et les forces de la police palestinienne qui occupent Jérusalem vivent dans la crainte permanente du terrorisme).

 Le 24 juillet 1922, le mandat de la Société des Nations entérine le programme de la Déclaration Balfour .

Cette année-là, quand la Grande-Bretagne reçut de la Société des Nations un mandat pour créer un Etat juif en Palestine, selon les termes de la Déclaration Balfour, le premier gouverneur britannique Sir Herbert Samuel était un Juif. Le premier shabbat qui suivit son entrée en fonction, il se rendit à la synagogue de Jérusalem et fut invité à faire la lecture du jour, qui coincidait ce shabbat avec Esaie 40 :

"Consolez, consolez mon peuple, dit votre Dieu, parlez au coeur de Jérusalem et criez-lui que sa servitude est finie ... ".

                                                ***

La dispersion des juifs dura donc de l'an 70 à 1917. Depuis, l'immigration se fit de plus en plus active, jusqu'au 15 Mai 1948, où fut proclamée l'indépendance de l'Etat d'Israël. 
                        
     

Aujourd'hui, comme cela a été dit dans le précédent article, plus de six millions d'israélites peuplent le pays, et font refleurir le désert.

La prédiction de l'occupation de Jérusalem par Israël fut annoncée par Jésus en l'an 33:
"Jérusalem sera foulée aux pieds par les nations, jusqu'à ce que les temps des nations soient accomplis"
( Luc ch.21v24).

L'accomplissement eut lieu au cours de la semaine historique et prophétique du 5 au 11 juin 1967. Pour la première fois depuis 1900 ans, les Juifs ne pourraient plus dire: "L'an prochain à Jérusalem!". Ils s'y trouvaient.  

                         
On voudra bien réaliser qu'Israël est la seule terre au monde dont la Bible désigne nommément le propriétaire perpétuel ( Genèse ch.15v18
et
Amos ch.9v15).


                 
L'avenir d'Israël:
  
Pourtant les Nations complotent contre Israël (Psaume 83) et l'attaqueront une dernière fois.
Cette prédiction se lit dans le prophète
Zacharie ch.12v3 et 8 (il y en a d'autres):     
"En ce jour-là, je ferai de Jérusalem, une pierre pesante pour tous les peuples[...] et toutes les nations de la terre s'assembleront contre elle. [...]Je m'efforcerai de détruire toutes les nations qui viendront contre Jérusalem".







En L'an 33 Jésus annonça des "jours de détresse" pour notre époque:
"Les puissances des cieux seront ébranlées[...] toutes les tribus de la terre se lamenteront, et elles verront le Fils de l'homme venant sur les nuées du ciel avec puissance et une grande gloire...".
Et Il ajoute: "Je vous le dis, en vérité, 
cette génération (de la fin) ne passera pas que tout
cela n'arrive"(Matthieu 24).

Des événements imminents et graves concernent directement la génération actuelle. Le monde va au devant d'une catastrophe atomique inouïe. Un déluge de feu est en préparation.


"Le jour du Seigneur viendra comme un voleur; en ce jour, les cieux passeront avec fracas, les éléments embrasés se dissoudront, et la terre avec les oeuvres qu'elle renferme sera consumée. Puisque ces choses doivent donc se dissoudre, quels ne devez-vous pas être par la sainteté de la conduite et par la piété, attendant et hâtant l'avènement du jour de Dieu, jour à cause duquel les cieux enflammés se dissoudront et les éléments embrasés se fondront?" (2 Pierre ch. 3v10 à 12).

Qu'on sache que le Messie revient en notre temps, puisque c'est en notre temps que s'accomplissent les prédictions de la Bible.

Ami, Jésus revient. Il est temps que tu l'acceptes, dans la repentance et la foi. Et si tu crois déjà, purifie-toi alors, comme lui-même est pur. 








Partager cet article

Repost 0
Published by Aquilas - dans Israël
commenter cet article
26 juillet 2008 6 26 /07 /juillet /2008 09:39

                 

          

                                                                                   










Jésus s'assit sur la montagne des Oliviers.
Et les disciples vinrent en particulier
lui faire cette question: Dis-nous, quand cela arrivera-t-il, et quel sera le SIGNE de ton avènement et de la fin du monde?(Matthieu ch.24v3).
Dans certaines communautés Juives, était en usage cette formule de salutation:
"L'an prochain, à Jérusalem!"
Au milieu des misères de l'exil et vivant dans la nostalgie continuelle du pays de leurs ancêtres d'où ils avaient été chassés, ces Israélites proclamaient leur foi dans la promesse d'une réintégration complète et définitive , inscrite clairement dans les Saintes Écritures, et se répétaient de l'un à l'autre, malgré les vexations du moment:

                            "L'AN PROCHAIN A JERUSALEM !"


Et voici que ce jour a eut son accomplissement, car Dieu tient parole! Sans contredit, le monde est témoin depuis plus de soixante ans maintenant, d'un phénomène sans précédent: Les Israélites retournent dans leur pays, et nul ne peut s'y opposer! Bien plus, en 1948, leur autonomie politique fut établie par les Nations Unies! - Qu'Israël ait survécu, n'est-ce pas un miracle? Car aucun peuple sur la terre n'a été aussi douloureusement affligé: déraciné, dispersé, foulé aux pieds par l'antisémitisme le plus avilissant, menacé enfin d'extermination complète..... Son long calvaire s'inscrit dans l'Histoire par des dates, des chiffres tristement éloquents. Il nous parle de ghettos, de pogromes, de "solution finale de la question Juive". Mais les Fils de l'Alliance de Dieu ne pouvaient être anéantis! C'est à Dieu qu'appartenait de déterminer "la solution finale de la question Juive"... Écoutez plutôt:
 
" Je les ramènerai dans leur pays. Ils y habiteront, eux, leurs enfants et les enfants de leurs enfants, à perpétuité".(Ezéchiel ch.37v21 et 25). "Ils ne seront plus arrachés du pays que je leur ait donné".(Amos ch.9v15).

Ainsi la prétention de certaines nations de rayer Israël de la carte est parfaitement vaine. Notre Seigneur avait comparé l'Israël de la fin des temps à un figuier qui reverdit, qui bourgeonne, après le mauvais temps( Matthieu ch.24v32). Mais le mauvais temps est déjà loin. Israël reverdit et bourgeonne.
Aujourd'hui plus de six millions de Juifs vivent en Israël. Les incrédules peuvent dire: " Mais ce sont les hommes qui ont permis ce retour!" Bien sûr , Dieu se sert toujours de certains hommes, ou de certaines nations, pour accomplir ses grands desseins éternels, et nul ne peut alors s'y opposer. Il est bon de souligner que, malgré tant d'intérêts lésés,le rétablissement d'Israël s'est accompli, et qu'il est maintenant un fait historique parfaitement irréversible. Et il est, de plus, à la face du monde entier , la preuve évidente que l'écriture dit vrai, puisque des prophéties millénaires se sont accomplies sous nos yeux. Mais il est aussi le signe avant-coureur du retour de Jésus-Christ. 
Car Israël, le figuier qui reverdit de nos jours, nous apprend que:
"De même, [.....] le Fils de l'homme est proche,à la porte". Et le Seigneur ajoute
:
"Cette génération
(de la fin)
ne passera pas que tout cela n'arrive."
( Matthieu ch24.v33 à34).
"Quand ces choses commenceront à arriver, redressez vos têtes, parce que votre délivrance approche.( Luc ch.21v28).

De même que c'est en notre temps qu'Israël
retourne en son pays, c'est aussi en notre
temps que le Messie revient.

          

"Il enverra ses anges avec la trompette retentissante, et ils rassembleront ses élus des quatre vents, depuis une extrémité des cieux jusqu'à l'autre"(Luc ch.21v31).
Le rassemblement actuel d'Israël nous apprend que le rassemblement des croyants pour aller à la rencontre de leur Sauveur ne saurait tarder.

Israël est rentré. Et toi, tu diras bientôt: "Alléluia! Car le Seigneur notre Dieu tout puissant est entré dans son règne. "Réjouissons-nous  et soyons dans l'allégresse, et donnons-lui gloire; car les noces de l'Agneau sont venue, et son épouse s'est préparée" (Apocalypse ch. 19v6 à 7).


Peut-être hausses-tu les épaules, et pourtant, tu dois reconnaître qu'Israël est rentré. Et pour être logique, tu dois croire que Christ est à la porte.
ES-TU PRET? C'est le moment de croire. Jésus dit:" Voici, je viens bientôt et ma rétribution est avec moi...". Il apporte la couronne pour ceux qui auront cru, mais le jugement et la ruine pour les impies!
En effet le monde aveuglé par Satan sera assez fou pour attaquer Israël,
ce peuple choisi de Dieu, et dont les Nations sont redevables, puisque" le
Salut vient de juifs".(Jean ch.4v22).

Mais, on se rappelle que 655.000 Israëliens ont pu faire face, en1947,
à 40 millions d'Arabes. De même, nul n'ignore la foudroyante victoire d'Israël au Sinaï, en 1956. Et Dieu nous dit ce qui se passera bientôt:

"Toutes les nations de la terre se rassembleront contre Jérusalem. En ce jour-là, j'entreprendrai de détruire toutes les nations qui viendront contre Jérusalem"( Zacharie ch. 12v3 et9).     







Ce sera le jugement des Nations au travers d'une gigantesque catastrophe mondiale atomique.... Un déluge de feu! Alors, le Seigneur descendra du ciel pour mettre un terme à ce carnage et instaurer son règne de paix sur la terre.                                                         
   
"Puis je vis le ciel ouvert, et voici parut un cheval blanc . Celui qui le montait s'appelle Fidèle et Véritable, et il juge et combat avec  justice." (Apocalypse ch.19v11) 
 









 " Ses  pieds se poseront en ce-jour là sur la montagne des Oliviers" à Jérusalem, nous dit le prophète Zacharie. Alors, Israël reconnaîtra son Messie et se convertira( Voir Zacharie ch.12V10 Et ss. et Apocalypse ch.1v7). 

 
 


                         Et maintenant 
Israël ne te dit-il rien?
           Israël est le signe manifeste de Dieu pour que tu croies ! 







           

Partager cet article

Repost 0
Published by Aquilas - dans Israël
commenter cet article
21 juin 2008 6 21 /06 /juin /2008 16:12


Nous avons dans le précédent volet sur les "Psaumes du Désert" dejà parlé du Psaume de l'humiliation (Ps.51): "Miséricorde et Grâce!", nous parlerons encore des Psaumes de la Persécution, de l'assemblée, des Martyrs  et des Batailles.

 

Résultat de recherche d'images pour "psaume 79"



                              Le Psaume de la Persécution                                                   
 

Si nous voulons nous en tenir à Anduze et aux Cévennes, la persécution date de l'an 1557, et des lettres  patentes, rédigées cette-année là, tout spécialement pour les "hérétiques des Cévennes" (dit leur titre). L'Eglise d'Anduze, comme beaucoup d'autres, était née à la lueur d'un bûcher, avait été baptisée par le sang d'un martyr. Un moine, nommé Claude Rosier, ayant osé, en plein carême, dénoncer les abus de la papauté, avait été obligé de s'enfuir; il s'était réfugié à Genève, avait écouté quelques leçons de Calvin, et était revenu, prêt au sacrifice suprême. A la date du 22 Août 1557, un registre notarié du temps, raconte:" Il fut pris et condamné à faire amende honorable, la langue coupée, et brûlé à petit feu, au devant de la fontaine, et mourut en martyr, soutenant toujours la religion".( L'eau de la fontaine coule toujours, là où elle coulait au 16ème Siècle).



Trois ans après, 20Juin 1560, L'Eglise était définitivement organisée,"à l'honneur de Dieu, augmentation de son Eglise, et utilité de nos prochains".Or cette année 1560, est la grande année pour toutes les Cévennes, comme pour Anduze. " Ce fut en ce temps, écrit *Théodore de Bèze , que ceux des montagnes des Cévennes reçurent avec une merveilleuse ardeur la Vérité de l'évangile, tellement que, quasi en un instant furent dressées plusieurs communautés".Et il cite Anduze, Mialet, Sauve, St-Jean du Gard, Aulas, St-Germain de Calberte, St-Etienne Vallée Française, Le Pont de Montvert, St-Privat, Gabriac, et autres. Et cette même année encore, 1560, au milieu des périls d'une persécution terrible, se réunit à une heure de Mialet, dans une grotte sous le hameau d'Aigladine" le premier synode (provincial) où quinze responsables organisèrent la grande mission qui allait parcourir les Cévennes, le Vivarais, le Bas-Languedoc et le Rouergue.  C'est au même moment (encore) que fut promulguée la Loi, sous laquelle les vrais disciples de Christ, en France, faut-il dire : Allaient vivre? ou, allaient mourir? - Pendant deux siècles. Et cette Loi était promulguée " honneur tragique" " contre les hérétiques des Cévennes", à propos de ce qui s'était passé à Anduze, en 1557. Ayant appris qu'un prétendu religieux avait tenu des" propos erronés et scandaleux contre la religion Catholique" et que 2 à 3000 personnes avaient écouté ces propos, Le Roi **henri II  se hâtait de mettre le nouveau culte hors la Loi. Il mobilisait " Le ban et l'arrière-ban de la sénéchaussée, gens de guerre tant de pied que de cheval". Il ordonnait de prendre les" rebelles vifs ou morts",et garantissait les auteurs de toutes ces barbaries contre toute réclamation, "punition ou amende", soit pour blessure, soit pour mort. Anduze fut appelée la " Genève du midi"; elle fut non seulement grande , mais "unique". Nous essayons de dire l'honneur des Cévennes, sans être infidèles, ni à la vérité de l'histoire, ni à l'esprit de l'Evangile.


Les fureurs se déchaînèrent, et cela dura deux siècles, grâce aux centaines d'ordonnances qui se succédèrent, obligées à se répéter, puisque tout avait été dit le premier jour.
C'est ainsi qu'en Septembre 1703, par exemple, arrivait un ordre de détruire 440 villages et 608 hameaux et d'emporter de là, au milieu de l'hiver, plus de 20.000 paysans. Comme il était un peu long de démolir tant de maisons  avec la pioche, on fit observer que cela irait plus vite avec le feu. La cour envoya l'autorisation, et ce fut " comme une tempête qui ne laisse rien à ravager, dans un champ fertile, ou dans une vigne féconde. Les maisons ramassées, les métairies écartées, les granges, les baraques, les cabanes, les chaumières, tombèrent sous l'action du feu comme les fleurs champêtres, les mauvaises herbes, et les racines sauvages tombent sous le tranchant de la charrue qui les coupe. Il faut renoncer à se faire une idée de la vie et de la mort affreuses des huguenots pendant des siècles. Dans les bois, dans les grottes, c'est maintenant une pauvre troupe qui erre, se cache, paysans, laboureurs, bergers, vieillards, femmes.... Les persécuteurs ne parlent que de vile populace, de canailles, et, de leur chef, ils disent:
"C'est un paysan du plus bas étage".


Bâville, son clergé, son roi, ne comprennent pas. La religion chrétienne revenait à ses origines du 16ème siècle, à ses cardeurs et fouleurs de laine de Meaux; elle revenait à ses origines du 1er siècle et, avec Saint-Paul, elle pouvait dire:" il n'y a pas beaucoup de puissants, ni de nobles parmi vous";mais elle pouvait aussi ajouter:" Dieu a choisi les choses méprisées et celles qui ne sont point, pour confondre celles qui sont". 
Le doux Brousson faisant monter à Dieu la prière générale des fidèles persécutés et massacrés pour le service de Dieu, disait: " Que pouvons-nous donc devenir, Seigneur, si tu n'as pitié de nous? Nous avons cherché les lieux les plus éloignés du commerce des hommes.... durant les ténèbres de la nuit, pour invoquer ton Saint nom. Mais nos ennemis nous y sont venus chercher pour nous massacrer. Ils ont répandu le sang innocent, ils ont dévoré les pauvres brebis..." 
Il est un Psaume que l'on peut désigner comme le Psaume de la persécution. C'est le Psaume 79:
" Les gens entrés sont dans ton héritage".

C'est le premier, qui retentit dans la première église où la persécution éclata, à Meaux, en 1546. Quatorze fidèles furent arrêtés dans une réunion. En les voyant passer, le peuple se mit à chanter: "Les gens entrés sont dans ton héritage", et le lendemain en allant au supplice, les 14 chantèrent le même Psaume.
En 1556, à Angers, Jean Rabec, auquel on venait de couper la langue, tout en crachant son sang, trouvait encore le moyen de balbbutier:" Les gens entrés sont dans ton hérirage".Ainsi des plaines du Nord, et des plaines du Centre, jusqu'aux montagnes des Cévennes, le Psaume douloureux fait entendre la plainte des persécutés:


                             Tes ennemis sont dans ton héritage                                                                                                                                 
                             Ton sacré temple a senti leur  outrage;
                             Jérusalem, Ô Seigneur! est détruite,
                             Et par leur rage en masures réduite
                             Ils ont donné les corps de tes serviteurs morts

Aux oiseaux pour curée,             
La chair de tes enfants     
Aux animaux des champs,
Pour être dévorée.
Ne nous rends pas confus
                                       Et ne te souviens plus                        
                                            De toutes nos offenses:                
                                            Dans cette extrémité, 
                                            Hâte par ta bonté 
                                            La fin de nos souffrances.

                                 
                   
                                     


Voici quelques récits authentiques de persécutions 

                                  
                                                       
                  Un enlèvement d'enfants (avant 1662)                    
 

Il y avait à Rouen un riche protestant nommé Louis Du Val, qui résolut de conduire ses enfants au collège (protestant) de Sedan. Il passa par Reims, et là un prêtre, ayant connu son projet,lui enleva secrètement ses deux enfants et les conduisit chez les Jésuites de Pont-à-Mousson.Le père intenta un procès à ce prêtre ravisseur et en vertu de l'article 18 de l'Edit de Nantes"défendant aux catholiques d'enlever les enfants protestants par force ou induction", le fit sévèrement condamner par le juge de Verdun. Le prêtre condamné en appela au parlement de Paris et le parlement condamna Louis Du Val aux dépens et ordonna que ses deux enfants seraient mis au Collège de Navarre (à Paris) pour y être élevés dans la religion catholique, que leur père leur fournirait pension, " et lui est interdit de les prendre ou faire reprendre, sous peine de trente mille livres d'amende".


                                  Les déportés du Midi (1687) 
 


Un officier français, des Cévennes, naviguant sur un vaisseau hollandais, raconte, le 17 Avril 1687, comment il a rencontré dans la Méditerranée un vaisseau de Marseille chargé de protestants qu'on déportait aux Antilles.
" Dès que nous avons été à bord du vaisseau français, le capitaine nous a fait apporter la collation, et un moment après nous avons vu paraître quelques Demoiselles à qui la mort était peinte sur le visage, lesquelles venaient en haut prendre l'air. Nous leur avons demandé par quelle aventure elles s'en allaient en Amérique. Elles ont répondu avec une contenance héroïque:" Parce que nous ne voulons pas adorer la Bête, ni nous prosterner devant des images.Voilà notre crime". (L'Officier reconnaît une de ses cousines, et demande au capitaine la permission de descendre l'échelle).


"Je ne fus pas plus tôt au bas que je vis 80 jeunes filles ou femmes couchées sur des matelas, accablées de maux. Ma bouche fut fermée et je n'eus pas le mot à dire.Elles me dirent les choses du monde les plus touchantes, et au lieu de les consoler elles me consolèrent, et (moi)ne pouvant parler, elles me dirent d'une commune voix:"Nous mettons le doigt sur nos lèvres et nous disons que toutes choses viennent de celui qui est le Roi des rois. C'est en celui-là que nous mettons notre espérance".


"D'un autre côté, on voyait cent pauvres malheureuses accablées de vieillesse et que les tourments des tyrans ont réduites aux abois. Nous en avons vu de toutes sortes, de tous
âges et de toutes qualités. Elles m'ont dit que lorsqu'elles partirent de Marseille elles étaient 250 personnes , hommes, femmes , filles et garçons, et qu'en quinze jours il en est mort dix-huit. Il n'y a qu'une demoiselle qui est du Poitou, toutes les autres  sont de Nimes ou de Montpellier ou aux environs...."



                  Blanche Gamond à l'hopital de Valence(1687)

Blanche Gamond, de St-Paul-trois-châteaux (Drôme) arrêtée en Dauphiné comme elle essayait de fuir du royaume, a été condamnée à être rasée et recluse à perpétuité. Elle raconte elle-même ses souffrances. Elle avait alors 21 ans. "La rapine (c'était d'Herapine dirigeant l'hôpital) vint transporté de furie et de rage, qui avait un doigt d'écume à la bouche. Il me dit: " Tu es encore là, gueuse ! Personne ne peut obtenir sur toi de quitter cette mauvaise religion!...Tu recevras les étrivières présentement, ensuite on te mettra dans un cachot où tu crèveras...". Il s'en alla à la cuisine et dit aux cuisinères: " Donnez les étrivières à cette huguenote, mais ne l'épargnez pas; et si vous l'épargnez vous serez mises à sa place".

" A l'instant on me fit lever et on me fit entrer à la cuisine. Et je vis six filles, qui chacune d'elles liait un paquet de verges d'osier de la grosseur qu'une main pouvait empoigner et de la longueur d'un aune. on me dit: " Déshabillez-vous"... J'étais nue depuis la ceinture en haut.On apporta une corde, de laquelle on m'attacha à une poutre. Et alors elles déchargèrent leur furie dessus moi et en me frappant l'on me disait: " Prie ton Dieu!" Ce fut à ce moment que je reçus la plus grande consolation que je puisse recevoir de ma vie, puisque j'eus l'honneur d'être fouettée pour le nom de Christ et de plus d'être comblée de ses grâces et de ses consolations..
On avait beau s'écrier:" Redoublons nos coups, elle ne les sent pas!" Et comment aurais-je pleuré puisque j'étais pamée au dedans de moi? Mais sur la fin, mes pieds ne purent plus me soutenir.... aussi j'étais pendue par mes bras. Alors on me détacha, pour me frapper mieux à leur aise. Elles achevèrent de me gâter les verges sur mon dos, tant que le sang me coulait des épaules.... En me vêtissant ma chemise elles me disaient: " Demain vous en aurez autant si vous ne changez pas". Je leur répondis: " Je sais que je changerai de la terre au ciel, mais pour de religion, jamais de la vie!"




                           Trois courageuses filles(1686)


Suzanne Coulès, de Metz, à la fin de 1685, fuyant en Allemagne, fut arrêtée à Hombourg, à l'entrée des forêts de Kaiserslautern, hors du royaume, par un officier d'une garnison française.
Elle fut ramenée à Metz et emprisonnée. Peu de mois après, avec une autre jeune fille de Metz, Marie Dubois (dont le père avait déjà pu fuir) et une autre jeune bourgeoise de Vitry-Le-François, Marie Jacobée, elles promirent de grandes récompenses à un roulier, qui voulut bien les mettre dans un tonneau emballé de toile, les trois ensemble." Il n'y avait, raconte Marie Dubois, qu'une petite ouverture par où nous pouvions respirer. Malgré l'incommodité d'une telle voiture, Dieu nous donna des forces pour rester trois jours et trois nuits dans ce pitoyable état. Il n' y avait plus que quelques lieues de chemin à faire pour être sauvées, quand le charretier entendant battre la générale par la garnison  de Hombourg s'effraya mal à propos. Il s'enfuit. Nous sortimes de ce misérable tonneau et nous allâmes nous jeter dans un bois".

Arrêtées par des paysans (à qui on promettait le butin qu'ils feraient sur les fugitifs) les trois filles furenr ramenées encore à Metz et condamnées à entrer dans une maison religieuse. Le roulier alla aux galères.


Marie Dubois, en Août 1687, réussit à s'évader du couvent, et déguisée tantôt en paysan, tantôt en valet, elle suivit un guide qui, par Charleville, la mena jusqu'à Liège.    


                                                      
*Ecrivain et réformateur. Après avoir abjuré le catholicisme en 1548, il embrassa le calvinisme et s'établit à Lausanne, où il fut professeur de grec à l'Académie. En 1558, il quitta Lausanne et s'installa à Genève où il retrouva un poste à l'Académie ; il devint alors le principal collaborateur de Calvin. En août 1561, il représenta les calvinistes lors du colloque œcuménique réuni à Poissy, sur les instances du chancelier Michel de L'Hospital, qui espérait parvenir à une entente entre catholiques romains et réformés ; de Bèze, en affirmant son refus tant de la Transsubstantiation (catholique) que de la consubstantiation (luthérienne), ruina les espérances du chancelier. Il ne rentra cependant pas immédiatement à Genève, et Catherine de Médicis, qui voulait encore croire à une entente possible, le retint quelque temps auprès d'elle, le consultant sur ses décisions de politique religieuse. En 1564, à la mort de Calvin, de Bèze lui succéda dans les charges qu'il occupait à Genève. En 1574, il publia Du droit des magistrats sur leurs sujets ; il y développe l'idée que le but de l'Etat est d'œuvrer au bonheur des sujets, et que, en matière religieuse, le pouvoir civil doit se mettre au service de l'Eglise et réprimer les hérésies.  

      


                                                 °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°                         
    

                
 
                                                                                      
**
Deuxième fils de François 1er et de Claude de France il est prisonnier en Espagne à l'age de 7ans pendant 3ans gage pour la libération de son père. En 1536 son frère aîné meurt il devient le Dauphin. En 1536 , il a 17ans , il doit épouser Catherine de Médicis alors qu'il aime une jeune veuve ( de 19 ans son aînée quand même) .En 1547 il succède à son père et poursuit sa politique contre Charles Quint  et l'Angleterre.En septembre 1558 Henri 2 pressé d'en finir avec cette guerre, poussé par les problèmes intérieurs causés par les protestants, accepte l'ouverture de négociations avec l'Espagne. Les négociations traînent en longueur mais à la cour de France le clan de la paix  (Montmorency, Diane de Poitiers) l'emporte sur celui de la guerre ( les Guises et la reine Catherine de Médicis). Les négociations finalement aboutissent auen 1559 dans lequel la France conserve les trois évêchés ( Metz, Toul et Verdun ) et Calais et renonce au Milanais. Ceci mettra fin définitivement aux guerres d'Italie. Le roi peut alors se consacrer à la lutte contre les protestants, il avait déjà promulgué l'édit de Chateaubriant en 1551, il  promulgue l'édit d'Ecouen en 1559 qui est plus répressif, il condamne de mort l'exercice du culte protestant. Il y aura 88 exécutions de protestant sous le règne d'Henri 2. Mais la réforme continue à s'étendre et pas seulement dans le petit peuple.
 

Partager cet article

Repost 0
Published by Aquilas - dans Pages Protestantes
commenter cet article
15 juin 2008 7 15 /06 /juin /2008 17:31

 

   Document sur les camisards faisant suite aux prophètes des Cévennes.

                                        


                                                                                                       
" Je vous ai écrit....... pour réveiller vos souvenirs" (Romains ch.15v15).
" Donne-nous encore des jours comme ceux d'autrefois" (Lamentations ch.5v21).

                                            


Je ne puis ( et du reste ce serait insuffisant) vous raconter toute l'histoire qui s'est déroulée depuis 1547, l'année où commencèrent les premiers mouvements du Réveil dans les Cévennes. J'ai pensé, qu'il valait mieux essayer de faire passer devant vous quelques-unes des scènes principales, décisives, de cette histoire; mais non pas comme au cinéma, dans des photographies plus ou moins truquées. Je vous apporte quelques récits, minutieusement
authentiques, parlant avec la voix même de ceux qui en furent les tragiques héros.
Les Camisards chantèrent des Psaumes, certains versets de certains Psaumes dans certaines circonstances. Tâchons de les entendre avec le même son, le même ton, plein de la même humiliation, de la même douleur, des mêmes désirs, de la même foi, du même enthousiasme héroïque.
Ces Psaumes ont été pénétrés de toute la foi et de toute la douleur de tous les huguenots de France, depuis les cardeurs et les fouleurs de laine de Meaux jusqu'aux pâtres et aux laboureurs des Cévennes. Ce n'est pas à quatre voix qu'ils avaient envie de chanter, quand ils s'agenouillaient pour crier : Miséricorde! Ce n'est pas à quatre voix qu'ils avaient envie de chanter, quand les soldats les traquaient. Ce n'est pas à quatre voix qu'ils avaient envie de chanter dans les tourments du bûcher ou de la roue. La vérité toute simple est que pour eux il y avait ici une question non pas musicale, mais religieuse. Les Psaumes n'étaient pas un ornement, un hors-d'oeuvre, mais le cri de leur coeur.


                                         A Dieu ma voix j'ai haussée
                                                   et ma clameur adressée,
                                                   A Dieu ma voix a monté,
                                                   Et mon Dieu m'a écouté.
                                                (Psaume 78) 


                                                   
                                                   
                          


                                                    
Le Psaume de l'humiliation
                         

Ce sera entrer, tout de suite, dans l'esprit des Assemblées d
u Désert, que de commencer par le Psaume 51,"Miséricorde et grâce!" Miséricorde! C'était le mot que prédicants et fidèles criaient ensemble à genoux, dans les lieux escarpés des montagnes, où ils se rassemblaient clandestinement, et les échos du voisinage retentissaient du cri : "Miséricorde!"
Vers la fin de 1685, beaucoup de huguenots avaient abjuré, pour la forme, sous la contrainte violente des dragonnades épouvantable. Obtenues par la force, ces conversions n'avaient, bien sûr, point de valeur. Du reste, il se produisit bientôt un réveil chez un grand nombre, sous l'influence des prédicants d'abord, des prophètes ensuite, dont le message appelait avec force le peuple à la repentance.
Voici, par exemple, une sorte de"testament moral" écrit par un avocat notable de Montauban, au moment où il va abjurer, après avoir subi pendant 26 jours la présence des dragons.
" Pressé par ce logement* qui est fort; intimidé par la menace d'être foulé extraordinairement.... Craignant, de plus, tout ce que peut faire craindre la fureur du soldat qui  dans la chaleur du pillage.... crie déjà hautement: A l'huguenot! A la potence!

Et plus que tout cela, épouvanté par les réflexions de mes amis qui me disent que ma présence m'attirera , après tous les autres maux, celui d'être privé de l'éducation de mes enfants.
Attiré enfin par les offres qu'on me fait de laisser mon très cher père achever le reste de ses jours en repos sans l'inquiéter pour la conscience. Moi, Pierre G., docteur et avocat,
habitant Montauban, âgé de 46 ans, succombe sous le poids de tant de maux et de tant de craintes, et après avoir versé un torrent de larmes je vais, avec une douleur inconcevable, passer une déclaration que j'abandonne la religion dans laquelle Dieu m'a fait naître, que j'ai professée avec un grand repos de conscience, et dans laquelle j'espérais de vivre et de mourir sous la foi des Edits de nos rois.... Je prie Dieu qu'il me pardonne une si grande faute par sa miséricorde infinie pour l'amour de son Fils notre Seigneur Jésus-Christ.
Je fais le présent écrit pour être un témoignage de la connaissance que j'ai de la faute que je vais faire, et de ma forte passion de me voir en liberté de me réunir ( à nouveau) aux
églises dont la violence me sépare." 

                Voici le témoignage d'un maître d'école à Mougon (Deux-Sèvres) 1681:

" Dès que ces satellites**connurent que je m'étais ôté de leur chemin, l'un deux  amena votre mère dans la chambre où étaient  les autres et leur dit qu'il fallait la faire chauffer. Ils la mirent aussitôt au coin de la cheminée et allumèrent un feu qui se faisait sentir dès la moitié de la chambre, quoi qu'elle fût très grande. Ils juraient et blasphémaient le nom de Dieu à leur ordinaire, disant qu'ils la feraient brûler si elle ne se voulait convertir. Cependant ils ne gagnèrent rien sur son esprit. Dieu la soutint par  sa bonté. Elle fut pourtant si affaiblie par cette grande chaleur.... qu'elle resta presque sans aucun sentiment ni connaissance".
Ce fut le vicaire de Mougon, ami de la famille, qui arracha la femme aux soldats, proposant de la prendre chez lui. Puis, des voisines catholiques l'enlevèrent et la cachèrent. Le lendemain matin toute la paroisse se trouva être changée de religion.

                      Miséricorde était le grand mot des inspirés des Cévennes.
   
 
"Dans la nuit du 5 au 6 Septembre 1701, raconte l'inspiré Roux, au milieu d'un orage affreux, toute une troupe d'enfants et de grandes personnes parcouraient les rues du village de Cruviers, avec ces cris de supplication: "Faisons pénitence! Repentons-nous! Pardonnnons-nous!" Rien de pareil ne s'était vu depuis ces multitudes qui suivaient le précurseur au bord du Jourdain, ou le Fils de l'homme au désert. Le prophète leur criait" Repentez-vous, faites pénitence d'avoir abjuré! O Seigneur, continuait-il, fait miséricorde à ces pauvres pécheurs!" Et tombant la  face contre terre le peuple répétait avec des sanglots:
" Seigneur, miséricorde! miséricorde!" 
C'est par un jour solennel de jeûne et d'humiliation, c'est par le chant du Psaume 51 que
s'est ouvert le Désert lui-même. Début digne de cette succession de merveilles! C'était une coutume générale des huguenots de célébrer, dans les grandes circonstances un jour de jeûne et d'humiliation, quelquefois aussi avant de rendre grâces à Dieu. le 7 Octobre 1579 à
Nimes, il y eut un culte à 8h du matin, un culte à 3h et un culte à 4h de l'après-midi. A Charenton, au premier de ces trois cultes, le 19 Avril 1658 on chanta le Ps. 38, le Ps.103, le Ps70, le Ps.74 et le Ps.79.       
                            
                                                    
Ainsi donc, malgré le déferlement d'une cruauté inouïe, le   Culte public reprenait secrètement. Ceux qui avaient échappé aux dragons vivaient dans les bois. Ces "fugitifs" prirent l'habitude de
célébrer entre eux un culte familier. Bientôt, parmi eux, quelques hommes furent choisis par leurs amis " pour prêcher et administrer les sacrements" (1686). Ils convoquèrent, la nuit, des assemblées" dans des granges isolées ou dans des lieux écartés, "au désert".Ils prêchèrent et donnèrent la Cène. Les autorités en Languedoc, les nommèrent des
"prédicants."Les lettres de Jurieu annonçaient à toute la France la reprise du culte, déclarant  légitime la vocation de ces conducteurs "extraordinaires." 


Il y avait alors à Toulouse, un jeune avocat, né à Nimes en 1647, âgé de
36 ans, Claude Brousson.***                         
                        
Saluons ici respectueusement ce Claude Brousson le plus grand prédicant, au commencement du Désert, comme les Antoine Court et les Paul Rabaud furent les plus grands à la fin. Claude Brousson était doux, d'une nature sensible et irénique, apostolique. Se trouvant dans les Cévennnes, caché dans une bergerie, quelques paysans vinrent le rejoindre, et lui demandèrent d'être leur pasteur lui qui n'était qu' avocat. Appelé par la détresse du peuple, sentant l'appel intérieur de Dieu, il accepta la vocation.
Il est prédicant, cela veut dire qu'il erre sans trêve, sans repos. Sa tête est mise à prix. Il est environné d'une armée de soldats, d'une armée d'espions. Il couche sur la paille, sur le fumier, sous des fagots, sous des arbres dans les fentes des rochers, tantôt brûlé par le soleil, tantôt gelé par le froid terrible de la montagne, sans oser faire du feu, de peur de se trahir. Souvent, il est torturé par la faim, par la soif. Mais dit-il, "ces misères lui étaient douces, lorsqu'il considérait qu'il souffrait pour la gloire de Dieu, et pour la consolation de son peuple." Il prêcha l'évangile de désert en désert. Il faisait souvent trois ou quatre assemblées par semaine, jusqu'à ce que le mauvais état de sa santé et de sa poitrine, qu'il ruina par ce travail continuel, le fit arrêter quelques mois. Dans les assemblées de communion, durant quatre heures ou quatre heures et demie, soit pour les prières, soit pour le chant des Psaumes, qu'il était souvent obligé de conduire et de soutenir, soit pour la prédication. Faut-il s'étonner si les pauvres paysans auxquels le prédicant donnait ainsi sa vie goutte à goutte, avant de donner d'un coup, tout ce qu'il lui en restait, sur l'échafaud, n'aient pas su lui témoigner leur reconnaissance autrement " qu'en se jetant à son cou, en le baisant et lui souhaitant mille bénédiction." 


Mais les prédicants étant traqués" comme des sangliers" beaucoup durent quitter la France. Brousson dut partir lui aussi, mais convaincu avec Jurieu**** que la divine délivrance approchait, il revint dans les Cévennes. La puissance de sa parole galvanisait ses auditoires; et sa piété, son intelligence, lui donnèrent un immense ascendant. Il formait ses compagnons à la prédication et aux fonctions pastorales. Hélas, la plupart de ces nouveaux "ministres" furent exécutés. Brousson dut quitter encore le Languedoc. Il revint en Suisse et alla en Hollande. Mais il ne put se faire à la vie paisible de la Hollande et repartit pour un voyage missionnaire en France où, jusqu'en 1689, il prêcha dans de multiples provinces, et notamment, encore, dans les Cévennes. Mais il finit par être arrêté en Béarn. Dans une lettre à sa femme, on peut lire:                    
"Il faut que je suive la vocation de Dieu et le mouvement de ma conscience et il faut que vous fassiez à Dieu le sacrifice de toutes les considérations de la chair et du sang, pour acquiescer à sa volonté."
Une foule immense, que contenait l'armée, avait envahi l'esplanade de Montpellier, où Brousson devait mourir sur la roue. On le vit s'avancer, précédé de 50 mousquetaires et de 20 tambours qui couvraient sa voix. Il chanta le Psaume: " jamais ne cesserai de magnifier le Seigneur." Il est mort en apôtre", a écrit un témoin, "il a affermi plus de gens par sa mort que par sa prédication."On fit circuler ses lettres et son fameux "sermon de la colombe":" Ma colombe, dit le Seigneur, qui te caches dans les fentes des rochers et les cavernes des montagnes, tu ressemble à l'Eglise, qui n'habite pas les palais des rois, ni les maisons magnifiques...mais les bergeries, les étables, les garrigues et le creux des torrents. La colombe est un oiseau doux et paisible...."

O prédicants, héros de la patience et de la douceur évangélique, on serait tenté de dire angélique! Vous nous plongez dans un abîme d'humiliation; nous vous admirons. Vous nous
couvrez de honte! Vous nous faites sentir tous les remords de notre lâcheté, et de notre indignité; nous vous aimons. Et c'est Brousson qui, dans les cultes solennels de jeûne, demandait aux fidèles de se mettre à genoux pour chanter les Psaumes, et, en particulier, le
Psaume 51:


                             
Miséricorde et grâce, Ô Dieu des Cieux!
                                     Un grand pécheur implore ta clémence.
                                     Use en ce jour de ta douceur immense,
                                     Pour abolir mes crimes odieux.
                                     O Seigneur! lave et relave avec soin,
                                     De mon péché la tache si profonde,
                                     Et fais-moi grâce  en ce présent besoin;
                                     Sur ta bonté, tout mon esprit se fonde.


                         ( Sources diverses sélectionnées).



                                               A SUIVRE.


INTENDANCE MILIT. Action de loger des troupes chez l'habitant. Billet de logement. Ordre de Réquisition imposant de loger un militaire.

** 
  1. Vieilli. Homme attaché au service d'un autre qu'il escorte et auquel il sert de garde du corps. Sylla, alors consul, voulait pour lui-même la conduite de la guerre d'Asie. Sulpicius et ses satellites l'enfermèrent dans la maison de Marius et lui firent jurer de se désister (Michelet, Hist. romaine, t. 2, 1831, p. 175).
2. P. ext., péj. Homme entièrement dévoué aux ordres d'un autre. Nasuf (...) en entrant chez moi la première fois, (...) avoit, de concert avec le calife, fait cacher autour de ma maison une troupe de satellites armés, qui devoient paroître à un signal convenu (Genlis, Chev. Cygne, t. 2, 1795, p. 272). 

***
Le 31 décembre 1692, Brousson s'adresse encore au Roi Louis XIV : « Dieu nous a ordonné de nous rassembler au nom de son fils, et cependant Votre majesté nous le défend. Dieu le veut et Votre Majesté ne le veut point. À qui devons-nous obéir ? Que Votre Majesté, s'il lui plaît, le juge elle-même ».

****
Né à Mer sur la Loire, dans une famille de pasteurs. Sa mère est la fille de Pierre Du Moulin, premier pasteur du temple de Charenton (1568-1658).Il fait des études de théologie à Saumur puis à Sedan où il obtient son doctorat. En 1674, il est nommé professeur de théologie et d'hébreu à l'académie de Sedan. Mais en 1681, l'académie réformée de Sedan doit fermer sur ordre de Louis XIV et Pierre Jurieu se réfugie à Rotterdam où il va être pasteur de l'Église wallonne (Église protestante de langue française aux Pays-Bas) et professeur à l' École Illustre.C'est là qu'il meurt en 1713.


Partager cet article

Repost 0
Published by Aquilas - dans Pages Protestantes
commenter cet article