Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : SIGNES ET PROMESSES
  •           SIGNES ET PROMESSES
  • : Ce Blog a pour but au travers de son contenu, d'édifier l'église de Jésus-Christ, de faire connaître à nos contemporains l'amour de Dieu manifesté en Jésus son fils bien aimé.Les messages qui seront diffusés veulent être en bénédictions à tous les milieux, en rappelant qu'aujourd'hui, Dieu veut encore faire éclater parmi ceux qui ont soif, les signes de sa Puissance, et accomplir ses Glorieuses Promesses. L'actualité chrétienne, nationale et internationale sera aussi traitée dans ce blog. Aquilas
  • Contact

VERSET BIBLIQUE

 

 

Je suis le chemin, la vérité, et la vie. (Jean 14 : 6)  

Recherche

Liste D'articles

  • Pleurez pour vos bergers. (Partie 1/2)
    Par David Wilkerson Il est temps de pleurer et de nous lamenter pour les bergers qui gardent les brebis du Seigneur. Pleurez pour les pasteurs, les évangélistes, les prophètes et les docteurs, car Dieu est sur le point d’envoyer de terribles jugements...
  • La justification
    Qu'est-ce que la justification ? C'est, en matière de justice, un acquittement (Isaïe 5.23 ; Proverbes 17.15). Le divin juge considère "comme juste" le croyant sincère. La justification est "un don gratuit" de Dieu, du Dieu contre lequel nous avons péché....
  • Persécution des Ouïghours en Chine : la France...
    Persécution des Ouïghours en Chine : la France condamne des _pratiques inacceptables_, Pékin dénonce des mensonges… https://t.co/Yti9aULzjD Patrick Gassend (@Ichtus1) July 24, 2020
  • L'olivier franc
    - INOF 5 2020 SUITE DE LA CRISE.pdf
  • Notre sûre retraite
    (Proverbes 8 : 10) « Le nom de l’Éternel est une tour forte ; le juste s'y réfugie et se trouve en sûreté ». Il est aussi notre force et notre bouclier , notre rocher, notre forteresse, notre libérateur, notre bienfaiteur et notre haute retraite... la...
  • Preuves d'un dessein intelligent
  • La nuée. (Partie 2/2) " Israël dans le désert."
    Nombres 9.15-23 A la lecture de ce passage, nous constatons que les enfants d'Israël partaient ou campaient, selon que la nuée s'élevait ou s'arrêtait. Le peuple agissait sur l'ordre de L’Éternel Rappel :Dieu était dans la nuée ; la gloire de Dieu, la...
  • La Nuée. (Partie 1/2) ''Direction de Dieu pour Israël au sortir du pays d’Égypte''
    "L'Éternel allait devant eux le jour dans la colonne de nuée et la nuit dans une colonne de feu.Le peuple pouvait marcher ainsi jour et nuit". Exode 13.17-22 Le chemin des fils d 'Israël longeait la rive occidentale de la pointe de la mer rouge, en descendant...
  • Tous surveillés.....
    Des caméras de Nice à la répression chinoise des Ouïghours, cette enquête dresse le panorama mondial de l'obsession sécuritaire, avec un constat glaçant : le...
  • Par mon Esprit
    Missionnaire chrétien Description Traduit de l'anglais - Jonathan Goforth était un missionnaire presbytérien canadien en Chine au sein de la Mission presbytérienne canadienne, avec son épouse, Rosalind Goforth. Wikipédia (anglais) - goforth_parmones...

VISITES

 Que Dieu vous bénisse !

 

Parcours interactif :

                                           https://connaitredieu.com/

   

 


 
 

SOUTIEN

                                                                             Suivez  le lien :Contact  

 

  

Calendrier La Bonne Semence

                

">

reftagger

 

5 octobre 2012 5 05 /10 /octobre /2012 17:54

 

Le Caire a ses « oraisons » que l’« oraison » ne connaît point : un religieux intégriste musulman est traduit en justice depuis le 30 septembre dernier pour avoir profané un exemplaire de la Bible. Dans cette affaire, la raison diplomatique semble prendre le pas sur les impératifs religieux, et Le Caire méditer une prière plus stratégique que spirituelle. Dans le même temps, le quotidien égyptien Bikya Masr annonce qu’un tribunal a ordonné, le 4 octobre, la remise en liberté de deux enfants chrétiens illettrés de 9 et 10 ans dans une affaire de blasphème contre la religion musulmane, en attendant leur rencontre avec le procureur ce samedi. Un musulman affirme que les enfants ont uriné sur le Coran.

C’est à l’occasion des troubles consécutifs à la découverte de la vidéo « L’innocence des musulmans », qu’Ahmed Mohammed Abdullah avait déchiré une Bible devant une foule chauffée à blanc (Barnabas Fund parle de destruction par le feu), avant d’annoncer qu’il urinerait sur un autre exemplaire du livre si les provocations à l’encontre de l’islam reprenaient. Ses propos avaient été enregistrés et diffusés sur Internet. Les mêmes charges pèsent sur son fils. Le religieux, qui possède par ailleurs une chaîne de télévision islamiste, est également accusé d’avoir insulté le christianisme lors d’un entretien avec un journaliste d’Al-Tahrir. Les deux prévenus risquent jusqu’à cinq ans de prison.

Vers un vrai précédent jurisprudentiel ou choix stratégique momentané ?

En cas de condamnation, la justice aura appliqué la loi qui interdit l’offense aux religions dites « révélées », le judaïsme, le christianisme et l’islam. La jurisprudence ne colle toujours pas à la loi, les tribunaux ne s’occupent d’habitude guère des cas de blasphèmes envers les deux premières traditions religieuses pour ne punir que des personnes supposées avoir insulté la religion du Coran. La décision du ministère public est d’autant plus surprenante dans une Egypte désormais dirigée par un Frère musulman.

Le Président Morsi ne s’était pas montré diligent pour dénoncer les violences liées au film « L’innocence des musulmans » ; il avait même précisé, après l’attaque contre l’ambassade américaine au Caire, « Nous tous, Egyptiens, rejetons toute forme d’agression ou d’insulte visant le Prophète ! » ; ce alors que, peu avant, les islamistes avaient assassiné le représentant des Etats-Unis en Libye. Le propos était peu diplomatique, surtout à l’endroit d’un allié dont l’Egypte reçoit pour 1,3 milliards de dollars d’aide militaire par an. Il s’agit désormais de retrouver un semblant de présentabilité sur la scène internationale. Les deux affaires judiciaires peuvent être utiles à cette fin, l’Egypte craignant peut-être d’attirer l’attention internationale sur elle, comme le Pakistan récemment, en laissant les deux enfants en détention avant leur procès, et souhaitant probablement donner une image de respect du principe d’égalité.

Lors de la campagne présidentielle, Mohamed Morsi avait promis aux islamistes que les chrétiens auraient le choix entre payer la jiziya, un impôt islamique discriminatoire, ou quitter le pays. Le même Morsi a récemment affirmé qu’il n’y avait pas de persécution de chrétiens en Egypte, alors que leur situation a considérablement empiré depuis la révolution de la place Tahir. L’heure est à la prudence sur la scène internationale après avoir commis un impair suite aux attaques contre les ambassades en Libye et au Caire. Et davantage qu’un vrai précédent jurisprudentiel, une condamnation ressemblerait surtout à une manière de restaurer l’image du pays en donnant le sentiment de refuser la discrimination, alors que le justice égyptienne peut même condamner à de la prison à vie des Coptes se défendant d’une agression menée par des islamistes. Dans cette veine, on constatera avec surprise la récente décision du ministère de l’Education d’intégrer des passages de la Bible dans l’enseignement des droits de l’homme quand, dans le même temps, le pouvoir ne veille pas réellement à la sécurité des chrétiens…

Dans l’affaire judiciaire concernant la prétendue profanation du Coran par des enfants, le père de l’un d’eux affirme que les enfants ont déposé devant la mosquée le livre trouvé dans une décharge, ne sachant qu’en faire. Quand bien même les accusations seraient fondées, l’illettrisme des enfants serait embarrassant pour les autorités, d’où probablement leur provisoire remise en liberté. La justice égyptienne risque de devoir se livrer à un exercice de contorsion pénale pour ne pas choquer à l’étranger dans le cas où elle les jugerait coupables. De même le procès en cours d’un blogger copte accusé d’avoir donné un lien dirigeant vers la vidéo de « L’innocence des musulmans » vient rappeler que la notion de blasphème est très largement entendue en Egypte quand l’islam est concerné. C’est l’une des différences avec le traitement des autres religions « révélées » censées être protégées des offenses. Il reste à savoir si cette loi sur le blasphème verra son champ rétréci au profit du seul islam, les Frères musulmans voulant imposer la charia en Egypte.

Droit d’auteur : JD Amadeus d’Aigre de Ruffec

Reproduction autorisée avec mention http://fidepost.com/

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Partager cet article

Repost0

commentaires