Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : SIGNES ET PROMESSES
  •           SIGNES ET PROMESSES
  • : Ce Blog a pour but au travers de son contenu, d'édifier l'église de Jésus-Christ, de faire connaître à nos contemporains l'amour de Dieu manifesté en Jésus son fils bien aimé.Les messages qui seront diffusés veulent être en bénédictions à tous les milieux, en rappelant qu'aujourd'hui, Dieu veut encore faire éclater parmi ceux qui ont soif, les signes de sa Puissance, et accomplir ses Glorieuses Promesses. L'actualité chrétienne, nationale et internationale sera aussi traitée dans ce blog.
  • Contact

VERSET BIBLIQUE

 

                          1 Samuel 2 : 9

 

Il gardera  les pas de ses bien-aimés ( 1 Samuel 2 : 9)                                                              

Recherche

Liste D'articles

VISITES

 Que Dieu vous bénisse !

 

Parcours interactif :

 

 

 


 
 

SOUTIEN

                                                                             Suivez  le lien :Contact  

 

  

Calendrier La Bonne Semence

                

7 juillet 2012 6 07 /07 /juillet /2012 10:58

Que faut-il penser du Conseil National des Evangéliques de France (CNEF) ? Actu-Chretienne.Net lance le débat en diffusant trois réflexions complémentaires, celles des pasteurs Carlos Payan et Samuel Foucart, et celle du journaliste Paul Ohlott. Le débat est lancé… sans langue de bois !

 CARLOS PAYAN | Quand les badges ont remplacé les étiquettes !

En 1981, année durant laquelle j’ai donné ma vie à Jésus Christ, il m’a fallu  un peu de temps pour comprendre que je venais aussi d’entrer dans l’Église. L’Église, je ne l’avais pas choisie, mais j’ai compris qu’elle est le rassemblement de ceux qui ont été choisis par le Seigneur.

Des chrétiens étaient venus vers moi sur la place publique, alors que je distribuais des tracts pour un parti de gauche. À l’époque, on chantait de tout cœur : «Enlève ta pancarte et jette ton étiquette, elle ne te sert à rien». C’est ainsi que j’ai été accueilli dans l’église des frères, puis départ pour l’armée, et là je rencontre des méthodistes, des baptistes, des pentecôtistes, mais aussi les fameux charismatiques, ceux qui transcendent les frontières entre chrétiens historiques et confessant. Je découvre alors le mépris des uns pour les autres, c’est la chute ! Quel mauvais rêve !

Le grand commandement «aimez-vous les uns les autres comme…» me revient en plein dans la tête. Je découvre d’une part, ceux qui ont donné leur vie aux institutions, quels que soient leurs noms, et ceux qui, malgré leur appartenance, pratiquent ce commandement au risque de susciter des incompréhensions. Verset biblique à  l’appui, j’apprends que les chrétiens se divisent, se subdivisent et on appelle cela divisions ou réveils ! À mon tour, je suis pris dans la spirale, à mon tour je ne suis pas meilleur qu’eux, je manie les armes qui blessent les cœurs et les vies ! Chez les «piétistes» (c’est ainsi qu’on appelle les non-charismatiques), comme chez les autres pentecôtistes et les charismatiques, c’est à celui qui sera le pire. Le monde extérieur se «fout» de nous et nous leur donnons raison pour cela ! Ce sont les cœurs qu’il faut changer, pas les badges.

Les médias ne reprochent pas aux uns leurs rigidités et aux autres leurs exubérances ! On nous reproche certains raccourcis,  des manipulations et surtout notre générosité, qui est traduite souvent en intérêt financier pour ne pas dire en escroquerie … même si une extrême minorité d’entre-nous en profite. J’espère que la volonté du CNEF de clarifier «la théologie de la prospérité» ne cache pas une stigmatisation contre quelques églises dites «ethniques». En outre, j’espère que nous n’assisterons pas au retour des tribunaux religieux où les accusations et la délation vont bon train, et à la mise à l’index de ceux qui se démarqueraient des institutions.

Depuis quelques années, moins de dix ans, voilà que les étiquettes sont rangées dans les placards ! La guerre est finie ! La Parole de Dieu aurait fait son effet dans les cœurs des plus durs ? La pression médiatique a étouffé la pression de l’Esprit Saint qui devrait nous conduire tous dans l’unité ! Alors voilà que les badges reviennent à la mode : « F.P.F » ou le dernier arrivé « C.N.E.F ». Les nouveaux convertis sont estampillés comme la traçabilité, à l’époque de la vache folle. Il faut justifier chez les uns un ancêtre galérien ou chez les autres 20 ans de bons et loyaux services !  Le badge serait garant d’une bonne conduite, de statuts en règles, et surtout de la norme NF. Des dérives sectaires, ou des abus d’autorités spirituelles, il en existe partout, chez tout le monde, même les plus respectables. Certaines églises le paient cher ! Les années de formation théologique ne les ont-elles pas protégés du pire ?

Alors que nous reste-t-il ? A 50 ans, laissez-moi être encore un peu naïf : je crois à cause de Christ que nous sommes frères et sœurs et que je ne veux plus faire le jeu de l’accusateur. Je crois que les paroles de Jésus «aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés» sont plus fortes que les pressions des médias ou des autorités politiques, et que le monde, encore aujourd’hui, reconnaitra Jésus en moi par l’amour qu’il y a entre nous. Alors de grâce, que mes frères ne créent pas une sous-catégorie de chrétiens évangéliques, ceux qui auraient compris «l’importance» d’appartenir à la FPF ou au CNEF et les autres, indépendants, ceux qui sont dans la nature, comme disent les correspondants de presse confirmés et comme on l’a vu avec le drame de l’église évangélique haïtienne de Stains ! Peut-être cherchent-ils des amis du Christ et on leur propose de simples  collègues…

Nos conflits seuls intéressent ceux qui en feront des choux gras ; alors arrêtez enfin ! Les persécutés d’hier deviendraient-t-ils les persécuteurs d’aujourd’hui ? Un peu de mémoire. Ou étiez-vous il y a 20 ou 30 ans ? Laissez-leur un peu de temps et, il faut le dire, cette appartenance n’est pas biblique, elle est humaine simplement, et très française…

Quand des frères connaissent des difficultés, tendez-leur la main d’association, plutôt que de parler à des micros tendus qui vous détruiront ! Je ne me place pas en donneur de leçons, nous sommes de la même chair, je ne suis pas meilleur, mais j’ai décidé d’aimer mes frères, comme Jésus m’aime sans conditions. C’est dur mais, par la grâce de Dieu, je crois ! Alors oui, je suis protestant et évangélique, charismatique en plus, n’en déplaise, pas encore affilié aux respectables institutions mais je n’y suis pas opposé car en chemin. Je me soigne mais je reste contagieux ! Le Seigneur c’est mon amour, pour son Eglise, j’apprends toujours.

Carlos PAYAN
Pasteur protestant évangélique
Fondateur de Paris Tout Est Possible
 

SAMUEL FOUCART | À quoi sert le CNEF ?

Pour les non-initiés, le CNEF est le Conseil National des Evangéliques de France ! Ayant refusé d’entrer dans la FPF – Fédération Protestante de France – un certain nombre d’évangéliques français ont trouvé génial d’inventer le CNEF ! Je dois vous avouer que je suis tout cela de très loin et avec un peu – voir certains jours – beaucoup de recul  !

J’appartiens à un mouvement, les Assemblées de Dieu de France, où une majorité – peut-être pas toujours très bien informée – a voté pour l’entrée dans le CNEF. Certains ont  voté contre, mais la majorité a légitimement emporté  l’adhésion. Et puis, comment être contre plus d’unité, plus de communion, plus de fraternité ? Comment être contre l’idée qu’enfin les évangéliques auront une voix dans les media – à condition de ne pas couper les cordes vocales aux mouvements adhérents, ce qui semble être le cas aujourd’hui – qu’ils auront une représentation auprès du gouvernement, et qu’ils donneront d’eux une image bien meilleure …etc. ?

J’ai assisté à une réunion il y a peu, où certains administrés  n’avaient que le CNEF à la bouche ! J’ai osé demander si nous avions encore besoin du Saint-Esprit, puisque sans s’en rendre vraiment compte, le CNEF dans le discours ambiant, allait tout régler. Toutes les solutions étaient en lui, c’était ce dont la France évangélique avait besoin ! Bref, mon trait d’humour n’a pas fait l’unanimité ! Mais bon, j’assume !

Et puis bien entendu, avec le CNEF arrive le temps des délégués – dans ma région, j’en connais au moins quatre de différents mouvements. Notons aussi qu’au CNEF, pour être représentatif, il faut  des gens qualifiés, diplômés, avec une expérience professionnelle.  Et ce n’est pas mal après tout, sauf que nos mouvements respectifs vont se retrouver entre les mains de technocrates plus inspirés par les techniques de communication que par l’Evangile !  Il faudrait avoir la liberté d’en parler, mais je ne suis pas certain que cette liberté existe vraiment, et là c’est regrettable !

Alors le CNEF a-t-il été créé pour faire des communiqués laconiques quand un plancher d’église s’écroule ? Ce qui reste un drame, j’en conviens. Ou pour déplorer les victimes juives de la tuerie de Toulouse en oubliant de citer les autres qui n’étaient pas juives ? Ou bien encore pour féliciter – certes avec une politesse très marquée – le nouveau pouvoir en place ?  Devons-nous trembler et craindre d’être absents des débats médiatiques à ce point ? Le CNEF, dans la foulée d’un CPDH vieillissant et déjà archaïque, va-t-il penser à notre place et nous dire ce qu’il faut dire, faire, regarder etc. ? Parce que si c’est cela le CNEF, j’en connais pas mal qui vont très vite oublier leur pardon ! D’ailleurs, la réalité du terrain est très loin des beaux discours, localement le «grand pardon» escompté tardant parfois à se manifester de manière concrète.

Depuis peu le CNEF se mêle de doctrine en prenant position sur «l’évangile de la prospérité» ! De quel droit ? Mieux encore, il établit des plans de bataille en règle pour l’implantation d’oeuvres nouvelles dans l’hexagone… Mais de quoi je me mêle ? Le CNEF serait-il la négation de nos mouvements et de nos identités ? Allons-nous finir noyé dans un CNEF dont les ambitions démesurées en inquiètent plus d’un ? J’en ai l’impression désagréable ! Permettez-moi de passer un message au CNEF avant de terminer : «Ne pensez pas sans nous, ne pensez pas pour nous et ne pensez pas pouvoir vous passer de nous !»

Bref, le CNEF serait-il un engouement – onéreux engouement – sans lendemain ? C’est bien mal connaître le monde évangélique que de croire qu’il suffit de décréter l’unité pour qu’elle ait lieu ! Il faudra autre chose de plus convaincant, et j’ose espérer que le CNEF saura apporter des réponses à nos nombreuses inquiétudes et questionnements, par exemple en communiquant clairement et simplement lors des prochaines échéances politiques, mais ce n’est qu’un exemple…

Samuel FOUCART
Pasteur des Assemblées de Dieu
 

PAUL OHLOTT | Où sont les Actes des «Apôtres du CNEF» ?

La Bible nous montre, de bien des manières, que le Seigneur désire une Eglise, non seulement unie, mais plus encore, organisée. Malgré la diversité de ses membres, le Corps du Christ n’a pas vocation à être difforme et notre Dieu est sans conteste un Dieu d’ordre ! L’Apôtre Paul l’a suffisamment martelé aux Corinthiens… Et dès le départ, quand bien même Christ demeure la tête, Dieu a mis en place des «chefs». A titre d’exemple, le chapitre 15 des Actes des Apôtres nous montre que ce Christianisme primitif était organisé et qu’il existait d’ores-et-déjà un «concile» à Jérusalem, composé des Apôtres et des anciens.

Par conséquent, la volonté des évangéliques de se rassembler dans l’unité et de s’organiser, afin de gagner en crédibilité, me semble tout à fait pertinente.

Toutefois, plusieurs questions doivent être soulevées : les «responsables» du CNEF sont-ils comparables aux Apôtres et aux anciens qui formaient le concile de Jérusalem ? Sont-ils de véritables «Pères dans la foi» qui ont marqué leur génération par la faveur de Dieu sur leur vie ? Sont-ils des «modèles» dans la foi au point où nous aimerions leur ressembler ?… Ou sont-ils de simples administrateurs au service d’un système religieux, fonctionnant par cooptation, et pour lequel certains tentent à tout prix de s’accaparer un titre… ?

Malheureusement, le CNEF ressemble davantage à un piètre appareillage religieux qu’à un rassemblement d’Apôtres et d’authentiques ministères appelés à de telles responsabilités ! Est-ce ainsi que nous pensons véritablement impacter notre nation et manifester la puissance du Saint-Esprit ? Il faut être bien naïf pour le croire…

A l’époque de l’Eglise primitive, les Actes apportaient une légitimité à l’autorité des Apôtres. Par conséquent, serait-il déplacé de demander à lire les Actes de ces «nouveaux chefs» autoproclamés ? Si leurs Actes étaient à la hauteur de leurs titres, ils ne seraient pas d’illustres inconnus ! Est-il donc possible de lire ces fameux Actes, ou devons-nous nous contenter d’applaudir lorsqu’ils daignent diffuser quelques communiqués insipides… ? Des communiqués dont le style tranche radicalement avec l’inspiration, la sagesse, le zèle et le courage des Pères de l’Eglise !

Si leurs Actes sont loin d’être évidents et convaincants, pour quelles raisons le monde évangélique devrait-il alors se soumettre à leur autorité en matière de doctrine ? D’ailleurs, à ce propos, je suis très étonné qu’ils aient publié un document visant à lutter contre «la théologie de la prospérité», dont les dérives sont très rares en France, et qu’ils n’aient pas eu la conviction de s’attaquer premièrement à «la théologie du misérabilisme», qui est un véritable frein à l’expansion du Royaume de Dieu en France.

En outre, à peine instauré, ce tribunal doctrinal, compte déjà au moins une victime… D’abord accusé d’être un méchant évangéliste de «la théologie de la prospérité», Patrick Fontaine a finalement été «innocenté». Présenté idiotement comme un «praticien de la prière de guérison»… Patrick Fontaine figurait dans un document annexe (un genre de liste noire ?) à la déclaration du CNEF. Mais les juges de la foi se sont finalement rétractés, expliquant qu’il ne «pouvait être associé à cette catégorie, puisqu’il n’exploite pas ses rencontres de guérison à des fins financières».

Gageons que ces nouveaux «docteurs de la loi» ne deviennent pas les nouveaux inquisiteurs et ne condamnent pas à la damnation éternelle tous ceux qui ne prieraient pas au nom du Père, du Fils et du CNEF ! Mais si telle est leur intention, je les invite à suivre une formation rapide par le biais du site internet l’inquisition pour les nuls… Avec la série télévisée Inquisitio, cette triste époque redevient décidément une source d’inspiration !

Paul OHLOTT
Auteur, Journaliste et Conférencier
 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Partager cet article

Repost 0
Published by Aquilas - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

best essay writings 10/03/2015 06:22

Thanks a lot for this post. Rewrite any problematic human body passages. If needed rearrange words and paragraphs into a different purchase.

clovis simard 09/07/2012 16:03


Blog(fermaton.over-blog.com),No-14. THÉORÈME DE HIGGS. - Le dieux rédempteur de la science ?