Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : SIGNES ET PROMESSES
  •           SIGNES ET PROMESSES
  • : Ce Blog a pour but au travers de son contenu, d'édifier l'église de Jésus-Christ, de faire connaître à nos contemporains l'amour de Dieu manifesté en Jésus son fils bien aimé.Les messages qui seront diffusés veulent être en bénédictions à tous les milieux, en rappelant qu'aujourd'hui, Dieu veut encore faire éclater parmi ceux qui ont soif, les signes de sa Puissance, et accomplir ses Glorieuses Promesses. L'actualité chrétienne, nationale et internationale sera aussi traitée dans ce blog.
  • Contact

VERSET BIBLIQUE

       

Cherchez l'Eternel pendant qu'il se trouve; invoquez-le pendant qu'il est proche. (Esaïe 55 : 6)                                                              

Recherche

Liste D'articles

VISITES

 Que Dieu vous bénisse !

 

Parcours interactif :

 

 

 


 
 

SOUTIEN

                                                                             Suivez  le lien :Contact  

 

  

Calendrier La Bonne Semence

                

MONTRESORSONORE

">

ANNONCES

 

 

 

 

 


 

 

             

        

                          

                  

 

 

 
6 juillet 2015 1 06 /07 /juillet /2015 20:38

Ils obtiennent de la formation payée par les taxes pour s’incliner devant Allah ! ! !

Par Cheryl Chumley

Une cinquantaine d’enseignants et d’administrateurs incluant le surintendant du district scolaire Lebanon en Pennsylvanie, viennent de recevoir un jour de formation spécialisée sur l’Islam aux frais des contribuables. Frappant le sol d’une mosquée locale, sans chaussure et participant à l’appel de la foi par la prière.

Pouvez-vous nous dire quelle est l’option ?

Mieux encore, que diriez-vous d’imaginer un scénario ? Cinquante enseignants et des administrateurs d’un district scolaire de la Pennsylvanie venant juste de recevoir une journée de formation sur la foi Baptiste aux frais des contribuables, qui serait spécialement développée avec eux pour entrer dans le sanctuaire d’une église locale et rejoindre la congrégation dans la prière.

Maintenant, est-ce scandaleux ?

Les nouvelles quotidiennes du Lebanon ont rapporté pour la première fois l’aventure d’une journée d’inspiration musulmane, décrivant le tout comme un moyen pour les officiels de l’école d’en savoir plus sur la population de plus en plus arabe de leur quartier, dans la même veine qu’ils le feraient pour disons, les hispaniques.

En d’autres termes, c’est une division culturelle.

Dans le même temps, il n’existe aucun moyen pour la foule politiquement correcte de conclure une transaction qui pourrait amener les enseignants dans une église chrétienne au cours d’une journée scolaire payée par vos taxes.  Dans ce cas, l’opposition proclamerait haut et fort que : « C’est la séparation de l’église et de l’État ! »

Mais avec l’Islam, dans le district scolaire du Lebanon, la visite et la formation de la mosquée de l’Islam ont semblé des expériences pédagogiques nécessaires.

Ceci dit, l’atelier de travail était dirigé par Mohamed Omar, un ex-aide-enseignant et traducteur Arabe pour le district scolaire qui a également servi comme président de la mosquée.  Omar, qui a quitté l’Égypte pour les États-Unis en 2000, est maintenant employé par le Département des Services Humains, à Philadelphie mais, a été en mesure de prendre une journée de congé pour instruire les enseignants et les administrateurs et ce pour les amener à la mosquée.

Là-bas, les enseignants ont ôté leurs chaussures, conformément aux exigences de la mosquée et ont rejoint plusieurs membres de l’installation sur le sol pour un enseignement rapide de 20 minutes sur les tenants et les aboutissants de l’Islamisme, et comment la foi se compare au Christianisme.  Certains se sont même inclinés devant Allah, a rapporté le Daily Caller.

« Nous croyons que nous serons jugés par Dieu » a déclaré Omar aux participants, a rapporté le journal local.  « Plus nous faisons de bonnes actions, plus Dieu nous pardonnera en fin de compte …  Vous devez travailler.  La foi sans les bonnes œuvres ne sera pas acceptée. »

Le fondateur de la mosquée, Hamid Housni, a été apparemment surpris par le rayonnement de l’école qualifiant de « La première fois aux États-Unis qu’un district scolaire va à la mosquée, nous n’avons pas de mots pour expliquer combien nous l’apprécions ».

Et, la professeure d’anglais comme seconde langue, Lara Book, a qualifié la journée comme incroyable et comme un véritable moment d’apprentissage.

« Il est important que nous nous éduquions sur les cultures qui sont différentes des nôtres et que nous essayions d’éliminer certains malentendus », dit-elle, a rapporté EAGNews.org.   Notamment, quelles leçons a-t-elle apprises ?

« Fondamentalement, bien que nos cultures soient différentes, leurs fondements  sont similaires et nous voulons tous la même chose : Le bonheur pour notre famille, la santé et le succès. » dit-elle,  « Même si nous pouvions aller chercher ces choses dans notre vie différemment, du point de vue culturel, nous voulons tous la même chose. »

Sauf que ce n’est pas le cas.  Il suffit seulement de regarder l’État Islamique d’Irak et du Levant(ISIS) pour voir comment le Coran est interprété par de nombreux Musulmans.  Ou de regarder les nombreuses nations du Moyen-Orient et leurs points de vue envers Israël.  Ou de regarder une femme flanquée d’un burqa.  Si les enseignants veulent se renseigner sur les avantages et les inconvénients de l’Islam c’est bien, tant que c’est dans leur propre temps.  Mais, le plus gros problème est le suivant : Les contribuables doivent-ils payer pour que les enseignants puissent s’incliner devant Allah au cours d’une journée scolaire ?

Il faut parler d’un outil de propagande.  Nous ne pouvons qu’espérer que la réaction de l’enseignante à la session de formation n’était pas représentative de ce que toutes les 50 personnes présentes ont appris également.

Source : http://www.newswithviews.com/Chumley/cheryl117.htm

Traduit par PLEINSFEUX.ORG

Partager cet article

6 juillet 2015 1 06 /07 /juillet /2015 20:03

Dénoncé pour de prétendues “conversions forcées”, par des extrémistes hindous, le Révérend Sisir Nayak, pasteur pentecôtiste de la Believers Church, a été arrêté et jeté en prison le 5 juillet par la police de l’État de l’Orissa. Un tribunal local a refusé sa libération sous caution. Les hindouistes, rendus furieux par le fait qu’il avait apposé une croix sur son lieu de culte, l’accusent d’avoir converti “de force”, en dix-huit mois, quelque 300 membres de la tribu Munda habitant le village de Raiguda (district de Keonjhar). Pour Sajan K. George, président du Global Council of Indian Christians (GCIC), la version de la police est « irrecevable » : « La rhétorique des conversions [forcées] est souvent une incitation à des crimes contre les chrétiens ». C’est le deuxième cas, en moins de quinze jours, d’un pasteur pentecôtiste jeté en prison de manière abusive.

Source : Asia News (6 juillet)

Partager cet article

6 juillet 2015 1 06 /07 /juillet /2015 19:00

Le 30 juin 2015, le bureau des médias de l’Etat islamique (EI) de la province d’Alep a publié une vidéo intitulée « Un message à notre peuple à Jérusalem », dans laquelle des combattants de l’Etat islamique en Irak et en Syrie jurent de détruire l’Etat d’Israël et d’instaurer la charia à Gaza, et accusent le Hamas de viser les moudjahidines à Gaza, le blâmant de travailler pour les Etats-Unis et l’Iran.

Dans cette vidéo de 16 minutes, publiée sur le forum djihadiste Shumoukh Al-Islam, l’un des orateurs, Abu Azam Al-Ghazawi, affirme que l’EI s’approche de la Palestine et promet de la libérer, faisant le vœu de détruire « l’Etat juif ». S’adressant aux « tyrans » du Hamas, il déclare : « Vous n’êtes rien dans nos calculs, vous êtes vaincus d’avance dans nos calculs. Par la grâce d’Allah, et par Sa volonté, nous détruirons l’Etat des juifs, et vous, le Fatah et tous les profanes n’êtes rien. »

Pour montrer la différence entre le Hamas et l’EI, Al-Ghazawi explique : « Nous appliquons, par la grâce d’Allah, la loi d’Allah et nous la diffusons jour après jour ». Il cite l’ancien dirigeant de l’Etat islamique en Irak, Abu Musab Al-Zarqawi, tué en 2006, et l’ancien chef d’Al-Qaïda Ossama Ben Laden, pour expliquer combien la libération de la Palestine est importante pour eux : « Nous, et nos cheikhs dirigeants, avons planifié la manière [de libérer la Palestine]. Abu Musab Al-Zarqawi, qu’Allah le bénisse, a dit : ‘Nous combattons en Irak mais nos yeux sont tournés vers Jérusalem’. A cette époque, [l’EI] était une simple organisation, puis l’Etat islamique a été proclamé. En ce temps, le cheikh Ossama Ben Laden, puisse Allah l’accepter, avait prononcé un discours intitulé ‘Etapes concrètes pour libérer la Palestine’, dans lequel il affirmait que la manière de libérer la Palestine était d’ouvrir un front en Irak ».

Al-Ghazawi observe aussi que le chiisme s’étend à Gaza, qui renferme des mouvements pro-iraniens, comme Al-Sabireen et le Hezbollah. S’adressant aux membres du Hamas, il déclare : « A ceux qui prétendent mener le djihad au nom d’Allah, combattez-vous pour que les offenses envers les mères des croyants et les Compagnons du Prophète se répandent à Gaza ? Ne remarquez-vous pas les relations de vos dirigeants avec les rejectionnistes [N.d.T. surnom péjoratif donné aux chiites] et les fonds qu’ils leur versent ? »

Al-Ghazawi remet ensuite en question la capacité du Hamas à prendre ses propres décisions, au regard des fonds qu’il reçoit de l’Iran, de la Turquie et du Qatar : « Pourquoi ne s’occupent-ils pas des groupes tels qu’Al-Sabireen et autres. N’est-ce pas en raison des fonds qu’ils reçoivent des rejectionnistes ? Ne voyez-vous pas que le tyran du Qatar, qui abrite la plus grande base de croisés de la région, visite Gaza ? Ignorez-vous que le financement est toujours assorti de conditions ? »

Un certain « Abu Qatada Al-Maqdisi », qui apparaît vêtu d’une veste militaire, portant un fusil et assis avec d’autres djihadistes, mentionne l’élimination d’un ancien membre des Brigades Al-Qassam, devenu un partisan de l’EI, Khaled Al-Hunnar alias Abu Khattab, le 2 juin 2015 à Gaza. « Il [le Hamas] est un mouvement qui ne cherche pas à [appliquer] la charia, l’islam ou quoi que ce soit. Il cherche seulement à satisfaire l’Iran et les Etats-Unis, les chefs des infidèles ». Qualifiant le Hamas de « sahawat » – « réveil », terme désignant les groupes locaux qui combattent l’EI – Al-Maqdisi promet que Gaza connaîtra une situation similaire à celle du camp de Yarmouk en Syrie, quand l’EI a combattu les forces loyales au Hamas.

Le troisième orateur, Abu Aicha Al-Ghazawi, promet également de tuer les membres du Hamas, qu’il qualifie « d’apostats », tout comme ils furent tués à Al-Yarmouk.

La vidéo se conclut en montrant les trois orateurs et un autre combattant joindre les mains et jurer fidélité au chef de l’EI, Abu Bakr Al-Baghdadi.

Source : https://shamikh1.info/vb, 30 juin 2015

 

Partager cet article

Published by Aquilas - dans Actualité
commenter cet article
6 juillet 2015 1 06 /07 /juillet /2015 15:42

L’officier britannique Richard Kemp a publié un document dans le New York Times du 25 juin dernier. Selon lui, le rapport de l’ONU sur le conflit à Gaza en 2014 est à la fois erroné et dangereux.

Richard Kemp est colonel de l’armée britannique en retraite, et ancien commandant des forces armées britanniques en Afghanistan.

« En tant qu’officier britannique qui a eu plus que sa part de combats en Afghanistan, en Irak et dans les Balkans, cela me chagrine beaucoup de voir des mots et des actions de l’Organisation des Nations Unies qui ne peuvent que provoquer davantage de violence et de pertes de vies.

Le rapport du Conseil des droits de Nations Unies sur le conflit de l’été dernier à Gaza, établi par la juge Mary McGowan Davis, et publié lundi, fera exactement cela.

Le rapport commence par attribuer la responsabilité de ce conflit à Israël à cause de son «…occupation prolongée de la Cisjordanie et de la Bande de Gaza » et de son blocus de Gaza.

Israël s’est retiré de Gaza depuis 10 ans. En 2007, il a imposé un blocus sélectif uniquement en réponse aux attaques du Hamas et à son importation de munitions et de matériel militaire de l’Iran.

L’été dernier, le conflit, qui a débuté avec une escalade spectaculaire des attaques de roquettes contre les civils israéliens, était une continuation de la guerre d’agression du Hamas.

Se permettant une concession inhabituelle, le rapport suggère que le Hamas peut être reconnu coupable de crimes de guerre, mais il légitimise quand même les attaques à la roquette et par les tunnels du Hamas et va jusqu’à sympathiser avec les défis géographiques posés par le lancement de roquettes sur les civils israéliens en estimant que du fait de «la petite taille de la bande de Gaza et de la densité de sa population, il est particulièrement difficile pour les groupes armés de toujours se conformer» à l’obligation de ne pas lancer des attaques à partir de zones civiles.

Il n’y a pas de sympathie pour Israël.

La Juge Davis accuse l’armée israélienne de « violations graves du droit international humanitaire et du droit international des droits humains ». Pourtant, aucune preuve n’est présentée pour étayer ces accusations.

La Juge Davis accuse l’armée israélienne de « violations graves du droit international humanitaire et du droit international des droits humains ». Pourtant, aucune preuve n’est présentée pour étayer ces accusations. Tout se passe comme si les rédacteurs du rapport estimaient que toute mort civile en temps de guerre est forcément illégale.

Se référant aux cas où les attaques israéliennes ont tué des civils dans les zones résidentielles, la juge Davis prétend qu’en l’absence d’informations contraires à la disposition de sa Commission d’enquête, il y a de fortes indications que les attaques israéliennes étaient disproportionnées, et donc constituaient des crimes de guerre. Mais tout ce qu’elle dit n’est que spéculation et présomption de culpabilité.

Le rapport se caractérise par un manque de compréhension de la guerre. Cela n’a rien d’étonnant. La Juge Davis a admis, losque j’ai témoigné devant elle en février, que la commission, même si elle enquête sur une guerre, n’a aucune expertise militaire.

Peut-être est-ce la raison pour laquelle aucun effort n’a été fait pour comparer les opérations militaires israéliennes avec les pratiques des autres armées. Sans ces points de comparaison au niveau international, les conclusions du rapport n’ont aucun sens.

La commission aurait pu écouter le général Martin E. Dempsey, le président du Comité des Chefs d’état-major des États-Unis, qui a dit novembre dernier que l’armée israélienne avait pris des mesures extraordinaires pour tenter de limiter les pertes civiles. Elle aurait pu tenir compte du groupe de onze officiers supérieurs de sept pays, dont les États-Unis, l’Allemagne, l’Espagne et l’Australie, qui a également enquêté sur le conflit de Gaza récemment.

«Aucun des onze officiers supérieurs de sept pays ne connaît une armée qui prend des mesures aussi étendues que celles prises par l’armée israélienne l’été dernier pour protéger la vie de la population civile »

Je faisais partie de ce groupe, et dans notre rapport qui a été mis à la disposition de la juge Davis, il est écrit: «Aucun de nous ne connaît une armée qui prend des mesures aussi étendues que celles prises par l’armée israélienne l’été dernier pour protéger la vie de la population civile ».

Le rapport reconnaît qu’Israël a pris des mesures pour prévenir les civils des attaques imminentes, mais suggère qu’il aurait fallu faire plus pour minimiser les pertes civiles.

Pourtant, le rapport ne donne aucun exemple de mesures supplémentaires qu’Israël aurait pu prendre.

Israël est même critiqué pour l’utilisation de dispositifs explosifs inoffensifs – les «frappes sur le toit» – un dernier avertissement pour faire évacuer les bâtiments ciblés, estimant que ces frappes ont créé de la confusion.

Aucun autre pays n’utilise ces «frappes sur le toit», une munition inventée par Israël dans le cadre d’une série de procédures d’alerte développées par Tsahal et comprenant des messages-texte, des appels téléphoniques et des lâchages de tracts, qui sont reconnus comme ayant sauvé les vies de nombreux Palestiniens.

La juge Davis suggère que l’utilisation par l’armée israélienne de tirs d’artillerie aériens ou venant de chars dans des zones peuplées peuvent constituer un crime de guerre et recommande de nouvelles restrictions juridiques internationales sur leur usage.

Pourtant, ces mêmes systèmes ont été largement utilisés par les forces américaines et britanniques dans des circonstances similaires en Irak et en Afghanistan. Ils sont souvent indispensables pour sauver les vies de nos propres soldats, et leur réduction compromettrait notre efficacité militaire et donnerait l’avantage à nos ennemis.

L’armée israélienne n’est pas parfaite. Dans l’intensité de la bataille et sous le stress, ses commandants et ses soldats ont sans aucun doute commis des erreurs. Certaines armes ont mal fonctionné, l’information était parfois mauvaise et, comme dans toutes les armées, il y a quelques mauvais soldats. Des morts inutiles en ont résultées. Elles devraient faire l’objet d’enquêtes et certains individus devraient être traduits en justice s’il y a des soupçons de culpabilité criminelle.

Les nombreuses morts de civils dans la Bande de Gaza l’été dernier n’étaient pas dues à une tactique ou à une politique israélienne. Elles étaient dues à la stratégie du Hamas.

Le Hamas a délibérément placé ses combattants et ses munitions dans des zones civiles, sachant qu’Israël n’aurait pas le choix que de les attaquer et que cela entraînerait des pertes civiles.

Étant dans l’impossibilité d’infliger des dommages existentiels à Israël par des moyens militaires, le Hamas a cherché à provoquer un grand nombre de victimes parmi sa propre population afin de causer une condamnation internationale et des pressions diplomatiques insupportables sur Israël.

Le rapport de la juge Davis est truffé de contradictions. Elle reconnaît que des précautions militaires israéliennes ont sauvé des vies, pourtant sans preuve aucune, elle accuse «les décideurs au plus haut niveau du gouvernement d’Israël» d’avoir eu pour politique de délibérément tuer des civils.

Le plus incroyable, c’est qu’elle exprime le regret que sa commission ait été incapable de vérifier l’utilisation de bâtiments civils par des «groupes armés palestiniens» tout en reconnaissant ailleurs dans le rapport l’utilisation généralisée par le Hamas d’endroits protégés, y compris des écoles des Nations Unies.

Plus inquiétant encore, la juge Davis prétend être «pleinement consciente de la nécessité pour Israël de répondre à ses préoccupations en matière de sécurité» tout en exigeant que soit «levé immédiatement et sans condition, le blocus de Gaza».

Jointe à l’endossement par le rapport de la version anti-israélienne du conflit qu’a donné le Hamas, cette recommandation dangereuse conduirait sans nul doute à une effusion de sang en Israël et à Gaza. »

Ces critiques n’ont aucunement empêché le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies d’adopter ce vendredi 3 juillet une résolution basée sur le Rapport Davis qui a été concoctée par la délégation palestinienne appuyée par l’Organisation de la conférence islamique.

La résolution condamne le ciblage par Israël de civils innocents. Elle appelle à la mise en œuvre du rapport et de ses recommandations et à mettre fin à l’impunité des responsables israéliens responsables de crimes de guerre présumés.

La résolution ignore complètement les roquettes lancées par le Hamas ainsi que les remarques du Rapport Davis concernant la partie palestinienne.

Les auteurs arabes de la résolution on fait mine d’accepter des adoucissements à leur texte original, beaucoup plus dur, dans lequel il était question de poursuites d’Israël devant la CPI.

Les pays européens dont la France, le Royaume Uni et l’Allemagne ont appuyé la résolution.

En tout, 41 pays ont voté en faveur de la résolution.

Seuls les États-Unis l’ont rejetée.

Cinq pays, dont l’Inde et le Kenya, se sont abstenu. Le Canada n’est pas membre de cet organisme.

Pendant ce temps, des affrontements entre Égyptiens et combattants de l’État Islamique font rage dans le nord du Sinaï. Des villageois dont des femmes et des enfants ont perdu la vie.

Tout le monde s’en fiche, à commencer par le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies qui n’a adopté aucune résolution de condamnation.

© Magali Marc pour Dreuz.info.

 

Partager cet article

Published by Aquilas - dans Israël
commenter cet article
4 juillet 2015 6 04 /07 /juillet /2015 17:47

Matthieu ch. 6 v . 31-34

Ne vous inquiétez donc point, et ne dites pas : Que mangerons-nous ? Que boirons-nous ? De quoi serons-nous vêtus ?

Manger et boire est ce que le monde recherche. Cette insouciance le conduit à sa perte. Pour le croyant pieux, manger, boire et se vêtir ne sont que des nécessités auquelles Dieu pourvoit. Il ne se pose pas de questions angoissantes pour le lendemain ; s'il y parvient, il trouvera ce que Dieu aura préparé pour lui : " Votre Père céleste sait".

Son objectif est de vivre dans l'esprit du royaume ( Rom. 14.17). Il n'a rien à revendiquer dans le monde présent. Il fait sa recherche prioritaire des valeurs morales qui ont cours dans le royaume ; elles sont l'expression de la justice de Dieu, en contraste total avec l'injustice des hommes.

Mettons-nous toute notre confiance en Dieu pour les besoins du jour ? Rappelons le bel exemple de la veuve : elle avait "jeté aux offrandes de Dieu tout ce qu'elle avait pour vivre" (Luc 21.4). Elle n'était pas en souci pour le lendemain, car elle connaissait le coeur de son Dieu, et ses richesses.

Nous aussi, vivons de foi, et redisons chaque matin : "A chaque jour suffit sa peine" !

Partager cet article

Published by Aquilas - dans Messages
commenter cet article
25 juin 2015 4 25 /06 /juin /2015 19:10

L’excellent blogue FDeSouche publie ce jour le facsimile d’une lettre remontant à près d’un mois – elle est datée du mardi 26 mai dernier – du maire du Lavandou (Var), Gil Bernardi, au Père Joseph Ngoc Dung Nguyen, curé de la paroisse Saint-Louis de la commune. Dans sa missive, l’édile annonce au curé que la Messe estivale qui était célébrée à 11 h en juillet et août « comme chaque été, depuis une vingtaine d’années » en plein air « sur le terrain de boules de la place Reyer », sera interdite cette année. Le maire excipe de « tensions confessionnelles », des « événements du 7 janvier 2015 » (attentat islamiste contre la rédaction de Charlie Hebdo) ou encore du risque « d’attiser les critiques des adeptes de la laïcité » afin « de ne pas exposer les paroissiens au geste d’un déséquilibré ou d’un fanatique »… Toutefois, le maire assure le curé de l’assistance des services municipaux« pour les messes de Saint Pierre et du 15 août ». Allez comprendre…

Messe interdite le lavandou

Source : FDeSouche (23 juin)

Partager cet article

Published by Aquilas - dans Actualité
commenter cet article
25 juin 2015 4 25 /06 /juin /2015 18:42

       

Panama redore son blason depuis la chute de sa dictature militaire. Il s’impose à présent comme un centre d’affaire, de culture et de tourisme. Mais cette nouvelle vitalité profite aussi à la communauté juive sur place. En effet, elle est une des rares, hors d’Israël, à voir sa population grandir et a ne connaitre que peu d’assimilation...

Les premiers juifs sont arrivés au Panama, fuyant l’Inquisition espagnole. Mais sa communauté a véritablement commencé à se constituer dans les années 1850 quand les voyageurs de Californie y ont construit une synagogue pour les besoins des malades et des enterrements. 
Ce premier édifice, Kol Shearit Israel, est aujourd’hui une synagogue appartenant à la communauté reformée qui comprend même parmi ses membres, deux anciens présidents du Panama.
Mais ceux qui animent et font croitre la communauté juive au Panama, sont les orthodoxes. Il existe aujourd’hui deux supermarchés cachers, huit restaurants et trois établissements scolaires qui accueillent en tout pas moins de 1600 étudiants.
Il y a environ 10 000 juifs aujourd’hui au Panama. Beaucoup sont installés pour faire du business, car la situation économique est en pleine croissance. Ils veulent aussi profiter d’une vie plus agréable qu’à new-York ou qu’en Floride. A Panama il y fait tout aussi beau mais il n’y a pas d’ouragans. 

En général, les juifs qui viennent ici se sentent concernés par leur judaïsme et restent connecté à leur pratique, notamment du chabat. Les mariages mixtes y sont très rares.

Source Chiourim
 
 

Partager cet article

Published by Aquilas - dans Actualité
commenter cet article
25 juin 2015 4 25 /06 /juin /2015 16:40

https://actualitechretienne.wordpress.com/

Face aux incertitudes liées à la crise, des chefs d’entreprises disent chercher conseil dans le texte sacré des chrétiens.

Devoir composer avec le franc fort, une faible conjoncture ou une forte pression sur les marges fait partie du quotidien de nombreuses entreprises suisses. En temps de crise, le système de valeurs des sociétés prend d’autant plus d’importance et certaines d’entre elles cherchent conseil dans la Bible.

«Je pourrais donner deux conférences chaque semaine», confie Ralph Siegl, patron du chocolatier Läderach. D’autres chefs d’entreprise veulent en effet connaître le secret de gestion de l’entreprise grisonne, qui surfe sur le succès et se développe à l’international, tout en brandissant fièrement ses valeurs chrétiennes.

LIRE LA SUITE…

Partager cet article

Published by Aquilas
commenter cet article
20 juin 2015 6 20 /06 /juin /2015 19:09

«Nous ferions mieux de garder l’œil bien ouvert pour cette naissance d’une société sans argent liquide qui vient beaucoup plus rapidement que prévu. Pourquoi la réunion est-elle secrète? Quelque chose ne sent pas bon par ici»

L’économiste Martin Armstrong affirme qu’il est prévu une réunion secrète sur la fin du cash qui aura lieu à Londres avant la fin du mois impliquant des représentants de la BCE et la Réserve fédérale.

Armstrong, qui est connu pour avoir prédit avec succès en 1987 le crash du lundinoir ainsi que l’effondrement financier de 1998 en Russie, a exprimé avoir été choqué, qu’aucune information n’ait filtré sur cette prochaine conférence.

«Je trouve extrêmement troublant d’être le seul à signaler cette réunion secrète à Londres. Kenneth Rogoff, de l’Université de Harvard, et Willem Buiter, l’économiste en chef chez Citigroup, s’adresseront aux banques centrales pour préconiser l’élimination de toutes les espèces pour permettre la venue du jour où vous ne pourrez plus acheter ou vendre quoi que ce soit, sans l’approbation du gouvernement», écrit Armstrong.

«Quand j’ai googlé la question pour voir qui d’autre l’avait signalé, à ma grande surprise,Armstrong Economist vient en premier. D’autres me citent, jusqu’à la Banque centrale du Nigeria. Je dois encore trouver tous les rapports sur la réunion qui aura lieu à Londres, mais mes sources sont internes.»

Armstrong attire d’abord l’attention sur la réunion prévue plus tôt ce mois-ci quand il a révélé que des représentants de la Réserve fédérale, de la BCE ainsi que des participants provenant des banques centrales suisse et danoise seraient tous présents à une grande conférence à Londres à laquelle Kenneth Rogoff de l’Université de Harvard, et Willem Buiter, l’économiste en chef chez Citigroup, feraient des présentations.

«Nous ferions mieux de garder l’œil bien ouvert pour cette naissance d’une société sans argent liquide qui vient  beaucoup plus rapidement que prévu. Pourquoi la réunion est-elle secrète? Quelque chose ne sent pas bon par ici», conclut Armstrong.

Les discussions et les avancées vers l’interdiction du cash ont surgi à plusieurs reprises au cours des dernières semaines.

Willem Buiter, dont Armstrong prétend qu’il parlera à cette réunion secrète, a récemmentpréconisé l’abolition du cash pour «résoudre le problème des banques centrales de la planète avec des taux d’intérêt négatifs».

L’année dernière, Kenneth Rogoff a également appelé à l’abolition de la monnaie physiqueafin de stopper l’évasion fiscale et l’activité illégale ainsi que pour prévenir les retraits massifs d’argent lorsque les taux d’intérêt seront proches de zéro.

«Une fois que l’argent n’existera plus que sur les comptes en banque, supervisés ou même directement contrôlés par les gouvernements, les autorités seront capables de nous inciter à dépenser plus quand l’économie ralentira, et moins en cas de surchauffe.»

Sur un ton similaire, l’ancien économiste de la Banque d’Angleterre, Jim Leaviss aécrit un article pour le Telegraph de Londres plus tôt ce mois dans lequel il a dit qu’une société sans numéraire ne serait possible qu’en «forçant tout le monde à passer uniquement par voie électronique à partir d’un compte détenu par une banque agissant pour le gouvernement, qui serait surveillée, ou même directement contrôlée par ce gouvernement».

Les grandes banques tant au Royaume-Uni qu’aux États-Unis traitent déjà le retrait ou le dépôt de sommes d’argent modérément grosses comme une activité suspecte. Des rapports ont été publié en mars sur la façon dont le ministère de la Justice ordonne aux employés de banque d’envisager d’appeler les flics quand des clients retirent 5000 dollars ou plus.

Pendant ce temps, en France, de nouvelles mesures devraient entrer en vigueur en septembre qui vont limiter les citoyens français pour faire des paiements en espèces supérieurs à 1 000 euros. Armstrong suggère que la police financière pourrait appliquer cette nouvelle loi par, «la recherche de personnes transitant en train par la France juste pour voir si elles transportent des espèces, dont ils vont maintenant se saisir».

Comme le note Armstrong, en interdisant le cash afin d’éviscérer le peu de libertés économiques que les gens avaient encore pour éviter la politique désastreuse de la banque centrale keynésienne, n’est rien de moins que du totalitarisme économique.

«Dans l’esprit d’un tyran économique, l’interdiction du cash représente le Saint-Graal,écrit Michael KriegerForcer la plèbe à adopter un système de transactions numériques de la monnaie fiduciaire offre un contrôle total via un suivi sans faille de toutes les transactions dans l’économie, et la capacité de bloquer les paiements d’un citoyen impétueux qui oserait sortir de la ligne.»

Via le blog http://www.jovanovic.com/blog.htm

Partager cet article

20 juin 2015 6 20 /06 /juin /2015 17:50

De la délinquance et l’islam radical à Jésus.

C’est le parcours chaotique, de l’ombre à la lumière, du rappeur Oldream.
Il a connu le deal de drogue, la violence et l’endoctrinement islamiste. Par la prière il a rencontré le Christ. Oldream vit aujourd’hui des jours sereins, de rimes, de mélodies et louanges. Il réconcilie le rap français et la foi au Dieu des Chrétiens.

Son dernier album s’intitule « Des Ténèbres à la Lumière » (Inline Studio, 2014).

Partager cet article