Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : SIGNES ET PROMESSES
  •           SIGNES ET PROMESSES
  • : Ce Blog a pour but au travers de son contenu, d'édifier l'église de Jésus-Christ, de faire connaître à nos contemporains l'amour de Dieu manifesté en Jésus son fils bien aimé.Les messages qui seront diffusés veulent être en bénédictions à tous les milieux, en rappelant qu'aujourd'hui, Dieu veut encore faire éclater parmi ceux qui ont soif, les signes de sa Puissance, et accomplir ses Glorieuses Promesses. L'actualité chrétienne, nationale et internationale sera aussi traitée dans ce blog.
  • Contact

VERSET BIBLIQUE

 

                          1 Samuel 2 : 9

 

Il gardera  les pas de ses bien-aimés ( 1 Samuel 2 : 9)                                                              

Recherche

Liste D'articles

VISITES

 Que Dieu vous bénisse !

 

Parcours interactif :

 

 

 


 
 

SOUTIEN

                                                                             Suivez  le lien :Contact  

 

  

Calendrier La Bonne Semence

                

7 octobre 2012 7 07 /10 /octobre /2012 16:33

                            Le Psaume des batailles

                                                             ( Psaume 68 )

 

Résultat de recherche d'images pour "psaume 68"

Il y aurait bien d'autres Psaumes à citer, car nos pères les ont tous chantés, et il s'est toujours trouvé une circonstance pour laquelle le Psaume semblait être fait.

Mais nous ne voulons plus parler que du Psaume des batailles, le 68ème.

Le reproche que certains font aux camisards, c'est d'avoir pris les armes. Mais écoutons l'un de leur chefs Jean Cavalier : " Nous n'avions pas pris les armes pour attaquer, mais pour nous défendre!..... La cruelle persécution nous y avait forcés..."

L'intendant du Languedoc reconnaîtra lui-même qu'ils n'avaient pas tirés les premiers. Ils voulaient libérer leurs prisonniers, défendre leurs femmes et leurs enfants, survivre à l'extermination, adorer Dieu librement- ce qui était leur crime. 

N'oublions pas que leur résistance au despotisme, en faisant face aux assauts de tous genres qu'on leur livrait tous les jours, permit au feu sacré de la VERITE de ne pas s'éteindre. Cette période servit de transition et permis la survie du christianisme authentique. Pour mémoire, nous rappellerons qu'avant cette époque de résistance, ils avaient supporté, au 16ème siècle, quarante année d'une persécution abominable, et au 18ème siècle, vingt années d'une persécution non moins abominable, plus abominable encore. 

Nous ne pouvons pas, du reste, nous permettre de juger ces pauvres infortunés qui essayèrent de parer les coups des bourreaux qui torturaient ou massacraient leur vieux pères , et leurs mères, et leurs femmes , et leurs chers enfants sous leurs yeux...... Epoque sans entrailles dont l'horreur trop souvent nous échappe.

Ces soldats avaient une étrange façon de combattre, au moins d'après les habitudes modernes. Quand l'ennemi s'approchait, ils mettaient genoux en terre, essuyaient immobiles le premier feu; puis, ils se levaient, entonnant le Psaume des batailles et s'élançaient à l'ennemi. 

C'est en chantant leurs Psaumes que les camisards, conduit par Abraham Mazel, entrèrent, le 22 juillet 1702 à 10h. du soir, dans le Pont- de- Montvert, pour aller délivrer quelques frères et quelques soeurs torturés dans les caves du hideux Abbé du Chayla. La résistance armée de l'abbé provoqua le premier combat, qui inaugura toute la guerre. Le chant des Psaumes avait tout précédé.

Ainsi, les insurgés, dont la petite troupe avait grossi, et qui ne pouvaient plus rentrer chez eux, s'organisèrent en groupes et vécurent désormais dans les bois, inaugurant de la sorte la vie de "maquis".

Voici le témoignage d'un officier de l'armée royale, sur  la terreur que suscitait le chant du Psaume des batailles : " Quand ces diables-là se mettaient à chanter leur.... (ici un juron) de chanson  : " Que Dieu se montre seulement", nous ne pouvions plus être maîtres de nos gens; ils fuyaient comme si tous les diables avaient été à leurs trousses.

Une pensée solennelle qui me servira de conclusion, s'impose, en ce moment, à mon esprit.

Grâce à Dieu ; ce n'est plus sur des champs de bataille que les chrétiens sont aujourd'hui appelés à chanter ce grand Psaume. Du reste, les batailles par les armes ne sont pas les seules, ni même les plus dangereuses, pour l'Eglise de Dieu. Que d'ennemis divers, et puissants, et terribles, menacent les chrétiens d'aujourd'hui, et tout spécialement ici dans les cévennes !

Or, à quoi servirait-il que les pères aient repoussé les dragons du grand roi, si les fils se laissaient vaincre par la tiédeur, ou les tentations du siècle.

A quoi servirait-il que les pères aient eu, héroïquement, horreur des superstitions, si les fils se plaisent lâchement à l'incrédulité ? A quoi servirait-il que les pères aient voulu mourir en martyrs, si les fils ne veulent pas vivre en chrétiens ? 

Ce que la violence n'a pu faire, la liberté le fera-t-elle ?

Ah ! mes frères, l'heure est venue ou jamais, l'heure providentielle, pour faire notre examen de conscience ; c'est l'heure favorable pour que tous ces chants résonnent non seulement à nos oreilles mais au plus profond de nos coeurs ; c'est l'heure de nous humilier, et de reconnaître nos reniements et nos apostasies ; c'est l'heure de nous rendre en foule à nos saintes Assemblées, devenues désertes ; c'est l'heure d'entendre ces appels que nos Psaumes nous font entendre, que notre sainte héroïne de la tour de Constance a gravé pour l'éternelle instruction de ses enfants : Résistez ! Résistez ! 

Fléchissons les genoux. Prions, et comme nos pères, nous relevant- La foi ne dit pas : pour vaincre oupour mourir, la foi dit : Pour vaincrepoussons le vieux cri de victoire,

( dont voici les termes exacts ) : 

Que Dieu se montre seulement !

Et l'on verra soudainement

Abandonner la place

Le camps des ennemis épars,

Et ses haineux de toutes parts

Fuir devant sa face.

Dieu les fera tous s'enfuir

Ainsi qu'ont voit s'évanouir

Un amas de fumée.

Comme la cire auprès du feu,

Ainsi des méchants devant Dieu,

La force est consumée.

Source : Doyen E. Doumergue  

 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Partager cet article

Repost 0
Published by Aquilas - dans Pages Protestantes
commenter cet article

commentaires

christophe 10/10/2012 10:20


J'aime beaucoup c'est article, et ça remet en question le parallèle qu'il fait entre leur époque et la notre.

milliearuna 10/10/2012 08:38


Quel texte ! Merci de l'avoir édité.


Oui : A quoi servirait-il que les pères aient voulu mourir en martyres, si les fils ne veulent pas vivre en chrétiens ?


Ca donne à réfléchir !!!!


Sois béni !