Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : SIGNES ET PROMESSES
  •           SIGNES ET PROMESSES
  • : Ce Blog a pour but au travers de son contenu, d'édifier l'église de Jésus-Christ, de faire connaître à nos contemporains l'amour de Dieu manifesté en Jésus son fils bien aimé.Les messages qui seront diffusés veulent être en bénédictions à tous les milieux, en rappelant qu'aujourd'hui, Dieu veut encore faire éclater parmi ceux qui ont soif, les signes de sa Puissance, et accomplir ses Glorieuses Promesses. L'actualité chrétienne, nationale et internationale sera aussi traitée dans ce blog. Aquilas
  • Contact

VERSET BIBLIQUE

 

 

Je suis le chemin, la vérité, et la vie. (Jean 14 : 6)  

Recherche

Liste D'articles

  • Pleurez pour vos bergers. (Partie 1/2)
    Par David Wilkerson Il est temps de pleurer et de nous lamenter pour les bergers qui gardent les brebis du Seigneur. Pleurez pour les pasteurs, les évangélistes, les prophètes et les docteurs, car Dieu est sur le point d’envoyer de terribles jugements...
  • La justification
    Qu'est-ce que la justification ? C'est, en matière de justice, un acquittement (Isaïe 5.23 ; Proverbes 17.15). Le divin juge considère "comme juste" le croyant sincère. La justification est "un don gratuit" de Dieu, du Dieu contre lequel nous avons péché....
  • Persécution des Ouïghours en Chine : la France...
    Persécution des Ouïghours en Chine : la France condamne des _pratiques inacceptables_, Pékin dénonce des mensonges… https://t.co/Yti9aULzjD Patrick Gassend (@Ichtus1) July 24, 2020
  • L'olivier franc
    - INOF 5 2020 SUITE DE LA CRISE.pdf
  • Notre sûre retraite
    (Proverbes 8 : 10) « Le nom de l’Éternel est une tour forte ; le juste s'y réfugie et se trouve en sûreté ». Il est aussi notre force et notre bouclier , notre rocher, notre forteresse, notre libérateur, notre bienfaiteur et notre haute retraite... la...
  • Preuves d'un dessein intelligent
  • La nuée. (Partie 2/2) " Israël dans le désert."
    Nombres 9.15-23 A la lecture de ce passage, nous constatons que les enfants d'Israël partaient ou campaient, selon que la nuée s'élevait ou s'arrêtait. Le peuple agissait sur l'ordre de L’Éternel Rappel :Dieu était dans la nuée ; la gloire de Dieu, la...
  • La Nuée. (Partie 1/2) ''Direction de Dieu pour Israël au sortir du pays d’Égypte''
    "L'Éternel allait devant eux le jour dans la colonne de nuée et la nuit dans une colonne de feu.Le peuple pouvait marcher ainsi jour et nuit". Exode 13.17-22 Le chemin des fils d 'Israël longeait la rive occidentale de la pointe de la mer rouge, en descendant...
  • Tous surveillés.....
    Des caméras de Nice à la répression chinoise des Ouïghours, cette enquête dresse le panorama mondial de l'obsession sécuritaire, avec un constat glaçant : le...
  • Par mon Esprit
    Missionnaire chrétien Description Traduit de l'anglais - Jonathan Goforth était un missionnaire presbytérien canadien en Chine au sein de la Mission presbytérienne canadienne, avec son épouse, Rosalind Goforth. Wikipédia (anglais) - goforth_parmones...

VISITES

 Que Dieu vous bénisse !

 

Parcours interactif :

                                           https://connaitredieu.com/

   

 


 
 

SOUTIEN

                                                                             Suivez  le lien :Contact  

 

  

Calendrier La Bonne Semence

                

">

reftagger

 

21 septembre 2009 1 21 /09 /septembre /2009 06:00







        SEDUCTIONS ET HERESIES DE LA FIN DES TEMPS

                       

Introduction:

 Chaque mois, nous vous proposons un message d'édification et d'exhortation qui a pour but d’aider les chrétiens actuels à avoir plus de discernement spirituel face aux hérésies qui se multiplient si rapidement et subtilement dans les églises actuelles. Ce message répondra certainement à de nombreuses questions que vous vous posez sur tel ou tel sujet controversé d’aujourd’hui.

Sept serviteurs de Dieu examinent le mouvement du pasteur Rick Warren des U.S.A.

De nombreux serviteurs de Dieu de par le monde, alertés par cette nouvelle vague spirituelle dans l’Eglise, tirent la sonnette d’alarme pour avertir les chrétiens du grand danger que représente ce nouveau mouvement spirituel du pasteur Rick Warren des USA. Dans ce chapitre et le suivant, nous nous pencherons sur les commentaires et objections de sept d’entre eux :





1ère ANALYSE:


Stratégie du mouvement Rick Warren pour la croissance de l’Eglise.

Le pasteur Dennis Costella, responsable du magazine Foundation, édité à Los Osos en Californie, dans le numéro Mars/Avril 1998, a fait le compte-rendu suivant de sa participation à un séminaire pastoral tenu précisément dans l’église du pasteur Rick Warren en Janvier 1998 :
« Le plan ci-dessous, indiquant comment transformer une église à tendance traditionnelle de n’importe quelle importance en une église dynamique jouissant d’une croissance exceptionnelle, a été enseigné aux serviteurs de Dieu présents à ce séminaire. Voici les points essentiels :

  1. Une église contemporaine, si elle veut attirer ceux qui ne vont jamais à l’église, doit transformer son culte traditionnel du dimanche matin en une réunion où règne un esprit de famille, inoffensif, agréable et accueillant pour le nouveau venu.
  2. L’habillement doit y être décontracté. Les désirs du visiteur détermineront le style de réunion que vous aurez. L’équipe pastorale et les responsables éviteront cravates et costumes. Warren porte d’ailleurs lui-même une chemise relaxe exotique. S’adressant à son audience, il leur dit : « Mettez-vous à l’aise. C’est ainsi que je viens à l’église. »
  3. La musique doit y être contemporaine. Non seulement les paroles doivent être modernes, mais le style de musique devrait être celui que le visiteur entend chaque jour. Warren dit que l’une des premières choses que l’église devrait faire est de « remplacer la musique traditionnelle par un groupe musical à la mode ». La musique de notre église dit-il, c’est-à-dire la sonorisation, les chanteurs et leur présentation, doivent pouvoir rivaliser avec n’importe quel concert rock de ce monde.
  4. Le message doit être exclusivement positif. Le pasteur Dennis Costella fait remarquer que c’est là l’une de leurs plus flagrantes failles. En effet, dit-il, le chrétien comme celui qui ne l’est pas se sentent forcément très à l’aise après un message qui n’est qu’une mixture de psychologie et de textes bibliques choisis ne contrariant personne. Les thèmes favoris sont ceux parlant de l’estime de soi, des relations interpersonnelles ou des motivations pour réussir sa vie, parce qu’ils encourageront toujours l’homme du monde ou l’individu lassé et déprimé. Mais qu’en est-il des exhortations bibliques que les pasteurs fidèles doivent adressées à leurs auditoires ? C’est là tout à fait autre chose !
  5. Un esprit de compromis doit prévaloir dans l’église, si elle veut expérimenter une croissance dynamique. L’adaptation à la culture contemporaine imposera le ton désiré dans l’église. Hélas ! Ce style de vie est en opposition totale au mandat biblique qui nous exhorte à combattre pour la foi et à nous séparer de l’erreur. Selon Warren, ce qui marche est ce qui est le moins offensif. Un message strictement positif correspond dès lors à leur définition du ministère. Dans ces milieux, les leaders spirituels intéressés par la croissance dynamique de l’église doivent adopter une attitude consistant à dire : « N’essayez pas de me dire que la Bible demande une vie de sainteté et un style pour l’adoration différents de ce qui se fait dans le monde. »

Pendant ce séminaire, reprend le pasteur Costella, Rick Warren a encouragé les assistants à considérer son église de Saddleback comme un modèle pour leurs ministères respectifs, et à utiliser eux aussi sa stratégie, pour autant qu’ils le jugeront utile. Cependant, il les prévient que si les aspects majeurs de son programme ne sont pas incorporés dans la vie de l’église (adaptation à l’esprit du monde, contenu exclusivement positif du message, musique moderne), les résultats quant à la croissance seront loin d’être dynamiques.

Pendant le séminaire, on nous a expliqué qu’il ne fallait utiliser que des textes bibliques positifs, alors que le langage de la Parole de Dieu est fondamentalement différent. L’apôtre Paul avait des directives très directes lorsqu’il s’adressait aux responsables de l’église d’Ephèse concernant leurs ministères. Ses exhortations sont plus que jamais valables encore aujourd’hui : « Vous savez que je n’ai rien caché de ce qui vous était utile, et que je n’ai pas craint de vous prêcher et de vous enseigner publiquement et dans les maisons, annonçant aux Juifs et aux Grecs la repentance envers Dieu et la foi en notre Seigneur Jésus-Christ…

Mais je ne fais pour moi-même aucun cas de ma vie, comme si elle m’était précieuse, pourvu que j’accomplisse ma course avec joie, et le ministère que j’ai reçu du Seigneur Jésus, d’annoncer la bonne nouvelle de la grâce de Dieu…Car je vous ai annoncé tout le conseil de Dieu, sans en rien cacher. Prenez donc garde à vous-mêmes, et à tout le troupeau sur lequel le Saint-Esprit vous a établis surveillants, pour paître l’Eglise de Dieu, qu’il s’est acquise par son propre sang. Je sais qu’il s’introduira parmi vous, après mon départ, des loups cruels qui n’épargneront pas le troupeau, et qu’il s’élèvera du milieu de vous des hommes qui enseigneront des choses pernicieuses, pour entraîner les disciples après eux. Veillez donc, vous souvenant que, durant trois années, je n’ai cessé nuit et jour d’exhorter avec larmes chacun de vous » (Ac 20:20-31).

Les instructions de l’apôtre étaient-elles négatives ? Certaines l’étaient absolument, mais ô combien nécessaires ! La plupart des responsabilités impopulaires que le Seigneur confie à ses fidèles pasteurs et enseignants sont complètement ignorées dans le manuel d’enseignement de cette église… » En résumé, le pasteur Costella déclarait : « L’Eglise doit évangéliser, il est vrai, mais de telle sorte que son objectif biblique soit exempt de tout compromis. La nouvelle stratégie de l’église de Saddleback en est saturée, elle est donc déficiente et dangereuse. »


2ème ANALYSE
:

Un « veau d’or » moderne.

Le pasteur Joseph Chambers, responsable de l’œuvre Paw Creek Ministries de Charlotte, NC, aux USA, nous donne sur son site Internet en Octobre 2005, le commentaire suivant sur le mouvement du pasteur Rick Warren et de ses deux livres :

« Rien n’est plus puissant pour détruire la foi que de merveilleuses vérités enveloppées dans un habit religieux. La réalité tragique du « veau d’or » modernisé revient sur les étagères de nos librairies chrétiennes.

La plus grande bataille faisant rage actuellement dans l’Eglise peut se définir par un « humanisme religieux » dont les initiateurs ont été les prédicateurs américains Norman Vincent Peale et Robert Schuller. Ils sont connus pour leur « évangile prônant à tout prix le succès », essentiellement « égocentrique », et fondé sur la « pensée positive ». Les noms de ces hommes décrivent parfaitement le mouvement du pasteur Rick Warren qui est en train de se répandre d’une façon alarmante et insidieuse dans les églises américaines et dans le monde. Nous devons savoir que sa théologie est fortement influencée par celle de Robert Schuller, bien qu’il essaye de l’ignorer.

Rappelons entre autres, que selon Robert Schuller, le péché est un « manque d’estime de soi » et qu’être né de nouveau signifie : « Transformer l’image négative que nous avons de nous-mêmes en une image positive ; passer d’un esprit d’infériorité à une attitude d’estime de soi ; de la crainte à l’amour ; du doute à la confiance ». Robert Schuller a aussi enseigné que le problème de l’Eglise a été d’avoir, pendant des siècles, une théologie centrée sur Dieu, alors qu’elle aurait dû, selon lui, en avoir une centrée sur l’homme et ses besoins.

Les deux livres de Rick Warren ne sont rien d’autre que le message de Robert Schuller présentant un nouveau visage ou celui de Norman Vincent Peale avec, en plus, une bonne dose d’émotion. Ses ouvrages enseignent les gens comment être religieux, mais sans l’expérience radicale de la « nouvelle naissance » biblique.

Pouvez-vous imaginer les apôtres Paul et Pierre déclarer autour d’eux : « Tempérez votre message dans l’église afin que les pécheurs se sentent à l’aise ? Allons, ne réalisez-vous pas que si vous offensez ces Juifs religieux ou païens, jamais vous ne serez en mesure de les atteindre ? » De nos jours, Satan s’efforce d’offrir aux gens une bonne dose de religion, plus qu’il ne l’a jamais fait auparavant. C’est là l’image parfaite de la nouvelle église « modèle » de Rick Warren. C’est animé du même esprit religieux (avec ses manifestations de piété et d’enthousiasme) qu’Israël avait persuadé Aaron et les leaders religieux de leur fabriquer le « veau d’or », lorsque que Moïse était avec Dieu sur le mont Sinaï.

Nous lisons ce récit dans le livre de l’Exode. Il s’agit de l’histoire où les Israélites s’étaient mis à adorer le veau d’or, et cela malgré les révélations et expériences authentiques extraordinaires qu’ils avaient faites auparavant. N’est-ce pas là une chose terriblement affligeante ? (lire Ex 32:15-28). Comment de si précieuses révélations divines pouvaient-elles être échangées contre une excitation religieuse de ce genre, jusqu’à vous inciter à rendre un culte à un veau d’or ? La Bible nous informe que tout ce qui est arrivé à Israël l’a été pour notre instruction et doit nous servir d’exemple (1 Co 10:11).

L’Eglise d’aujourd’hui est en train de se courber devant un « veau d’or » moderne parce qu’un bon nombre de pasteurs et de chrétiens trouvent la marche avec le Seigneur trop rigide. La sainteté est maintenant considérée comme du « légalisme », et complètement déconnectée de la mentalité contemporaine. Si elle persiste dans cette voie, elle finira par se mettre sous le même jugement qu’a subi la religion du veau d’or.

Les enfants d’Israël ont adoré leur propre or et argent qu’Aaron avait ramassés auprès d’eux pour fabriquer le veau d’or. Les livres de Rick Warren enseignent que notre génération peut servir Dieu de cette manière. En somme, il leur dit : du moment que vous adorez Dieu, vous pouvez faire ce que voulez, votre vie vous appartient. Pas besoin de séparer le but que vous vous êtes fixés pour votre vie et les plans divins préparés pour vous. Ils sont une seule et même chose.

Ces livres, hélas, sont une source de grand trouble et de confusion dans l’Eglise. Lorsque quelqu’un dit qu’on y trouve beaucoup de bonnes idées, ma réponse est simple : le poison est souvent mélangé à ce qui semble excellent. »


3ème ANALYSE
:

Impressions d’un pasteur suite à sa visite dans l’église de Rick Warren.

Le pasteur David W. Cloud, éditeur du magazine américain O Timothy dans le numéro 10 de l’année 2003, lors de sa visite à deux réunions du dimanche matin dans l’église du pasteur Rick Warren en Californie, nous décrit ce qu’il a vu en ces mots :
« Le vaste auditorium peut contenir des milliers de personnes. L’ambiance générale y est décontractée à l’extrême. Les assistants s’habillent comme ceux qui vont participer à un événement sportif. Les femmes portent des shorts, des pantalons moulants et d’autres types de vêtements indécents.

  1. La musique est du style pur « rock and roll ». L’effet produit est celui d’une boîte de nuit avec des lumières tourbillonnantes dans le fond et des femmes attrayantes qui dansent et oscillent au son de la musique. Il me semble que très peu de personnes participent vraiment à l’adoration. La plupart ne font qu’assister à un spectacle.
  2. Un des messages que j’ai entendu avait pour titre : « Le potentiel d’une vie de célibataire » et avait pour objectif d’amener ces personnes à se consacrer à Dieu… Entre autres, la mère Theresa fut citée comme exemple sans aucun avertissement pour son faux évangile. Aucune mention spécifique ne fut apportée concernant les vérités importantes de la Parole de Dieu telles que le péché, la séparation d’avec le monde, le jugement à venir, l’enfer ou la repentance. Tout cela était très habilement remplacé par de vagues références à certains textes bibliques, le message clair et net de l’Evangile étant absent. Certaines déclarations étaient bonnes, mais l’erreur se cachait surtout derrière ce qui n’était pas dit.
  3. Tout dans cette église de Saddleback reste superficiel. La vérité a été réduite au dénominateur commun le plus bas. Les pécheurs sont exhortés à se confier en Christ sans aucune explication précise de ce que cela signifie exactement. Un catholique romain ou même un mormon peuvent accepter leur vague déclaration de foi sans aucun problème ; elle ne suscitera en eux aucune remise en question. J’ai parlé avec un homme qui m’a dit être un membre de l’église de Saddleback depuis deux ans. Je lui ai demandé depuis combien de temps il était « né de nouveau ». Il me répondit : « J’ai toujours été un chrétien. J’ai grandi dans une église chrétienne », faisant référence à une église qui prêchait la régénération baptismale. Il m’a ensuite précisé que sa mère l’avait emmené à l’église, bien que son père ait été bouddhiste. Je lui ai alors demandé ce qu’on exigeait de lui pour être admis dans l’église de Saddleback. Il répondit qu’on l’avait prié de « reconsacrer » sa vie. Le questionnant pour savoir si c’était à ce moment-là qu’il avait fait l’expérience de la « nouvelle naissance », il insista une nouvelle fois qu’il avait toujours été un chrétien.
  4. J’ai aussi constaté une confusion dans l’utilisation de plusieurs traductions de la Bible. Un plan de sermon avec six ou sept versions utilisées me fut donné en entrant dans l’église. Beaucoup d’entre elles étaient des paraphrases provenant de différentes versions anglaises telles que : « The Living Bible » ; « The New Living Translation » ; « The Message » ; « The Today’s English Version » ; « The contemporary English version ». J’ai remarqué en arrivant dans l’auditorium que très peu de personnes s’y rendaient avec une Bible. La raison en devint évidente lorsque je vis le nombre des versions utilisées pendant la prédication. Il aurait été impossible de suivre le message avec une seule version de la Bible. Le résultat d’un tel système est donc que personne n’amène sa Bible personnelle et qu’il exclut la possibilité de vérifier la prédication entendue.
  5. La controverse doctrinale est évitée. Le pasteur Warren, dans une interview avec le journal USA Today du 21 Juin 2003 a déclaré : « Je n’entrerai pas dans un débat non essentiel. Je ne chercherai pas non plus à changer les autres dénominations. Pourquoi être une source de division ? » Puisque Rick Warren a posé cette question, je vais lui répondre, dit l’éditeur du magazine O Timothy. La raison pour laquelle nous serons forcément une source de division provient du fait que Dieu nous a commandés de prêcher toute sa Parole, ce qui inclut la responsabilité de « reprendre, réprimander, exhorter » (2 Ti 4:2). L’insistance dans 2 Timothée 4 est aussi bien « négative » que « positive ». C’est là le mandat divin de tout prédicateur.

Dieu nous a ordonnés non seulement de prêcher la saine doctrine, mais aussi de combattre avec détermination pour elle (Jude 3). Ceci veut dire que nous devons lutter de toutes nos forces contre ce qui est faux. C’est exactement ce que nous constatons dans le ministère sans compromis des apôtres de notre Seigneur Jésus-Christ. Leurs épîtres contiennent des avertissements fermes et clairs à propos des faux enseignements et de leurs dangers.

L’apôtre Paul a souvent mentionné les faux docteurs (2 Ti 2:17). Un ministère comme le sien cause inévitablement des divisions entre ceux qui ont l’amour de la vérité et ceux qui suivent l’erreur. Paul n’a jamais cherché à éviter la controverse doctrinale. L’apostasie de notre temps est comparativement beaucoup plus avancée que celle de la période des apôtres (1 Ti 4:1-6 ; 2 Ti 3:1-13 ; 4:3,4 ; 2 Pi 2, etc.). Le Saint-Esprit avertit qu’à la fin des temps « des hommes méchants et imposteurs avanceront toujours plus dans le mal égarant les autres et égarés eux-mêmes (2 Ti 3:13)… »

En conclusion, le pasteur David W. Cloud écrit : « Je pleure à cause des dégâts causés dans l’Eglise de Jésus-Christ par une méthodologie qui renverse tout mur de séparation entre le peuple de Dieu et le monde, et tout cela sous une prétendue apparence de sainteté et d’amour de la vérité. La philosophie qui rejette la division qu’engendre l’obéissance à la doctrine biblique a détruit Israël dans le passé et détruira chaque église qui empruntera ce même chemin. Combien il est tragique de constater l’influence néfaste que cette église de Saddleback exerce sur des milliers de pasteurs et de chrétiens dans le monde, dit-il pour terminer son article. »


4ème ANALYSE:


Rick Warren dilue l’Evangile pour le rendre plus populaire.

Johan Malan, professeur chrétien dans une université en Afrique du sud et directeur des Editions Patmos Letters, fait l’analyse suivante du mouvement Rick Warren dans un courrier paru sur Internet en décembre 2005 :

« Rick Warren a réussi à diluer l’Evangile du salut de telle façon qu’il devient acceptable pour les catholiques, les protestants de toutes dénominations et aussi pour de nombreuses églises chrétiennes indépendantes dans le monde. Dans son livre, il rassure le lecteur en lui affirmant qu’il est précisément la sorte de personne que Dieu a prévu qu’il soit, et que le Seigneur désire qu’il réussisse en toutes choses, afin qu’il s’épanouisse pleinement dans cette vie. Tout ce qui serait susceptible de choquer quelqu’un comme, par exemple, sa condition de pécheur perdu méritant l’enfer, est absolument évité.

La définition qu’il donne du péché est aussi très pauvre. Il dit que chaque personne a hérité d’un cœur désobéissant par le premier Adam, et que si Christ ne rectifie pas cela, il lui sera impossible d’avoir une relation juste avec son Créateur. Ces paroles sont tellement vagues qu’elles ne peuvent convaincre quelqu’un de péché, ni lui donner une claire compréhension de la colère de Dieu à l’égard du péché (Jn 3:36). Sa définition du péché n’étant pas limpide et manquant de précision, il évite ainsi par ses messages les réactions et l’opposition de la nature pécheresse de l’homme devant l’opprobre et le scandale de la croix. Il ne parle pas non plus de sujets « négatifs » tels que l’Antichrist, les faux prophètes, la séduction spirituelle. Nulle part, il avertit des dangers du mouvement du Nouvel Age et de son influence sur l’Eglise. Son orientation œcuménique engendre aussi de graves conséquences. L’Evangile qu’il offre est si dilué qu’il se résume finalement à une certaine forme de piété. Si le succès devient votre objectif principal sur cette terre, et non la recherche d’une authentique vie de disciple, cela signifie alors que vous suivez en fait « un autre Jésus » (2 Co 11:4).

De prime abord, il est assez difficile d’identifier les erreurs de Rick Warren dans ses deux livres. La plupart des choses dites semblent bonnes et sonner justes. Mais le problème est que l’auteur n’oriente ses discussions que vers certains aspects du christianisme. Cette approche est appelée « positivisme ». Il évite d’attirer l’attention sur des thèmes négatifs tels que le péché, l’identification et le rejet indispensable des fausses doctrines. Son enseignement sur la sanctification est loin d’être clair.

Ses messages ressemblent à des leçons d’école du dimanche. La vie chrétienne qu’il présente est une sorte d’existence où tout est merveilleux, et où le Seigneur ne désire que nous bénir et nous rendre heureux. On ne vous offre pas d’aide pour vous inciter à demeurer ferme dans un monde sous l’emprise du malin. L’accent est sans cesse placé sur notre bonheur, et non sur les principes qui nous permettent de vivre une vraie vie de disciple. Son enseignement, en définitive, sonne très doux aux oreilles de millions de personnes, mais ne les conduit pas au pied de la croix.

Il cite aussi fréquemment des écrivains humanistes, confirmant par là son approche humaine et psychologique du christianisme où la vraie repentance fait grandement défaut. Il cherche également à satisfaire les goûts de la jeunesse en leur présentant une nouvelle façon de chanter à travers une musique contemporaine, la « musique rock chrétienne ». Avec une telle amorce, il attirera évidemment des millions de personnes, mais tout cela représente « un évangile sans croix » qui n’a plus du tout aucun rapport avec l’Evangile prêché par les apôtres de notre Seigneur Jésus-Christ. »

Le succès visible n’a jamais servi de preuve à Jésus, ni à ses disciples. (Vance Havner)



(Extrait de la
brochure N° 2 de la collection "Le bon serviteur", "Défendre la foi" de Samuel et Dorothée Hatzakortzian disponible dans le catalogue du site)

     Imprimer cette page

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Partager cet article

Repost0

commentaires

RODRIGUEZ CHRISTOPHE 01/10/2009 16:11


Très bien Beau papa, il est important d'encourager mais aussi de reprendre avec douceur mais reprendre, et aussi dénoncer les hérésies qui s'accumulent dans l'église de Jésus-christ transformant
certaines églises en coquilles vides.
CONTINU !!! bises christophe