Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : SIGNES ET PROMESSES
  •           SIGNES ET PROMESSES
  • : Ce Blog a pour but au travers de son contenu, d'édifier l'église de Jésus-Christ, de faire connaître à nos contemporains l'amour de Dieu manifesté en Jésus son fils bien aimé.Les messages qui seront diffusés veulent être en bénédictions à tous les milieux, en rappelant qu'aujourd'hui, Dieu veut encore faire éclater parmi ceux qui ont soif, les signes de sa Puissance, et accomplir ses Glorieuses Promesses. L'actualité chrétienne, nationale et internationale sera aussi traitée dans ce blog.
  • Contact

VERSET BIBLIQUE

Veillez et priez car vous ne savez ni le jour ni l'heure ( Matthieu 25-13)                                                              

Recherche

Liste D'articles

VISITES

 Que Dieu vous bénisse !

 

Parcours interactif :

 

 

 


 
 

SOUTIEN

                                                                             Suivez  le lien :Contact  

 

  

Calendrier La Bonne Semence

                

MONTRESORSONORE

">

ANNONCES

 

     

 


 

 

             

        

                          

                  

 

 

 
18 juillet 2016 1 18 /07 /juillet /2016 18:32

       

Nous ne cessons d’ouïr depuis de nombreuses années que Jésus revient.
La parole de Dieu, quant à elle, nous avertit de l'atmosphère qui régnera dans les temps de la fin. L’Église tombera dans l'apostasie. Mot qui vient du grec apostasia et du verbe aphistemi signifiant « se détourner », mais a aussi pour définition : « chuter, faire défection, se retirer ou se détourner de quelque chose à laquelle on adhérait auparavant ».

La physionomie de l'apostasie peut se jouer sur deux aspects. En premier lieu l'apostasie doctrinale, la révulsion des enseignements du Christ et des apôtres.
« Car il viendra un temps où les hommes ne supporteront pas la saine doctrine ; mais ayant la démangeaison d'entendre des choses agréables, ils se donneront une foule de docteurs selon leurs propres désires », [ 2 Timothée 4 : 3].
En deuxième lieu nous avons l'apostasie morale, lorsqu'un chrétien prend l'homologation de blasphémer Christ et de réintégrer son ancien état de pantin du monde.
« Le Seigneur dit : Quand ce peuple s'approche de moi, Il m'honore de la bouche et des lèvres ; Mais son cœur est éloigné de moi, Et la crainte qu'il a de moi N'est qu'un précepte de tradition humaine », [Esaïe 29 : 13].
Nous voyons que ces différents passages sont des admonestations à ne point prendre à la légère, car c'est ainsi que nous pourrions discerner.
C'est dans cet élan que nous allons vous préluder un pasteur aux convictions où l'apostasie est reine.

Située à Toronto, l'église West Hill reçut Gretta Vosper. Âgée de 57 ans, elle fût ordonnée pasteur en 1993 par l’Église Unie du Canada, une institution protestante du pays.
Mme Vosper se confie sur ses componctions et affirme que nombreux sont ceux qui les partagent. Elle proclame ne pas croire en Dieu ni aux Saintes Écritures.
Ce qui reste rocambolesque, lorsque l’on considère qu'elle ait été ordonnée Pasteur et prêche au sein de son église depuis 1997. 
Pour celle-ci où surnaturel rime avec avec Jadis, c'est depuis 2001 que ses opinions sont connues de tous. Elle fut épaulée par sa congrégation puis esseulée lorsqu'elle prit l'autorité de ne plus prononcer la prière du « Notre Père » au sein de son lieu de culte en 2008. Une décision que ne restera pas sans conséquence, puisqu’elle engendra la perte des membres, à l’origine, au nombre de 105.

8th-post-featured

Femme aux convictions opposées aux chrétiens, elle jette de l'huile sur le feu dans une lettre ouverte. Spéculant que la croyance en Dieu pouvait être le moteur de gestes répréhensibles, en faisant allusion à l'attentat contre le journal satirique Charlie Hebdo survenu le 7 janvier 2015 à Paris. Suite à cela, David Allen, révérant et secrétaire exécutif de la conférence de Toronto, déclare avoir soumis à ses collègues de nombreuses inquiétudes suite aux dires de Gretta Vosper. Par conséquent ses supérieures prirent la décision d'ouvrir une enquête afin de diagnostiquer si elle est toujours digne d'œuvrer. Voulant la destituer de ses fonctions, la concernée, Mme Vosper ne l'entend point de cette oreille.
Et par tous les moyens tentera de s'accrocher jusqu'au bout, car pour cette femme la manière de vivre demeure plus importante que les croyances. 
Afin d'accentuer son point de vue elle déclara lors d'une interview au sein de son église : « La Bible est-elle vraiment la Parole de Dieu ? Jésus était-il une personne ? », question rhétorique puisqu'elle conclue que« C'est de la mythologie. Nous construisons une tradition de foi sur ces questions et ces croyances sont plus importantes que la façon dont nous les vivons ».

Ce message lui tenant à cœur sur l'importance du vécu, est aussi en premier plan sur son blog sous forme d'invitation : « Commençons une conversation sur la vie juste et compatissante. Je crois que les gens peuvent se soutenir mutuellement avec amour et sagesse dans une église avec ou sans le dieu appelé Dieu. Vous avez des questions ? Connectons-nous et discutons ».
Bien que Gretta Vosper soit un exemple rare d'un dirigeant d'église continuant son ministère tout en reniant Dieu et ses enseignements, lors d'un sondage l'an dernier de YouGov, nous eûmes la surprise de découvrir que 2% des prêtres anglicans, équivalent à 1 prêtre sur 50, partagent les mêmes mandements que Mme Vosper, à savoir que Dieu est une construction humaine. Et en plus de ne pas croire en un Dieu personnel, 9% déclarent que « Nul ne peut savoir comment est Dieu ». Dans sa quête de défendre ses idéologies, Mme Vosper se lança dans l'écriture d'un premier livre « With or Without God » (Avec ou sans Dieu, Ndlr), où elle fait valoir que si l'église a pour but de subsister, le cœur de la foi doit notamment subir une innovation radicale. La Fondatrice du Centre canadien pour le christianisme progressiste et ministre à Toronto, croit que ce qui permettra de sauver l'église est cette vision de vivre une vie juste et compatissante, qui apportera un aspect humaniste à la religion.

8th-post-featured

Toujours en accord avec son hilarant discours, Mme Vosper aborde les questions de l'épanouissement spirituel. Elle aspire à un renouvellement de vieilles doctrines, prônant qu'il est possible de gouverner une église sans Dieu. Son désir de détourner le monde avec ses idioties l'inspira dans l'écriture d'un second livre « AMEN », qui vît le jour en 2015. Dans celui-ci, Gretta Vosper examine ses positions concernant la dure réalité des prières sans réponses. Elle se demande : « Peut-on en tirer des principes utiles pour répondre aux besoins humains et mondiaux ? Ou est-il sûr, et peut-être encore plus efficace, de se lever de nos genoux et vivre les réponses que nous cherchons ? ».
Encore une foi un discours incohérent qui malheureusement risquerait de mettre le doute dans l'esprit de plusieurs. Mais remettons les pieds sur terre !

L'un des attributs de Dieu est sa bonté. Or tout être humain, en grandissant, aspire à cela, donnant de l'importance à bien se comporter et à sa réputation. D'où lui vient-il cette aspiration ? Serait-ce parce qu'il a été crée à l'image de Dieu ?
Le christianisme est fondé avant tout sur les enseignements de Jésus-Christ.
Au cours de son ministère terrestre, l'apôtre Pierre, étant avec lui, témoigne en ces mots : « Vous savez comment Dieu a oint du Saint-Esprit et de force Jésus de Nazareth, qui allait de lieu en lieu faisant du bien et guérissant tous ceux qui étaient sous l'empire du diable, car Dieu était avec lui », [Actes 10:38]. 
Il s'avère indéniable que l'un des enseignements importants du Christ est d'inciter les Hommes à être riche en amour et bonté, tel leur Père dans les cieux. À travers l'histoire, l'Eglise chrétienne s'est caractérisée par ses œuvres de charité. Nous aurions donc pu être en accord avec Gretta Vosper, qui prône la bonté. Cependant il est toutefois judicieux de revenir à la réalité qui en est tout autre. L'Homme naturellement naît avec ce penchant, le poussant à commettre le mal. En nous axant sur les Saintes Écritures, nous voyons que l'exemple de l'apôtre Paul écrivant sa lettre aux Romains est très parlant : « Car je prends plaisir à la loi de Dieu, selon l'homme intérieur ; mais je vois dans mes membres une autre loi, qui lutte contre la loi de mon entendement, et qui me rend captif de la loi du péché, qui est dans mes membres... », [Romains 7:22-23].

Le message du christianisme, bien que comportant l'idéologie de bonté, est largement plus immense. C'est en ces termes que nous rentrons en opposition avec Mme Vosper. Il est difficile d'ignorer que l’Évangile nous parle d'une autre vie, une vie éternelle. 
Et c'est pour celle-ci que les croyants authentiques veulent vivre en accord avec les enseignements de Dieu ici-bas. Car en dépit d'une vie pieuse il faut reconnaître Jésus-Christ comme Seigneur et Sauveur car il est le Chemin, la Vérité et la Vie. La seule porte par laquelle nous avons accès eu Royaume de Dieu. L’Eglise même, étant la fondation du Christ [Matthieu 16:18]
« Et voici ce témoignage, c'est que Dieu nous a donné la vie éternelle, et que cette vie est dans son Fils. Celui qui a le Fils a la vie ; celui qui n'a pas le Fils de Dieu n'a pas la vie », [1 Jean 5 : 11-12].

La Rédaction

Partager cet article

16 juillet 2016 6 16 /07 /juillet /2016 07:16

Si Vous Ne Croyez Pas Aux Miracles Après Avoir Vu Cette Vidéo, Regardez-la Encore Une Fois !

Partager cet article

Published by Aquilas - dans Israël
commenter cet article
6 juillet 2016 3 06 /07 /juillet /2016 07:00

      Genèse 1 : 2 ;  Job 26 : 13 ; Psaumes 33 : 6 ; 104 : 30.

Dans l'Ancien testament, l'Esprit est révélé de trois manières. D'abord, comme l'Esprit créateur ou cosmique, par la puissance duquel l'univers et toutes les créatures ont été créées. Deuxièmement, comme une puissance dynamique, ou un Esprit qui donne la puissance. Enfin, comme l'Esprit régénérateur par lequel la nature humaine est changée.

Le Saint-Esprit est la troisième Personne de la Trinité par la puissance de laquelle l'Univers a été créé. Il se mouvait au-dessus des eaux et partagea la gloire de la création.

Le Dr Denie écrit :

"Le Saint-Esprit, comme une divinité immanente ( qui demeure) dans toute la création, manifeste sa présence par ce que nous appelons les lois de la nature. Il est le principe d'ordre et de vie, la puissance organisatrice de toute le nature créée. Toutes les forces de la nature ne sont que les preuves de la présence et de l'opération de l'Esprit de Dieu. Les forces mécaniques, l'action chimique, la vie organique dans la plante et l'animal, l'énergie nerveuse, l'intelligence, la conduite morale ne sont que des signes de la présence immanente de Dieu, dont le Saint-Esprit est l'agent."

Le Saint-Esprit a créé l'homme et le maintient. (Genèse 2 : 7; Job 33 : 4)

Tout individu, qu'il serve Dieu ou ne le serve pas, est conservé par la puissance créatrice de l'Esprit de Dieu. ( Daniel 5 : 23; Actes 17 : 28).

L'existence de l'homme est comme la note d'un orgue, se prolongeant aussi longtemps que le doigt du créateur reste sur la touche.

L'homme doit son existence aux "deux mains de Dieu":

-La Parole (Jean 1 : 1-3) et l'Esprit, car c'est à eux que les mots : "Faisons l'homme" ont été adressée. 

 D'autres articles sur le Saint-Esprit > http://www.signes-et-promesses.com/tag/etudes/

 Sources personnelles

Partager cet article

Published by Aquilas - dans Etudes
commenter cet article
5 juillet 2016 2 05 /07 /juillet /2016 16:48

                                          

La colombe vint à lui, au temps du soir, et voici qu'en sa bouche, il y avait une feuille d'olivier toute fraîche. ( Genèse 8 : 6-12 )

La colombe est le symbole de la douceur, de la tendresse, de l'amabilité, de la paix, de la pureté, de la patience.

Chez les Syriens, c'est l'emblème des pouvoirs féconds de la nature.

Une tradition Juive traduit ainsi  Genèse 1:2 :

"L'Esprit de Dieu, tel une colombe, planait sur les eaux".

Christ parle de la colombe comme de la personnification de l'innocence qui devait caractériser ses disciples.

 

 

 

 

Dès que Jésus fut baptisé, il remonta de l’eau, et voici que les cieux s’ouvrirent : il vit l’Esprit de Dieu descendre comme une colombe et venir sur lui. ( Matthieu 3 :16 )

 

 D'autres articles sur le Saint-Esprit > http://www.signes-et-promesses.com/tag/etudes/

 Sources personnelles

Partager cet article

Published by Aquilas - dans Etudes
commenter cet article
4 juillet 2016 1 04 /07 /juillet /2016 20:21

 

DR

France: Agapé France compte diffuser 300 000 exemplaires du film Jésus

Dans le cadre d’une campagne de sensibilisation auprès des chrétiens, Agapé France prévoit de diffuser 300 000 exemplaires du film Jésus, complètement remasterisé. Par la même occasion, 15 000 Nouveaux Testaments ont été imprimés.

Le but de la campagne, Cette année je partage, est d’encourager les chrétiens à diffuser le message de l’Evangile, notamment pas l’image via le film Jésus. «Un chrétien sur trois qui ose offrir ce film, c’est déjà 300 000 personnes touchées par l’Evangile», assure Agapé France.

La Rédaction d'evangeliques.info - 01 juillet 2016 06:26 

Partager cet article

Published by Aquilas - dans Christianisme
commenter cet article
4 juillet 2016 1 04 /07 /juillet /2016 19:42

Partager cet article

Published by Patrick Gassend
commenter cet article
4 juillet 2016 1 04 /07 /juillet /2016 19:28

Je sais que ce titre va heurter mes amis humanistes chrétiens, qui désormais pullulent un peu partout, y compris dans le monde Pentecôtiste.

Eglise-MosqueeAvec l’humanisme à la sauce chrétienne, c’est le triomphe des bons sentiments, une pseudo-compassion servie à la louche et des tonnes de pathos sur une approche de l’amour du prochain, qui n’a plus rien d’évangélique. Si j’osais, je parlerais d’influence « franc-maçonne » mais là, on me prêterait l’idée de soupçonner le mal, ce que je me refuse à faire.

Je n’ai pas le même Dieu que les Musulmans, n’en déplaisent à ces derniers. Mon Dieu est un Dieu d’amour et de compassion, de miséricorde et de grâce, et il n’est sûrement pas, et en aucun cas, le Dieu des assassins, des attentats, des bombes dans les bus israéliens ou bien encore celui préconisant le djihad contre les gens qui ne pensent pas comme moi. Par ailleurs, mon Dieu ne me fait aucune promesse malsaine, impudique et déplacée face à l’éternité. Pas question pour lui de favoriser mes bas instincts en me promettant je ne sais trop combien de vierges au paradis, si je dois mourir comme martyr pour sa cause.

Je veux bien être compréhensif, gentil avec tout le monde, même sympathique avec mes contradicteurs, mais là, désolé, je ne m’y retrouve plus.

Oser la triste comparaison entre Ismaël (Genèse 21/17) et l’Islam, pour expliquer par exemple, avec le plus grand sérieux du monde et sans que personne ne remue l’oreille, que ce texte biblique est la preuve que Dieu entend la prière des Musulmans, est non seulement abusif historiquement, mais proprement déplacé spirituellement. Ismaël n’était pas Islamique, puisque l’Islam n’apparaîtra qu’en 611 de notre ère, faut-il le rappeler ? Par ailleurs, sur le plan spirituel et théologique, Ismaël s’adresse au Dieu de son père Abraham, l’Éternel et certainement pas Allah. C’est ce Dieu-là dont il a entendu parler à la maison, qu’il a vu son père adorer, qui a déjà secouru sa maman (Genèse 16) et qu’elle-même connaît bien (Genèse 16/13). On me dira que tout ceci n’est qu’une interprétation et qu’Allah ou l’Éternel c’est pareil, libre à vous de penser ainsi mais pour moi, il ne s’agit pas du tout de la même personne.

Et puis franchement, si le Dieu de l’Évangile et le dieu des Musulmans ne font qu’un, pourquoi ne pas tous devenir Musulmans ? Certaines valeurs de l’Islam sont si proches, du moins en théorie, des valeurs défendues par le christianisme : La notion de sainteté, la pudeur, l’honnêteté dans les rapports avec autrui (avec toutes les mesures qui s’imposent), sont prônées par les uns comme par les autres. D’ailleurs, il faut oser aller plus loin : la manière des musulmans de faire du prosélytisme ressemble à s’y méprendre aux pratiques en vigueur dans bon nombre d’Églises chrétiennes. Ce dernier point devrait nous faire réfléchir, mais est-ce encore possible, sur ce que nous appelons l’évangélisation aujourd’hui. Dans les pratiques de l’Islam, on rapporte des témoignages de conversions à l’Islam, de retour vers Allah, de vies transformées, de drogués délivrés etc. Sans doute de pâles copies de témoignages chrétiens, mais le trouble n’en disparaît pas pour autant.

L’Évangile est porteur d’espérances qui ne se retrouvent nulle part ailleurs. La nouvelle naissance, la conversion à Dieu, le salut éternel, la victoire sur la mort, cela aucune religion ne pourra jamais l’apporter, pas davantage l’Islam qu’un christianisme dévoyé.

Je comprends que la mode soit aux compromis, à l’humanisme bon teint, à l’intellectualisme supérieur ou prétendu tel, mais moi je continue de dire et de redire que le Dieu que j’adore, n’a rien à voir avec le dieu des Musulmans, et que d’après ma Bible, ce n’est pas à la veille de changer.

Samuel Foucart, Pasteur de l’Eglise évangélique de Pavilly

VISITEZ le site de l’église de Pavilly

Partager cet article

4 juillet 2016 1 04 /07 /juillet /2016 18:48

Un peu comme Abraham, père de la foi, lui serait plutôt le père de la musique « gospel ». Thomas Andrew Dorsey, est né le 1er juillet 1899 à Villa Rica en Géorgie et s’éteignit le 23 janvier 1993 à Chicago. C’est en faisant quelques recherches sur cette puissante musique et riche du message évangélique que nous sommes tombés sur ce monument du monde chrétien. Son travail, son dévouement, son talent et son ministère ont été d’une importance capitale dans l’évangélisation. Et une inspiration pour des milliers de personnes. Ainsi le champ est grand mais les travailleurs sont peu nombreux et comme le mot gospel l’indique, il nous faut en tant qu’enfants de Dieu aller faire de toutes les nations les disciples du Christ. Afin que celui qui a cru puisse recevoir le pouvoir de devenir enfant de Dieu. Amen ! C’est à cet appel, cette recommandation du Seigneur Jésus que Thomas A. Dorsey a voulu répondre et répandre la parole de Dieu à travers le chant dont nous voyons bien les fruits aujourd’hui.

Il est, à ses débuts, connu sous le nom de Georgia Tom, un excellent pianiste de blues, Thomas est en 1932 jusqu’à la fin des années 1970, le Directeur musical de la Pilgrim Baptist Church de Chicago. 
Beaucoup de ses œuvres ont été interprétées par plusieurs illustres artistes de la musique gospel. On retiendra de grands titres de ses compositions comme « Take My Hand, Precious Lord », un chant très connu, avec une lueur remplie d’espoir complètement incrusté en la personne du Seigneur Jésus-Christ et qui sera interprété par Mahalia Jackson. Qui est également la chanson préférée du pasteur et docteur Martin Luther King. Parmi les plus connus encore de ses cantiques notons « Peace in the Valley », interprété ensuite par Elvis Presley et Johnny Cash et bien d’autres d’artistes.

Aux origines du Gospel

Le gospel, n’est pas premièrement un style de musique comme beaucoup le pensent, mais ce mot, à la substance spirituelle, signifie en premier lieu « Evangile ». Sa puissance réside dans les paroles chantées, tout comme au travers des préceptes et l’amour du Christ vivant dans son auteur, interprétant ce message comme un parfum de bonne odeur qui se répand. C’est ainsi la vie d’un disciple qui vit la grâce et l’intimité de Dieu dont le chant déverse cette part d’authenticité et touche véritablement le peuple de Dieu. Ce qu’on nomme alors les « Gospel songs » sont en réalité des « chants évangéliques ». Mais en évoluant, l’expression « Gospel » désignera plus tard le répertoire particulier de chansons et musiques « religieuses » composées et interprétées dans les églises noires aux Etats-Unis.

Et ces black gospel se propagent de part et d’autres et dans différentes congrégations à travers la planète. Pourtant rappelons que le Gospel évoque en premier lieu la musique évangélique des afro-américains. Nous parlons ainsi de la musique évangélique et non d’un style de musique. Car notons bien la différence ; tous les styles musicaux peuvent être qualifiés de Gospel du moment où l’on y trouve des messages évangéliques et bien plus encore, lorsque leurs interprètes sont eux-mêmes, sanctifiés par le sang du Christ, et vivent pleinement la Parole de Dieu en le mettant au centre de leur culte d’adoration en tout et pour tout. [Psaume 119 :1-16]
« Mais l'heure vient, et elle est déjà venue, où les vrais adorateurs adoreront le Père en esprit et en vérité ; car ce sont là les adorateurs que le Père demande. Dieu est Esprit, et il faut que ceux qui l'adorent, l'adorent en esprit et en vérité. » [Jean : 4 : 23]

Sachons également, qu’en Amérique du Nord, existe un « Gospel blanc », puisant ses sources musicalement dans le style country.
La différence commence à se faire sentir vers l’an 1930 où l’on distingue par ces mots des hymnes nouvelles. 
Jusqu’ici, les assemblés, les congrégations, les quartettes vocaux et les chorales ne faisaient que des interprétations des spirituals, des œuvres anonymes, héritages qui descendent à travers la tradition orale transmise depuis l’époque de l’esclavage jusqu’à l’émancipation ; ou même des psaumes et des cantiques classiques découlant du protestantisme comme les hymnes du Dr. Isaac Watts (1674 - 1748), et aussi Charles Wesley (1707 - 1788), Amazing Grace de John Newton (1725-1807) ; et également des chants, des compositions, des cantiques très récents, considérés comme hymnes, à l’instar de ceux du pasteur méthodiste noir Charles Albert Tindley (1851-1933).
A l’aube des années 1930, agitées par la dépression qui va frapper le peuple afro-américain, le chant « chorale » vient prendre place dans les églises noires, plus précisément les baptistes.

Un besoin, une demande, une envie d’un répertoire nouveau et pertinent dont la puissance se fait entendre et que les cœurs puissent chanter en chœur pour revisiter le bonheur et la grâce promis à ce peuple désemparé, dénué d’espoir, tout en réconfortant l’esprit et le corps, blessés par le sort. Ceci s’incarnera mieux en la personne de Thomas Andrew Dorsey. Il devient ce souffle nouveau, l’aggiornamento de la musique religieuse afro-américaine. Il a l’audace du génie en fusionnant l’art de la musique professionnelle à la Bonne Nouvelle évangélique, et cette tendance naturelle qu’il a eu de pouvoir organiser et structurer la diffusion commerciale de ces chants nouveaux, tout en faisant participer plusieurs grandes voix de l’époque fit de lui la voûte même de cette musique.

Une révolution musicale

Hymnes traditionnels et mélodies qui sont en vogue. Qui s’inscrivent dans un courant en mutation, des rituels protestants, des chants blancs. Et c’est en 1870, que nous verrons la présence de plus d’instruments, comme instruments à vent, orgues, harmonium, mouvement du corps, cris et claquements des mains. L’aurore du XXème siècle sera marquée par un véritable bouleversement qui soulèvera l’esprit artistique des peuples noirs.

Le gospel est Indubitablement une révolution musicalement parlant, un cri, une alarme, face à une Amérique profondément raciste. Fraichement émancipée, mais toujours sous la tutelle blanche, la population noire extériorise sa souffrance sous l’expression du gospel. Une population migrée dans les villes du Nord (Détroit, New York, Chicago), demeurant loin des engagements politiques malgré leur fidélité au parti républicain de Lincoln qui s’investit pour la libération des noirs.
Le gospel ne fait pas seulement prestige de beaucoup d’instruments mais va plus loin en mettant Jésus-Christ au centre et ses apôtres, c’est-à-dire référencer les Evangiles (Nouveau Testament) en soi, en opposition aux negro spirituals qui ne mentionnaient que différentes figures de l’Ancien Testament (Joshua Fit the Battle of Jerico, Go Down Moses, etc.).
La musique gospel tire ses racines sur le terrain nord-américain, sous la fresque anglophone gravée par une lutte dévastatrice contre l’esclavage, et elle se diversifie ainsi dans d’autres rythmes culturels et linguistiques. On voit donc naître, vers les années 1960-70, ce que l’on appelle, le gospel francophone, éveillé par le protestantisme des Caraïbes, du Québec, de l’Afrique de l’Ouest et d’Europe de l’Ouest.

Thomas A. Dorsey : son contact à la musique

Son père fut pasteur baptiste et sa mère jouait de l’harmonium. Très jeune, il apprend et se familiarise avec cet instrument à l’oreille, il est ainsi bercé par des mélodies des pianistes qui remplissaient la ville de son enfance, lui permettant de jouer le soir à chaque repas ou alors dans des réunions. Il fait ensuite des reprises sous le nom de Barrelhouse Tom et Texas Tommy. Selon ses prestations, il est plus connu sous le surnom de Georgia Tom. 
Il déménagera à Gary, Indiana, à 19 ans, où il formera pour jouer lors de fêtes, un groupe dont le style est inévitablement enraciné dans le blues, aux aires influencées du Music-Hall. Naît le groupe Wild Cats Jazz Band, composé du guitariste Tampa Red, au trombone Al Wyn, Ed Pollack à la trompette et la chanteuse Ma Rainey, avec qui, il va enregistrer en 1924 pour le label discographique Paramount Records. <
En 1928, avec Tampa Red il formera un groupe et enregistrera le tube « Night Like That », qui sera vendu à plus de sept millions d’exemplaires. A nos jours nous comptons plus de 400 chansons de blues et de jazz interprétées ou composées par Dorsey.

Il abandonnera finalement le Blues à partir des années 1932 lors de sa conversion à l’église baptiste itinérante pour une consécration totale au Gospel. Suite à un drame tragique concernant son épouse il se retire de ce qu’on appelle la musique profane pour se lancer à l’écriture et l’enregistrement exclusif de ce qu’il va nommer la musique « Gospel », un nom qu’il sera déjà le premier à utiliser. Le cœur brisé, en effet, Nettie, sa première femme, venait de s’éteindre pendant l’accouchement de leur premier fils ; il écrira en son hommage : « Take My Hand, Precious Lord », une des chansons de Gospel les plus connues.

Il crée, suite à son opposition à des éditeurs musicaux, La Dorsey House of Music, qui est à l’époque la première société de musique gospel noire. Premier président et fondateur de la National Convention of Gospel Choirs and Choruses, il montera plus tard sa propre chorale gospel. 
Sa renommée et sa notoriété dépassent les limites de la musique afro-américaine, les reprises de ses œuvres illustrent mieux son influence et son empreinte musicale, interprétées par une palette importante de musiciens blancs. Take My Hand, Precious Lord, que nous vous citions plus haut, fut repris par des artistes comme Elvis Presley, Roy Rogers, Mahalia Jackson, Aretha Franklin, Tennessee Ernie Ford et Clara Ward. Ce même titre, mythique, entonné la nuit précédant l’assassinat de Martin Luther King, est le préféré du président américain Lyndon B. Johnson, qui fut joué également lors de ses obsèques.

C’est dans les années 1937 qu’il écrit la chanson qui deviendra un standard de la musique gospel« Peace in the Valley » pour Mahalia Jackson. Au Nashville Songwriters Hall of Fame tout comme auGospel Music Association’s Living Hall of Fame, il est le premier noir américain à être élu.
Thomas A. Dorsey s’éteindra à Chicago, Illinois et son corps repose aujourd’hui au cimetière d’Oak Woods.

L’évangile répandu

Qu'ils sont beaux sur les montagnes, Les pieds de celui qui apporte de bonnes nouvelles, Qui publie la paix ! De celui qui apporte de bonnes nouvelles, Qui publie le salut ! De celui qui dit à Sion : ton Dieu règne !
La voix de tes sentinelles retentit ; Elles élèvent la voix, Elles poussent ensemble des cris d'allégresse : Car de leurs propres yeux elles voient Que l'Éternel ramène Sion.
 [Esaïe 52 : 7-8]

Dans cette même idée de répandre l’Evangile, plusieurs se sont levés dans l’Eglise de Jésus-Christ, tenant le Gospel pour bâtir un travail et apporter la Bonne Nouvelle, dans les quatre coins de la terre. Pour n’en citer que quelques-uns, retenons Ira Sankey (1840 – 1908), Reverend Gary Davis (1896-1972), Mahalia Jackson (1911-1972), Rosetta Tharpe (1915-1973), Ray Charles (1930-2004), Sam Cooke (1931-1964), Golden Gate Quartet (fondé en 1934), John Littleton (1930-1998), Blind Boys of Alabama (formé en 1939), Solomon Burke (1940-2010), Aretha Franklin (1942-), Liz McComb (1952-), Marcel Boungou (1951-), Charles Mombaya (1956-2007), Jennifer Holliday (1960-), Yolanda Adams (1961-), Kirk Franklin (1970-), Deitrick Haddon (1973-) et autres Bonny B. (1974-).

Nous emboitons le pas dans ce qui est un champ immensément grand où nous sommes tous appelés à travailler dans l’harmonie et l’unité tout en gardant les objectifs sains de Celui qui nous a appelés. Attestés par son Esprit-Saint nous portons le sceau et l’emblème de sa Parole pour la propager partout dans le monde à travers tous les outils disponibles notamment le gospel, pour que le monde connaisse le nom de notre Seigneur Jésus-Christ et qu’il sache qu’il n’y a de salut en aucun autre nom qui soit donné parmi les Hommes et afin que tous ceux qui respirent célèbrent le nom de l’Eternel.

La Rédaction   

Partager cet article

Published by Aquilas - dans Actualité
commenter cet article
4 juillet 2016 1 04 /07 /juillet /2016 18:34

Mountain Metro Transit est une compagnie d’autobus agrée par la ville de Colorado Springs (Colorado). Pour le confort de ses clients, la compagnie a disposé des bancs à ses arrêts de bus et loue les dossiers de ces bancs pour des messages publicitaire. Lawson Perdue, pasteur du Charis Christian Center, loue, depuis plusieurs années, une vingtaine de ces surfaces publicitaires pour y passer des messages du type « Fêtons Jésus » ou « Faisons l’expérience de Jésus » payés par sa congrégation, sans que Mountain Metro Transit ait eu à y redire. Cette année, il a fait apposer le message « Jesus is Lord » (Jésus est le Seigneur). Une personne s’est plainte de ce message à la compagnie d’autobus qui a fait savoir au pasteur que le contrat de publicité ne serait pas renouvelé si les futures publicités portaient le nom de Jésus. Lawson Perdue s’en est plaint auprès des autorités municipales de Colorado Springs qui ont fait savoir, par communiqué du 27 juin, qu’elles considéraient que la compagnie de transport avait eu tort et agi au mépris du premier Amendement de la Constitution. Mountain Metro Transit a fini par reconnaître avoir réagi avec « précipitation » dans cette affaire et le nom de « Jésus » continuera à être affiché sur les bancs des arrêts de bus de Colorado Springs…

Source : Christian News, 29 juin

Partager cet article

Published by Aquilas - dans Christianisme
commenter cet article
4 juillet 2016 1 04 /07 /juillet /2016 18:16

Le Centre Wiesenthal appelle à ne plus financer l’Autorité palestinienne jusqu’à ce qu’elle cesse l’incitation à la haine: « Il est temps pour les nations donatrices, les ONG et les églises qui soutiennent les Palestiniens de demander finalement des comptes ».

A la suite de l’attaque à Kiryat Arba qui a tué Hallel Yaffa Ariel, âgée de 13 ans, le Centre Simon Wiesenthal appelle la communauté internationale à suspendre la financement de l’Autorité palestinienne jusqu’à ce qu’elle mette un terme à sa « promotion de la haine de Juifs et de la glorification des assassins. »

La France est l’un des principaux pays donateurs qui financent ainsi l’incitation à la haine des Juifs et la glorification des terroristes arabes.

Chaque terroriste et chaque famille de terroriste perçoivent une prime et une rémunération mensuelle pour remercier le tueurs, la prime est doublée si le terroriste à tué un soldat.

La famille de l’assassin de la petite Hallel, 13 ans, tuée par 20 coups de couteau dans son sommeil et dans son lit, va donc percevoir un salaire mensuel financé par le gouvernement français !

« Tout le monde sur la planète, du Quartet à l’UE, jusqu’au département d’Etat Américain à une longue série de demandes pour Israël afin d’obtenir un accord de paix avec les Palestiniens », ont déclaré le doyen Marvin Hier et le vice-doyen Abraham Cooper dans un communiqué.

« Après le dernier meurtre d’une fillettte juive, par un terroriste palestinien qui glorifiait Hitler sur sa page Facebook, alors qu’elle dormait dans son lit, le peuple juif a sa propre condition préalable : l’Autorité palestinienne et les institutions qu’elle finance, des télévisions aux écoles, jusqu’aux mosquées doivent arrêter la promotion de la haine des Juifs et la glorification de meurtriers » poursuit le communiqué.

« Il est temps pour les nations donatrices, les ONG et les églises qui soutiennent les Palestiniens de demander finalement des comptes, des politiques et des actions dignes d’un véritable partenaire pour la paix, pas une Entreprise de Meurtre. Le pas le plus important que la communauté internationale puisse prendre tout de suite est de suspendre le financement de l’Autorité Palestinienne jusqu’à ce qu’elle prouve qu’elle est engagée pour la paix, non le meurtre ».

© Moshé Anielewicz pour Europe Israël News

 
 

Partager cet article

Published by Aquilas - dans Actualité
commenter cet article