Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : SIGNES ET PROMESSES
  •           SIGNES ET PROMESSES
  • : Ce Blog a pour but au travers de son contenu, d'édifier l'église de Jésus-Christ, de faire connaître à nos contemporains l'amour de Dieu manifesté en Jésus son fils bien aimé.Les messages qui seront diffusés veulent être en bénédictions à tous les milieux, en rappelant qu'aujourd'hui, Dieu veut encore faire éclater parmi ceux qui ont soif, les signes de sa Puissance, et accomplir ses Glorieuses Promesses. L'actualité chrétienne, nationale et internationale sera aussi traitée dans ce blog.
  • Contact

VERSET BIBLIQUE

 

                          1 Samuel 2 : 9

 

Il gardera  les pas de ses bien-aimés ( 1 Samuel 2 : 9)                                                              

Recherche

Liste D'articles

VISITES

 Que Dieu vous bénisse !

 

Parcours interactif :

 

 

 


 
 

SOUTIEN

                                                                             Suivez  le lien :Contact  

 

  

Calendrier La Bonne Semence

                

MONTRESORSONORE

">

ANNONCES

 

 

     

 


 

 

             

        

                          

                  

 

 

 
11 septembre 2012 2 11 /09 /septembre /2012 20:57

comment Haendel composa le Messie.  

George Friedrich Haendel (23 février 1685 né à Halle en Allemagne – décédé le 14 avril 1759 à Londres) fut un compositeur d’origine allemande. Devenu citoyen britannique, il se nommait lui-même George Frideric Handel.

Il composa le plus célèbre oratorio, le « MESSIE », en 1742.

Une nuit de 1741, Georges Frédéric Haendel errait sans but dans les rues de Londres. Pendant 40 ans, il avait écrit une musique majestueuse pour l’aristocratie anglaise et celle du continent, des rois, des reines l’avaient comblé de faveurs. Puis les gens de cour se détournèrent de lui, des rivaux jaloux empêchèrent que fussent joués ses opéras. Et le compositeur tomba dans la gêne… Chaque soir il partait pour un de ces vagabondages. Dans son esprit tourmenté s’affrontait l’espoir, fondé sur ses gloires passées, et la crainte d’un avenir incertain. A mesure qu’il s’endettait, l’étincelle créatrice le désertait. Il approchait de la soixantaine, et il se sentait las, découragé.

En rentrant chez lui cette nuit-là, il trouva un paquet sur son pupitre. C’était un oratorio sacré de Charles Jennens, ce poète de deuxième ordre. Haendel grogna entre ses dents. Une lettre était jointe au livret. Jennens y disait : « Le Seigneur nous en a donné l’ordre. » Haendel, d’une main distraite, feuilleta le livret. Tout à coup, un passage retint son regard: «Il était méprisé et rejeté des hommes… Il cherchait quelqu’un qui eut pitié de lui, mais ne trouvait personne pour le réconforter… »

Haendel poursuivit sa lecture et, plus il avançait, plus il se voyait en présence de son propre cas: «Il croyait en Dieu… Dieu ne laissera pas son âme dans le séjour des morts… Il lui donnera la paix…» Les mots commençaient à prendre vie, à resplendir de sens.

Il s’exclama: Oui, je sais que mon Rédempteur est vivant! Joie! Joie! Alléluia! Et voilà qu’il sentit se ranimer la flamme de jadis. Dans son esprit, de merveilleuses mélodies se pressaient, tumultueuses. Saisissant une plume, il se mit à écrire, et les feuilles se couvrirent de notes… Le lendemain, son vieux domestique le trouva toujours penché sur son pupitre. Il ne toucha pas au repas du midi ni à celui du soir, ni à aucun repas les jours suivants. Il écrivait sans arrêt, et parfois il courait précipitamment au clavecin. Par moments, il arpentait la pièce en agitant les bras, chantant : «Alléluia! Alléluia!» les joues rouges de fièvre.

«Je ne l’ai jamais vu comme ça, confiait le malheureux serviteur à un ami de son maître, il me regarde et ne semble pas me voir. Il dit qu’il a vu les portes du Ciel s’ouvrir, et que Dieu lui-même était présent… Je crains qu’il ne soit en train de devenir fou». Pendant 24 jours, Haendel travailla ainsi, comme un forcené, sans presque prendre de repos ni de nourriture. Puis il tomba sur son lit épuisé. Sur son pupitre, s’étageaient les feuillets du Messie, le plus grand oratorio qui n’ait jamais été composé. Cet oratorio, avec ses choeurs majestueux atteint son apogée avec le célèbre «ALLELUIA!»

Comme Londres ignorait ses oeuvres à cette époque-là, Haendel porta son «Messie» en Irlande au Lord lieutenant-gouverneur. L’oratorio devait être exécuté pour la première fois le 15 avril 1742. Une foule immense commença d’affluer devant le théâtre longtemps avant l’ouverture. L’accueil de ce premier auditoire fut triomphal. C’était au grand théâtre de Dublin.

Puis Londres, à son tour, désira entendre «Le Messie». L’exécution eut lieu au théâtre de Covent Garden le 25 mars 1745. Il y eut un moment pathétique: au choeur de l’Alléluia, le roi Georges II se leva et resta debout, et toute l’assistance se leva et resta debout jusqu’à la finale.

Jésus, le Roi des rois, avait manifestement inspiré son humble serviteur Georges-Frédéric HAENDEL.

   

Partager cet article

Repost 0
Published by Aquilas - dans Christianisme
commenter cet article

commentaires

milliearuna 12/09/2012 10:21


Bonjour,


J'ai mis aussi ce texte sur mon blog


http://ma-vie-en-bleu.over-blog.com/article-comment-haendel-composa-le-messie-106958379.html


Amitiés,


milliearuna