Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : SIGNES ET PROMESSES
  •           SIGNES ET PROMESSES
  • : Ce Blog a pour but au travers de son contenu, d'édifier l'église de Jésus-Christ, de faire connaître à nos contemporains l'amour de Dieu manifesté en Jésus son fils bien aimé.Les messages qui seront diffusés veulent être en bénédictions à tous les milieux, en rappelant qu'aujourd'hui, Dieu veut encore faire éclater parmi ceux qui ont soif, les signes de sa Puissance, et accomplir ses Glorieuses Promesses. L'actualité chrétienne, nationale et internationale sera aussi traitée dans ce blog.
  • Contact

VERSET BIBLIQUE

 

                          1 Samuel 2 : 9

 

Il gardera  les pas de ses bien-aimés ( 1 Samuel 2 : 9)                                                              

Recherche

Liste D'articles

VISITES

 Que Dieu vous bénisse !

 

Parcours interactif :

 

 

 


 
 

SOUTIEN

                                                                             Suivez  le lien :Contact  

 

  

Calendrier La Bonne Semence

                

10 août 2016 3 10 /08 /août /2016 18:00

  

      

VIDÉO - Une météo peu favorable, la diminution des cultures de colza et de tournesol, l'effet de certains pesticides et des prédateurs plus nombreux expliquent le phénomène.

Annus horribilis pour la production de miel en France. Les abeilles, encore moins nombreuses et très affaiblies par le printemps tardif, ont nettement moins butiné cette saison. «Nous nous acheminons cette année vers la plus mauvaise récolte de miel jamais connue dans le pays. Nous devrions produire entre 7000 et 8000 tonnes, soit moitié moins qu'en 2015», déplore Thierry Dufresne, président de l'Observatoire français d'apidologie, lui-même apiculteur dans le Var. L'an dernier, le cru avait été exceptionnel grâce un climat ensoleillé et chaud permettant plusieurs floraisons.

Davantage d'importations

Outre les effets de la météo, «le fait que les cultures de tournesol ou de colza soient en diminution dans l'Hexagone a aussi joué, précise Philippe Lecompte, apiculteur bio professionnel et président du Réseau biodiversité pour les abeilles. Car ce type de cultures assure en moyenne les deux tiers de la production annuelle de miel français». S'y ajoutent l'effet néfaste de certains pesticides, comme les néonicotinoïdes (interdits dès 2018), et l'arrivée de prédateurs plus nombreux comme le frelon asiatique ou le varroa (un acarien).

«Pour compenser ces moindres volumes, les transformateurs devront importer davantage sur un marché en croissance de 3% à 4%», note Vincent Michaud, président du groupe du même nom, leader européen du miel. Et ce alors que les trois quarts du miel consommé en France sont déjà importés. Vraisemblablement, les tarifs vont aussi augmenter pour des consommateurs de plus en plus nombreux. «Le miel représente désormais 60% des ventes du rayon confitures des grandes surfaces, contre 20% il y a vingt ans», précise Vincent Michaud.

LE MIEL DANS LA BIBLE (extrait)

Le miel et les abeilles sont fréquemment mentionnés dans la Bible. Il a été désigné comme un aliment sain, une sorte de médicament utile dans le traitement des malades, un ingrédient de boisson délicieuse, un cadeau approprié, ainsi que d’un bien précieux pour l’humanité. Il y a peu de preuves que les Hébreux abeilles effectivement cultivées, cependant, ils étaient connus de miel sauvage utilisé à profusion. Miel “sauvage” est souvent évoqué, si cela a été conçu comme un contraste de miel domestiqué, il est difficile de savoir. La Bible hébraïque donne l’indication que «les juifs» étaient soucieux de leur approvisionnement en miel, comme indiqué dans le Talmud (Bible hébraïque) (B. Batra 18, A) où un avertissement est donné de ne jamais laisser plants de moutarde poussent près nids d’abeilles, car les abeilles sont friands de ces fleurs qui, cependant, brûlent la gorge, et ils consomment alors une plus grande quantité de miel. Les Juifs ont été autorisés, conformément à leurs lois religieuses, à fournir de l’eau sur les samedis et jours fériés à leurs animaux domestiques, mais cette dérogation ne s’applique pas pour les abeilles, car ils pourraient eux-mêmes fixer (Sabath 24: 3). D’autre part, en cas de pluie, ou pour protéger les abeilles contre le soleil brûlant, les Juifs étaient autorisés à couvrir les nids avec des draps même les jours fériés (Sabath 436) Philo, l’historien (à l’époque du Christ), dans son travail, De Vita Contemplativa, se réfère à une caste chez les Hébreux ont appelé esséniens, qui vivaient dans la région de la mer Morte, et dont l’occupation était censé être la culture des abeilles et la production de miel. Josèphe, dans les Antiquités des Juifs, mentionne également les Esséniens de Judée. (Il est à noter que les Essenos terme grec (King Bee) était le surnom de Zeus. Les prêtresses d’Artemis ont été appelés Melissai (abeilles) et leurs grands prêtres, les Esséniens.)

Lorsque les Hébreux appelé Palestine, ils ont utilisé la métaphore proverbiale, expressive de l’abondance », un pays où coulent le lait et le miel.” Cette référence est répété vingt et une fois dans la Bible. (Exode 3: 8; 3: 17; 13: 5; 33: 3; Lev 30: 35; Num 13: 28.; 14:. 8; 16: 14; Deutéronome 6: 3.; II: 9, 26 : 15, 27: 3, 31: 20; Jos 5: 6; Tob 30: 17.; Jer II:. 5, 32: 22; Ez 20: 6, 30: 15.; Siracide 46, I0; Baruch I , 20.) Le jour où le Christ est ressuscité d’entre les morts et a comparu devant ses disciples, il a demandé de la nourriture. Ils lui ont donné du poisson grillé et un nid d’abeilles (Luc 24: 42). Christ a mangé la nourriture de prouver aux Apôtres qu’il était vraiment ressuscité et pas simplement un esprit ou une pensée. Jean-Baptiste, dans le vêtement de poils de chameau, son, se nourrissait de sauterelles et de miel séchés dans le désert (Marc 1: 6, Matth 3:. 4). Dans la langue hébraïque debash signifie miel et Deborah, l’abeille.

Partager cet article

Repost 0

commentaires